Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 21 décembre 2012

La Citadelle des Ombres Tome 2


La Citadelle des Ombres 
Tome 2
 Le Poison de la vengeance ; La Voie magique ; La Reine solitaire
de Robin Hobb

Pygmalion Editions
Nouvelle édition


Sortie le 07 novembre 2012 

Grand format / 912 pages / 21,90€


Présentation de l'éditeur :

Au début de ce second tome, le mal a triomphé au royaume des Six-Duchés : le prince Royal s'est emparé du pouvoir et a installé sa cour à l'intérieur des terres. Qu'est devenu l'héritier légitime, le prince Vérité ? Est-il mort ? Fitz, le jeune Bâtard ressuscité d'entre les morts, n'en croit rien. Pour lui, son prince se cache dans une forêt lointaine. Avec son ami, le loup Œil-de-nuit, il décide de le retrouver, de lui rendre son trône et de tuer l'usurpateur.
Mais la mission qu'il s'impose est rude. Ses ennemis ne le lâchent pas et les épreuves qu'il traverse sont innombrables. L'affection que lui porte la reine Kettricken, la naissance d'un fils, qu'il n'a jamais vu et dont le destin l'exalte, suffiront-ils à lui faire mener à bien cette redoutable tâche ?

" J'avance à tâtons dans le noir en faisant mal à tous ceux que j'aime " Ce cri déchirant de Fitz jette une lumière tragique sur la fin inattendue de cette magnifique épopée, qui vient de révéler un grand auteur.


Avis de Chani 

Toujours réédité chez Pygmalion, ce second tome reprend le format d’origine en regroupant Le Poison de la vengeance, La Voie magique et La Reine solitaire, les trois romans issus du premier découpage de l’œuvre de Hobb pour la commercialisation dans notre pays. Il marque aussi la fin du cycle de L’assassin royal.

Je sors de cette lecture un peu triste, comme si je venais de quitter un ami cher, le personnage de Fitz s’étant révélé dans ce tome. Je n’aime pas trop le thème de la quête initiatique en fantasy dont il était en partie question dans l’opus précédent, et celui-ci se retrouve de fait débarrassé de cet aspect, à mon grand soulagement. On se concentre donc sur Fitz, l’homme qu’il est, pétri de contrastes qui sont pourtant très cohérents quand on y repense. À chaud j’ai même l’impression que le personnage a « mangé » l’intrigue tant c’est lui qui reste présent dans mon esprit une fois le livre refermé (alors que pendant la lecture je n’avais pas ce ressenti). Son personnage est vraiment l’élément clé du début et de la fin, sans doute pour cela qu’il m’a autant marqué. L’histoire en elle-même n’est bien sûr pas en reste, le Royaume des Six Duchés recèle encore son lot de trahisons, révélations et rebondissements. Après un début certes un peu lent (mais, sans spoiler, ceci explique cela) le rythme ne faiblit plus et les pages s’enchaînent sans temps mort. Le style de Robin Hobb est fluide, avec néanmoins quelques longueurs qui ne m’ont pourtant pas gênée, et c’est un plaisir de parcourir l’univers qu’elle nous décrit et ses intrigues.
Ce second tome de La Citadelle des ombres m’a davantage plu que le précédent et c’est le cœur un peu lourd que je l’ai refermé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire