Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 1 février 2016

D'un mauvais oeil


D'un mauvais oeil
de Jessica Treadway

Éditions Préludes

Sortie le 6 mai 2015
Format broché / 448 pages / Prix 14,60 €


Présentation de l'éditeur :

Au milieu de la nuit, Hanna Schutt et son mari Joe sont attaqués sauvagement dans leur lit. Joe ne survit pas aux coups ; quant à Hanna, elle est défigurée et ne conservera aucun souvenir de cet épisode tragique. Tous les soupçons se portent sur le seul intrus présent dans la maison ce soir-là : Rud, le petit ami de Dawn, la cadette, qui dormait avec elle. Une liberté permise par les Schutt, si heureux de voir leur fille, martyrisée depuis toujours à cause d’un strabisme, enfin amoureuse. Trois ans plus tard, Rud, emprisonné, fait appel. Un nouveau procès va s’ouvrir. Alors que Hanna tente désespérément de se rappeler les événements du drame, Dawn revient vivre chez sa mère.
Un huis clos mère-fille des plus intenses, une plongée troublante au cæur d’une terrible vengeance familiale, pour un suspense psychologique remarquable.




14,60 EUR
Achat Fnac


L'avis de Sophia :

Hanna vit seule dans la maison familiale depuis que son mari est mort, assassiné sous ses yeux dans le lit conjugal par un homme. Hanna n'en est d'ailleurs pas vraiment sortie indemne, puisqu'elle a été grièvement blessée cette nuit-là, laissée pour morte, et qu'elle garde depuis des cicatrices sur le visage et de profonds traumatismes. C'est Rud, le fiancé de leur fille cadette Dawn, qui a été arrêté et jugé coupable. Hanna, elle, est incapable de se souvenir de ce qu'il s'est réellement passé dans cette chambre. 
Tout le suspense du roman consiste à découvrir pourquoi Rud, s'il est effectivement coupable, a voulu assassiner ses futurs beaux-parents. Si ce n'est pas lui, alors qui d'autre et pourquoi ? Et, pire encore, est-ce que oui ou non, comme tout le monde le pense, Dawn a joué un rôle dans ce drame ?
Hanna est convaincue de l'innocence de sa fille et la défend bec et ongles. Lorsque Rud décide de faire appel, clamant son innocence, Dawn revient s'installer chez sa mère pour la soutenir dans ce nouveau procès à venir. La situation entre elles se trouble progressivement, à mesure que des souvenirs refont surface.

Le roman est avant tout psychologique. On suit les pensées d'Hanna, et celles-ci s'égarent continuellement vers tous les sujets possibles et imaginables. Autant dire que l'intrigue avance très lentement. L'auteur s'attache autant que possible à dresser le portrait de cette famille apparemment sans problèmes. Le passé et le présent d'Hanna, la structure familiale, la vie de couple, les relations mère-fille, rien n'est épargné. D'un côté, c'est une excellente chose, car cela permet de bien comprendre la psychologie des personnages et le chemin qui a conduit jusqu'à cette nuit fatale. De l'autre, c'est franchement long, et lire Hanna nous parler de son jardin pendant des pages entières, alors qu'on attend avec impatience que l'intrigue avance, se révèle frustrant et parfois même désespérant. C'est clairement volontaire de la part de l'auteur, c'est la manière dont elle a choisi de raconter son histoire, et, quelque part, ça fait sens. Mais ça ne plaira pas à tous les lecteurs. Il faut d'ailleurs atteindre les derniers chapitres pour que l'intrigue avance concrètement.

En suivant les pensées d'Hanna, on comprend assez vite qu'elle se voile la face sur beaucoup de sujets. Elle préfère éviter les discussions gênantes et ignore bien volontiers les indices sous son nez. Ça empêche un peu de s'attacher à elle, tant elle semble se complaire dans l'obscurité, là où il lui suffirait de se secouer un peu pour que tout s'éclaire. C'est sa personnalité, mais comme on suit l'histoire à travers ses yeux, on peut facilement être exaspéré par son attitude, même en ayant en tête le drame qu'elle a vécu.
Dawn est un personnage plutôt original et trouble. Il est difficile de cerner cette fille un peu gauche et solitaire, limitée intellectuellement et qui a subi des railleries toute sa vie. 

Le suspense n'est pas vraiment là, la faute à la narration longue et fouillis qui nous éloigne sans cesse de l'intrigue principale. Il n'y a pas vraiment d'action non plus et les grandes révélations n'arrivent qu'en bout de course. Pourtant, on a envie de connaître le dénouement, et pour peu qu'on passe par-dessus des longueurs et de l'ennui qui menace de s'installer régulièrement, on va au bout de cette lecture avec un réel intérêt. Ce n'est pas un mauvais roman, mais son style s'adresse plutôt aux lecteurs qui aiment les drames psychologiques et les histoires familiales complexes.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire