Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 3 juillet 2020

Le vaisseau magique de Robin Hobb



Les aventuriers de la mer
Tome 1 : Le vaisseau magique

de Robin Hobb

Éditions J'ai lu

Sortie le 10 octobre 2003
Format poche / 317 pages / 7,20 €



Présentation de l'éditeur :

Les vivenefs sont des vaisseaux magiques liés à la famille qui les possède par des liens empathiques. Ces navires sont insaisissables, ils bravent les tempêtes, évitent les récifs, distancent les monstres marins, sèment les pirates... Et sont surtout l'objet de toutes les convoitises
Vivacia est la vivenef de la famille Vestrit. Le capitaine Ephron Vestrit est mourant et, parmi les siens, chacun ourdit complots et traîtrises pour s'approprier son vaisseau, car l'héritage d'une vivenef ne se transmet pas comme un legs normal. Et ce tandis que d'autres dangers se profilent à l'horizon : les serpents de mer qui infestent les océans se regroupent, et un ambitieux pirate aspire à unir ses pairs sous un seul pavillon : le sien..


L'avis de Lauryn :

Auteure incontournable de Fantasy, Robin Hobb offre ici un monde épuré, assez classique, où les deux axes majeurs sont l'existence de navires en bois sorcier, et la présence de serpents dont les origines semblent remonter à la nuit des temps. Les fameux navires, appelés vivenefs, deviennent vivants à la mort de trois générations de propriétaires. Ils possèdent alors un potentiel immense, allant même jusqu'à pouvoir naviguer seuls, ce qui augmente considérablement leur valeur.

Dans ce premier tome, le lecteur découvre Althéa, fille cadette d'un capitaine d'une vivenef, la Vivacia, et qui partage à bord la vie de son père. Le jour où ce dernier meurt, il ne laisse pas le navire à cette fille pourtant destinée à lui succéder, mais à son aînée, jugée plus mâture. Malheureusement, cette dernière est mariée à un despote bien décidé à avoir la main mise sur la famille. À côté de cela, le lecteur suit aussi les rêves de grandeur de Kennit, un pirate décidé à fédérer les siens sous sa bannière.
Comme à son habitude, Robin Hobb prend son temps pour présenter ses personnages et décrire leur quotidien avant d'entrer dans le vif du sujet, mais toujours avec cette précision et ces détails nombreux qui peuvent parfois provoquer quelques longueurs. Pourtant, c'est justement cette richesse qui finit par pousser le lecteur à se plonger avec plus d'envie dans le livre pour en découvrir davantage et savoir, enfin, comment vont réagir les héros. Lorsqu'on arrive à la fin, c'est un peu frustrant, on aimerait connaître la suite sans plus tarder (je n'ai que le tome 1 dans ma bibliothèque, aïe).

Si l'auteure a bien un point fort, ce sont les personnages : travaillés, étudiés avec soin, ils ne cachent rien au lecteur. Leur psychologie est approfondie grâce à ce qu'ils affrontent, mais aussi grâce à leur vie quotidienne, dévoilée avec beaucoup de détails et qui permettent à la fois de découvrir comment ils en sont arrivés là, et quelle direction ils ont prise pour assurer leur avenir. C'est cela qui occupe le plus de place car, à côté de cela, il faut bien dire qu'il ne se passe pas grand chose. L'histoire est assez simple, et c'est uniquement en étayant et en dévoilant la vie de ses personnages que l'auteur arrive à en faire un tome entier.

Son style est efficace, direct et dynamique, si bien que l'on se plonge volontiers dans le récit. Elle y ajoute toujours une petite touche de mystère pour que le lecteur se pose des questions et attendent avec davantage d'impatience la suite. Cela fonctionne parfaitement.

J'avais ce livre depuis un moment dans ma bibliothèque et je l'ai lu suite à un challenge sur Babelio. Je ne le regrette pas. Je regrette juste de ne pas avoir la suite dans mes rayonnages !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire