Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 14 septembre 2016

King's Game - Roman Vol.1


King's Game - Roman Vol.1
de KANAZAWA Nobuaki

Éditions Lumen

Sortie le 15 mai 2014
Format broché / 430 pages / Prix 15,00 €


Présentation de l'éditeur :

Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange SMS qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s'embrasser. Le mystérieux expéditeur du message prétend que la classe entière participe à un "King's Game'. Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycéens sont bien obligés de se rendre à l'évidence : ils ont 24 heures pour s'exécuter et la sanction en cas de désobéissance est la mort.

Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu'elles soient, quoi qu'elles tentent pour s'échapper, la mort vient trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros... Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu'il ne s'abatte ?

1 classe, 32 élèves, 24 heures pour obéir. Une seule sanction : la mort.



15,00 EUR
Achat Fnac

L'avis de Lila : 

Une classe de lycéens, un jeu cruel, des morts en pagaille, une tension permanente et une ambiance horrifique, voilà ce que propose King's Game. Ajoutons à cela que c'est publié chez Lumen Éditions, un éditeur qui m'a déjà offert plusieurs gros coups de cœur, et il ne m'en fallait pas plus pour être très emballée par ce livre. Malheureusement, la déception pointe le bout de son nez rapidement pendant la lecture.

Nobuaki et ses camarades de classe se retrouvent embarqués, bien malgré eux, dans un jeu dangereux : le jeu du roi. La règle est simple : chaque jour, les élèves de la classe reçoivent un SMS dans lequel un ordre est donné. Si l'élève désigné n'obéit pas, un gage est donné, à lui seul, à plusieurs camarades ou à la classe entière. Au début, les élèves trouvent ça assez drôle. Les ordres sont gênants, mais faciles à suivre, et personne ne s'inquiète vraiment. Cependant, assez vite, les ordres donnés deviennent moins innocents, et les sanctions trop lourdes pour en rire encore. Un élève refuse de coucher avec un autre ? Hop, plusieurs morts. Les ordres donnés sont ainsi de plus en plus compliqués à exécuter, et les élèves, piégés, meurent les uns après les autres.

Personnellement, j'ai eu beaucoup de mal avec les ordres donnés, qui tournent quasiment tous autour de l'humiliation et de la sexualité. Des élèves se retrouvent forcés de coucher avec d'autres élèves qu'ils n'aiment pas sous peine de mourir, et quand l'un d'eux refuse de suivre cet ordre, on l'assomme avant de le violer, histoire de lui "sauver la vie". Ambiance.

Les personnages sont très nombreux (pas moins de 32 élèves dans la classe) et seule une poignée d'entre eux est développée. Et encore, on reste plutôt en surface. Difficile de s'attacher à eux dans ces conditions et lorsqu'ils sont menacés ou tués, l'indifférence l'emporte. La plupart du temps, je ne savais même plus qui était qui, et je me suis rapidement lassée de retourner en arrière à chaque fois pour savoir de qui on parlait.

Côté psychologie, c'est assez catastrophique. Entre les élèves qui préfèrent se suicider plutôt que mourir dans le jeu, ceux qui sont prêts à se sacrifier pour sauver des camarades qu'ils n'aiment pas plus que ça, et ceux qui n'ont aucun problème à désigner le prochain petit copain qui devra mourir dans d'atroces souffrances, on aurait pu s'attendre à un peu plus de tension dramatique, d'hésitation ou de cas de conscience, mais non. Les personnages eux-même semblent se ficher de qui va mourir ou pas, tant que ce n'est pas eux, et jamais on ne les verra tristes ou abattus lorsque des amis seront tués. On est plutôt face à des personnages détestables, dans un schéma de "Baisse ta culotte devant tout le monde ou je te désigne comme prochaine victime !", avec rires gras en arrière plan. Ambiance (bis).

King's game est adapté du manga du même nom, et ça se ressent fortement. On a souvent l'impression pendant la lecture que l'auteur s'est contenté de suivre le manga pour écrire ce livre, ce qui produit une narration très brute et brouillonne, des événements mal amenés et des personnages à la psychologie inégale et parfois incohérente. J'ai regretté tout le long de ma lecture d'avoir opté pour le format roman, car tous les ingrédients sont présents pour une très bonne histoire et on sent clairement le potentiel que le manga peut avoir en parallèle. On imagine très bien aussi que cette histoire produirait un anime horrifique d'excellente qualité, car vraiment tout y est. Mais la narration du roman empêche de vraiment plonger dans la lecture, on ne s'attache à aucun personnage, on ne frissonne jamais et l'ennui s'installe même parfois.

Si l'envie était bien là de connaître le fin mot de l'histoire et que les idées sont globalement bien trouvées, je me suis ennuyée la plupart du temps et j'ai refermé ce roman assez déçue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire