Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 13 septembre 2011

Le roi des cimes de Stephen Deas

Les Rois-Dragons
Tome 2 : Le Roi des Cimes
de Stephen Deas

Éditions Pygmallion

394 pages / 21,90 €



Présentation de l'éditeur:

Le prince Jehal n’a pas ménagé sa peine pour arriver au sommet du pouvoir : tortures, empoisonnements et trahisons en tout genre ont été son quotidien pendant plusieurs années. Mais cela a payé : il peut désormais jouir en toute impunité des avantages liés à ses nouvelles fonctions. Et pourtant... il nourrit à l’égard de la femme qu’il a épousée des sentiments plus complexes que le simple intérêt politique, ce qui n’est pas du goût de sa maîtresse. Ailleurs dans le royaume, les barons attachés à l’ancien régime complotent contre lui. Et nul ne sait si le dragon blanc est toujours en vie ou non. Sevré depuis trop longtemps du traitement qui asservit les monstres ailés, ce dernier pourrait bien avoir récupéré la totalité de ses capacités physiques et intellectuelles... et vouloir se venger !


L'avis de Phooka:


Après un tome 1, Le palais Adamantin,  qui m'avait enthousiasmée, je me suis plongée avec beaucoup d'envie dans ce Roi des cimes, qui est la suite dans la série des Rois-dragons de Stephen Deas.
Soyons honnête, j'ai eu un peu de peine au début ... Je n'arrivais pas à avancer, pourtant tous les personnages me revenaient bien en tête (pour une fois ... ), mais il ne se passait pas grand chose et ma lecture s'enlisait. Et puis, arrivée à la deuxième partie  (sur quatre), clac... déclic! On passe à la vitesse supérieure, les évènements s'enchaînent et je me suis mise à dévorer le roman exactement comme pour le premier tome. J'ai avalé les 300 pages suivantes avec gourmandise.
J'y ai retrouvé tout ce qui m'avait plu dans le premier volume: des personnages et des situations complexes, un monde quasi féodal dans lequel les dragons soumis et drogués font office de chevaux, des trahisons, des complots, et des protagonistes au destin parfois franchement tragique !
Car oui, il faut le dire, Stephen Deas n'est pas un tendre. Il n'a aucune pitié pour ses héros petits ou grands.  Un peu à l'image de Neige, cette dragonne blanche "éveillée" qui se souvient de son passé et de celui ses congénères. Un passé glorieux plein de batailles et de fureur. Neige, dragonne renégate qui n'a de cesse d'essayer de "réveiller" d'autres dragons pour mener une guerre contre les humains qui droguent et utilisent les siens comme des esclaves. Neige qui est "aidée" par Kemir, un ancien bandit qui regrette bien souvent "d'avoir été au mauvais endroit au mauvais moment". Neige est son "amie" ... peut-être ... ou pas. Mais amie ou pas, il sait que si Neige a faim et qu'il n'y a rien d'autre, elle le mangera comme elle a mangé beaucoup d'autres humains dont certains étaient justement des ... amis.


Hormis Neige, beaucoup de personnages jalonnent ce roman. Des personnages ambigus, tiraillés bien souvent entre leur humanité et leurs ambitions. Tel Jehal, qui complote en permanence pour devenir "Khalife à la place du Khalife" mais qui ne peut se résoudre à faire assassiner sa femme qu'il aime contre toute attente. Jehal, au comportement odieux (et qui le paye cher), mais qu'on n'arrive pas à détester totalement. On ne peut s'empêcher d’espérer que ses manigances aient un but plus noble ...
Et puis il y a Zafir, l'Oratrice, celle par qui tout arrive. Celle dont l'ambition n'a pas de limite. Celle qui n'a aucune pitié. Beaucoup vont souffrir à cause d'elle, des rois et des reines qui n'ont pour faute que d'avoir essayé de l'arrêter ...

Le tout est servi par une écriture nerveuse, qui, une fois passée la première partie un peu lente, donne un rythme effréné à la lecture! Batailles dans les airs, à dos de dragon, complots et trahisons sont au menu (plus pas mal d'humains pour Neige et ses compagnons :)). Le résultat, c'est de la bonne Fantasy, avec un mélange équilibré d'action, de politique et ... de dragons! :) 

Ma foi, je serai au rendez-vous pour le prochain (et dernier) tome de cette trilogie, c'est sûr.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire