Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

samedi 1 octobre 2016

Cell. 7 de Kerry Drewery



Cell. 7
de Kerry Drewery

Éditions Hachette Romans

Sortie le 28 septembre 2016
Format poche / 380 pages / Prix 18,00 €



Présentation de l'éditeur :

On vient de l'apprendre : Jackson Paige, l'ancienne vedette de télé-réalité, a été assassiné.

La coupable, restée sur les lieux du crime, a déjà tout avoué. Il s'agit de Martha Honeydew, seize ans.

En vertu de la loi des Sept Jours de Justice, Honeydew a été placée en détentioin dans la Cellule 1 du couloir de la mort. C'est la première adolescente à être jugée par le système Chacun Sa Voix, dans lequel c'est vous, chers téléspectateurs, qui décidez du sort des accusés.

Chaque jour, elle avancera d'une cellule, vers la Cellule 7, où votre vote déterminera si oui ou non elle doit être exécutée.

21 millions de jurés.
1 prévenue.
7 jours pour revenir sur ses aveux.

La vie ? La mort ? à vous de juger !

L'avis de Chani

Dans un futur proche, la justice est désormais rendue par le citoyen. Dit comme cela, l’idée peut paraître intéressante. Quand on déplace le tribunal dans une émission de téléréalité, ça commence à devenir dérangeant. Quand on sait que les votes sont payants, ça devient glauque et quand on découvre qu’il n’y a ni preuves ni défense et que l’accusation est représentée par des animateurs télé, on en vient à se demander pourquoi on parlait de justice au début. Quand une société en vient là, le chaos est proche et tous les détournements du système et débordements sont possibles.

C’est dans ce contexte que Martha finit sous les projecteurs après avoir assassiné Jackson Paige, ancienne star de téléréalité devenue philanthrope. S’aliénant des hordes de fans en deuil, la jeune fille a très peu d’espoir de sortir du couloir de la mort en vie. Pourtant, pour sa conseillère, quelque chose cloche, mais comment faire entendre la vérité dans un système qui a oublié jusqu’à ce que le mot veut dire ?

L’idée de départ est plutôt bonne et pas si incongrue que ça. L’omniprésence des médias, la manipulation des masses, la fin de médias indépendants, Kerry Drewery reprend des thèmes bien connus depuis 1984. Comme le dit la Voix dans Secret Story (on a les références qu’on mérite), méfiez-vous des apparences, et c’est ce que le livre va s’atteler à démontrer pendant presque 400 pages. Et c’est là l’intérêt principal du roman, à savoir : autopsier les mécanismes de manipulation des foules ou comment les propos et actes peuvent être complètement détournés une fois sortis de leur contexte. L’intrigue en elle-même est simple et cousue de fil blanc, Cell. 7 ne réinvente pas la roue mais permet de se divertir tout en réfléchissant et c’est déjà pas si mal…





18,00 EUR
Achat Fnac

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire