Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 27 décembre 2012

Fever Moon de Karen Marie Moning

Fever Moon
de Karen Marie Moning

Editions Del Rey Books

Sortie le 19 juillet 2012
Relié / 144 Pages / 19,31 €

 

Présentation de l'éditeur (traduction réalisée par Arden) :

Dans Fever Moon, nous rencontrons le plus ancien et le plus mortel des Unseelie jamais créé, le Fear Dorcha. Pendant longtemps, il a traversé les mondes aux côtés du roi Unseelie, semant sur son passage douleur et destruction. Désormais, Dublin est son nouveau lieu de chasse, et tous ceux auxquels Mac tient sont en danger.
Dublin est une zone de guerre. Les murs entre les humains et les Fae sont tombés. Un tiers de la population a disparu et le chaos règne. Emprisonnés pendant plus de cinq cent mille ans, les Unseelies sont libres et à chaque fois que Mac en croise un, il est plus abominable que le précédent. Les armes humaines n'ont aucune chance contre eux.

Une lune rouge se tient au-dessus de la ville et quelque chose de sombre et de sinistre hante les rues de Temple Bar, choisissant ses victimes avec soin, visant tout particulièrement les proches de Mac. Armée en tout et pour tout de la lance de la Destinée, accompagnée de Jericho Barrons, elle doit alors faire face à l'ennemi le plus terrifiant qu'elle ait rencontré.

L'avis de Lila :

Fever Moon prend place dans la saga Fièvre entre les 4ème et 5ème tomes. Il est donc conseillé d'avoir au moins lu Fièvre Fatale avant d'entamer la lecture du comic, pour éviter les spoils principalement, mais surtout pour bien comprendre le contexte dans lequel il s'inscrit.

KMM et son équipe ont vraiment soigné le travail. La couverture épaisse et cartonnée est très jolie, c'est véritablement un objet que les fans seront enchantés d'avoir dans leur bibliothèque. Concernant l'aspect graphique, il est difficile de ne pas être mitigé. Il y avait très peu de chances pour que Mac et Barrons ressemblent à ce que chaque lecteur avait imaginé de son côté. Pour en être convaincu, il suffisait d'ailleurs de faire un tour sur la page Facebook de l'auteur et de regarder le type de physiques qu'elle aime : des métrosexuels poussés à l’extrême et bodybuildés pour les hommes, des poupées Barbie un peu vulgaire pour les femmes. Certains adorent, d'autres détestent. C'est ce genre de descriptions qu'on peut sans surprise donner aux personnages de Fever Moon. Mais il faut lui concéder cela, l'univers du comic se prête tout particulièrement à ces stéréotypes et c'est même plutôt la norme.

Donc Barrons ressemble à un croisement entre un vendeur d'assurances et un bœuf, Mac a visiblement fait un tour dans l'émission américaine Extreme Makeover et ça fait mal à nos petits cœurs de midinettes. Mais c'est finalement du détail, car les planches sont magnifiques, il faut le reconnaître. Et de toute façon, aucune représentation dessinée de Barrons n'aurait pu faire l'unanimité, soyons honnêtes.
KMM ne s'est pas moquée de ses lecteurs et a su s'entourer des meilleurs. Chaque image est riche en détails, on retrouve l'ambiance de Dublin telle qu'on l'a découverte dans la saga et il est véritablement plaisant de voir illustrés certains lieux comme le Chester's ou la librairie de Barrons.

L'histoire se suit avec enthousiasme. C'est rythmé et plein de bonnes idées. Rien de transcendant ni d'indispensable, mais l'ensemble est cohérent, bien amené et agréable à découvrir. On retrouve avec bonheur les échanges entre Mac et Barrons, qui sont toujours aussi jouissifs. Certaines situations sont même assez drôles. Même en anglais, les textes restent accessibles aux lecteurs qui maîtrisent moyennement cette langue, n'importe quel traducteur en ligne pouvant dépanner en cas de besoin.

Pour conclure, Fever Moon est un joli cadeau pour les fans, il permet de replonger dans l'univers de la saga Fièvre et de retrouver Barrons et Mac dans une aventure inédite. Pour peu qu'on arrive à dépasser la déception ressentie en découvrant les versions dessinées des deux héros, on passe un très bon moment et la suite n'est que du bonheur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire