Au cœur de l'orage de Catherine Ganz-Muller

 



Au coeur de l'orage
de Catherine Ganz-Muller

Éditions Scrineo

Sortie le 10 mars 2022
Format broché / 387 pages / 16,90 €


Présentation de l'éditeur :

En 1934, la famille Mendel fuit l'Allemagne nazie et tente de reconstruire sa vie en France. Lorsque la guerre éclate le 2 septembre 1939, leur demande de naturalisation est définitivement reportée. Ils sont tous séparés : Alexandre Mendel et sa fille, Lise, sont internés dans des camps "d'indésirables ", tandis que Clara Mendel et sa mère, Oma, rejoignent la zone libre. Commencent alors les doutes, les peurs et les questionnements pour chacun : vont-ils se retrouver ? Vont-ils s'en sortir vivants ? Malgré un quotidien tumultueux où les lois antisémites et la police de Vichy sont de vigueur, jamais l'espoir ne les quittera…


L'avis de Tsuki : 

Je porte un intérêt particulier aux récits sur la Seconde Guerre Mondiale, j’étais donc très curieuse de découvrir ce texte basé sur des faits réels et, si j’ai été prise par l’histoire, j’ai trouvé que le tout manquait de volume et d'émotions.

Nous sommes entraînés au cœur de la famille Mendel, suite à leur départ d’Allemagne pour fuir le régime nazi. Ils sont installés en France depuis trois ans, la vie se passe bien, la naturalisation est proche, mais le gouvernement du Reich prend de l'ampleur, les étrangers de France deviennent apatrides sans parler la religion juive qui est de plus en plus délicate à mentionner. Le lecteur est alors emmené avec cette famille qui vole en éclat, dans des camps d’indésirables ou en fuite vers le sud. Chaque membre vit des épreuves difficiles, est épuisé physiquement, émotionnellement et psychologiquement, à travers tout cela je m’attendais tellement à vivre les émotions avec ces personnages. Je sais qu’il est difficile voire impossible de retranscrire ce genre de chose, néanmoins je ne pensais pas vivre cette lecture avec le sentiment de survoler les événements. Le rythme est là, les pages se tournent facilement, malgré tout il manque cette émotion qui devrait vous prendre aux tripes et ne pas vous faire lâcher le roman avec la dernière page. J’ai également trouvé que la fin arrivait trop vite, j’aurais aimé savoir comment la famille avait vécu la fin de la Guerre, ce qui n’est pas le cas, nous terminons la lecture sur l’énumération sans relief de ce qu’ont vécu les personnages. Je trouve vraiment dommage de ne pas avoir ressenti ce que j’espérais à travers ces pages.

En bref, une histoire très prenante basée sur l’histoire de la famille de l’auteure, on s’attache malgré tout aux personnages. Je regrette vraiment de ne pas avoir ressenti plus d’émotion, d’avoir eu l’impression de n’être que spectateur, plutôt qu’être immergée dans cette histoire qui se mêle à l’Histoire. Peut-être en attendais-je trop de ce roman. J’ai passé un beau moment de lecture, le devoir de Mémoire est prégnant et irrémédiablement important, c’est pour cela que j’ai tout de même apprécié ma lecture. Néanmoins, il y a cette note manquante, qui me laisse sur ma faim une fois la dernière page tournée.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Webzine