Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 1 février 2016

Le lecteur de cadavres de Antonio Garrido

Le Lecteur de Cadavres
de Antonio Garrido


Éditions Le Livre de Poche

Sortie le 3 juin 2015
Format poche / 768 pages / 8.60€

Présentation de l'éditeur :

Ci Song est un jeune garçon d’origine modeste qui vit dans la Chine du XIIIe siècle. Après la mort de ses parents, l’incendie de leur maison et l’arrestation de son frère, il quitte son village avec sa petite sœur malade. C’est à Lin’an, capitale de l’empire, qu’il devient fossoyeur des « champs de la mort » avant d’accéder à la prestigieuse Académie Ming. Son talent pour expliquer les causes d’un décès le rend célèbre. Lorsque l'écho de ses exploits parvient aux oreilles de l'empereur, celui-ci le convoque pour enquêter sur une série d'assassinats. S'il réussit, il entrera au sein du Conseil des Châtiments ; s'il échoue, c'est la mort. C'est ainsi que Cí Song, le lecteur de cadavres, devient le premier médecin légiste de tous les temps. Un roman, inspiré par la vie d’un personnage réel, captivant et richement documenté où, dans la Chine exotique de l'époque médiévale, la haine côtoie l'ambition, comme l'amour, la mort.

Avis de Cassiopée : 

Le lecteur de cadavres est un peu décevant. En effet, rien que la quatrième de couverture raconte plus de la moitié du roman. Si vous espérez de nombreuses autopsies, des enquêtes, des détails sur comment le personnage principal a développé la médecine légale et les méthodes qu'il a découvertes, passez votre chemin.

Ce roman raconte la vie de Cí, ou plutôt tous ses malheurs. Il y a très peu de lectures de cadavres par rapport à la taille du livre, mais beaucoup de drames en tout genre. Drames qui deviennent lassants à force. On se croirait dans Les malheurs de Sophie ou dans Rémi sans famille... C'est lourd, c'est trop... Au milieu de tous ces malheurs, on espère des autopsies, des recherches médico-légales qui ne viennent pas ou sont trop brèves et sans intérêt.
Cela concerne les trois quarts de l'ouvrage. Une suite d'événements de la vie du malheureux Cí. Heureusement, la dernière partie est prenante, avec quelques corps et une enquête. Ce dernier volet permet de terminer l'ouvrage avec un peu de satisfaction.

Malgré une grande partie de l'ouvrage assez frustrante, nous pouvons noter que l'auteur a fait un très bon travail de recherche sur la Chine du Moyen-Âge. Il utilise le vocabulaire propre à l'époque et au pays. De plus, il a ajouté un lexique à la fin de l'ouvrage dans le but d'expliquer la signification de ces mots nouveaux pour le lecteur. On y retrouve aussi une bibliographie, ce qui est très intéressant.

Le style d'écriture permet une lecture rapide, heureusement car au milieu de tout cela, certains événements posent quelques questions : il arrive à Cí deux fois de plonger dans de l'eau pas propre du tout en ayant des plaies assez sérieuses (rappelez-vous j'ai parlé de nombreux malheurs...), et à aucun moment dans cette Chine moyenâgeuse, ce jeune garçon n'a une infection. Il ne se soigne même pas. C'est un surhomme... Je veux bien croire que sa "condition" (je ne vais pas tout vous dire non plus, la quatrième de couverture est déjà trop développée) lui permet de supporter certaines choses, mais pas de lui éviter les maladies et infections liées à une plaie non soignée et contaminée. Il y a du non-sens à certains moments.

Enfin, dans certains passages, les ficelles sont un peu grosses et laissent deviner les événements qui vont arriver. Des répétitions et des questionnements récurrents laissent comprendre aisément comment va se dérouler la suite.

Ce roman est donc un roman de détente, peut-être parfait pour l'été pour se changer les idées à la plage. Un roman dont il ne faut pas attendre d'enquêtes, ni de recherches médico-légales, mais simplement une histoire d'un homme qui a beaucoup de malheurs.




8,60 EUR
Achat Fnac

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire