Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 10 octobre 2011

Le maestro et son papillon

Le maestro et son papillon
Rhonda Leigh Jones

Éditions ADA

Sortie au Québec : 30 octobre 2011
Format broché / pages xx / $7,95


Présentation de l'éditeur :

Miranda O’Connell vient de faire un pari dangereux avec un homme mystérieux et sexy: son professeur de musique. Un pari qui changera sa vie pour toujours. Elle ne sait pas que Claudio du Fresne est un vampire qui garde des humains soumis pour s’en nourrir ou qu’il est prompt à punir ceux-ci. Ni que son impitoyable frère fait aussi partie du pari.




Avis de Kamana

Avertissement de départ : ce livre est pour un public plus qu'averti !

En un mot : bondage. Pour avoir lu l'avis de julie-ambre, je dois dire que je m'y attendais un peu. Mais à ce point-là, c'en est effarant !

Le résumé annonce la couleur, donne le ton de l'histoire. Miranda, follement attirée par Claudio, accepte le pari qu'il lui lance. Elle doit rester trente jours dans son domaine et choisira de partir ou de rester à la fin du temps imparti. Bien entendu, il lui annonce qu'elle ne pourra résister à l'attrait de passer le restant de ces jours avec lui. Première surprise, il ne vit pas seul mais avec sa famille qui sont ses musiciens dont trois autres vampires, Chloé, Seth et Adam, ainsi qu'avec des ravitailleurs - entendez humains serviles disposés à nourrir leurs maîtres. Deuxième surprise, elle découvre dans la foulée qu'il est un suceur de sang et qu'il a un goût plus que prononcé pour la domination. A partir de cet instant, scènes sexuelles à la limite du sado-masochisme commencent et s'enchaînent. Miranda passera entre toutes les mains docilement même avec envie souvent. Un étrange ballet entre punitions, fessées, et parties de jambes en l'air se déroulera tout le temps et partout.

Vous me direz, quel intérêt ? Je me suis posée la question également. Un attrait, je ne sais pas s'il en existe un. D'une part, il ne faut pas être choqué par le langage cru, sans aucune sensualité. Un simple constat, quinzième ligne et vous serez déjà fixé sur la profondeur du vocabulaire. Miranda est la seule dans ce roman à croire encore à l'amour. Tous les autres connaissent leur rôle, à savoir donner leur sang et servir de réceptacle aux plaisirs pervers des vampires et surtout à celui du maestro, comme il aime à se faire appeler. Ensuite, le côté vampirique n'est là que pour le fantasme. Ces êtres aux dents longues n'ont ici aucun aspect commun à ceux de la littérature classique ou moderne. Ils ne souffrent pas du jour et pour le reste nous n'en savons pas plus. La morsure n'a pas lieu lors de l'acte pour venir transcender les émotions, au contraire elle est douloureuse. Leurs dents ne leur servent qu'à faire les trous, après il aspirent avec la bouche, ne sécrétant aucune substance pouvant atténuer une douleur. La seule explication qui puisse agréer qu'il fallait intégrer un être comme Claudio est qu'avec cette morsure, la personne est tout de même liée et recherchera constamment la présence d'une de ces créatures. Et j'ai bien dit "une", car en présence d'Adam ou de Seth, la jeune femme sera dans tous ses états.

Alors, la seule explication à tout ceci, semble se trouver en la personne de Miranda. Elle a depuis toujours des fantasmes pervers qu'elle cache au fond d'elle. Pour l'aider à atteindre la plénitude, elle aime imaginer être poursuivie, dominée, voire violée. De sombres envies qui lui font honte mais dont elle ne peut s'empêcher de jouer les scènes seule dans son lit. Même se dire que cela l'excite, lui fait monter le rouge aux joues, tellement ses envies décadentes lui pèsent. La nature vampirique de Claudio lui permet de voir ce que Miranda est vraiment, ce qu'elle cache. Lui, le dominant, cherchant des esclaves, voit tout le potentiel et veut l'exploiter. Il lui fera aimer ses fantasmes et réussira même à ce qu'elle le supplie de lui faire ce dont elle rêve.

Voilà, à mon avis, le seul intérêt du livre. Suivre la progression de la jeune femme finissant par accepter les côtés les plus pervers et sombres de sa personnalité. Certes je ne dis pas que c'est plaisant, j'essaie simplement de voir un aspect qui pourrait plaire au public.

Le deuxième tome, La créature du maestro, sort le même jour, et apparemment nous sera contée la vie de Claudio et du pourquoi il est devenu un vampire avec ces jeux de domination et soumission. Peut-être cela donnera-t-il un aspect moins vulgarisant au premier... à voir.

Vous l'aurez donc compris, ne prenez ce live que si vous êtes sûrs de vous. Vous pouvez lire l'avis de julie-ambre.

Merci aux éditions ADA pour cette étrange découverte !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire