Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 24 septembre 2018

Des fleurs dans la tourmente de Laura Kinsale



Des fleurs dans la tourmente
de Laura Kinsale

Éditions J'ai lu

Sortie le 27 juin 2018
Format poche / 510 pages / 7,95 €


Présentation de l'éditeur :

Richissime et séduisant, le duc de Jervaulx est aussi un mathématicien de génie et un brillant orateur. La vie l’a comblé de dons et de privilèges qu’il considère comme un dû. Jusqu’au jour où tout s’écroule...
Foudroyé par une apoplexie, il se retrouve incapable de communiquer et d’accomplir les actions les plus simples. Sa famille, désemparée par ses accès de violence, le fait interner.
Christian préférerait la mort à cette déchéance. Mais une jeune infirmière va de nouveau faire basculer son destin. Elle s’appelle Archimedea et, alors que tout les oppose, va devenir sa seule lumière dans un monde dont il ne maîtrise plus les règles...


Avis de Jm-les-Livres :

Premier livre de cette auteur que je lis et je suis très agréablement surprise. Laura Kinsale propose une romance historique qui reprend les ficelles du genre, mais avec un développement très différent. Des fleurs dans la tourmente est une pépite, ce roman méritait vraiment de faire partie de la collection « Les introuvables » de J'ai lu. Un livre à part qui se devait d'être mis à l'honneur.


Christian Langland est le duc de Jervaulx. Il est riche, puissant, intelligent et beau. Il possède les travers propres aux gens de sa caste, comme une certaine arrogance. C'est également un « excentrique » puisqu'il est un grand mathématicien. Bien qu'il soit encore jeune, il est frappé d'apoplexie, ce qui le laisse incapable de communiquer avec les autres et qui rend difficile sa réflexion. À cette époque, et pour les personnes atteintes de ce genre de maladie, l'asile est la seule solution, avec les traitements qu'on imagine. Le duc fier et arrogant se retrouve enfermé dans son propre corps, comme dans sa cellule, avec des difficultés pour comprendre le monde qui l'entoure et pour faire entendre sa voix. L'auteur retire tous les avantages qui faisaient de lui le membre d'une élite pour en faire un être déshumanisé, un corps presque sans âme. Laura Kinsale transmet toute l'horreur de sa situation en lui donnant la parole dans certains chapitres. Celui qui avait toujours eu des facilités grâce à sa position dans la société et à son intelligence se retrouve privé de tout. Mais son arrogance et sa combativité sont toujours présentes et, bien vite, il se démène pour améliorer sa situation grâce à l'aide de Maddy Timms, son infirmière.

Archimedea Timms a rencontré le duc avant sa maladie lorsqu'il collaborait avec son père sur leurs théories mathématiques. Maddy et son père appartiennent à la société des Amis, les quakers. Cette façon de vivre et d'appréhender les relations avec les autres modifie la vision qu'elle a de la société. Elle traite le duc comme son égal et ne se laisse pas impressionner par son arrogance. Quand elle le retrouve quelque temps plus tard dans l'asile géré par son cousin, Maddy est choquée de voir à quel point il a changé. Touchée par ce qu'il vit, la jeune femme va devenir son infirmière et tenter de l'aider à aller mieux. Elle est la seule à essayer de le comprendre, à voir derrière ses grognements et ses crises de colère. Elle le considère comme une mission désignée par Dieu. Mais très vite, ses sentiments vont devenir plus ambigus, même si elle préfère se cacher derrière sa foi et ses croyances. Le duc est différent d'elle, il a une vision du monde et de la société opposée à la sienne. Elle se sent tiraillée entre ses croyances et ses sentiments et c'est difficile pour elle de choisir entre sa religion et cet homme arrogant et inflexible.

Cette romance historique est vraiment originale et différente de celles que j'ai pu lire. Certains points, comme un héros scientifique ou brisé, ont déjà été utilisés en romance mais la façon dont l'auteur se sert de ces éléments pour raconter son histoire réussit à retenir notre attention. La situation du héros, tout comme la religion de l'héroïne vont influencer leurs échanges et le développement de leur relation. Ce qui est vraiment bien ici, c'est qu'à aucun moment les convictions profondes des personnages ne changent pour faciliter la romance. Maddy croit en certaines valeurs et elle s'y tient jusqu'au bout. Christian a l'habitude d'obtenir ce qu'il veut et il reste ferme sur ses positions, même avec celle qu'il aime. On pourrait penser que nos deux héros sont entravés dans leur liberté de mouvement à cause de leurs choix, mais ils arrivent à avancer malgré tout. 
Côté émotion, le lecteur est servi : les sentiments ressentis en lisant cette histoire sont forts, que ce soit par rapport à la violence des actes que subit le héros, la sensation d'étouffer dans son propre corps qu'il ressent ou le déchirement intérieur qu'éprouve l'héroïne. C'est comme si, ici, toutes les émotions étaient décuplées car plus proches de notre réalité par rapport à celles décrites dans les romances historiques traditionnelles.
Enfin, la façon dont l'auteur développe son histoire, le rythme qu'elle utilise, est aussi différente des romances historiques habituelles. Avec ses 416 pages, le livre est dense mais reste fluide. Il faut du temps pour permettre aux personnages d'avancer malgré les embûches qu'ils rencontrent et Laura Kinsale le leur donne, ainsi qu'au lecteur afin qu'il puisse découvrir ses personnages et s'attacher à eux.

Si vous cherchez une romance historique originale et bien écrite, Des fleurs dans la tourmente de Laura Kinsale est ce qu'il vous faut.

dimanche 23 septembre 2018

Les Entremondes T1 : L'hôtel invisible, de Sean Easley



Les Entremondes - tome 1 L'Hôtel invisible (01)
de Sean Easley

Éditions Lumen

Sortie le 13 septembre 2018
Format broché / 471 pages / Prix 16,00 €



Présentation de l'éditeur :

Tournez la clé... et découvrez votre destination !

Poursuivi par un mal mystérieux, le père de Cameron et Cassia les a confiés par un soir d'hiver à leur grand-mère, avant de disparaître de la surface de la terre. Pour tout héritage, il ne leur a laissé que deux énigmatiques pièces de bois aux inscriptions presque effacées. Mais, depuis qu'il a douze ans, le jeune Cameron fait des rêves étranges... Jusqu'au jour où, dans le centre commercial de son quartier, derrière la porte vitrée d'un petit magasin, il tombe sur un immense hall d'hôtel. Là, au milieu des chandeliers, du marbre et des somptueuses boiseries trône l'inscription : " Découvrez votre destination ! "

Le personnel de l'établissement n'en revient pas : d'habitude, on ne pénètre dans ce lieu magique que sur invitation ! Et surtout, oser s'y aventurer a toujours, toujours un prix... Car chacune de ses portes s'ouvre sur un pays différent. D'une salle à manger en Inde, on passe à un couloir de sous-marin au beau milieu de l'océan ou à une chambre avec vue sur la Grande Muraille de Chine ! Seule explication à la découverte de Cam ? La pièce pendue à son cou, qui semble mystérieusement liée à cet endroit... Se pourrait-il que son père y ait travaillé autrefois ? Mais le doute s'empare vite du garçon : chariots et plateaux qui se déplacent tout seuls, couloirs sombres se modifiant à volonté, passages secrets nichés dans les caves de l'établissement... L'hôtel, doué de conscience, serait-il maléfique ?

Portes qui s'ouvrent sur les pyramides ou la forêt amazonienne, batailles à coups de plumeaux enchantés, animaux de pierre capables de s'éveiller à la vie... Une multitude de surprises attendent le jeune visiteur dans ce lieu aussi fabuleux qu'inquiétant. C'est avec une gourmandise évidente que Sean Easley imagine l'irruption en fanfare de la magie au beau milieu du quotidien. Une nouvelle série à découvrir d'urgence !

L'avis de Vi :

D’abord, avant de se lancer dans la lecture de L’hôtel invisible, il faut bien prendre en compte que c’est un livre à partir de 10 ans, la couverture donne d’ailleurs assez bien le ton. On rentre donc dans un univers fantastique, mais l’ambiance reste gentillette, très adaptée aux jeunes ados. Je dirais, après lecture, que c’est davantage à ce public que ce livre s’adresse. Si je me suis décidée à le lire, c’était parce que je souhaitais retrouver un peu de cette ambiance jeunesse justement, peut-être avoir un coup de cœur comme pour les livres de Pierre Bottero ou Christelle Dabos (sans aller jusqu’à J.K. Rowling, car c’est mettre la barre un peu haut). Malheureusement, celui-ci n’a pas réussi à m’embarquer. Le résumé est toutefois alléchant et prometteur. Un hôtel magique avec des portes qui s’ouvrent sur des pays différents, des chariots et plateaux qui se déplacent tout seuls… Un établissement qui pourrait être maléfique… J’étais intriguée ! Mais peut-être en attendais-je trop.

Le point positif est effectivement cette aura de magie qui plane autour de nos héros tout au long du roman, les règles et consignes de l’hôtel, tout ce monde créé autour de cette "entité" mystique. C’est intéressant et très bien trouvé, je me dois de saluer l’imagination illimitée de l’auteur, ainsi que sa plume légère et fluide. Mais je me suis trop vite lassée du monologue intérieur du héros. Trop d’interrogations, pas assez d’informations distillées au fil des pages, on chemine dans cet univers nouveau, aussi perplexes que le héros, mais j’ai mis trop longtemps à trouver mes repères, ce qui m’a agacée. D’autres pourront toutefois apprécier cet aspect-là du roman. Il y a de quoi faire niveau spéculations. Enfin, quand l’intrigue s’installe vraiment, certaines choses m’ont paru trop évidentes. Les personnages, bien que certains soient attachants, n’ont pas réussi à me surprendre, malheureusement. Cela dit, ça reste une lecture jeunesse intéressante, mais qui, à mon sens, n’atteint pas le niveau d’autres livres du même genre.



La Cuisine Wiccane



La cuisine Wiccane
de Scott Cunningham

Éditions Danaé

Sortie le 21 septembre 2017
Format broché / . pages / Prix 19,95 €



Présentation de l'éditeur :

« Fascinant pour toute personne intéressée par la cuisine ou la magie... ou les deux ! » Marion Zimmer Bradley, auteure des Brumes d’Avalon.
La magie de la cuisine : pour sacraliser vos repas en toute simplicité ! Le gingembre mérite sa réputation d’aliment érotique, mais avec un peu de vanille ou de menthe poivrée, on peut aussi faire des merveilles ! Vous n’aurez jamais eu autant de plaisir à déguster des champignons après avoir fait l’expérience de leurs effets positifs sur l’intuition, et le céleri prendra pour vous un sens tout nouveau quand il aura amplifié vos perceptions psychiques. Dans votre garde-manger, presque tout peut servir à votre évolution personnelle. Des artichauts aux haricots rouges, en passant par la confiture de fraise, les aliments contiennent des énergies magiques spécifiques que vous pouvez exploiter pour obtenir des résultats positifs. Ce manuel de cuisine magique propose vingt-sept des recettes préférées de Scott Cunningham. Vous y trouverez également des menus magiques complets pour la réalisation de vos objectifs : attirer l’amour, la protection, la santé, l’argent, développer les perceptions psychiques etc.

L'avis d'Elaura :

Dans toutes les traditions religieuses, la cuisine a toujours revêtu un aspect sacré et mystique. Que ce soit dans les religions du Livre (monothéistes) ou dans les pratiques païennes, les fêtes et sabbats sont bien souvent un moment de partage et de communion autour d'une bonne table remplie de mets spécialement conçus pour l'occasion, et qui marquent symboliquement l’événement. Même dans la pratique quotidienne, beaucoup de prières et dévotions passent par l'offrande de nourriture sur nos autels, les catholiques communient au corps et au sang du Christ par l'intermédiaire de l’hostie et du vin de messe, preuve s'il en est du caractère sacrificiel des fruits de notre Terre-Mère.

Mais au-delà de l’aspect spirituel, la nourriture peut aussi être une source de plaisir intense, de joie, voire le doudou vers lequel nous nous tournons les jours plus sombres (vous savez le fameux combo thé/muffin/tablette de chocolat devant Netflix). L'impact psychologique de la nourriture n'est plus à prouver, un peu comme quand on ressent un besoin irrépressible de couleur, de chaleur, donc d'épices, quand il fait bien froid dehors. Et ça marche. Parce que les aliments sont une source d'énergie. Une énergie biologique évidente d'une part, mais également spirituelle si l'on accepte l'idée que tout élément produit par la nature possède une certaine puissance, une certaine vibration, autrement dit, une vie. Et ingérer du vivant aura forcément un impact sur nos propres vibrations.

C'est de cette pratique de la magie culinaire (kitchen witchery) que Scott Cunningham a décidé de nous parler dans La cuisine wiccane. L'auteur, toujours dans son souci de vulgarisation, partage avec nous des années de pratique culinaire d'une grande richesse et avec beaucoup de simplicité (c'est une grande qualité, la simplicité, dans le milieu de l'ésotérisme, croyez-moi !). Le livre se compose de cinq parties bien distinctes passant en revue les rituels, les recettes, les régimes magiques et le pouvoir des aliments. Et, comme toujours, même si le titre est tourné vers la wicca, le contenu s'adresse bien évidemment à toutes les personnes qui s'intéressent à la magie culinaire, wiccans, païennes ou pas.

En bref, les livres sur la cuisine magique en français sont bien trop rares pour être ignorés. Aussi, quand on a l'opportunité d'en lire un, et de qualité, nous ne pouvons que vous le recommander chaudement. Il ne vous reste plus qu'à commander le livre via vos dealers favoris et sortir vos chaudrons ; le sabbat de Mabon est passé, mais celui de Samhain arrive à grands pas, c'est une magnifique occasion de tester les recettes proposées par l'auteur (La Citrouille ivre, Cidre de Samhain... Ça vous intrigue ? Achetez le livre !)



Nos réceptions de la semaine #76



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 17 au 23 septembre 2018 :



Réception d'un Service presse

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte



Réception de Services presse

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Et un achat

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe et texte



En haut, trois cadeaux d'anniversaire et en bas, une réception d'un Service presse

Aucun texte alternatif disponible.




Réception d'un Service presse

L’image contient peut-être : une personne ou plus



Réception d'un Service presse


Un achat 
Aucun texte alternatif disponible.


Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

samedi 22 septembre 2018

Jeu de méfiance de Jennifer L. Armentrout



Wait for you
Tome 4,5 : Jeu de méfiance
de Jennifer L. Armentrout

Éditions J'ai Lu

Sortie le 15 août 2018
Format numérique / 161 pages / 5,99 €


Présentation de l'éditeur :

Un soir, Abby est témoin d’un effroyable meurtre. Terrorisée, elle se rend au commissariat pour témoigner et tombe à sa plus grande stupeur sur Colton Anders, l’inspecteur en charge du dossier. Mais Colton, c’est aussi l’ancienne star du lycée, un garçon qu’elle n’a jamais pu oublier tant elle était folle de lui à l’époque. Le revoir la trouble profondément et, entre eux, l’attirance est indéniable. Pourtant, Abby manque terriblement de confiance en elle et a du mal à croire que Colton puisse s’intéresser à elle, lui qui ne côtoie que de sublimes blondes élancées. Et quand bien même une histoire entre eux serait possible, comment ignorer le danger qu’elle court à chaque instant depuis qu’elle reçoit des menaces de mort ? La protection et l’amour de Colton la sauveront peut-être…


Avis de Jm-les-Livres :

Cela fait toujours plaisir de retrouver la plume de Jennifer L. Armentrout, même le temps d'une nouvelle. 

En chemin vers sa voiture alors qu'elle rentre d'un rencart désastreux, Abby est témoin d'un meurtre. Elle réussit à s'échapper et se retrouve quelque temps plus tard au commissariat pour enregistrer sa déposition. C'est Colton Anders, un ancien camarade de classe pour qui elle avait craqué, qui se retrouve en face d'elle. Touché par la détresse de la jeune femme, il tente de la rassurer et va même jusqu'à lui rendre visite le lendemain pour être sûr que tout va bien. Très rapidement, Abby est troublée par l'attitude de Colton, ne comprenant pas bien ce qu'il peut lui trouver.

Leur histoire est très mignonne. Abby n'est pas très sûre d'elle et a depuis longtemps oublié comment avoir confiance en son pouvoir de séduction. Colton est plus cool avec tout ça et il tente de la rassurer en utilisant des mots justes et touchants. J'ai bien aimé que leur relation ne s'arrange pas comme par magie. Abby a des choses à résoudre et Colton lui laisse l'espace dont elle a besoin pour réussir à avancer. La petite touche de suspense qu'amène le meurtre dont elle a été témoin permet d'avoir un bon rythme dans le récit et de ne pas être complètement focalisé sur la romance. Honnêtement, j'aurais pu lire un livre de 500 pages de cette histoire, mais il faut parfois se contenter de ce que l'on a. Un peu de Jennifer L. Armentrout, c'est toujours mieux que rien.


vendredi 21 septembre 2018

Le Vieil Homme et la Guerre, Tome 4 : Zoé de John Scalzi



Le Vieil Homme et la Guerre, 
Tome 4 : Zoé
de John Scalzi

Éditions Bragelonne

Réédition le 16 août 2018
Format poche / 384 pages / 6,90 €


Présentation de l'éditeur :

Je m'appelle Zoé et j'ai quinze ans. Je suis la fille adoptive de John et Jane Perry, ex-officiers des Forces de défense coloniale. Je suis aussi la fille de Charles Boutin, l'homme qui a donné la conscience à tout un peuple d'extraterrestres. Je suis enfin, de ce fait, l'icône de ce peuple et je vis sous la protection de Pirouette et Cacahuète, deux de ses représentants. Je suis encore, soit dit en passant, la copine d'Enzo, un garçon tout à fait mignon et qui me permet de me faire les dents. Ouf !
Mon récit commence quand John et Jane acceptent d'encadrer la colonisation d'un nouveau monde. Vous avez lu cette aventure dans La dernière colonie. Mais sûrement pas comme je vais vous la raconter.


Avis de Lauryn :

J'avais apprécié les deux premiers tomes de cette saga et je pense sincèrement que l'auteur aurait dû s'arrêter là. La suite offre un décalage avec ces derniers, il manque quelque chose pour que ce soit un bel ensemble, une véritable saga de science-fiction. Le tome trois, La dernière colonie, raconte la colonisation de Roanoke par John et Jane Perry, accompagnés de colons. Le récit, à la première personne, est raconté du point de vue de John. Eh bien le tome 4, Zoé, c'est la même chose, mais du point de vue de sa fille. Certains apprécieront peut-être et trouveront cela sympa mais, personnellement, en tant qu'auteure, ça ne me viendrait pas à l'idée de faire ce coup-là à mes lecteurs, sauf dans un même tome. Là, vous achetez deux livres pour la même histoire, avec de simples variantes dues au fait que Zoé et John n'ont pas vécu exactement les mêmes évènements. Bref. Le début est lent, avec des flash-back inutiles et plutôt mal placés, et j'ai lu l'ensemble avec peine car le texte est irrégulier : certains passages sont intéressants, puis le soufflé retombe d'un coup, pour se redresser plus tard... j'ai trouvé cela agaçant.

Au final, il m'a semblé que ce roman aurait pu tenir en moitié moins de pages, et très facilement. Mais le point qui me dérange le plus, c'est Zoé. Son personnage est fade, froid et distant, et ne ressemble en rien à une adolescente de quinze ans. Les dialogues font davantage penser à une femme mûre de la bourgeoisie. Lorsqu'un personnage lui dit qu'il est prêt à mourir pour elle, réponse : " Je ne sais que dire ". Et tout ressemble à ça. C'est une ado spéciale, d'accord, mais une ado tout de même, bon sang ! Il n'y a que ses échanges avec son amie Gretchen qui la rendent plus accessible, moins élitiste dans sa manière de parler. Globalement, les personnages ont d'ailleurs tous la même façon de s'exprimer, ils sont lisses et sans caractère. John me paraît avoir bien changé par rapport au tome 1, de ce point de vue. Il était plus caustique dans les dialogues.

Vous l'aurez compris, je n'ai ni accroché, ni adhéré à la démarche de l'auteur. Si vous aimez les différences de point de vue construits ainsi, et que vous n'êtes pas trop exigeant sur la mise en valeur des personnages, alors peut-être aimerez-vous ce roman. Moi, cela m'a juste donné envie de relire le tome 1.

jeudi 20 septembre 2018

Passion en backstage, Tome 3 : Cool pulsations de Jamie Shaw



Passion en backstage
Tome 3 : Cool Pulsations

de Jamie Shaw

Éditions J'ai lu

Sortie le 11 juillet 2018
Format poche / 370 pages / 7,40 €


Présentation de l'éditeur :

Kit n’y croit pas ! Elle vient de décrocher la place tant convoitée de guitariste rythmique dans le groupe des Last Ones! Une chance comme il ne s’en présente qu’une dans la vie d’une jeune musicienne passionnée comme elle. Pourtant, ses émotions sont partagées : elle sait qu’elle est au seuil d’une décision qui peut faire son bonheur, bien sûr, ou bien gâcher toute sa vie. Car jouer dans le groupe va impliquer de répéter avec Shawn, composer avec lui et, le plus difficile, partir en tournée avec lui. Autrement dit, le voir chaque jour sans qu’il découvre le secret qui a mené Kit jusqu’à lui : six ans plus tôt, ils ont passé ensemble une nuit torride. Il n’a pas l’air de s’en souvenir. Mais elle n’a jamais pu oublier...


Avis de Jm-les-Livres :

Après deux tomes plutôt sympas mais sans plus, Cool pulsations me réconcilie avec la plume de l'auteur et est, au final, l'un de mes livres préférés de la série. 

On retrouve les membres du groupe là où on les avait laissés, c'est-à-dire au moment de la sélection de leur nouvelle guitariste : Kit Larson. Après un petit flash-back six ans en arrière pour comprendre comment Kit et les garçons se connaissent, l'auteur revient dans le vif du sujet et nous la présente. Après le côté un peu foufou de Dee, l'héroïne du tome précédent, ce personnage fait vraiment du bien et apporte du changement. Kit, c'est une rockeuse. Elle joue de la guitare et a un look rock super sexy sans se prendre la tête. Afin de pouvoir vivre sa passion pleinement, elle cache au groupe, et surtout au guitariste Shawn Scarlett, qu'ils se connaissent déjà. Mais les secrets ne restent jamais longtemps cachés en romance, surtout quand les sentiments s'en mêlent.

J'aime beaucoup comment l'auteur a traité l'évolution de la relation entre Kit et Shawn. Kit n'est pas là pour retomber amoureuse de Shawn, mais le jeune homme est intrigué et rapidement impressionné par le talent de la jeune femme. Petit à petit, il va commencer à changer son regard sur elle et craquer. Ce que Kit a toujours souhaité se réalise. Mais les secrets entre eux la retiennent. Comparés aux personnages des tomes précédents, nos deux héros sont plus posés et réfléchis. Il n'y a donc pas de prise de bec tout au long du livre, ce qui fait vraiment du bien. Il faut dire que sous leurs allures de rockeurs durs à cuire qui ne font pas dans le romantique, Shawn et Kit sont vraiment mignons. C'est pour cela que j'ai vraiment craqué pour eux. Ils se découvrent progressivement et se séduisent grâce à leur amour commun pour la musique. Kit est un personnage très drôle, qui a souvent des réactions surprenantes qui font éclater de rire. On voit bien comment elle essaye de contenir l'adolescente en elle qui avait le béguin pour Shawn. C'est vraiment une belle romance dans l'univers du monde de la musique. Je suis impatiente de voir ce que nous réserve la suite.

mardi 18 septembre 2018

Alpha & Omega, Tome 5 : Dans la gueule du loup de Patricia Briggs



Alpha & Omega, 
Tome 5 : Dans la gueule du loup
de Patricia Briggs

Éditions Milady

Sortie le 4 juillet 2018
Format poche / 384 pages / 7,10 €


Présentation de l'éditeur :

Ce sont les loups sauvages et blessés. Les loups-garous trop brisés pour vivre en toute sécurité parmi les leurs. Pour leur propre bien, on les exile à la périphérie de la meute du Marrok ; suffisamment près pour obtenir de l’aide, assez loin pour ne blesser personne.
Mais le Marrok est absent quand Charles et Anna reçoivent un appel à l’aide de la part du compagnon fae d’une de ces louves, victime d’une tentative d’enlèvement. Charles et Anna devront utiliser tous leurs talents de guerrier et de diplomate pour retrouver les assaillants et faire face à une magie des plus sombres, surgie d’un passé aussi lointain que difficile...


Avis d'Elaura :

Que dire après cette lecture passionnante ? Que le roman est encore une fois parfait ? Qu'il est plein de rebondissements, de nouvelles découvertes avec une intrigue bien ficelée, que l'on rencontre enfin les loups de la meute du Marok et que cela fait un bien fou de voir Bran prendre part, un peu plus que dans les précédents tomes, à l'histoire ?

Tout cela nous l'avions déjà dit pour les quatre premiers opus, mais force est de constater que nous sommes dans l'obligation de le rappeler. Alors on essaie de jouer sur les mots, sur le vocabulaire, mais, au final, on en revient toujours au même sentiment, exprimé de la même manière : Patricia Briggs, c'est bon, mangez-en plein.


Hybrides, Tome 2 : Slade de Laurann Dohner



Hybrides, 
Tome 2 : Slade
de Laurann Dohner

Éditions Milady

Sortie le 4 juillet 2018
Format poche / 384 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Trisha est fascinée par les Hybrides depuis qu’elle a sauvé la vie de l’un d’entre eux. Profondément drogué, il lui promet un plaisir tel qu’elle n’en a jamais connu – avant d’être maîtrisé par les gardes de l’hôpital.
Un an plus tard, le sujet 215 hante toujours l’esprit de Trisha. Pourtant, quand leurs chemins se recroisent par hasard, Slade ne la reconnaît pas immédiatement. Lorsque la vie de Trisha est mise en danger, il se jure de la protéger et se racheter auprès d’elle.

Mais le désir qui les enflamme est lourd de conséquences, et plus dangereux encore que la menace qui les poursuit...


Avis d'Elaura :

Si le premier tome nous avait laissés un peu sur notre faim par son manque de profondeur, ce second opus n'apporte malheureusement pas le petit plus qui aurait pu nous faire basculer vers un coup de cœur.
Pourtant, le background est intéressant, mais l'auteur ne va pas jusqu'au bout de sa démarche et la psychologie des personnages est bien trop superficielle. Pour exemple, notre héroïne, qui est tout de même une jeune prodige qui a du mal à s'intégrer dans la société, réagit de manière tout à fait normal à l'univers (ce qui est pour le moins surprenant) qu'elle découvre ; ça ne fonctionne donc pas.

En bref, je n'irai pas plus loin dans cette saga qui a sûrement trouvé son public, mais qui, pour ma part, me laisse de marbre.


Les Sorties Gallimard Jeunesse de Septembre 2018

Voici la sélection de l'équipe RCS - Bit-lit.com pour les sorties des éditions Gallimard Jeunesse pour le mois de septembre.
Bons achats et bonne lecture !




On s'est juste embrassés
de Isabelle Pandazopoulos

Éditions Gallimard Jeunesse

Réédition le 20 septembre 2018
Format broché / 160 pages / 8,90 €


Présentation de l'éditeur :

Aïcha a quinze ans. Elle vit seule avec une mère fragile qui refuse de lui parler de ses origines, et surtout, de son père. Le silence et la solitude de sa mère l'étouffent. Mais heureusement, elle peut se réfugier chez son amie Sabrina qui vit au coeur de la cité d'en face. Jusqu'au soir où Aïcha embrasse Walid, le frère de Sabrina, qui se vante d'avoir obtenu d'elle bien plus qu'un baiser. Ce que tout le monde croit volontiers, à commencer par Sabrina qui l'insulte dans la cour du collège dans un quartier où on ne plaisante pas avec la « réputation » des filles. Comment faire face à une rumeur ? N'ayant que sa sincérité pour elle, blessée, exclue, Aïcha se met à sécher les cours, tente une fugue, part en vrille...





Le fabricant de poupées de Cracovie
de R. M. Romero


Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 20 septembre 2018
Format broché / 384 pages / 16 €


Présentation de l'éditeur :

En 1939, une poupée prend vie dans un magasin de Cracovie en Pologne. Son propriétaire, un homme solitaire et bourru, voit son existence bouleversée par cet événement. A l'arrivée des soldats nazis, les deux amis se rendent compte que leurs compagnons juifs risquent la mort.





Sobibór
de Jean Molla

Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 20 septembre 2018
Format broché / 192 pages / 9,50 €


Présentation de l'éditeur :

Emma est anorexique et ne parvient pas à se faire comprendre par ses parents. Mais elle trouve une écoute attentive auprès de ses grands-parents, Mamouchka et Paul qui se sont rencontrés pendant la Seconde Guerre mondiale en Allemagne. Emma devient de plus en plus maigre et découvre à la mort de sa grand-mère un terrible secret de famille.




Les Mystères de Larispem, 
Tome 3 : L’élixir ultime
de Lucie Pierrat-Pajot

Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 13 septembre 2018
Format broché / 368 pages / 17 €


Présentation de l'éditeur :

La comtesse Vérité possède la formule du pouvoir ultime qui permet de contrôler les foules par la pensée. Elle est prête à régner sur un nouvel empire, au risque de déclencher une guerre. Nathanaël est parti retrouver son père en France et Liberté est emprisonnée.




Les Mystères de Larispem
Tome 1 : Le sang jamais n'oublie
de Lucie Pierrat-Pajot

Éditions Gallimard Jeunesse

Réédition le 13 septembre 2018
Format poche / 320 pages / 6,90 €


Présentation de l'éditeur :

Liberté est mécanicienne, Carmine est apprentie bouchère et Nathanaël est un orphelin. Ils vivent en 1899 dans la cité-Etat de Larispem, où les bouchers constituent la caste dominante. Des festivités sont organisées pour le passage à l'an 1900, mais une société secrète menace la population.




Mon père est un parrain
de Gordon Korman


Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 13 septembre 2018
Format poche / 304 pages / 7,40 €


Présentation de l'éditeur :

Vince Luca a 17 ans. Son père, Anthony Luca, est le chef d'une puissante organisation criminelle. Vince tombe amoureux de Kendra, la fille d'un agent du FBI qui rêve d'épingler son père. De plus, il se révolte contre les pratiques mafieuses de son clan et imagine de trouver une université à l'autre bout du monde pour échapper à sa famille.




L'Anti-Magicien
Tome 2 : L'ombre au Noir
de Sébastien de Castell


Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 27 septembre 2018
Format broché / 400 pages / 17 €


Présentation de l'éditeur :

Quatre mois après avoir quitté son peuple, Kelen a choisi sa voie et porte sa malédiction sur son visage. Mais l'Anti-Magicien s'avère encore pire hors-la-loi que mage... et ses acolytes imprévisibles n'arrangent rien. Conspiration, chantage et dangers mortels : la quête de Kelen pour connaître la vérité sur le mal qui le ronge ne fait que commencer.

lundi 17 septembre 2018

Meg Corbyn, Tome 2 : Volée Noire, de Anne Bishop

Meg Corbyn 
Tome 2 Volée Noire
de Anne Bishop 


Éditions Milady

Sortie le 23 octobre 2015
Format poche / 480 pages / 8.20€


Présentation de l'éditeur :

Grâce à son don de clairvoyance, Meg Corbyn a gagné sa place auprès des dangereux terra indigene de Lakeside. Lorsque l'apparition d'une nouvelle drogue violente et addictive remet en cause le pacte fragile entre Autres et humains, la petite ville est de nouveau plongée dans la tourmente. Les aptitudes de Meg devraient permettre à Simon Wolfgard, dirigeant métamorphe de l'enclos, d'éviter un bain de sang. Mais encore faut-il pouvoir déchiffrer ses visions à temps. D'autant que l'homme qui veut récupérer la prophétesse se rapproche, mettant en péril les vies de tous ceux qui la considèrent à présent comme l'une des leurs.

Avis de Lila :


Le premier tome de Meg Corbyn fut pour moi un véritable coup de cœur, avis partagé par les autres chroniqueuses du staff RCS-Bit-lit.com. Avec Volée noire, Anne Bishop confirme tout le bien que l'on pensait d'elle et de sa saga.

Meg Corbyn est définitivement une série à contre-courant de ce genre littéraire. Si l'on retrouve bien des créatures surnaturelles, de l'action et de l'humour, la plume de l'auteur confère à sa saga une ambiance totalement différente de tout ce que nous avons déjà lu. Meg Corbyn est une héroïne douce et aimante, qui résout les problèmes avec son cœur plutôt qu'avec les poings, à mille lieues des héroïnes d'Urban Fantasy les plus populaires. Douce, certes, naïve aussi, mais loin d'être niaise ou incapable.
C'est ici tout le paradoxe de cette saga qui présente des personnages flirtant dans les extrêmes tout en restant cohérents. Simon, le mâle alpha de service, en est le parfait exemple. Il dirige l'Enclos avec autorité, mais aussi avec bienveillance. C'est un chef de meute redoutable, capable de vous manger sans hésitation ni remord, mais totalement décontenancé par Meg et ce qu'il ressent pour elle. Sûr de lui en tant que chef, on le découvre désorienté et maladroit dès qu'il s'agit d'interagir avec des humains et plus encore avec sa Meg. Les choses les plus anodines sont pour lui des énigmes qu'il a bien du mal à résoudre. C'est clairement inédit en Urban Fantasy, un mâle alpha qui ne sait pas tout et ne comprend pas tout ; ces héros ont systématiquement dix tours d'avance sur les autres et une connaissance parfaite d'absolument tout. Ici, loin de le rendre ridicule, ce qui pourrait apparaître comme des failles permet de s'attacher encore plus à Simon.
Il en va de même avec les autres terra indigene, tous partagés entre leur nature véritable et la curiosité mêlée de crainte et d'agacement qu'ils ressentent envers les humains.
Plus généralement, on ne peut que saluer le talent de l'auteur pour avoir su créer des personnages aussi complexes, nuancés et tangibles dans un genre où les clichés ne manquent jamais, même dans les meilleures sagas.

Ce second tome fait honneur au premier. L'histoire se poursuit tout en intégrant de nouveaux personnages, lieux et intrigues. Ces différents éléments s'emboîtent à la perfection pour nous offrir une immersion passionnante et addictive au cœur d'un univers atypique.
C'est une vraie saga doudou, qui réchauffe le cœur alors même qu'elle est teintée d'émotions et de situations qui tour à tour révoltent, angoissent ou peinent. L'ambiance y est pour beaucoup, à l'image de Meg, on se sent comme dans un cocon à l'intérieur de l'Enclos de Lakeside. Les pages se tournent avec envie, alternant entre vrais moments de tension qui vous glacent le sang et la sérénité d'un quotidien empreint d'espoir et de douceur. 

La qualité de cette série met en exergue un constat des plus frustrants : le manque de qualité générale dans ce genre où les éditeurs mettent plus souvent en avant le pire que le meilleur, jusqu'à nous faire croire que nous ne pouvons rien espérer de mieux qu'une pépite occasionnelle dans un océan de séries tout juste passables. Anne Bishop régale déjà les amateurs d'Urban Fantasy, puisse-t-elle aussi inspirer les auteurs, confirmés ou en herbe, et convaincre les éditeurs que la complexité, l'intelligence et la subtilité ont aussi leur public.

Retrouvez mon avis sur le Tome 1 : Lettres écarlates
Retrouvez également l'avis de Jm-les-livres et Cassiopée sur le Tome 2 : Volée noire



20,00 EUR
Achat Fnac


8,20 EUR
Achat Fnac


dimanche 16 septembre 2018

Nos réceptions de la semaine #75



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaines du 3 au 16 septembre 2018 :



Des achats perso pour cette semaine

Aucun texte alternatif disponible.



Réception d'un Service Presse




Réception d'un Service presse Milady


Et des achats numériques


Une série top mais qui se lit beaucoup trop vite (0,99€ par chapitre)




Achat de livres scolaires pour ma fille


Aucun texte alternatif disponible.




Un achat et une réception de Service Presse Lumen

Aucun texte alternatif disponible.



Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?