Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 16 septembre 2013

Une si troublante vengeance de Julia James

Une si troublante vengeance
de Julia James

Éditions Harlequin
Collection Azur

Parution le 01 avril 2013
Format poche / 160 pages / prix 3,85 €



Présentation de l'éditeur

Le plan d’Ethan Teodarkis était simple : séduire la belle Marisa Milburne pour la quitter ensuite, brutalement. N’est-ce pas tout ce que mérite cette aventurière sans scrupule qui, il en est persuadé, voulait briser le mariage de sa sœur ? D’ailleurs, pour parvenir à ses fins, il n’a pas lésiné sur les moyens : un dîner aux chandelles, un séjour de rêve aux Caraïbes… Et, comme il s’y attendait, elle a succombé. En revanche, Ethan n’avait pas prévu ce désir insatiable qui l’embrase à chaque fois qu’il pose les yeux sur Marisa. Un désir contre lequel il va devoir à tout prix lutter s’il veut accomplir sa vengeance jusqu’au bout…

L'avis de Liloulala

La belle et séduisante Marisa Milburne se retrouve empêtrée dans une situation des plus compliquées : le très grec et très sexy Ethan Teodarkis tente, par tous ses riches moyens, de la séduire et de la mettre dans son lit ! Bien que la demoiselle oppose quelques réticences, il semble de plus en plus difficile pour elle de ne pas céder aux ravages provoqués par le sourire d’Ethan. Ne devrait-elle pas se méfier ? Qui est donc cet homme riche et charmant, prêt à tout pour lui plaire ?

Globalement, ce roman est une grosse déception. Bien heureusement, atténuée par son petit nombre de pages : la souffrance aurait été trop grande s’il avait fallut en lire une centaine de plus. L’écriture est, certes, fluide mais n’a rien de transcendant et ne permet pas de se défaire d’un sentiment de grand fouillis, de n’importe quoi, que vient confirmer d’autant plus les derniers chapitres. La conclusion de ce livre parait si ridicule qu’elle en est presque comique, d’ailleurs, le semblant de cliffhanger final ne pourra certainement pas vous éviter de grands éclats de rires !

De séductrice sans scrupule, Marisa se retrouve biche éplorée, dans une fin à la morale bien-pensante tout à fait écœurante de niaiserie.

La totalité de ce récit suinte le cliché et la mièvrerie et les biens trop rares scènes sensuelles ne permettent pas de rattraper le tout. Les nombreux moments de réflexions de nos deux héros manquent autant de profondeur qu’ils sont particulièrement crispants et ennuyants.

Un conseil, passez votre chemin !

______________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire