Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

samedi 22 février 2020

Collection Biographic : Coco, de Sophie Collins et Dior, de Liz Flavell


Coco
de Sophie Collins
Dior
de Liz Flavell

Éditions J'ai lu

Sortie le 16 octobre 2019
Format broché / 95 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Coco, de Sophie Collins
Tout le monde sait que Gabrielle, alias Coco, Chanel (1883-1971) était créatrice de mode et grande couturière française à l'origine de la maison de haute couture Chanel. Mais ce que l'on sait moins, c'est qu'elle a habité au Ritz pendant plus de 34 ans, qu'elle a fait ses débuts comme chanteuse dans des cafés-concerts, qu'elle était une passionnée de pêche ou qu'elle eut une liaison avec le duc de Westminster. Retrouvez la vie de Coco Chanel, son univers, son œuvre et son héritage comme vous ne les avez jamais vus !

Dior, de Liz Flavell
Tout le monde sait que Christian Dior (1905-1957) était un grand couturier français fondateur de sa propre maison. Mais ce que l'on sait moins, c'est qu'il possédait également une galerie d'art, qui vendait des Picasso et des Dali, que c'est à cause d'une superstition autour du chiffre 8 que la maison Dior se trouvait dans le VIIIe arrondissement, dans un bâtiment de 8 étages ou encore qu'il était un grand amateur de cuisine britannique. Retrouvez la vie de Christian Dior, son univers, son œuvre et son héritage comme vous ne les avez jamais vus !


L'avis de Lila :

Voilà une collection de petits livres dont l’idée est aussi brillante que son exécution est réussie. Que ce soit avec Coco ou Dior, j’ai passé un excellent moment de lecture.

Ces livres se distinguent par leur approche très graphique : s’il est bien question d’en apprendre plus sur la vie et le destin des personnalités mises en avant, la manière de faire est ludique et originale. Ici, tout passe par les illustrations et infographies, ce qui rend ces titres à la fois très beaux et très accessibles. Pas de longs textes gorgés de détails à n’en plus finir, tout est coloré, vivant, court et recentré sur le principal. Entre événements marquants et anecdotes bien choisies, on en apprend finalement beaucoup sur les personnalités présentées. Il ne faut donc pas s’arrêter au format court et au côté graphique, car les informations ne manquent pas. Ces livres permettent aussi une remise en contexte de l’époque et donnent ainsi accès à des informations complémentaires : quels sont les autres personnalités qui gravitaient dans le milieu par exemple, on parlera aussi de l’influence des événements politiques et sociaux sur la vie de l’artiste, etc.

Ces livres ne s’adressent évidemment pas à des passionnés à la recherche d’une biographie la plus complète possible, bien qu’ils ne manquent pas d’atouts pour donner envie aux fans de les posséder aussi dans leur bibliothèque. À mon sens, ces jolis petits livres sont avant tout une introduction poussée à la vie de ces personnalités. C’est un format plein de fraîcheur et d’idées, intelligent, magnifiquement illustré et parfait pour découvrir ou alimenter ses connaissances sur les personnalités concernées. À collectionner sans modération !


vendredi 21 février 2020

Sur un malentendu tout devient possible ! de Collectif



Sur un malentendu, tout devient possible !
de Collectif

Éditions J'ai lu

Sortie le 13 novembre 2019
Format broché / 544 pages / 14,90 €


Présentation de l'éditeur :

Lorsque l’amour survient, nous le recevons comme un cadeau du ciel. Mais nous ne sommes pas tous bénis des dieux. Alors qui, dans les affaires de cœur, refuserait un petit coup de pouce du destin ? Dans ce recueil de nouvelles, c’est un malentendu qui s’immisce dans la vie des personnages, bouleverse leurs routines et leur ouvre les portes de l’inattendu. Voici onze variations subtiles et drôles sur les petits arrangements avec le hasard, un concentré vitaminé de bonne humeur, concocté par des auteurs français à découvrir absolument !

Sur un malentendu, tout devient possible ! rassemble les nouvelles des lauréats du concours Nouveaux Talents : Alex d’Aboise, Laura Bennevault, Carole Cerruti, Fanny Gayral, Caro Manaël, Déborah J. Marrazzu, Sandra Mézière, Audrey Perri, Amélie Petitpas, Colombine Rosier et Gala de Spax.

L'avis de Tsuki :

Ce recueil de 11 nouvelles romantiques a pour thème le malentendu qui change la vie des héros. Commençons par ce qui m'a déçu dans ce livre : c'est l'absence de Noël. Alors oui il y a 1 ou 2 nouvelles qui se passent au moment des fêtes de fin d'année mais, lorsque l'on voit la couverture, les bonshommes de pain d'épice, les boules de noël, les cannes à sucre, on est en droit de s'attendre à des histoires “noëlesques”. Voilà pourquoi j'ai mis du temps à le lire, il a fallu pallier la déception avant de profiter pleinement des nouvelles en elles-mêmes.

Une fois la frustration passée, j'ai pu apprécier chaque nouvelle à leur juste valeur. Je ne suis pas une grande adepte de ce format, je trouve que généralement tout va trop vite, mais, ici, j'ai su m'y faire et j'ai même adoré certaines d'entre elles. Si le malentendu prime, certains ont su me toucher plus que d'autres. J'ai aimé lorsque ce dernier est crédible, quand on se dit « mais oui ça pourrait arriver et ce serait chouette tout de même ! ». Les ambiances sont toutes différentes et c'est ce qui est plaisant. Celles-ci sont parfois farfelues, souvent pleine de tendresse, d'humour et de légèreté. Les deux nouvelles que j'ai préférées sont N'habite plus à l'adresse indiquée de Laura Bennevault, que j’ai trouvé très jolie, pleine de douceur et de tendresse, ça a été une très agréable surprise, ainsi que J'peux pas, j'ai sangria de Caro Manaël, qui celle-ci est très touchante et surprenante avec beaucoup d'humour, j'ai beaucoup aimé.

En bref, des nouvelles chouettes dans l'ensemble, même si je ne les ai pas toutes appréciées au même niveau, forcément, c'est le jeu du recueil, néanmoins une bonne majorité m’a plu et c'est pour moi une très très bonne surprise n'étant pas fan du format. Un bon moment de détente à lire en une seule fois ou distillé au fil des mois, des petites histoires doudous qui font du bien au moral.

jeudi 20 février 2020

Karma Bitch, de Stéphanie Abellan



Karma Bitch
de Stéphanie Abellan

Éditions Courrier Livre /
Trédaniel

Sortie le 14 janvier 2020
Format broché / 252 pages / 17 €


Présentation de l'éditeur :

Mais t’es pas folle ma pauvre Steph’ ? Si, si, un peu, mais attends de voir, je t’explique tout : notre incarnation commence dans de super conditions – naissance/ouin ouin, un bibi et au dodo ! Jusque-là, tout va bien. On est aimé, choyé et en sécurité, enfin, pour la plupart d’entre nous ! C’est après que tout se corse : injustice, trahison, peur, épreuves de la vie, perte, difficultés, rejet. On découvre quelque chose d’assez conceptuel : la souffrance. Alors, me direz-vous, on peut, bien entendu, passer une vie en marchant mains dans la main avec cette souffrance, et s’accommoder de ses caprices de star. Mais pourquoi ne pas se rendre la vie plus simple ? Dans ce manuel pratique, vous découvrirez les clés pour dénouer et comprendre chaque situation qui vous pose problème. À partir d’exemples concrets, nous revisiterons plus de 50 sujets de développement personnel et de spiritualité pour que vous puissiez, vous aussi, enfin gambader sur votre chemin de vie, l’air guilleret, un bouquet de pâquerettes à la main. Allez, on se lance ?


L'avis de Lila :

J’ai découvert le travail de Stéphanie Abellan au fil de mes pérégrinations sur Instagram. Son approche simple et décomplexée du développement personnel et du travail énergétique m’a aussitôt séduite, un véritable vent de fraîcheur et d’humilité au milieu d’une masse de spécialistes (généralement autoproclamés) qui semblent avoir à cœur de complexifier au maximum les choses les plus simples en ritualisant à l’excès tout ce qui peut l’être. Avec elle, pas de chichi, pas de blabla symbolique, pas de méditation introspective et quotidienne de 3 heures avec ouverture des chakras sur fond de flûte de pan et intoxication à l’encens. Par la simplicité de son approche, elle rend accessible au plus grand nombre des techniques de développement personnel intéressantes et permet à tout un chacun de reprendre ses énergies et sa vie en main.

Je connaissais déjà ses livres de soin énergétique et ses bijoux Médéores, dont je pense le plus grand bien, j’étais donc curieuse de découvrir son Karma Bitch. Le développement personnel tourne beaucoup en rond selon moi, chaque nouveau livre me donne l’impression de répéter la même chose que les autres, en changeant juste d’approche et de symbolique pour se donner un air original. Et mes dernières lectures sur ce sujet me l'ont confirmé... J’avais ainsi, malgré tout, quelques a priori avant de me lancer dans cette lecture et, en effet, je suis aussitôt retombée sur des techniques déjà largement connues. J’ai tout de même poursuivi, car l’écriture est pleine de peps et de bonne humeur, alternant conseils et pointes d’humour à un rythme rapide. Ça se lit vite et bien, il y a une vraie énergie communicative qui se dégage des pages et, comme toujours avec Stéphanie Abellan, on a vraiment le sentiment que c’est facile et que tout le monde peut essayer et avoir de vrais résultats. J’ai bien fait de poursuivre, car au fur et à mesure de ma lecture, j’ai découvert des techniques et conseils que je ne connaissais finalement pas encore.

Ce Karma Bitch présente suffisamment de thèmes et techniques pour que chacun y pioche au moins un chapitre qui lui parlera ou qui lui fera découvrir quelque chose. Encore une fois, l’approche est simple, tant dans le style d’écriture que dans la méthode. Pas de matériel particulier à acheter, d’incantation en corinthien à réciter ou de danse à faire nue les soirs de pleine lune une plume dans la bouche (mais rien ne vous en empêche si vous y tenez). 

Outre les techniques et conseils, on trouve aussi des explications sur le spirituel dans son sens le plus large. J’ai parfois regretté le côté « C’est comme ça que ça marche » pour certains thèmes plus axés paranormal… Je grince toujours des dents quand je lis des affirmations sur comment les choses fonctionnent dans le paranormal alors que concrètement : 1/ on n’en sait rien et 2/ il y a autant de théories que de passionnés et d'expériences, donc bon courage pour déterminer qui détient LA vérité. Mais ce ressenti est très personnel et concerne plus largement le milieu de l'ésotérisme, très friand de théories érigées en vérité absolue sous prétexte qu'un archange l'aurait dit à Marie-Jeannette Médium un jour en 1912. Mais ce sujet n'est que rapidement abordé, donc ce n'est pas grave, et les affirmations en question sont suffisamment partagées par le grand public pour que peu de gens s'en offusquent au final. Mon côté tatillonne.

Pour conclure, je recommande chaudement ce livre qui présente des techniques réellement intéressantes et abordables, avec beaucoup de simplicité, de bon sens et d’humour. L'essentiel y est, ce qui en fait à la fois un must-have et un parfait premier livre sur ce thème pour les curieux.




mercredi 19 février 2020

Les sorties Milady de Mars 2020






Fille du sang: Les Joyaux Noirs, T1 par [Bishop, Anne]

Joyaux Noirs,
Tome 1 : Fille du sang 
d'Anne Bishop

Réédition le 18 mars 2020
Format poche / 576 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Il y a sept cents ans, une Veuve Noire a vu une prophétie prendre vie dans sa toile de songes. Désormais, le Sombre Royaume se prépare à l'arrivée de sa Reine, la sorcière qui détiendra un pouvoir plus grand que celui du Sire d'Enfer lui-même. Mais, celle-ci est encore jeune, influençable et vulnérable face à ceux qui voudraient la pervertir. Or, quiconque la tient sous sa coupe contrôle la Ténèbre. Trois hommes, des ennemis jurés, le savent. Et ils connaissent la puissance que recèlent les yeux bleus de cette enfant innocente.
Ainsi commence un impitoyable jeu d'intrigues, de magie et de trahisons, dans lequel la haine et l'amour sont les armes... et dont le trophée est bien plus redoutable que tous l'imaginent.







Nora Jacobs,
Tome 3 : Déchirée
de Jackie May

Sortie le 18 mars 2020
Format poche / 360 pages / 8,20 €


Présentation de l'éditeur :

Sa véritable nature d'occulte à présent révélée, Nora souhaite plus que jamais faire profil bas et trouver un moyen de dissimuler son héritage fae. À cela s'ajoute la question épineuse de savoir si elle est prête à se lancer dans une relation avec l'un de ses nombreux prétendants. Malheureusement, le destin a d'autres projets pour elle.

Une semaine après la crise des loups-garous, Terrance est victime d'une tentative d'assassinat perpétrée par un mystérieux agresseur. Et il n'est pas le seul. Partout dans la ville, des faes périssent aux mains du tueur. Précédée par sa réputation, Nora se voit de nouveau sollicitée pour mener l'enquête. Impossible pour elle de refuser : non seulement sa nature fae fait d'elle une cible potentielle, mais l'assassin a osé s'en prendre à son ami. Elle compte bien le lui faire payer...






Redwood,
Tome 5 : North
de Carrie Ann Ryan

Sortie le 18 mars 2020
Format poche / 336 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

North Jamenson a toujours été le plus silencieux, le plus discret de sa fratrie. Pourtant, c'est lui qui cache le plus terrible secret. Après avoir vu ses frères trouver l'amour les uns après les autres, il sait que Lexi et son jeune fils, récemment intégrés à la meute, pourraient être la réponse à sa solitude. Mais il n'est pas prêt à révéler les ténèbres qui hantent son âme, et Lexi elle-même détient des secrets si profondément ancrés en elle que la vérité semble parfois lui échapper...





Hybrides,
Tome 9 : Ombre
de Laurann Dohner

Sortie le 18 mars 2020
Format poche / 360 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Ils ont été créés. Emprisonnés. Mais jamais brisés.

Beauté déteste être reléguée au statut d'Hybride Cadeau. Tous la surprotègent, aucun mâle n'a le droit de lui parler, et elle n'a pas la moindre liberté... jusqu'à ce qu'un agent des plus sexy ne manque de l'attaquer en la prenant pour un ennemi. Fascinée par la passion qu'il éveille en elle, Beauté est bien décidée à satisfaire sa curiosité. Pour Ombre, le désir a toujours été synonyme de douleur et de dégoût, et pour Beauté, de captivité et de ridicule. Mais livrés à eux-mêmes, ces deux âmes solitaires s'apprêtent à découvrir que les règles du jeu ont changé.




mardi 18 février 2020

Mon guide de lithothérapie de Margaret Ann Lembo



Mon guide de lithothérapie
Découvrez le pouvoir des pierres et des cristaux
de Margaret Ann Lembo

Éditions J'ai lu

Sortie le 16 octobre 2019
Format poche / 192 pages / 7,50 €


Présentation de l'éditeur :

S'il vous arrive de ressentir une grande paix en voyant des pierres, ou peut-être même un peu de magie, voici le livre qu'il vous faut pour découvrir tous leurs pouvoirs associés à celui de la visualisation. Ce guide pratique, entièrement illustré, vous enseignera la façon d'utiliser les pierres, les cristaux, les minéraux, les métaux et les pierres précieuses selon votre problématique et votre intention. En apprenant davantage sur vous-même, vos cristaux, vos couleurs (chakras), vous découvrirez comment soigner vos maux et améliorer votre vie grâce au monde minéral.


L'avis de Lila :

Pour commencer, il faut souligner que ce livre n’est pas du tout ce que je m’attendais à recevoir. Je pensais trouver ici un guide, une explication des pierres et de leurs effets, mais c’est finalement plutôt du développement personnel sur fond de lithothérapie. Ceci explique mon avis très mitigé, mais ne remet pas en cause les qualités de cet ouvrage. Je recherchais des explications, pas des conseils de vie…

Ce guide ne manque pas d’atouts. La présentation est soignée et pleine de vie, avec des couleurs agréables à l’œil et de nombreuses photos d’illustration. On trouve également des explications rapides sur différents sujets, comme la gemmologie et les chakras, ainsi qu’un lexique pour comprendre les différents termes utilisés.

Côté lithothérapie, l’auteure a choisi d’aborder ce sujet par le prisme des chakras et des affirmations positives : chaque chakra représente une couleur liée à une énergie, et les pierres et minéraux sont ensuite dispatchés selon leur couleur dans les différents chakras. En condensé : votre problématique est reliée à tel chakra, donc telle couleur, donc il vous faut cette pierre, et voilà une affirmation à réciter pendant que vous la tenez. Cette approche n’est pas une invention de l’auteure, beaucoup de personnes font ce lien entre chakras, couleurs et pierres. Je trouve d’ailleurs l’approche intéressante, mais ce n’était pas vraiment ce que je cherchais ici, alors je me suis montrée moins réceptive que j’aurais pu l’être.

Je n’ai pas trouvé les explications fouillées que j’attendais, les explications approfondies pour chaque pierre. Pas vraiment d’idées données non plus quant aux associations possibles entre différentes pierres. On est vraiment dans le développement personnel et les affirmations positives, avec des activités à faire en bonus, ce qui enchantera sans aucun doute une bonne partie des lecteurs. J’ai aussi regretté le manque de praticité du livre : si vous cherchez une information sur une pierre précise, vous devrez parcourir tout le livre pour trouver la page qui en parle, car il n’y a aucun index pour indiquer toutes les pages où elle est citée. C’est dommage pour un guide.

En résumé, c’est un guide parfait pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur le lien entre chakras et lithothérapie et obtenir des conseils pour les utiliser dans une optique de développement personnel. Pour ceux qui recherchent plutôt un guide complet qui pose les bases de la lithothérapie et présente les caractéristiques, spirituelles ou non, de chaque pierre, il y a sans aucun doute des livres plus indiqués.




lundi 17 février 2020

Nos réceptions de la semaine #137



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 10 au 16 février 2020 :


Petits plaisirs

Aucune description de photo disponible.



Un Service presse 

Aucune description de photo disponible.

Et un cadeau J'ai lu

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte


Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

samedi 15 février 2020

Le Sang des Quatre Christopher Golden & Tim Lebbon



Le Sang des Quatre
de Christopher Golden & Tim Lebbon

Éditions Bragelonne

Réédition le 15 janvier 2020
Format poche / 600 pages / 8,50 €


Présentation de l'éditeur :

Dans le vaste royaume de Quandis, tout le monde est esclave. Certains sont esclaves des dieux ; d'autres, des hommes.
Protégée par les divinités, vivant dans le luxe et le confort, la famille royale s'acquitte de ses devoirs sans états d'âme. Cependant, tous n'apprécient pas les contraintes de leur fonction.
Jeune femme à l'ambition dévorante, la princesse Phela refuse de laisser une poignée d'obstacles – parmi lesquels sa mère, la reine et son frère, l'héritier du trône – lui interdire l'accès à la gloire et au pouvoir dont elle rêve de s'emparer.
Tout au bas de l'échelle, à l'opposé de la famille royale, se trouvent les Baju. Pauvres et opprimés, les membres de cette caste misérable n'ont que deux manières d'échapper à la servitude : la prêtrise... ou la mort.
La magie ayant été bannie de Quandis, l'élite et les Baju coexistent dans une atmosphère de paix relative depuis des siècles.
Or, poussée par sa soif de pouvoir, la princesse Phela s'apprête à déclencher une série d'événements aux conséquences irréversibles...


Avis de Lauryn :

Écrit à quatre mains, ce roman de Fantasy est un one-shot des plus agréables à lire. L’univers, très classique, ne recèle aucune surprise (créatures, races extraordinaires, etc…). Les auteurs ont choisi de bâtir leur intrigue autour d’une seule ville, capitale d’un royaume prospère, où règnent sans partage les humains. Comme chez de nombreuses sociétés antiques, il y a les nantis, la populace et les esclaves, qui cohabitent tant bien que mal pour assurer la prospérité du royaume. Rien d’original, donc. Tout l’intérêt du roman repose sur l’histoire. Les auteurs ont voulu traiter un sujet intemporel : jusqu’où peut-on aller pour assouvir sa soif de pouvoir ?

Le récit s’appuie donc sur des personnages très travaillés qui naviguent de manière inconsciente entre le Bien et le Mal, sans véritablement être capables de comprendre la portée de leurs actes. Ce sont eux qui font la richesse du roman, l’intérêt de l’intrigue, et le lecteur suit avec curiosité la succession d’évènements catastrophiques provoqués par une seule personne : la reine. Les auteurs mettent ainsi en avant toutes les dérives pouvant découler de la détention du pouvoir par un individu unique, suivi aveuglément par ses sujets. Ici, la reine convoite la magie, devenue domaine protégé par les prêtres, et tout le roman est bâti sur ce postulat de départ. Trahisons, assassinats, querelles intestines… rien ne sera épargné au royaume. J’ai trouvé l’intrigue parfaitement menée, maîtrisée de bout en bout par les auteurs. Les événements s’accumulent à un rythme effréné, la tension monte crescendo et la fin paraît prévisible. Sauf que… Si l’ensemble peut paraître un peu banal, j’ai beaucoup aimé la fin, justement parce que, accrochée au fil de l’histoire, j’avais imaginé la chute, guidée par les clichés de beaucoup d’autres romans du même genre. Là, il y a une surprise, petite certes, mais qui suffit à rendre ce livre plus intéressant que de prime abord. C’est, pour moi, un élément important. Une fin réussie est capitale.

Il faut bien le dire, les personnages sont la pierre angulaire de ce roman. Tout est construit autour d’eux. Ils sont donc fouillés, ni blancs, ni noirs, et le lecteur prend plaisir à découvrir chacun d’entre eux. Certains sont plus attachants que d’autres, bien sûr, mais il n’est pas évident, dans un one-shot où les protagonistes sont nombreux, de pouvoir les traiter tous au même niveau.

Globalement, ce roman est donc une réussite, même si certains regretteront peut-être de ne pas pouvoir s’immerger dans un univers plus riche (une seule race, pas de créatures extraordinaires, magie peu développée…). Mais pour tout ceux qui aiment la Fantasy, ce traitement différent pourra justement plaire et, pour ceux qui souhaiteraient découvrir ce genre de littérature, c’est un bon point de départ pour s’y immerger en douceur. Pas de noyade à craindre dans des noms alambiqués impossibles à retenir !




jeudi 13 février 2020

Mad de Chloé Esposito



Mad
de Chloe Espositto

Éditions Pocket

Sortie le 13 juin 2019
Format broché / 528 pages / 8,30 €


Présentation de l'éditeur :

Alvie est une catastrophe ambulante sans avenir, virée de son boulot et même de son appartement par ses colocataires. Tout le contraire de sa sœur jumelle, Beth, qui réside dans une somptueuse villa de Taormine en Sicile avec son mari, un superbe Italien, et son adorable petit garçon. De quoi lui donner des envies de meurtre ! Alors, quand Alvie reçoit un appel de sa sœur qui lui propose un vol en première classe pour la rejoindre, elle ne saute pas immédiatement de joie... avant de céder à l'appel du luxe et du soleil. Mais la gentillesse n'est pas gratuite : Beth lui demande de se faire passer pour elle le temps d'un après-midi. Cet échange d'identité est la première étape d'un tourbillon diabolique...


L'avis de Vi : 

Je ne lis pas souvent de thriller, mais celui-ci m’a fait de l’œil, notamment à cause de son résumé qui laisse présager un bon suspens. L’idée des sœurs jumelles apporte souvent son lot de mystère puisqu’il y a toujours possibilité d’échanger, tromper, tricher… Qui est qui ? Cela peut déjà embrouiller dans la vraie vie, alors dans une intrigue de roman, je me suis dit que cela pourrait être intéressant.
Alors, pour le coup, je ne me suis pas trompée. Cela a été intéressant dans le sens où je ne m’attendais absolument pas à ça. Les rebondissements m’ont sauté à la figure et je me suis retrouvée de nombreuses fois à regarder les pages du bouquin, les yeux ronds, me disant : "Mais… hein ?". C’est agréable de se faire surprendre, mais ce livre, c’est plus que ça ! Pour faire simple, l’héroïne est carrément déjantée ! C’est là que le titre prend tout son sens. Je ne m’étalerai pas sur ce point pour ne pas spoiler, mais bon sang, j’en aurais des trucs à dire.
Donc, on suit le parcours d’Alvina, jumelle n°1, la ratée pour ainsi dire, qui se voit obligée de rejoindre sa sœur Beth, jumelle n°2, miss parfaite. Obligée, car si la première a une vie merdique, la deuxième, elle, est non seulement riche mais pleinement épanouie dans sa vie personnelle. Néanmoins, même si Alvina n’a pas du tout envie de se voir confrontée aux nombreux succès de sa sœur, elle n’a d’autre choix que d’accepter son invitation à séjourner dans son palace de rêve en Sicile quand elle se fait virer et de son boulot et de son appartement. Ça tombe plutôt bien, finalement, jusqu’à ce que Beth, la parfaite, lui demande de se faire passer pour elle le temps d’un après-midi. Et à partir de là, on sent que tout va partir à vau-l’eau. C’est ce qu’on pressent, à juste titre évidemment, en bons lecteurs que nous sommes, mais ça va dépasser tout ce à quoi je m’attendais. 
C’est difficile d’en dire plus sans trop en révéler, mais j’ai eu du mal à lâcher ce roman, même si certains passages m’ont semblé WTF. L’auteure n’y va pas de main morte et de plus, elle a un sacré humour. C’est, en conclusion, un thriller décalé, différent et plutôt drôle si on arrive à s’adapter au caractère plutôt atypique de l’héroïne principale. Le moins que je puisse dire, c’est qu’elle va vous étonner.


mercredi 12 février 2020

Les sorties Hauteville de Février 2020


Voici la sélection de l'équipe RCS - Bit-lit.com pour les sorties des éditions Hauteville pour le mois de Février.
Bons achats et bonne lecture !



Les Soeurs du mal
de Alice Clark-Platts


Éditions Hauteville

Sortie le 12 février 2020
Format broché / 384 pages / 19,50 €


Présentation de l'éditeur :

« Leur maison avait été recouverte d'insultes, leur boîte aux lettres recouverte d'excréments. On avait envoyé un cocktail Molotov contre leur porte d'entrée. Les lettres de menaces s'étaient multipliées. Une fois le procès terminé, la police leur avait conseillé de déménager et de changer d'identité. Si elles venaient à être démasquées, on leur ferait du mal. »
1997, dans une petite ville d'Angleterre. Une fillette est sauvagement assassinée après avoir été torturée par Lila et Rose Bowman, respectivement âgée de dix et six ans. L'affaire défraye la chronique et les deux sœurs la une de la presse à scandale. Si Lila est jugée coupable de meurtre, Rose, trop jeune pour répondre de ses actes, est remise en liberté sous une autre identité.
Près de vingt ans plus tard, alors que Lila est toujours derrière les barreaux, sa sœur passe des vacances dans le Devon avec son compagnon. Quand une fillette disparaît de l'hôtel où elle réside, elle redoute que sa véritable identité soit révélée, car elle risque fort de devenir le suspect numéro un...






99 jours avec toi
de Catherine Miller


Éditions Hauteville

Sortie le 12 février 2020
Format broché / 352 pages / 18,90 €


Présentation de l'éditeur :

Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ?
Emma mène une vie tranquille. Elle travaille à la bibliothèque, prend soin de sa mère handicapée, vit par procuration à travers les pages de ses romans préférés. Nathan vit à mille à l'heure. Il est moniteur de parachutisme, passe ses journées à faires des acrobaties en altitude, profite de chaque jour comme si c'était le dernier.
Ils n'ont rien en commun, mais le destin a de grands projets pour eux. Le jour où ils se retrouvent face à face, à l'hôpital, et que leur vie est bouleversée, ils se font la promesse de vivre à tout prix. Elle n'a jamais embrassé un homme, bu de champagne, ni voyagé à l'étranger. Lui n'a jamais été amoureux, et il a encore beaucoup à apprendre. Leur temps est compté, mais... est-il vraiment trop tard pour s'aimer ?
Un roman poignant sur le pouvoir rédempteur de l'amour... Si vous aimez Jojo Moyes, Jodi Picoult et Diane Chamberlain, vous serez conquis par cette magnifique histoire.






Ce qui reste à Vegas
de Laura Ziepe


Éditions Hauteville

Sortie le 12 février 2020
Format broché / 384 pages / 18,50 €


Présentation de l'éditeur :

Réfléchissez avant de vous engager !
Emma est sur le point de se marier, c'est la dernière ligne droite avant le jour J. Malgré le stress des derniers préparatifs, elle devrait se réjouir à l'approche de ce qui s'annonce comme le plus beau moment de sa vie. Pourtant, elle a des doutes : son fiancé est-il vraiment le bon ?
Quand elle se réveille le matin du grand jour avec au doigt une bague qu'elle n'a jamais vue, elle panique : qui a-t-elle bien pu épouser la veille ?
Une comédie romantique drôle, émouvante et absolument déjantée, qui ravira les lectrices de Lindsey Kelk !





Retour de flamme à la librairie des cœurs brisés
de Annie Darling

Éditions Hauteville

Réédition le 12 février 2020
Format poche / 384 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Rebelle tatouée aux cheveux roses et aux airs de pin-up, Nina rêve de connaître une histoire d'amour passionnée digne des Hauts de Hurlevent ! Seulement, la jeune femme enchaîne les rencontres depuis des années, et l'homme idéal demeure introuvable. Ce n'est pas l'arrivée de Noah, un ancien camarade de classe, qui va changer la situation. L'ancien intello du lycée est devenu un employé de bureau ordinaire loin des bad boys qui font fantasmer Nina. Il ne risque donc pas de la faire chavirer ! Mais le cœur a ses raisons, et Nina va bientôt se rendre compte que l'amour se trouve souvent là où on l'attend le moins...
Parfait pour les fans de Lucy Diamond et Jenny Colgan !


mardi 11 février 2020

Les ombres de la nuit, Tome 14 : L'espionne du royaume de Kresley Cole



Les ombres de la nuit
Tome 14 : L'espionne du royaume
de Kresley Cole

Éditions J'ai lu

Sortie le 15 janvier 2020
Format broché / 480 pages / 14 €


Présentation de l'éditeur :

Exilée au royaume des humains après la trahison de ses parents envers la couronne, Calliope se retrouve condamnée à survivre dans un monde qui n’est pas le sien. Après onze ans d’exil, le roi lui propose un marché : si elle souhaite retourner à Sylvan et devenir reine, elle devra se rapprocher du démon Abyssian et jouer les agents doubles. Abyssian est un être criminel et monstrueux, que redoute particulièrement Calliope. Pourtant, si elle veut retrouver sa vie d’antan, il lui faut endosser le rôle d’espionne et partir en quête de cet être dangereux...


L'avis de Jm-les-Livres :

Après trois ans et demi, on n’attendait (presque) plus cette suite en VF. J’ai malheureusement fait l’erreur de me lancer dans ce nouveau tome sans me remettre en mémoire les événements des précédents. J’ai donc eu un peu de mal à resituer les nouveaux venus de l’intrigue, les Møriørs. Pour ceux qui, comme moi, voudraient se lancer directement dans L’espionne du royaume sans passer par la case révision, les Møriørs sont un groupe de créatures d’autres mondes, souvent des primordiaux (les premiers nés ou les plus anciens de leurs espèces respectives). Ils sont en route vers notre planète pour dominer les peuples qui l’habitent.

Abyssian, ou Sian, est l’un d’entre eux. Dans le tome précédent, nous avions appris qu’il venait de se réveiller de cinq siècles de “sieste”, prêt pour les batailles à venir sur Terre. Dans ce livre, nous découvrons son histoire et surtout son désir dévorant de vengeance envers celle qui lui a brisé le cœur alors qu’il n’était qu’un jeune démon : son âme sœur, la princesse fey Kari. Justement, on murmure que cette dernière, qui est morte peu de temps après sa trahison, s’est réincarnée en Calliopée, une autre princesse fey bannie de son royaume par son propre roi. La jeune femme, prête à tout pour enfin rentrer chez elle, accepte une mission d’infiltration dans le royaume d’Abyssian afin d’en apprendre plus sur les projets des Møriørs. Sauf que c’est un plan de Nyx, et qu’on ne peut jamais être sûre, avec elle, du pétrin dans lequel elle va vous fourrer. Et Calliopée va l’apprendre à ses dépens.

Je ne suis pas totalement satisfaite de ma lecture. J’ai apprécié les personnages, surtout Calliopée (Lila pour les amis). Elle est débrouillarde, intelligente et ne se laisse pas marcher sur les pieds, même pas par le Roi des enfers. J’ai eu un peu plus de mal avec Sian, surtout parce que l’intrigue traîne en longueur vu qu’il reste bloqué sur sa vengeance. Le nombre de livres qui n’auraient duré que dix pages si les personnages s’étaient posés cinq minutes autour d’une table pour discuter ! Enfin bref. Il veut à tout prix se venger et reproche à Lila les fautes de Kari. Il devient agaçant. Heureusement que Lila est là pour lui botter les fesses de temps en temps. J’ai aussi bien aimé les personnages secondaires, notamment le Roi Uthyr qui a un sacré sens de l’humour pour un dragon.

Au niveau de l’intrigue, le tome se passe principalement dans le royaume de Sian (en enfer donc). Il y a bien des péripéties, mais tout est concentré dans cet endroit, ce qui fait que ça manque un peu du côté aventurier des premiers tomes. Je dois avouer que les combats des tomes précédents m’ont manqué. La toute dernière partie est par contre tout à fait satisfaisante. 

Côté romance, rien de vraiment innovant. L’auteure a déjà utilisé les mêmes ingrédients dans ses livres précédents ce qui rend l’issue encore plus évidente (en plus du fait que c’est une romance et qu’on sait comment ça va finir). Mais on ne va pas se mentir, nous lisons de la romance pour voir l’évolution des personnages grâce à l’amour. Ici, Sian évolue doucement, mais revient un peu trop facilement à ses désirs de vengeance. Il y en a qui méritent vraiment de se faire botter les fesses.

Et pour ce qui est de l’Accession, ça avance doucement, mais on n’en sait pas vraiment plus. Nyx place toujours ses pions, le Møriør se rapproche de notre planète, mais on ne sait pas s’ils sont les grands méchants ou pas. Tout cela est très frustrant.

Un nouveau tome qui fait avancer très doucement l’intrigue générale, mais qui a le mérite de nous en apprendre plus sur les Møriørs. La romance est déjà vue, mais les personnages sont suffisamment intéressants pour titiller notre intérêt. 


lundi 10 février 2020

Jingle Bells, biscuits et autres surprises de Tawna Fenske



Jingle Bells, biscuits et autres surprises
de Tawna Fenske

Éditions J'ai Lu

Sortie le 4 décembre 2019
Format numérique / 203 pages / 2,99 €


Présentation de l'éditeur :

Brandon Brown, marine de profession, est le Père Noël le plus improbable qui soit ! En permission pour les fêtes de fin d’année, il se retrouve engagé afin d’incarner ce bon vieux Santa au ranch Jingle Bells, qui a bien besoin d’un coup de pub pour démarrer son activité. Le séduisant Brandon en costume rouge fait le bonheur des enfants… et des mamans, ce que Jade King, propriétaire du ranch, voit d’un très mauvais œil. Mais, de fil en aiguille, entre deux fournées de cookies et différents imprévus, la jeune femme va réviser son opinion sur le beau marine. Et plus ils passent de temps ensemble, plus il devient difficile de nier leur attirance !


L'avis de Jm-les-Livres :

Publié dans le recueil Bons baisers de Noël, Jingle bells, biscuits et autres surprises est surtout le premier tome de la série Ponderosa Resort.

Nous faisons la rencontre de Jade, Amber et de Brandon Brown, l’enfant du pays de retour en ville après plusieurs missions dans l’armée. Les deux femmes sont sœurs et gèrent une ferme d’élevage de rennes. Alors que la période des fêtes de Noël approche, Amber engage Brandon comme Père Noël, mais aussi pour s’assurer que les petits incidents récents ne sont pas une tentative de sabotage. Entre Jade et Brandon l’attraction est immédiate, mais Jade est un peu sur la réserve. Adolescente, elle avait eu un coup de cœur pour Brandon, quarterback populaire qui traînait avec le groupe de jeunes qui la martyrisait, mais qui avait su faire preuve de gentillesse envers elle.

Vous ne serez pas surpris en lisant cette romance qui est déjà vue / lue. Par contre, il est possible que vous soyez séduit par Jade et sa force de caractère ou bien par Brandon et sa profonde gentillesse. Ce dernier est d’ailleurs plutôt éloigné du stéréotype du militaire venu à la rescousse d’une demoiselle en détresse. J’ai beaucoup apprécié ce personnage. Leur histoire est touchante bien que courte. Comme avec toute bonne nouvelle, j’en aurais aimé plus. J’ai aussi beaucoup aimé ce que j’ai aperçu des personnages secondaires et je croise les doigts pour que J’ai lu publie la suite de la série.

Même si cette romance est courte et sur un thème déjà vu, elle nous fait passer un bon moment et donne envie d’en découvrir plus. Affaire à suivre donc.


dimanche 9 février 2020

Nos réceptions de la semaine #136



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 3 au 9 février 2020 :


Passage dans la capitale, un haut lieu de perdition.

Aucune description de photo disponible.

Aucune description de photo disponible.

Aucune description de photo disponible.

Aucune description de photo disponible.

Aucune description de photo disponible.




Un achat 

L’image contient peut-être : 1 personne

Et des Services presse

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit




Un achat et un service presse



Un achat

Aucune description de photo disponible.

Et deux Services presse

L’image contient peut-être : texte

L’image contient peut-être : 1 personne, texte


Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

samedi 8 février 2020

Série TV : Anne avec un E

Série

Anne avec un E



Showrunner & Ep :
Moira Walley-Beckett

Acteurs : 
Amybeth McNulty : Anne Shirley
Geraldine James : Marilla Cuthbert
R. H. Thomson : Matthew Cuthbert
Lucas Jade Zumann : Gilbert Blythe
Dalila Bela : Diana Barry

Synopsis : 
En 1890, une adolescente, maltraitée en orphelinat et par des familles d'accueil, atterrit par erreur dans le foyer d'une vieille dame et de son frère. Avec le temps, Anne, 13 ans, va illuminer leur vie grâce à son esprit fantasque, sa vive intelligence et son imagination débordante.

Une adaptation du livre de Lucy Maud Montgomery, Anne... la maison aux pignons verts.


Avis de Cassiopée :

Bien que très sceptique au départ par cette nouvelle adaptation de la saga littéraire de Lucy Maud Montgomery, j'en suis ressortie plus qu'heureuse et avec un gros coup de cœur. 

Résultat de recherche d'images pour "anne.. la maison aux pignons verts roman"

Le roman Anne... La maison aux Pignons Verts a été écrit au Canada. C'est un grand classique littéraire, un petit bijou d'optimisme qui était en avance sur son temps, il a été écrit en 1908.
Il a d'abord été adapté en téléfilm, brillamment réalisé, très fidèle aux livres, avec des acteurs talentueux : Le bonheur au bout du chemin (VO : Anne of Green Gables). Ensuite, il y a eu une série télévisée spin off : Les contes d'Avonlea (VO : Road to Avonlea). Encore une fois ce fut un succès. Il y a eu d'autres adaptations, moins connues, mais rien de récent. 

Image associéeRésultat de recherche d'images pour "road to avonlea"

Voilà que 35 ans après le film et 24 ans après la série spin off, on nous propose une nouvelle série télévisée. Déjà amplement satisfait par ces précédentes adaptations, les fans avaient de quoi avoir peur et pouvaient se demander ce qui pourrait être fait de plus.

C'était un pari risqué et qui, au final, a totalement fonctionné avec moi. Le problème pour les fans, a été que la série ne tient du livre que par le nom des personnages et de l'intrigue de départ. L'histoire en elle-même s'éloigne complètement de celle d'origine et prend beaucoup de libertés. Ainsi, si on commence Anne avec E dans l'idée de nous replonger dans l'histoire écrite il y a plus de 100 ans par Lucy Maud Montgomery, on va vite déchanter...
Après une première saison laborieuse, j'ai eu la chance de réussir à dissocier le livre de la nouvelle série, et j'en suis tombée amoureuse.

L'histoire de départ est la même que pour celle de Anne of Green Gables. Un frère et une sœur, Matthew et Marilla Cuthbert, vivant à Avonlea sur l'île du Prince Edouard au Canada, souhaitent adopter un garçon pour les aider à la ferme. Mais lorsque Matthew arrive à la gare pour récupérer l'enfant, il tombe sur une petite fille rousse qui n'a pas la langue dans sa poche, Anne. Cette enfant va changer leur vie et va leur apporter quelque chose quelque chose qui leur manquait sans qu’ils n’en aient conscience.



À partir de là, la série Anne avec E, prend une autre direction. Et si on arrête là la comparaison, on peut dire que Moira Walley-Beckett a fait du très bon travail. Elle a fait le choix de changer beaucoup, beaucoup de choses, ce qui peut hérisser le poil des amoureux de Anne Shirley et de Gilbert Blythe. Toutefois, si on aborde la série TV en la considérant comme une adaptation libre du roman, mieux encore comme une série complètement à part, qui n'a rien à voir, on obtient une série de qualité, aux messages profonds et actuels.


Le personnage d'Anne est un personnage fort, positif, passionné, intelligent. Sa résilience face à l'adversité,  mais aussi ses amis, sa famille, son imagination font d'Anne un personnage extrêmement attachant. L'actrice qui l’interprète a été bien choisie. Il a été dit qu'il ont vu 1889 actrices avant de choisir Amybeth McNulty.
Mais on ne peut aussi qu'admirer le talent des autres acteurs. Leur jeu, leur complicité nous font nous plonger dans la vie des habitants de ce petit village d'Avonlea et on souhaite pouvoir les accompagner et vivre nous aussi sur cette belle île qu'est l'île du Prince Edouard.
Pour l'anecdote, on retrouve notamment dans le casting, R. H. Thomson, un des personnages des Contes d'Avonlea : Japser Dale qui interprète aujourd'hui Matthew Cuthbert.





Moira Walley-Beckett a réussi à faire une série télévisée magnifique visuellement, touchante et qui aborde de nombreux sujets tel que l'homosexualité, la place de la femme dans la société, la liberté d'expression, le racisme, l'esclavage, l'adoption et la notion d'appartenance, les amérindiens et les actions de l'état canadien envers eux, etc.

Les thématiques sont fortes et très bien traitées. Ils n'ont pas enjolivé les choses du fait que c'est une série familiale. Ils montrent les choses comme elles étaient (et parfois le sont encore). Ce sont des sujets qui sont encore très actuels et on sent que ça tenait à cœur aux scénaristes et à la showrunner d'aborder ces sujets.
Je dois dire que c'est une des choses que j'ai préféré dans la série : réussir à allier le XXème et XXIème siècle en une série passionnante et rayonnante mais aussi profonde.

Résultat de recherche d'images pour "anne avec un E"


Chaque saison met à l’honneur une grande thématique. La première aborde l'homosexualité, la seconde le racisme et la troisième les peuples amérindiens. Ce ne sont pas les seules thématiques abordées, simplement les plus souvent mentionnées, le fil conducteur de chaque saison. 




C'est la saison 3 qui m'a le plus marquée avec l'intrigue sur les Mi'kmaq. Je connaissais déjà le sombre passé du Canada envers les peuples indigènes. J'ai eu la chance de visiter le musée de la civilisation à Ottawa où ils abordent la question de ces institutions où les enfants, qui après avoir été enlevés à leurs parents, étaient ensuite maltraités, violentés, parfois même violés et tués, et ce dans le but d'effacer leur identité, d'assimiler des peuples entiers et les faire disparaître.

Image associée

Aborder ce sujet assez méconnu mais pas si lointain, la dernière école de ce genre ayant fermé en 1996, est très important pour le pays et surtout pour ces peuples qui ont subi de telles tortures.
Les producteurs ont choisi des acteurs amérindiens pour ces rôles. Ils ont pris à cœur d'aborder le sujet de manière intelligente en respectant les peuples, leurs traditions, en les consultants pour être le plus fidèle possible. Leur travail est admirable.
Travail qui malheureusement a été gâché avec l'annulation de la série et qui ne verra donc pas le dénouement de l'histoire de Ka’kwet’s, l'amie Mi'kmaq d’Anne, dans une 4ème saison...


Image associée


Malgré l'annulation de la série au bout de seulement trois saisons, Moira Walley-Beckett a réussi à terminer chaque intrigue en cours ou du moins à leur apporter une certaine conclusion. Ainsi on termine la saison 3 pas entièrement frustré. On l'est quand même un peu car on sent que la showrunner avait encore des choses à dire notamment avec le handicap (introduction d'un personnage sourd qui parle la langue des signes) et l'histoire de Ka’kwet’s.
Il est fort dommage que la série ait été annulée, mais cela ne doit pas vous empêcher de la regarder, elle est à dévorer que vous soyez grand ou petit. Son message est beau et fort et vous encouragera probablement à en découvrir davantage sur le Canada et l'oeuvre de Lucy Maud Montgomery.
Il faut juste se rappeler de se détacher de l'oeuvre de départ et prendre la série comme un élément à part, et ainsi, vous pourrez profiter d'un petit bijou télévisé.