Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 24 janvier 2011

Le bal des ombres de Deborah Hale

Le bal des ombres
de Deborah Hale


Éditions: Harlequin
Collection: Les Historiques


Format Poche / 344 pages


Présentation de l'éditeur

Angleterre 1817. La vie de Lord Lucius Daventry, un séduisant aristocrate, bascule à Waterloo quand une balle le blesse grièvement au visage. Abandonné par sa fiancée, il cache sa disgrâce derrière un masque et se claquemure dans son château... jusqu'au jour où son grand-père mourant l'implore d'épouser Angéla, une jeune personne qu'il tient en haute estime. Lucius se résigne alors à rencontrer l'intéressée, et, lors d'une brève et orageuse entrevue dans la pénombre d'un salon, lui annonce abruptement sa décision : tous deux vont se fiancer - et rompre sitôt le vieil homme décédé...

Avis de Kamana

Entre le moment où le baron Lucius Daventry demande sa main à Angela et celui où leur relation doit se finir, bien des choses vont se passer, changeant la donne du deal de départ. En effet, même si les fiançailles ne sont que fictives, pour satisfaire un mourant – qui l’ignore car seul les tourtereaux et les médecins sont au courant de cette fin proche – les sentiments vont venir s’immiscer, d’abord tendres puis fulgurants, bouleversant la jeune femme.

Lord Lucifer, ainsi que l’appellent les gens est le sujet de bien des discussions sur le fait qu’il s’enferme, ne vive que la nuit. D’ailleurs nombreux sont ceux à lui prêter quelconque activité satanique ! Ne prenant pas compte de ces on-dit, Angela va braver sa peur et découvrir tous les secrets de Lucius. Pour obtenir son amour, Angela va se brûler les ailes, montrant ses sentiments profonds puis, clamant haut et fort son émoi, tentant vainement que l’engagement pris devienne réel.
Lui défiguré, cachant son hideux visage sous un masque, tombe irrésistiblement sous le charme, mais ses démons l’effrayent et la peur de faire souffrir Angela prendra le pas sur ses émotions. Ne voulant ni pitié, ni apitoiement, il ferme son cœur, se cache aussi bien derrière son masque de cuir autant que derrière un mur d’indifférence feinte. Car nulle ne pourrait l’aimer avec cette monstruosité comme visage, lui dont on disait qu’il était le plus bel homme d’Angleterre.

L’auteure joue de sa plume pour nous amener à aimer nos tourtereaux. La trame certes ne recèle aucun secret, aucune énigme, ni suspense mais l’écriture émouvante nous happe et nous emmène au cœur de cette belle historie d’amour. Les personnages sont profonds, sincères, riches, qu’ils soient du premier plan ou secondaires, nous ferons la connaissance de plusieurs d’entre eux, comme le vicaire qu’on va prendre en pitié, le pauvre ! Le résumé laissait présager un décor sombre mais il n’en est rien. Certes l’auteur ne s’arrête que peu sur l’environnement mais pour mieux s’attarder sur la personnalité des acteurs de cette histoire.

Non qu’elle soit une romance incontournable, vous trouverez ici juste le bonheur de voir comment l’amour combat les préjugés et amène la beauté dans les yeux de ceux qui regardent plus loin que les apparences.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire