Demi-vie, Tome 3 : Ravages de Magali Laurent



Demi-vie 
Tome 3 : Ravages
de Magali Laurent

Éditions DE MORTAGNE

Sortie le 10 janvier 2022
Format broché / 404 pages / 15 €


Présentation de l'éditeur

Le sacrifice d’Ysia a engendré le chaos. Dans un monde à la dérive, l’amour peut rapidement mener à la haine. Le Perfecto est tombé, ce qui a plongé le Jardin dans l’anarchie. Conscient du danger qui plane sur certains de ses membres, le groupe de Citoyens dirigé par Sacha franchit le champ de force, dans l’espoir de trouver une vie meilleure à l’extérieur. Mais cette existence est-elle seulement possible ? Semée de mort et de violence, leur route les conduit à un bâtiment inquiétant. Pour percer les mystères de cet endroit, Sacha et ses camarades doivent s’allier à des rebelles qui vivent dans la forêt avoisinante, des individus ayant résisté à la demi-vie imposée il y a de nombreuses années. Toutefois, les intentions du chef de ces Affranchis restent difficiles à cerner, et lui faire confiance pourrait être risqué. L’ordre établi par la Nouvelle Cité mondiale a engendré des ravages incommensurables que le groupe de Sacha veut fuir à tout prix. Mais une poignée de Citoyens perdus peut-elle vraiment donner naissance à un peuple libre ?

Avis de Tan  : 

Troisième et dernier tome de l'arc principal, Ravages est celui qui amène le lecteur exactement là où il savait qu'il se rendrait depuis le début, c'est-à-dire à l'extérieur du Jardin. La curiosité pour cet "autre monde" avait déjà été assouvie en partie dans le tome 2 et ces révélations donnaient plutôt envie de rester à l'abri des barrières de protection, mais comme le résumé le dit bien : ce n'était plus une option.
 
Ce tome est sans conteste le plus violent des trois avec beaucoup de morts, beaucoup de choix sans concessions, beaucoup de passages assez durs. Il est aussi plus complexe au niveau des choix faits par les personnages et des enjeux à l’œuvre dans ce monde. Dans la continuité du tome 2, il apporte un grand nombre de réponses sur l'origine des Jardins, de ce qui a rendu le monde extérieur si hostile pour l'homme, sur ce qui se joue à un niveau plus politique et qui fait écho à notre monde qui ne va pas vers ses meilleurs jours. Ce qui me force à revenir sur ce que j'avais dit à la fin de mon premier avis. 12 ans, ça risque d'être un peu jeune pour digérer tout ça, et le rythme de sortie fait que le public n'a pas eu le temps de grandir entre deux tomes pour s'adapter à l'évolution de la teneur de l'histoire. 
 
Pour autant, tout ça ne suffit pas à en faire le tome climactique que l'on pouvait espérer. Il est plus une forme d'extension. Là où l'histoire aurait pu se terminer à la fin du tome 2, elle se poursuit vers une autre fin plus tolérable et optimiste. Il est bien sûr plaisant de découvrir l'envers du décor et surtout de nouveaux lieux, mais l'histoire bascule plus dans un survival à la Walking Dead qui devient rapidement poussif et manque de fluidité. Comme dans les deux tomes précédents, il y a aussi cette ficelle de l'histoire parallèle avec un nouveau protagoniste, qui mène normalement à un moment de révélation qui retourne le cerveau. Hélas, elle ne fonctionne pas ici. La connexion avec les personnages devient trop difficile quand il y en a trop à gérer et, finalement, ceux qui s'en sortent le mieux sont Sacha et Driss ; sans doute parce qu'ils ont toujours été les mieux construits et les plus profonds depuis le début. Ce qui est terrible à dire, sachant que l'héroïne est censée être Isia. Le destin de tous les autres, à part si un processus d'identification fort a pu se mettre en place avec le lecteur, semble bien anecdotique et ne laissera pas un souvenir impérissable une fois le livre refermé. 
 
Ce troisième tome est donc plutôt une déception, avec un changement de cap à la fois déroutant et manquant d'originalité. Ce qui est dommage après tout ce chemin parcouru et beaucoup de bonnes idées initiales. Le tome 4, Origines, qui sort le 11 avril, promet de revenir dans le temps et de suivre des personnages inédits au moment de leur entrée dans le Jardin. Ce qui peut malgré tout stimuler la curiosité, parce que ça permettrait de revenir, justement, aux origines de cet univers dystopique et de son processus de demi-vie. À suivre donc. Ou presque.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Webzine