Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 28 mars 2017

Nos réceptions de la semaine #13


Nouvelle année, nouveau rendez-vous. En 2017, nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 20 au 26 mars 2017 :






Pas de sexe le mardi de Tracy Bloom ;
Vampire for Hire, tome 1, 2, 3 de J.R. Rain.





Wonder Woman, L’odyssée tome 1 ;
The curse, tome 1 de Marie Rutkoski ;
Les opposés s'attirent ;
Orgueils et préjugés de Jane Austen version manga.



Les enfants de la terre, tome 4 partie 2 et tome 5 partie 1 de Jean Auel ;
Bride Stories, tome 9 de Kaoru Mori ;
Gazette n°9 du Chateau des étoiles d'Alex Alice ;
Le château blanc d'Orhan Pamuk.







"Voici mes achats de revues. Je partais pour les celtes mais j'ai craqué sur les viking et après sur les légendes. Je suis faible "




Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

dimanche 26 mars 2017

Avis La Belle et la Bête - Live action Disney

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bete acteurs disney"

Cassiopée et Jm-les-livres ont eu la même idée samedi dernier : aller voir le dernier Disney live, La Belle et la Bête avec Emma Watson et Dan Stevens, entre autres. 

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bete acteurs"Résultat de recherche d'images

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bete acteurs"Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bete acteurs"Image associée

Voici la conversation qu'elles ont échangée devant une tasse de thé après la séance.




Qu'est-ce qui t'a donné envie d'aller voir la version live de La Belle et le Bête ?




J'ai un peu honte de le dire, car beaucoup de mes amies rêvent de le voir depuis qu'un film La belle et la bête a été annoncé, mais je n'y serais pas allée si une de mes amies ne m'avait pas proposé d'aller au ciné. Pour moi, le dessin animé de Disney restera l'unique adaptation. Malgré tout, ce fut un très bon moment. Et toi ?



Je suis une grande fan du dessin animé. J'aime tout, que ce soit les chansons, les personnages, surtout ceux de Belle et de la Bête. Pour preuve, je ne me marierai qu'avec un homme qui aura une belle bibliothèque (Oserais-je dire aussi grande que celle de la Bête).
C'était évident que j'irais voir le film pour avoir la chance de retrouver un peu de la magie du dessin animé.



Et alors, as-tu retrouvé cette magie dans le film ?
La Belle et la Bête, Emma Watson, Dan Stevens



Oui et non. Certains éléments étaient bien là (la bibliothèque), mais il m'a manqué quelque chose pour que je sois complètement embarquée. Peut-être que j'ai trop cherché cette petite chose en plus pour vraiment accrocher. Et pour toi, la magie a fonctionné ?


Plutôt oui. Je n'attendais pas grand chose du film, je suis toujours déçue par les adaptations, donc j'y suis allée sans rien savoir du film, je savais à peine qu'il y avait Emma Watson, Luke Ewans et Dan Stevens. Je n'avais même pas vu la bande-annonce. Ainsi, j'ai plutôt été agréablement surprise. J'ai reconnu de nombreuses scènes du dessin animé d'origine. J'ai aimé que les acteurs aillent souvent jusqu'à faire les mêmes gestes que la précédente version. Pour moi, c'était ça le côté magique du film. 
Je voyais les images du film et du dessin animé se superposer.



C'est marrant parce que j'ai eu la même sensation de superposition, jusqu'à ce qu'un détail vienne faire dérailler le truc. A force, je n'ai vu que les différences (d'ailleurs je les notais dans ma tête "tiens, là c'est pas comme dans le dessin animé) et j'ai pas réussi à rester dans le film. Peut-être que j'aurais moins ressenti ça si je l'avais vu en VO. J'aurais sûrement remarqué d'autres choses, comme le jeu des acteurs.


Ah oui, la V.O., c'était extra ! Ils utilisaient quelques mots français par-ci par-là. Mais le mieux, c'est encore leurs accents ! Les acteurs avaient tous un accent, du petit accent discret à peine discernable au grossier accent français à couper au couteau qui était à la limite du ridicule. C'est Ewan McGregor, alias Lumière, qui avait le plus marqué de tous les accents, ça faisait très français, c'était très amusant ! Toutefois, j'ai eu un seul regret pour la V.O. c'est que je n'ai pas pu chanter tout bas les musiques du film. En V.F., est-ce que les paroles étaient fidèles ? 
Et les voix pas trop différentes de celles d'origine ?

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bete acteurs"

Ce n'est pas les mêmes voix que dans le dessin animé. Mais les voix collaient bien aux personnages, même si je crois me souvenir que Lumière avait un accent un peu italien dans le dessin animé. D'ailleurs, j'ai lu qu'Ewan McGregor a dû réenregistrer certains passages parce que son accent ne faisais pas assez français en VO. 
Pour les paroles des chansons, certains mots étaient changés donc pas possible de chanter avec les acteurs même si les rythmes étaient les mêmes. J'ai bien aimé les titres qui ont été rajouté. Toutes les musiques sont magiques dans ce film.


C'est clair et même les musiques d'ambiances étaient fidèles. Surtout la première, celle d'introduction. Quand le film s'est ouvert sur cette musique et de belles roses, j'ai eu quelques frissons. D'ailleurs, j'ai lu qu'ils avaient fait pousser 1500 roses pour des recherches et pour les décors. Tu parlais un peu plus tôt de la grande bibliothèque, de mon côté, elle m'a un peu déçue. Bien qu'elle soit incroyable et impressionnante, je l'ai trouvé trop différente de la version d'origine. En fait, de manière générale, je trouvais le château assez différent du dessin animé.



Moi j'ai trouvé le château bien, plus réaliste et j'ai beaucoup aimé la bibliothèque. Contrairement à Belle, j'aurais poussé un plus gros cri et j'aurais fait une danse ridicule à sa place. Je savais qu'ils ne pouvaient pas faire exactement la même chose donc ça ne m'a pas choqué que les décors ne soient pas totalement fidèles au dessin animé.
J'ai aussi beaucoup aimé les costumes, très précis dans les détails. J'ai moins aimé la robe de Belle. Ce n'est pas celle que j'imaginais.

Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bete acteurs disney"

Oui, les costumes sont vraiment pas mal. Pour la robe, je te rejoins, toutefois, elle m'a fait son petit effet lorsque Belle danse. Quand elle s'est mise à virevolter, j'ai trouvé la robe magique et elle a fait écho dans ma mémoire à celle de la Belle du dessin animé. J'ai aussi aimé qu'ils fassent les mêmes coiffures. Et concernant les acteurs, je ne sais pas ce que tu en penses, mais ils incarnent à merveille les personnages du dessin animé. 
Il y a une vraie ressemblance à mon goût.


Résultat de recherche d'images pour "la belle et la bete acteurs"



Je me faisais la même remarque quand je regardais des interviews des acteurs, notamment Josh Gad qui joue LeFou. Je ne sais pas si c'est parce qu'ils sont bons acteurs ou qu'ils ressemblent physiquement beaucoup à leurs personnages, mais je ne me suis jamais dit : "lui ça ne va pas du tout". Chacun a incarné parfaitement son personnage pour moi.
Image associée



Exactement ! D'ailleurs en parlant de LeFou, j'ai énormément aimé l'évolution de son personnage. Ce n'est pas dans le Disney d'origine, mais pour le coup, c'est un ajout que j'ai adoré !
As-tu entendu que le film est censuré dans plusieurs pays, voire interdit aux moins de 16 ans en Russie ? En effet, ils n'ont pas aimé l’ambiguïté de la relation entre Le Fou et Gaston. Oui, il y a quelques situations présentées de façon amusante et qui montre l'admiration (voire plus) de Le Fou pour Gaston, mais tout est suggéré subtilement, de là à dire son attitude est gay et qu'elle peut encourager les jeunes... D'ailleurs, que le personnage soit gay ou non n'est pas plus mis en avant que ça et c'est vraiment chercher la petite bête. C'est ridicule.


Je n'ai rien vu non plus qui puisse choquer. À part les adultes, qui, comme tu l'as dit, vont s'amuser de l'attitude de LeFou pour attirer l'attention de Gaston, il n'y a rien qui pourra choquer les enfants. D'ailleurs, l'acteur a dit dans une interview qu'il appréciait que son personnage évolue et ouvre les yeux sur la vraie personnalité de Gaston. Globalement, on voit que Disney a voulu aller plus loin avec le film par rapport au dessin animé. Certaines choses gardées sous silence sont dévoilées (les parents du prince ou la mère de Belle) et j'ai trouvé ça bien. Ça apporte vraiment quelque chose en plus à l'histoire. 

Je suis globalement séduite par le film et je me l'achèterai lors de sa sortie en DVD pour le voir en V.O. Peut-être que ce qui m'a dérangée au cinéma me marquera moins alors. Et puis j'ai envie d'entendre les vraies voix des acteurs et les chansons en V.O..



Alors pour la V.O., il y a quand même quelque chose qui m'a choquée. Quelque chose de bête... Le cheval, Philibert. Ce cher Philibert qui est présent pendant tout le film, qui joue bien son rôle et est un personnage non négligeable au final. En V.O. il ne s'appelle pas ainsi, il se nomme Philippe ! Je n'ai pas réussi à m'y faire. Surtout à cause de la similarité des deux prénoms. Mais ce n'est qu'un détail.
Je pense aussi me prendre le DVD pour le voir en V.F., car je suis aussi curieuse de voir ce que ça donne et de pouvoir le comparer avec la version française du dessin animé Disney.


Vivement la sortie du DVD et, en attendant, il nous reste la bande originale (en VO et en VF).






Concours Rebecca Kean Tome 6

samedi 25 mars 2017

Là où tu iras j'irai de Marie Vareille



Là où tu iras j'irai
de Marie Vareille

Éditions Fayard/Mazarine

Sortie le 15 mars 2017
Format broché / 378 pages / Prix 17,90 €



Présentation de l'éditeur :

Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique.
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier.
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.

Une comédie pétillante, pleine d’humour et d’émotions.

Âgée de 31 ans, Marie Vareille a reçu le prix Confidentielles pour Je peux très bien me passer de toi (Charleston, 2015) et le Prix du meilleur roman jeunesse du Parisien pour Élia, la Passeuse d’âmes (PKJ, 2016). Là où tu iras j’irai est son quatrième roman.

L'avis de Chani

La carrière d’actrice d’Isabelle est au point mort et sa vie privée prend l’eau quand elle panique lors de la demande en mariage faite par son fiancé. Sans domicile ni travail fixe, le besoin d’argent la pousse à accepter la proposition d’Adriana, dix-sept ans, pour faire capoter le mariage de son père en le séduisant. Le challenge ? Réussir à passer pour une authentique Nanny alors que la jeune femme déteste les enfants, et est pour le moins excentrique, tout en réussissant à faire succomber celui qui n’est autre que le cinéaste qui l’a recalée lors d'un casting il y a quinze ans…

J’étais ravie de retrouver la plume de Marie Vareille pour cette comédie romantique pleine de fraîcheur et de bonne humeur, un roman feel good pourrait-on dire pour coller à l’air du temps. Grâce à des personnages à la fois hauts en couleur et touchants, elle réussit à emporter le lecteur avec elle en Italie et il suit avec gourmandise les péripéties d’Isabelle, Nicolas, Valentina, Jan et les autres. L’intrigue est maîtrisée et ne part pas dans une loufoquerie qui lui aurait fait perdre toute crédibilité, au contraire, on y croit, on espère, on vit les aventures d’Isabelle en souhaitant, bien entendu, qu’elles se terminent avec une fin heureuse. L’auteur nous divertit, nous fait sourire et la fin vient bien trop vite, j’aurais volontiers continué un bout de chemin avec tous les protagonistes pour aller là où ils iront…



Pas de sexe le mardi de Tracy Bloom



Pas de sexe le mardi
de Tracy Bloom

Éditions MILADY

Sortie le 17 mars 2017
Format broché / 352 pages / Prix 18,20 €



Présentation de l'éditeur :

— Ça te dirait de prendre un verre un de ces soirs ?
— D’accord, mais seulement un verre. Rien de plus.
— Dans ce cas, on ferait mieux de choisir un mardi, répondit-il avec le plus grand sérieux.
— Pourquoi ?
— Parce que personne ne couche le mardi.
Après la nuit qu’ils viennent de passer ensemble, Matthew et Katy sont d’accord sur un point : ils ne se reverront jamais !
Ils tiennent parole, mais le sort s’acharne : huit mois plus tard, ils se retrouvent par hasard au même cours prénatal. Entre une épouse coincée et un petit ami irresponsable, tous deux doivent trouver un compromis acceptable si Matthew se révèle être le père du bébé de Katy. Ce serait tellement plus simple si les sentiments et les hormones ne s’en mêlaient pas...
« Ce roman hilarant vous séduira par son intelligence. » Marie Claire
« Une comédie sentimentale pleine d’esprit. » Sunday Mirror

L'avis de Chani 

Katy et Matthew étaient ensemble au lycée. Et puis le jeune homme l’a trompée et ils ne se sont jamais revus jusqu’à la fête des anciens quinze ans plus tard. Passée la haine, puis trois bouteilles de vin, ils remettent le couvert une seule et unique fois alors que l’un et l’autre sont en couple. Huit mois plus tard, la femme de Matthew attend des jumeaux et Katy est enceinte aussi, mais ne sait pas vraiment de qui…

 Si vous avez vu ou lu Bridget Jones Baby, vous conviendrez que le pitch du roman de Tracy Bloom y ressemble furieusement, mais en moins drôle, moins sexy, plus cliché et vulgaire, et nettement moins divertissant. Les personnages sont tout sauf attachants, Matthew est détestable, Ben immature, Katy indécise et insupportable. L’auteur accumule les clichés, parfois sexistes (encore pire quand c’est une femme) sur les femmes enceintes (ou pas), déprimées et dévorées par leurs vergetures ou les femmes un peu trop libérées à son goût. L’intrigue n’est pas bien palpitante, Katy choisira-t-elle la stabilité relative d’un homme mûr, mais infidèle, qui l’a déjà jetée comme une vieille chaussette puante, ou la fraîcheur un peu niaise de son cadet de huit ans, ce qui semble être le comble de la décadence pour l’auteur qui ne se remet pas de leur différence d’âge (quelqu’un pour lui dire que c’est elle qui a écrit le bouquin ?). Pour de la chick lit, je n’ai pas ri, ni même esquissé l’ombre d’un sourire amusé, je me suis simplement ennuyée…



Le cycle des robots, Tome 1 : Les robots d'Isaac Asimov



Le cycle des robots
Tome 1 : Les robots

de Isaac Asimov

Editions 84

Sortie le 23 juin 2012
Format poche / 284 pages / Prix 6,00 €



Présentation de l'éditeur :

Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.
Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

L'avis de Chani 

Cycle classique de la science-fiction, Les Robots est le livre inaugurant la célèbre série d’Asimov. Dans ce recueil de nouvelles sur la thématique de l’intelligence artificielle, Asimov décrit l’évolution de la robotique, d’abord au service de l’homme, puis l’asservissant, le tout en un laps de temps assez court puisque la première nouvelle se place en 1996 avec Robbie le robot serviable voire servile, pour s’achever en 2044 avec un robot président. Écrit dans les années 40, ces textes peuvent paraître un peu désuets, mais reprennent tout leur sens en les replaçant dans leur contexte. En effet, la période d’écriture correspond au début de la robotique, porteuse de tous les espoirs, craintes ou fantasmes. Asimov soulève des sujets de société toujours actuels comme la transgression (malgré les fameuses trois lois) ou l’appétit pour le pouvoir, et si aujourd’hui les robots nous font moins peur que la puissance des réseaux sociaux, l’omniprésence des supports numériques et notre dépendance à ces derniers, c’est avec nostalgie que l’on parcourt ces neuf nouvelles qui poussent toujours à réfléchir.



mardi 21 mars 2017

Fête païenne - Ostara



Dans le monde celtique, l'année est représentée sous forme de cercle, on parle de roue de l'année. Le rond symbolise l'éternel recommencement, le cycle de la vie.
Les saisons sont décomposées en deux catégories : les saisons claires et les saisons sombres. Sur cette année celtique on retrouve 4 fêtes religieuses majeures, deux par saisons :
  • Imbolc (1 et 2 février) ;
  • Beltane (1er mai) ;
  • Lughnasadh (1er août) ;
  • Samain (31 octobre-1er novembre).
     
Il existe aussi 4 autres fêtes celtiques mais non religieuses, qui correspondraient plutôt à des fêtes sociales :
  • l'équinoxe de printemps : Ostara (21 mars) ;
  • solstice d'été : Litha (21 juin) ;
  • l'équinoxe d'automne : Mabon (21 septembre) ;
  • solstice d'hiver : Yule (21 décembre) .
     
Elles étaient l'occasion de rassemblements et de festivités.

J'écrirai une présentation de chaque fête à la date qui lui correspond, que vous pourrez retrouver sur le blog.


Ostara


Signification

Qu'est ce qu'Ostara? 

Ostara est une fête celtique célébrée le 21 mars lors de l'équinoxe de printemps ou équinoxe vernal. Aussi appelée Eoster, Alban Eilir (nom druidique signifiant "La lumière de la Terre") ou Printemps, c'est la date durant laquelle le jour et la nuit sont en parfait équilibre et à partir de laquelle la lumière prend le pas sur les ténèbres.
C'est une période d'exubérance où la nature explose et déborde d'énergie. La grande déesse est présente sous sa forme de jeune fille et amante : les plantes poussent et les animaux se reproduisent.
Les espoirs nés lors d'Imbolc prennent naissance et se réalisent. C'est une époque de fertilité, de renouvellement, de nouveauté, de commencement. De ce fait, on honore la déesse de la fertilité ou du printemps : Ostara appelée aussi Eostre.



Eostre


Qui est Ostara/Eostre ? 

Eostre est une déesse saxonne de la fertilité. Ses symboles sont le lièvre et les œufs. C'est de son nom que vient le mot "œstrogène", les hormones féminines essentielles dans la reproduction. Mais, les Chrétiens se sont inspirés d'elle pour leur fête de Pâques.






Les œufs symbolisent l'univers et les promesses contenues à l'intérieur. Moitié mâle moitié femelle, le jaune correspond au Dieu et le blanc à la Déesse. Encore une fois, un équilibre parfait entre deux forces. Il est aussi l'image de la renaissance, de la création.




Le lièvre est lui un symbole lunaire représentant la fertilité. Réputé pour leur vie sexuelle importante et pour leur faculté de pouvoir de nouveau féconder la hase alors qu'elle a déjà une grossesse en cours, il évoque la vie nouvelle. C'est de lui que vient le lapin de Pâques qui apporte les œufs aux enfants lors de la fête chrétienne.

(Pour les livrovores sachez que le lièvre qui s'accouple, se dit "le lièvre bouquine". Petite anecdote livresque.)


La célébration

Concrètement, que faire pour fêter Ostara ?

Œufs décorés : pour célébrer Ostara il suffit d'abord d'honorer la déesse qui porte ce nom et donc de mettre en avant ses symboles. C'est ainsi que pour cette fête, on va décorer les œufs en les peignant de différentes couleurs (oui, c'est de là que vient la tradition des œufs de Pâques).
N'oubliez pas pour les enfants de faire la chasse aux œufs (des vrais peints ou en chocolat).

Plantes : on va planter de jeunes pousses. C'est la renaissance de la nature, on va donc y prendre part en s'occupant de son jardin en y semant des graines ou en y mettant de nouvelles plantes.


Honorer la nature : pour cela il suffit tout simplement de faire une promenade dans les bois ou au milieu de la nature. D'observer autour de soi les différentes représentations de la fête païenne Ostara. Contempler la nature renaître, les animaux batifoler, tout autant de traces de cette célébration. Mieux encore, marcher pieds nus dans l'herbe afin d'être encore plus proche de la nature. Lors de la balade, on peut cueillir quelques plantes et les mettre dans un vase chez soi.


Nourriture : Côté nourriture, on va privilégier les repas à base d’œuf (oui, oui toujours ces œufs), de graines (tournesol, sésame, citrouille...) et les salades de jeunes pousses.



J'espère que l'article vous aura plu et qu'il aura été instructif. Ci-dessous vous pouvez retrouver les différentes sources dont je me suis inspirée pour l'écrire. Enfin, n'hésitez pas à partager des sites et des informations sur cette fête. Ça me plairait beaucoup d'enrichir mes connaissances.


Cassiopée W.



Sources


http://fr.wikipedia.org/wiki/Ostara
http://www.guide-magie-blanche.com/grimoire/page,Ostara-22.html
http://www.guide-magie-blanche.com/rituels/fetes-magiques/index.html
http://www.goddessandgreenman.co.uk/ostara
http://www.wikihow.com/Celebrate-Ostara
http://loveofthegoddess.blogspot.fr/2010/03/ostara-celebration-of-goddess-of-spring.html