Songes d'Irlande, Tome 1 : Révélations de Nora Roberts



Songes d'Irlande, 
Tome 1 : Révélations
de Nora Roberts

Éditions J'ai lu

Sortie le 10 novembre 2021
Format broché / 512 pages / 15,90 €


Présentation de l'éditeur :

Enseignante à Philadelphie, Breen dissimule une faille : la douleur causée par l'abandon de son père, Eian Kelly, quand elle était enfant. Un soir, chez sa mère, elle tombe sur des documents stipulant qu'elle possède des milliers de dollars sur un compte bancaire en Irlande, alimenté par Eian. D'abord sous le choc, Breen, encouragée par son meilleur ami Marco, démissionne et réserve ses billets d'avion, déterminée à découvrir la vérité et à profiter de ce pays qu'elle n'a connu qu'à travers les mots de son géniteur. Un pays intriguant aux vallées verdoyantes, aux côtes battues par le vent, où les ruines de châteaux forts témoignent d'un passé fascinant. Sur les traces d'Eian, au fil des rencontres, Breen va de fausses pistes en révélations, jusqu'à trouver un portail magique au pied d'un arbre immense...

L'avis de Jm-Les-Livres :

Dans la masse des rééditions de cette auteure chaque année, c’est un plaisir de trouver un titre inédit. Malheureusement pour moi, ce livre ne m’a pas convaincue.

Déjà, nous sommes dans un tome introductif dans lequel l’auteure doit présenter tout un univers parallèle, mais aussi les personnages et les enjeux. Si le premier point est intéressant (et pour le coup, j’aurais aimé en savoir plus), le second n’a pas fait décoller mon intérêt. C’est dommage, c’est sur l’héroïne et son rôle que Nora Roberts va se pencher.

On découvre donc Breen en même temps que ce nouvel univers, mais on se concentre sur elle et sur sa psychologie. Élevée par une mère qui a sapé sa confiance en elle, Breen reprend peu à peu foi en ses capacités au fil du livre. Le problème, c’est que c’est trop long, l’histoire est lente et le rythme pas loin d’avoir un encéphalogramme plat. Pas loin, car on croise trois/quatre fois le méchant de l’histoire, ce qui relève la tension, mais pour être honnête, il ne m’a pas impressionnée. Cependant l'héroïne non plus, donc bon… J’ai souvent eu envie de la secouer. Quand une grande destinée frappe à sa porte, on n’a pas envie que le héros de son histoire reste sur le seuil à hésiter (sauf dans Le Hobbit, mais il n’a pas hésité pendant 400 pages).

Finalement, il ne se passe pas grand-chose et sur un livre de presque 500 pages, c’est ennuyeux. Mon intérêt pour Breen et ses aventures n’a pas réussi à s’emballer. Les seuls qui m’ont donné envie d’en savoir plus, c’est Keegan, le héros (qui semble capable de botter les fesses du méchant tout seul) et Morena, l’amie de Breen. C’est dommage que ce livre ne m’ait pas plu plus que ça parce que l’univers est intrigant. Mais sans de bons personnages pour donner envie de s’y promener, il reste juste une jolie illustration sur une feuille de papier.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Webzine