La trilogie Le Peuple de l'air d’Holly Black



La trilogie Le Peuple de l'air 
Tome 1 : Le prince cruel
Tome 2 : Le roi maléfique
Tome 3 : La Reine sans royaume
de Holly Black

Éditions Rageot Editeur

Sortie le 2 septembre 2020
Format broché / 544 pages / 18,90 €
Sortie le 14 avril 2021
Format broché / 480 pages / 19 €
Sortie le 23 mars 2022
Format broché / 448 pages / 19 €


Présentation de l'éditeur du tome 1 :

Jude a 17 ans et vit à la Haute Cour de Domelfe dans le royaume de Terrafæ. Enlevée au monde des mortels lorsqu’elle n’était qu’une enfant et élevée avec ses sœurs parmi les puissants, elle a appris à se protéger des sortilèges et à se battre à l’épée. Pourtant, elle subit jour après jour les moqueries et les insultes. Car elle n’est qu’une humaine, vouée à la mort, dans un monde où règnent les Fæs, créatures sublimes, immortelles… et cruelles. 
Personne ne la hait plus que le Prince Cardan. Le plus jeune des héritiers de la couronne semble décidé à lui nuire. Jusqu’à la tuer ? Mais Jude, elle, est prête à tout pour gagner sa place à la cour et reprendre le pouvoir sur sa vie. 

L'avis de Jm-Les-Livres :

J’ai acheté le premier tome, Le prince cruel, principalement pour la couverture mais le résumé et les avis aperçus par-ci par-là ont confirmé mon achat. En plus, je ne lis pas souvent de fantasy donc un univers sur des Faës avait de quoi intriguer, même si l’héroïne est une adolescente. J’ai donc commencé ce livre et… j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire et à m’attacher aux personnages. 

Les Faës sont vraiment des créatures cruelles, elles jouent avec les humains qui ont l’espérance de vie d’un moustique pour eux. Les humains sont faibles physiquement et si facilement manipulables. Le pire, c’est que lorsqu’on explique aux Faës que ce qu’ils ont fait est mal, ils ne comprennent pas. J’ai eu beaucoup de mal à trouver un personnage auquel m’attacher. Même l’héroïne, Jude, ne trouvait pas grâce à mes yeux. Enlevée et élevée par le meurtrier de ses parents, un Faë impitoyable, je ne comprenais pas pourquoi elle essayait autant de lui plaire, quitte à être aussi violente que lui. Et puis les intrigues ont commencé et les pièces se sont mises en place. J’ai compris pourquoi Jude devait être prête à tout, même à ruser et intriguer autant que les Faës eux-mêmes. Pourquoi, comparée à sa sœur jumelle, Taryn, il fallait qu’elle fasse des vagues. C’était pour ne pas être broyée par la force des Faës. Car au final, ce sont toujours eux les grands gagnants.
Après tout, comment une fragile humaine peut-elle résister aux immortels Faës ? En jouant leur jeu, et en le jouant mieux qu’eux.

Dès le début, les rêves de Jude semblent impossibles à réaliser, surtout qu’elle ne peut compter que sur elle-même. Taryn veut se fondre dans la masse, sa demi-sœur, Vivi, ne rêve que de retourner dans le monde des humains et Jude n’a aucun ami ou allié ou, en tout cas, pas en qui elle peut avoir totalement confiance. Mais malgré cela, celle qui semblait n’être qu’un vulgaire pion sur l'échiquier, devient, au fil des tomes, une pièce indispensable, celle qui fait avancer le jeu. Elle est dure, rusée, déterminée et ambitieuse. Elle a aussi des défauts ce qui la place dans des situations périlleuses. Mais peu importe le nombre de coups qu’elle prend, Jude se relève toujours, prête à reprendre le combat.
Au final, j’aime beaucoup le personnage de Jude. Elle est faillible, trop ambitieuse parfois, plus humaine qu’elle le voudrait, surtout quand il est question de sentiment. Mais j’ai aimé qu’elle ne baisse jamais les bras, même quand la situation semble perdue. Elle est intelligente et elle comprend parfaitement ce monde. Elle n’est pas gentille ou méchante, elle est les deux en fonction de la situation, elle s’adapte, plie mais ne rompt pas. Comme tous les personnages de cette trilogie en fait. Chacun joue son propre jeu pour essayer d’en sortir vainqueur. Humains, Faës, faibles ou puissants, chacun abat ses cartes, bouleverse le jeu et intrigue pour son propre compte.
Le tout est servi par la plume magistrale d’Holly Black. L’auteure nous embarque facilement dans les manipulations, dans les descriptions et dans la tête de Jude. Elle a créé un univers fascinant et dangereux. On angoisse pour Jude, pour les menaces qui pèsent sur elle, sur les mauvaises décisions qu’elle pourrait prendre et qui conduiraient à sa chute. Jusqu’au bout du troisième et dernier tome, on se demande comment tout cela va finir. 

Cette trilogie m’a entraînée malgré moi en Faërie, m’a obligée à suivre des personnages ni vraiment bons ni vraiment mauvais. Et j’ai adoré le voyage ! D’ailleurs, j’en aurais bien voulu encore. Si vous aimez les univers un peu sombres, avec des intrigues politiques et une petite (légère) dose d’amour, cette trilogie est faite pour vous.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Webzine