Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

samedi 28 septembre 2019

La machine de Léandre d'Alex Evans



La machine de Léandre
de Alex Evans

Éditions ActuSF

Sortie le 6 septembre 2019
Format broché / 259 pages / 18 €



Présentation de l'éditeur :

Constance Agdal, excentrique professeure de sciences magiques, n'aspire qu'à une chose : se consacrer à ses recherches et oublier son passé. Malheureusemet, son collègue disparaît alors qu'il travaillait sur une machine légendaire. La jeune femme le remplace au pied levé et fait la connaissance de Philidor Magnus, un inventeur aussi séduisant qu'énigmatique. Bientôt, une redoutable tueuse et un richissime industriel s'intéressent à ses travaux, sans oublier son assistant qui multiplie les maladresses et un incube un peu trop envahissant...
Texte suivi de la nouvelle La Chasseuse de livres.
Alex Evans, autrice du très remarqué Sorcières Associées, nous livre dans le même univers une enquête trépidante qui mêle admirablement steampunk et magie.

Avis de Lauryn :


J’ai découvert l’univers d’Alex Evans grâce à L’échiquier de Jade, que j’avais apprécié. Ici, l’auteure reprend son monde steampunk fétiche pour nous embarquer dans de nouvelles aventures, celles de Constance Agdal, professeur pétrie de complexes et incapable de trouver sa place dans un pays qui n’est pas le sien. Ce court roman est suivi d’une nouvelle, La chasseuse de livres, situé dans le même univers.

Ce monde mêlant à la fois magie et technologie est toujours aussi intéressant et varié, même s’il est clair que l’auteure ne fait que l’effleurer dans ce livre de 250 pages. C’est dommage, car il recèle un potentiel énorme qu’il serait agréable de voir se développer. C’était aussi le cas dans L’échiquier de Jade, et je pense que les lecteurs attirés par les univers fouillés et décrits en profondeur seront déçus.

Malheureusement, cette fois, je n’ai pas été convaincue ni par l’histoire, ni par les personnages. Trop prévisible, le récit ne bénéficie pas de rebondissements capables de surprendre le lecteur, ni même de le tenir en haleine. Pourtant, la base était bonne et, pour moi, le fait d’enfermer le roman dans un cadre si court (180 pages) est en grande partie responsable de mon ressenti. L’auteure ne pouvait guère développer quelque chose de complexe dans un tel format. À côté, la nouvelle paraît mieux construite, mieux exploitée. Dommage !

Les personnages du roman ne m’ont pas plus accrochée que l’histoire. Ils sont insipides, voire creux, et l’héroïne intelligente, bourrée de qualités mais pas très jolie et habillée comme un sac à patates est particulièrement stéréotypée et sans saveur. Encore une fois, celle de la nouvelle est mieux réussie, plus attractive, même si elle a un caractère à lui filer des baffes ! Les dialogues, eux aussi très plats, n’aident pas à apprécier les personnages.

Bref, vous l’aurez compris, ce livre est une déception. Le roman aurait mérité d’être publié à part, dans un format plus long pour lui permettre de réellement s’exprimer et d’approfondir l’univers qu’il défend. Car c’est cet univers, original et complet, qui permettrait aussi d’obtenir des personnages très variés et intéressants.

Dans un tout autre domaine, j’ai noté quelque chose de très désagréable pour la lecture : les coquilles. À voir les mots manquants et les virgules placées en dépit du bon sens, le lecteur pourrait croire que la phase des corrections a été quelque peu oubliée (Ex : “S’ils pensaient tous les deux que trouver ce grimoire, j’avais de bonnes chances d’y parvenir”). Un peu, ça va, mais trop...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire