Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

samedi 20 juin 2015

La chronique décalée #1

 
Le clip First Love, de Jennifer Lopez


S’il y a encore quelques années n’importe laquelle des chansons de Jennifer Lopez pouvait faire remuer du popotin la planète entière (toi-même tu sais), aujourd’hui la dame peine un peu à écouler ses albums. Pas autant que Mariah Carey, mais presque. Et justement, elle doit en sortir un le 16 juin 2014*, d’album. Le premier single sorti, I Luh Ya Papi, n’a pas rencontré le succès escompté, malgré un clip plutôt sympa et plein d’hommes à moitié nus (voilà le lien bande de coquinous). Ça commence à craindre du boudin pour J.Lo, alors elle a décidé de sortir l’artillerie lourde : le David Gandy !
Le voilà donc mis en scène dans ce clip d’une chanson pop un peu sensuelle, dont le refrain risque bien de s’imprimer dans ton crâne un bon moment, mais pas autant que C'est bon pour le moral de La compagnie Créole (que tu auras sûrement en tête maintenant. De rien).

Si tu nous suis un peu, tu dois savoir que dans le staff, on l’aime d’amour le David. Ainsi que beaucoup de ses compatriotes anglais, oui. Et les Écossais également. Ainsi que les Irlandais. Et les Australiens (Hugh… <3 ). Bref, où en étais-je ? Ha oui, David. Forcément, un clip où il joue le toy boy pour J.Lo, on ne pouvait pas rater ça. 

Allez zou, décryptage de cet éloge au David Gandy, au sable qui s’immisce partout et aux pneus, parce que c’est important, les pneus.

Pour commencer, voici la bête :



Le clip commence par une intro d’une minute où J.Lo fuit dans le désert pour se retrouver et être à nouveau en phase avec la Jennifer du dedans d’elle-même qui cherche l’amour (en théorie, elle a autant de chance de le trouver au fin fond du désert que nous dans notre frigo, mais c'est la magie d'Hollywood). Ça l'a bien fatiguée tout ça, courir dans le désert perchée sur des talons de 15 centimètres, tout quitter (du moins sa robe de soirée et ses chaussures) et réfléchir, alors elle s'allonge par terre. Oui. Sur le sable brûlant. Oui.
Si toi tu étais perdue dans le désert, tu errerais probablement seule comme une malheureuse, le cheveu sale, maudissant ton déodorant Narta qui n'a pas tenu ses promesses et suçotant des cailloux en regrettant amèrement de ne pas avoir plus souvent regardé l'émission Man Vs Wild, qui t’aurait appris comment filtrer ton urine pour la boire (oui, c'est sale). Mais J.Lo, elle, même paumée au fin fond d'un désert, elle garde le poil brillant et les aisselles fraîches. La magie d’Hollywood à l’œuvre, encore.


Et oh, voilà un motard qui passait justement en plein milieu du désert. Mais qui donc est-ce ? te demandes-tu un peu surprise. Ben c'est David. Coucou Monsieur ! Notons la précision de son GPS. Le tien ne trouverait même pas ton propre garage, mais celui de David peut débusquer une vieille cabane abandonnée au bout du monde.
J.Lo est tout intriguée, alors elle se redresse (ou bien c’est le sable qui commence à la gratter, allez savoir). La musique démarre enfin (personnellement, je préférais quand c'était le bruit du vent, mais c’est parce que je trouve ça joli les sons de la nature). J.Lo est toute folle des pieds, elle se relève donc en ondulant de tout son corps et en regardant le ciel comme si elle voulait faire l'amour aux nuages et chuchoter des cochonneries au soleil. Normal. C'est l'effet Gandy.
David descend de sa moto et marche, pendant que J.Lo le reluque. On pourrait croire que deux étrangers qui se croisent au beau milieu du désert vont au moins se dire : « Salut, t'aurais pas vu une station Total dans le coin ? », mais non.
J.Lo a d'autres idées en tête. Alors elle s'éloigne, discrètement (enfin, discrètement... sont dans un désert quoi, ce n'est pas comme s'il allait chercher longtemps). David-chou est un peu perplexe de ne plus voir la belle demoiselle, et fou de rage, il jette sa veste en cuir au sol, avant de comprendre que J.Lo était 5 mètres devant lui, marchant vers sa cabane (il est vachement bien aménagé ce désert).


J.Lo est cachée dans la cabane, David n'entre pas, il préfère déboutonner sa chemise et prendre une douche tout habillé. Yeah ! \o/
(ne me remerciez pas pour ces gifs, c'était un plaisir de les faire ^.^ )

Ce scénario n'a absolument aucun sens, mais peu importe, Davidounet continue son concours de tee-shirt mouillé (et c’est l’essentiel), rejoint finalement par J.Lo qui a enfilé un maillot de bain blanc pour l'occasion. Mais contrairement à nous et David, le blanc chez J.Lo ne devient jamais transparent une fois mouillé, donc on ne verra rien.

Après tout ce batifolage, retour à la cabane (qui n’a pas été nettoyée depuis 1923, mais ça ne semble pas les gêner). J.Lo se caresse sensuellement les bras devant le miroir, le regard perdu au loin (elle pense certainement au PIB du Bangladesh ou à la floraison des cactus dans le désert), pendant que monsieur l'observe, et se demande peut-être ce qu’il est venu faire dans ce clip.
N’ayant ni la télé, ni Internet, ni même un minibar pour se souler, ils font ensuite les cent pas dans leur 10 m², pour s’occuper. Finalement, pour tromper l’ennui, J.Lo recommence un peu à se caresser devant son miroir et David retourne se doucher (à quoi bon économiser l'eau au milieu du désert ?).
Mais il y a un temps pour tout, et voici venu celui de porter des pneus. Des gros pneus.


Peut-être que David a crevé en arrivant et que c'est le pneu de secours pour sa moto. Ou peut-être qu’il croit que c’est un sac à main pour homme un peu spécial…
Et c'est bien le drame de cette vidéo. On ne saura jamais ce que David et J.Lo ont fait de ce pneu géant. C'est dommage, parce qu'il le porte très longtemps, sous un soleil de plomb et qu'on se dit qu'il y a forcément un but à ça... Ils auraient au moins pu nous donner un indice...  :(
Bref, les pneus ça va bien 5 minutes, J.Lo retourne se trémousser dans le désert, dans une nouvelle avalanche de clichés digne des pires clips des années 90. Ne manque que le cheval blanc qui galope sur la plage.


David a fini de transporter son pneu, tout est bien qui finit bien et J.Lo fête ça en improvisant une petite danse sous la douche.
Après ça, ils ont retrouvé la patate et ils se trémoussent des heures durant dans leur cabane délabrée (une fois de plus, personne ne semble s'inquiéter de ce qui pourrait s'y trouver... puces, tarentules, scorpions et autres joyeusetés).
Ce regard...

Trêve de plaisanteries, on passe aux choses sérieuses. David attend sa chérie au lit (toujours sans chemise, mais pas sans pantalon), puis ils se roulent ensemble un peu partout, et surtout dans le sable (c'est si agréable de se rouler dans le sable, surtout sur un sol aussi dur et rêche…). S'en suit une succession de plans sur les maillots de J.Lo, qui en porte beaucoup alors qu'il n'y a pas de piscine dans les parages. Je commence à penser qu’elle a réservé son voyage sur un site lowcost et qu’elle avait fait sa valise en pensant finir au Ritz.
et ça tourne, et ça tourne, et ça tourne... blurp

On peut aussi se demander pourquoi elle est à moitié nue sur les plans où elle est seule et habillée sur les plans où elle est avec un des mannequins les plus sexy du monde. J'aurais opté pour l'inverse, mais ça, c'est moi. ^^

En résumé, ce clip nous apprend deux choses :
  • toujours bien lire les petites lignes avant de réserver ses vacances sur Internet ;
  • avoir un pneu de secours c'est bien. Avoir un pneu de secours de la même taille que celui qui a crevé, c'est mieux.
Musique moyenne, clip très cliché, un David Gandy clairement pas au mieux de sa forme et une J.Lo qui en fait des caisses. Bilan plus que mitigé en ce qui me concerne. Mais ça aurait pu être bien pire : plutôt que Jennifer Lopez, c’est Mariah Carey qui aurait pu embaucher Davidounet. Parions qu’elle aurait mis un cheval dans le clip, elle.



À bientôt pour une autre chronique décalée !




PS Cadeau Bonux ! Non pas un Kiki, mais encore plus de David J. Gandy portant des pneus. Enjoy!   \o/



Et pour votre information, sachez qu'il y a dans ce monde des femmes qui sont payées pour tripoter ce monsieur.  :O




*Chronique initialement publiée sur le forum RCS le 1er juin 2014

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire