Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 30 juin 2011

La Trilogie de l'Héritage Tome 2 - Les Royaumes déchus


La Trilogie de l'héritage
Tome 2 : Les Royaumes déchus
de N.K. Jemisin

Éditions Orbit

Sortie le 25 mai 2011
Format broché / 336 pages / 19,30 €


Présentation de l'éditeur :


Dans la cité d’Ombre, sous les frondaisons de l’Arbre Monde, les ruelles scintillent de magie et les dieux vivent cachés parmi les mortels. Oree Shoth, une artiste aveugle, recueille sur une impulsion un homme étrange. Mais cet acte de compassion la plonge bientôt au cœur d’une conspiration infernale. Quelqu’un, quelque part, assassine les dieux, abandonnant leurs corps souillés un peu partout dans la cité. Et l’invité d’Oree pourrait bien y être mêlé…


Avis de Molina

Le premier tome de la trilogie de l’Héritage fut une révélation pour de nombreux lecteurs, ce qui lui a d’ailleurs valu un succès inattendu et quelques prix littéraires, tout cela étant totalement mérité. ‘Les Royaumes déchus’ étaient donc attendus avec impatience et aussi avec espoir, car il arrive malheureusement que certaines suites ne soient pas au niveau. Heureusement, ce n’est pas le cas ici et disons-le tout de suite, ce nouvel opus est une pure merveille !

Nous plongeons cette fois au cœur de la cité d’Ombre après la libération des Dieux prisonniers. Le monde a bien changé depuis que les Deux sont au pouvoir et c’est dans ce nouveau contexte que nous faisons la connaissance d’Orie. Son destin va se retrouver bouleversé par l’arrivée d’un homme étrange dans sa vie. De nombreuses aventures l’attendent et elle va devoir affronter son passé et découvrir qui elle est afin de sauver les dieux qu’elle aime tant, car malheureusement, il ne fait pas bon être une divinité en ce moment à Ombre…

Le talent de l’auteure se fait sentir dès les premières pages. Elle nous plonge dans un monde totalement différent avec une nouvelle héroïne et pourtant le sentiment de familiarité est toujours présent. Son style est à la fois réconfortant et plein de finesse, chaleureux et envoûtant, un véritable cocon pour le lecteur qui se sentira d’autant plus impliqué dans l’histoire.
Malgré tout, le royaume est en pleins bouleversements. L’avènement des Deux a entraîné un changement radical pour tous. L’instabilité induite pas ses changements est contenue tant bien que mal par le pouvoir en place et la révolution religieuse est en marche. La religion toute puissante s’écroule et chacun doit remettre en question ses propres convictions. Les dieux eux-mêmes ne sont pas épargnés et le plus rigide d’entre eux va devoir apprendre l’évolution par la souffrance. Qu’il est réjouissant de voir cet être à l’orgueil et à la fierté démesurés se faire remettre à sa place par une jeune aveugle qui se chargera de lui réapprendre à être celui qu’il était.

Le personnage d’Orie est très différent de celui de Yeine. Elles viennent de deux mondes opposés, leurs passés et leurs caractères ne semblent avoir aucun point commun. Pourtant certaines similarités demeurent : elles ont été rejetées à cause d’un secret qu’elles ne connaissaient pas, elle se retrouvent plongées dans un nouvel environnement suite à un événement imprévu et surtout elles ont en commun une certaine force qui les aident à franchir les différents obstacles que la vie met sur leur route, bien que chacune le fasse à sa manière. Notre nouvelle héroïne est très attachante, sa gentillesse et son amour pour la vie toucherons plus d’un lecteur.
Mais notre merveilleuse Orie n’est pas seule, elle est entourée d’amis sincères et surtout de divinités venues à Ombre pour s’amuser un peu. Quel plaisir d’avoir des nouvelles de certains des personnages du premier opus et de pouvoir découvrir un peu plus le nouveau monde dans lequel ils évoluent maintenant. D’autant plus que comme précédemment, l’amour est au cœur des relations entre notre héroïne et certains dieux (je n’en dirai pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise). En tout cas, il est indéniable que l’auteure a encore excellé lors de la création des nouveaux personnages et que la continuité est clairement assurée.

S’il est évident que les personnages et l’univers sont déjà de petites merveilles, Jemisin s’est clairement surpassée au niveau de l’histoire. Le renouveau dans ce domaine est saisissant. Les aventures s’enchaînent et ne se ressemblent pas. L’intrigue est totalement différente de celle des 100 000 Royaumes et ce pour notre plus grand plaisir. Les situations les plus improbables se produiront, les évènements les plus inquiétants aussi et l’angoisse sera également au rendez-vous. Vous retrouverez indéniablement toutes les émotions du premier opus de la trilogie et plus encore.

L’auteure a réussi le tour de force de maintenir le très haut niveau du premier ouvrage de sa trilogie tout en renouvelant l’intrigue et le contexte. Ce deuxième tome est une vraie réussite digne du talent de N.K Jemisin qui nous confirme ainsi le soin et l’attention qu’elle porte à chacun de ses livres pour notre plus grand bonheur. Cette série reste donc mon coup de cœur et j’espère que l’auteure nous régalera encore longtemps de ses histoires. A quand le prochain ?

Rebecca Kean, Tome 2 : Pacte de sang de Cassandra O'Donnell


Rebecca Kean
Tome 2 : Pacte de sang
de Cassandra O'Donnell

Editions J'ai Lu

Sortie  le 15 juin 2011


Présentation éditeur

« OK, j’ai craqué, mais c’est aussi pour me protéger : je suis devenue très officiellement l’Assayim du Directum. Son assassin si vous préférez.
Pour le petit déj’, un meurtre particlièrement sanglant à résoudre, un membre de la meute… S’il n’y avait que ça !
Le très cher Magister de la ville, Raphael, m’apprend que nous allons bientôt recevoir la visite du redouté Mortefilis (le plus haut conseil vampirique) mais aussi… de mon ex, Michael, qui me croyait morte jusqu’à récemment et qui ignore toujours que j’élève son enfant…
En bref, ça va être sport ! »


Avis de Kamana

Voilà, nous l’attendions impatiemment et c’est fébrilement que nous entamons Pacte de sang, espérant de tout cœur qu’il sera à la hauteur du premier. A peine quelques pages, et nous voilà rassurés, le style est là, l’écriture est parfaite et la trame commence fort ! Êtes-vous prêts ?

Rebecca Kean, Prima du clan des Vikaris, sorcière de guerre, devenue officiellement Assayim de l’État du Vermont, aura fort à faire dans cet opus. Un tueur en série s’en prend aux femmes loups-garous, abuse monstrueusement de leurs corps, ne laissant sur les scènes de crime que sang et horreur. C’est à elle que revient d’enquêter sur ces actes abominables et de faire justice. Mais voilà, les choses n’étant jamais simples, une femme, sorcière de surcroît, qui empiète sur les plates bandes de mâles loups-garous assoiffés de vengeance, n’est pas du goût de certains ! Dante, bien que Bêta, convoite la place d’Alpha alors qu’elle devrait revenir à William, petit-fils de l’actuel chef de meute, Gordon. La camaraderie de Rebecca avec l’Alpha jette donc des doutes sur sa crédibilité. Mais n’est pas Assayim n’importe qui et notre amie usera de ses pouvoirs pour bien remettre tout ce petit monde à sa place, non sans mal parfois… Pour avancer dans ses recherches, elle n’hésitera pas à accepter l’aide d’un autre Assayim.

Côté vie courante, Rebecca est liée à Raphaël, maître vampire, mais aussi à Mark, semi-démon. Le premier sera très présent dans ce tome, contrairement au second, mais il semble qu’au prochain volume nous le verrons plus car leur lien ne fait que croître et leur attirance sexuelle devient difficilement maîtrisable. Beth est toujours sa meilleure amie et sera, elle aussi, plus effacée ici. Par contre, le loup des steppes, Bruce, baby-sitter de Leo, la fille de Rebecca, aura un rôle plus important, pour notre plus grand bonheur.
A ce trio au taux hormonal supra étourdissant, vient s’ajouter l’arrivée imminente de Michael, père de Leo mais aussi Consilière du haut conseil de l’ancien continent accompagné de sa suite. Il vient pour récupérer Rebecca par tous les moyens, et connaissant les vampires, il faudra s’attendre à tout.

Entre tous ces mâles aux auras démentielles, notre héroïne devra jouer des coudes et de ses pouvoirs, succombera parfois, défiera, se battra aussi, mais gardera toujours la tête froide, enfin presque…

Quel programme, n’est-ce pas ? Comme pour le précédent tome, l’auteure assume, assure tout le cheminement. Elle a choisi une héroïne dotée de pouvoirs à faire blêmir même le plus vil des monstres, qui réussit à tout gérer que ce soit les ennemis, les amis, les combats, les jeux amoureux, la haine, le pardon. D’ailleurs dans ce tome, on remarque que Rebecca a changé, elle devient « plus humaine ». Non qu’elle ait des scrupules à tuer le premier qui se met en travers de son chemin, ou alors à le penser très fortement, non, elle acquiert une force tranquille, plus posée, plus zen, plus réfléchie. Elle s’en étonne elle-même et c’est sur ce point qu’on aime notre sorcière : elle accepte ces changements, les intègre à sa vie, se questionne mais pas longtemps - à quoi bon ?! Chaque chose en son temps ! - mais ne se braque pas face à ces évolutions.
Comme je l’avais signalé lors du premier roman, l’auteure ne reste pas sur une position, stagnant comme d’autres le font, faisant languir les lecteurs sur plusieurs ouvrages. Rebecca intègre toutes les données, fait la part des choses entre les urgences et ce qui peut attendre mais ne met rien de côté, va de l'avant, combat, rechigne aussi, mais assume. Voilà une sorcière forte et hilarante la plupart du temps. On se rend compte qu’on a souvent un sourire béat sur les lèvres voire carrément le fou rire.

Côté intrigue, rien n’est laissé au hasard, et même si on a l’impression que ça part dans tous les sens, les énigmes s’emboiteront superbement. Entre son enquête et son ex, les enjeux seront nombreux. Heureusement, elle pourra compter sur l’appui quasi inconditionnel de Raphaël. Ce dernier va lui aussi nous surprendre par son évolution. La présence de Rebecca le transforme littéralement et nous assistons ainsi à des joutes verbales « à croquer » - jeu de mots facile ! Pour le côté sentimental, on aura des surprises, mais chut…

L'écriture est un pur bonheur, dynamique, intimiste du fait de la narration à la première personne, certes c'est le genre littéraire qui veut ça, mais il y a un côté rebelle et tendre à la fois, puis aussi poilant. Le langage d'un femme moderne qui ne mâche pas ses mots !

Vous l’aurez compris, Rebecca Kean est une héroïne comme je les aime, je dirais même qu’elle a surpassé quelques unes dont je ne citerai pas le nom. Si vous n’avez pas ouvert cette série, franchement, vous ne pouvez pas dire que vous lisez de la Bit-Lit. Et savoir notre auteure française est d’autant moins excusable. Alors sortez, courrez, bougez mais procurez-vous ces livres !

Rebecca Kean, tome 3 : Potion macabre est prévu le 19 octobre 2011 Wink

Japon - 365 us et coutumes


Japon - 365 us et coutumes
de David Michaud

Éditions du Chêne

Sortie le 8 septembre 2010
Broché / 384 pages

Présentation de l'éditeur :

Au royaume de la technologie de pointe, les traditions et les superstitions millénaires se mêlent aux codes nés de la société de consommation et du monde moderne.
Cet ouvrage recense 365 us et coutumes régissant la vie sociale, familiale, professionnelle, la religion, les fêtes et les manières de table… 365 astuces à connaître pour ne pas commettre d’impairs au pays du Soleil levant et autant de raisons d’être charmé ou étonné.

Avis de Tan

Le principe de ce livre est a priori d'apprendre un petit quelque chose sur le Japon au fil des 365 jours de l'année. Bon, autant être honnête, c'est un échec total pour ce qui est de savourer sur la longueur. Une fois la lecture entamée, le piège se referme et les pages défilent. Les anecdotes sont très courtes et très synthétiques, capturant en quelques mots une coutume nippone. Et il y a matière à faire. Le livre se découpe en 5 parties : la vie en société, l'école et le travail, la famille, la maison et à table. Pour toute personne ayant été au Japon ne serait-ce qu'en touriste ou tout simplement étant fan du pays à distance notamment au travers des mangas, certains aspects de la vie là-bas n'ont pas pu lui échapper. Parfois c'est d'emblée très clair, parfois une petite explication est la bienvenue pour bien percevoir le sens caché de tel ou tel geste. C'est là que le livre démontre sa grande utilité. Puis, bien sûr, il y a la surface immergée de l'iceberg, tout ce dont on ne peut pas avoir connaissance sans rentrer plus avant dans la vie des Japonais, tout ce qui ne passe pas la barrière de la langue. Tant de petites choses qui rendent le Japon toujours plus fascinant et intéressant à nos yeux d'Occidentaux. Cet ouvrage est vivement recommandé à tous les fans de l'archipel nippon ou tout simplement à ceux avides de culture. Il se lit vite, fait sourire mais jamais par moquerie, éclaire sur cette espèce de carcan dans lequel vivent les Japonais et qui est si loin de nos traditions et il pourra même donner des conseils utiles aux futurs touristes tout en ravissant ceux qui connaissent déjà ce magnifique pays.

Un mot rapide sur les illustrations tout de même car un très beau travail esthétique a été réalisé ici. Il n'y a pas deux pages strictement identiques et les motifs traditionnels donnent une véritable ambiance à la lecture. C'est non seulement un livre au contenu enrichissant mais en plus un bel objet qu'on a plaisir à parcourir et à tenir dans les mains.

Quelques extraits pour conclure et donner le ton :

72 : Pas de panique !
Quand un pickpocket ou une personne susceptible de voler est repérée dans un grand magasin, plutôt que de faire une message d'annonce risquant d'inquiéter la clientèle, la musique de la Panthère rose sera diffusée par les hauts-parleurs.

152 : Sous le signe du cheval
On dit que les femmes nées pendant l'année du Cheval enterreraient leur mari... ce qui risque d'en handicaper certaines dans la recherche d'un conjoint.

Le Japon


Le Japon
de Catherine Lemaitre et David Michaud

Éditions du Chêne
Collection Grands voyageurs

Sortie le 16 février 2011 
Relié / 160 pages / 25 € 50

Présentation de l'éditeur :

Longtemps, le Japon a été vu comme une perle d’Orient inabordable. Cet ouvrage plein d’images rend enfin le pays du Soleil-Levant accessible et compréhensible. Au fil des pages, les mégapoles y défilent, bien sûr : Tokyo, la plus grande ville du monde, Kyoto, l’ancienne capitale impériale, Nara, le berceau artistique et religieux, et Osaka, la laborieuse avec sa grande baie portuaire. Mais, la nature y a sa place aussi, et, dès lors que l’on s’éloigne du littoral, on découvre un Japon sauvage, aux montagnes couvertes de forêts, aux volcans aux sommets enneigés, aux lacs d’altitude… Bref, le Japon étrange et étranger d’autrefois devient avec ce livre plus familier.

Avis de Tan

Ce ne sont pas les livres sur le Japon qui manquent dans les rayons des librairies et pourtant il est difficile de ne pas se laisser emporter à chaque fois. Le Japon a été écrit et illustré par deux français vivant depuis de nombreuses années sur place. Le plus connu des deux est certainement David Michaud qui est non seulement photographe et journaliste mais alimente également un site vivement recommandé pour les japanophiles et les curieux : lejapon.fr. De la collaboration de ces deux français expatriés est né cet ouvrage qui s'adresse aussi bien à ceux qui ont l'intention d'aller au Japon un jour, qu'à ceux qui s'y sont déjà rendus et savent que toutes les richesses de ce pays ne peuvent être appréhendées en un seul voyage, voire deux ou trois. Il peut être également conseillé à ceux qui veulent rêver tout simplement.

A mi-chemin entre guide touristique et beau livre, l'essentiel de l'ouvrage se compose de photos magnifiques des quatre coins de l'archipel nippon, donnant une première impression des contrastes qui composent ce pays, que ce soit au niveau des paysages que de l’architecture. Entre la ville très moderne de Tōkyō, les innombrables temples de Kyōto, les maisons aux toits de chaume de Gokayama ou encore les plages de sable d'Okinawa, difficile de continuer à résumer le Japon à sa capitale après cette lecture. Les textes qui accompagnent ce voyage visuel se proposent de donner des idées de lieux à visiter, aussi bien célèbres que méconnus, avec parfois des parcours tous tracés. Ils sont souvent judicieusement agrémentés de rappels historiques ou d'anecdotes sur les coutumes locales. Cet ouvrage a vraiment de quoi satisfaire le plus grand nombre avec une initiation pour les néophytes et un approfondissement voire un ravissement pour les connaisseurs. Il y a même fort à parier que beaucoup de ces derniers s'exclameront "Mais je reconnais, j'y ai été ! Oh il faudra que je visite ça la prochaine fois !". Bien sûr, à l'heure actuelle, l'optique d'un séjour au pays du soleil levant n'est pas forcément des plus engageantes, ce livre se révèle donc une bonne occasion de voyager sans bouger de son canapé. En attendant des jours meilleurs.

mardi 28 juin 2011

Les Traqueurs d'Ombre, Tome 1 : La lame des ombres


Les Traqueurs de l'Ombre,
Tome 1: La lame de l'ombre

de Seressia Glass


Éditions Éclipse

Sortie le 28 Janvier 2011 


Présentation de l'éditeur

De jour, c’est une experte en antiquités, mais sa vraie nature se révèle la nuit : c’est une traqueuse d’ombres. Entraînée depuis son plus jeune âge pour devenir la plus mortelle des traqueuses, Kira sert la Commission Gilead, et s’occupe des Déchus qui sèment la discorde et le chaos. Ce n’est pas une vie facile, mais aujourd’hui, elle a un problème bien plus sérieux : Bernie, son ancien mentor, lui a apporté une dague vieille de 4 000 ans pour l’authentifier, et, au premier contact, Kira a senti qu’elle appartenait à un Déchu du monde des ombres. Mais lorsqu’un démon tue Bernie, Kira doit faire face aux forces du Chaos, tout en résistant à l’étrange appel insidieux qui provient de la dague, et en évitant de tomber sous le charme de son ancien propriétaire, un guerrier nubien plusieurs fois millénaire dont le regard ne laisse pas Kira de glace.



Avis de Molina:

La lame des ombres, premier tome de la série Les traqueurs d'Ombre, est indéniablement un livre à ne pas manquer, la série risque de devenir incontournable !

Seressia a créé un monde où les dieux égyptiens et leur magie prédominent, un monde où l'ombre et la lumière s'affrontent pour prendre le contrôle depuis la nuit des temps. Que l'on soit passionné ou non par l'Égypte ancienne, l'auteure fait mouche. Elle nous plonge dans son univers en un temps record et rend la fermeture du livre des plus difficiles. 

Tout en reprenant les concepts et histoires que nous avons tous appris au collège, elle a su apporter sa touche pour en faire un monde unique et envoûtant. Il ne serait pas surprenant d'apprendre qu'elle est une passionnée d'antiquités égyptiennes, vu les connaissances qu'elle semble avoir dans ces domaines. C'est indéniablement une grande réussite et surtout des plus originales, ce qui devient de plus en plus rare vu le nombre d'ouvrages du genre à paraître ces derniers temps.

Mais un bon livre ce n'est pas seulement un univers, c'est aussi une histoire et là encore madame Glass nous épate. L'intrigue est extrêmement bien menée, les péripéties pleines d'imagination et d'imprévus et le suspense est à son comble durant l'intégralité du livre. Passés les premiers chapitres, impossible de reposer le livre tant l'envie de connaître la suite est forte, prévoyez une nuit blanche en perspective !

Et les personnages ! Et bien ils ne sont pas en reste. Kira est un personnage attachant avec un tempérament de feu comme on les aime tant et Khefar restera un vrai coup de cœur, mais je ne vous en dirai pas d'avantage pour vous laisser le plaisir de faire sa connaissance. On ne peut manquer de souligner le soin qu'a apporté l'auteure à la création de chacun des protagonistes de son histoire. Ils sont tout en nuance, en subtilité, et toujours si attachants chacun à leur manière.

Il est quasiment impossible que cette histoire vous laisse de marbre tellement elle est riche en émotions. Un sourire au lèvre, des larmes aux yeux, des frissons d'angoisse et une impatience grandissante pour connaître le dénouement, voilà ce qui vous attend.

Vous l'aurez compris, ce livre fut une véritable révélation pour moi, un pur moment de bonheur à chaque minute que j'ai consacré à sa lecture. C'est d'ailleurs avec tristesse que j'ai vu arriver la fin et c'est avec joie que j'attendrai impatiemment la suite. N'hésitez pas et laissez vous tenter, la série risque de devenir un must ! 

Je conclurai par une question: un monde enchanteur, une intrigue passionnante et des personnages envoûtants, comment passer à côté d'un tel livre ? 

Kayla Steele, Tome 1 : La fiancée de Dante

Kayla Steele,
Tome 1 : La fiancée de Dante
de Natacha Rhodes

Éditions Éclipses

Sortie le 21 Mars 2011


Présentation de l'éditeur :

Kayla Steele est une jeune californienne séduisante à la vie tumultueuse. Elle essaie tant bien que mal de conserver son travail tout en faisant face à ses factures. Mais lorsque son petit ami, Karrel Dante, est assassiné par une meute de loups-garous, elle découvre qu’il a mené une double vie : Dante était un Chasseur, chargé de traquer et d’éliminer les créatures surnaturelles de Los Angeles.
La pauvre Kayla se retrouve alors pourchassée par une cabale de créatures surnaturelles dans les rues de L.A. Kayla n’a dès lors pas d’autres choix que d’entamer un périlleux voyage dans les bas-fonds de la Cité des Anges, tout en apprenant à maîtriser les sciences occultes pour se venger des responsables de la mort de son fiancé…

Avis de Molina:

Après une telle couverture et un synopsis si alléchant, il était plus que difficile de résister à l'appel de ce livre. Que de bonheur une fois celui-ci arrivé, d'autant plus qu'avec 467 pages, il promettait de nombreux et bons moments de lecture. Malheureusement une fois la lecture commencée, l'enthousiasme du début est peu à peu retombé...

Voici l'histoire de Kayla, gentille fille sans histoire avec un petit ami adorable qui s'apprête à la demander en mariage. Bien évidemment rien ne va se passer comme prévu et Kayla va se retrouver plongée dans un monde peuplé de créatures mystiques, comme les loup-garous et les vampires, et découvrir que son amoureux n'était peut-être pas tout à fait ce qu'il prétendait être...

Si le début de l'histoire nous promet monts et merveilles, et bien que les péripéties soient nombreuses et variées, l'auteure ne parvient pas à transporter le lecteur dans son monde.
L'univers présente un petit air de déjà vu avec au final assez peu de nouveautés. Les loup-garous et les vampires sont les méchants et s'affrontent, les humains restent les gentils qui les chassent sous couvert d'organisation secrète. Bref rien de très original, sauf peut-être la pointe de technologie utilisée ça et là par tous qui donne un petit air légèrement futuriste au récit. Malgré tout, ça ne pèse pas et les clichés ne sont pas trop présents. L'environnement m'a plutôt fait penser à une toile de fond basique pour ce style de livre.

Mais si l'ambiance n'est pas au top, ce n'est pas nécessairement un problème surtout si l'intrigue est explosive. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Si Nathasha fait preuve de beaucoup d'imagination dans ce domaine, et malgré l'enchainement à un rythme très soutenu des péripéties, le rythme ne tiens pas et laisse le lecteur sur la touche, un peu comme un pêcheur qui regarde l'eau couler en se disant qu'il est très bien là où il est.

Côté personnages, nous restons aussi un peu sur notre faim. Tout les éléments sont présents pour faire de Kayla une héroïne bit-lit digne de ce nom, mais au final son caractère n'est pas assez affirmé. Nous attendons tout au long de l'histoire qu'elle nous prouve qu'on a tord et qu'elle vaut bien une Anita Blake ou une Elena Michaels, cependant la fin du livre arrive et ce n'est toujours pas le cas. Peut-être prendra-t-elle plus d'envergure dans les tomes suivants, c'est tout ce que nous lui souhaitons. Certains protagonistes secondaires sont prometteurs et avec un peu de travail pourraient vraiment devenir attachants, à suivre...

Vous l'aurez compris, si ce livre n'est pas désagréable à lire, il n'est pas non plus saisissant. Tenant compte du fait qu'il s'agisse du premier opus de la série, il faudra lire le prochain tome pour se faire une réelle idée du potentiel de la saga. Après tout, le premier tome d'Anita Blake fut l'un des plus mauvais.

lundi 27 juin 2011

Les Moorehawke, tome 2 : Les loups cachés



Les Moorehawke, 
Tome 2 : Les loups cachés
de Céline Kiernan

Éditions Orbit

Sortie le 18 mai 2011


Présentation de l'éditeur :

Wynter Moorehawke est partie à la recherche du prince renégat Albéron, déterminée à combler le fossé qui s’est creusé entre le roi et son héritier légitime. Mais la forêt où elle voyage est peuplée d’espions, de bandits et de loups. Combien de temps une jeune fille seule peut-elle survivre dans ces conditions, et combien d’ennemis du roi sont cachés dans les ombres de la forêt ? De nouveaux alliés se présentent et d’anciens ennemis réapparaissent, sans que Wynter sache vraiment à qui elle peut se fier… Quand les loups sortent du bois, qui croire ?


Avis de Pauline22:

Prenant la fuite du Royaume empoisonné sous la coupelle du Roi Jonathan, laissant derrière elle son père mourant, la protection de son ami Razi et son amour naissant pour Christopher, Wynter prend seule le chemin qui la mènera au prince Albéron, la seule personne qui puisse encore selon elle sauver ce qu’il reste de ce royaume. Son chemin au sein de la forêt obscure est semé d’embûches, d’hommes à l’esprit retord, mais aussi de bêtes sauvages et sanguinaires qui rendent sa solitude encore plus pesante et dangereuse. Combien de temps va-t-elle pouvoir survivre dans ces terres hostiles ? Parviendra-t-elle à retrouver le prince dans ces immenses contrées ? Saura-t-elle accorder sa confiance aux bonnes personnes qu’elle rencontrera sur son chemin ?

Les loups cachés de Celine Kiernan est le second tome de la trilogie les Moorehawke. Dans la continuité du Royaume empoisonné, nous retrouvons notre héroïne Wynter sur le chemin qu’elle s’apprêtait à prendre à la fin du précédent opus. Toujours aussi intrépide, perspicace et émouvante, nous nous attachons de plus en plus à son personnage, tout comme à celui de Razi et de Christopher qui refont bien évidemment surface au cours du récit.

L’intrigue de ce second tome est beaucoup plus prenante et l’action bien plus présente encore. Le trio, qui était confiné au sein de château précédemment, se retrouve inclus dans une communauté bien plus grande, permettant à l’auteur plus de liberté et de fantaisie. En plus des nombreux rebondissements présents dans le livre, le passé des personnages. De fortes amitiés et de puissantes rancœurs font place à un véritable chamboulement sentimental pour nos personnages qui sont au cœur d’une histoire bien plus grande et qui pourrait bien les dépasser.

Bien plus qu’une simple histoire fantastique, Celine Kiernan aborde des sujets délicats qui peuvent être transposés à nos vies de tous les jours tels que le racisme, l’exclusion, l’esclavagisme ou encore les croyances religieuses et cela avec une facilité et une aisance déconcertante puisque le rendu est fluide et la lecture plus qu’agréable.

Pour conclure, ce tome est encore meilleur que le précédent et nous laisse bien entendu, une fois achevé, un goût de trop peu avec une tonne de questions sur les bras et une envie irrépressible d’avoir la suite dans les mains

dimanche 26 juin 2011

Harper Blaine, tome 2 : Etreinte mortelle



Harper Blaine
Tome 2 : Étreinte Mortelle
de Kat Richardson

Éditions Eclipse
Collection Bit-Lit

Sortie le 27 mai 2011
Format Broché / 384 pages / Prix 14,90 €


Présentation de l’éditeur :


Harper Blaine était détective privé jusqu’à sa mort Depuis elle est devenue Arpenteuse. Elle a la capacité de traverser la frontière ténue qui sépare le monde des vivants du royaume du paranormal. Elle se retrouve engagée par un groupe d’universitaire qui cherche à créer un poltergeist artificiel, lorsque l’un des chercheurs est retrouvé mort, Harper va devoir enquêter pour retrouver l’assassin qu’il soit humain ou non. Découvrez la deuxième enquête d’Harper Blaine.

L'avis d'Heclea

Si Harper Blaine pensait qu'une fois habituée à la Brume tout serait plus facile et que les choses reprendraient leur cours normal, elle se trompait. Lorsqu'on est détective paranormal, rien n'est plus jamais pareil et les missions qui nous sont confiées sont tout à la fois dangereuses, inquiétantes et évidemment surnaturelles, ce deuxième tome en est la preuve.

Si dans le premier opus Harper suivait plusieurs affaires, dans ce tome elle se consacre à une seule enquête, mais qui va lui demander et du temps et de l'énergie pour comprendre ce qui se passe et trouver la solution.

Dans cet épisode, notre héroïne, même s'il lui reste beaucoup de choses à apprendre, semble plus à l'aise avec son nouveau pouvoir, et par la même occasion, le style et l'intrigue s'en trouvent moins compliqués.
L'auteur s'efforce cette fois-ci d'étoffer son univers et de nous présenter d'autres particularités de la Brume et du don d'Harper. Celle-ci parait d'ailleurs moins secrète, et l'on commence à mieux la cerner, à deviner ses envies, et donc à l'apprécier d'avantage.

On retrouve également certains personnages que l'on avait rencontrés lors de l'enquête précédente, en particulier Ben et Mara (et leur fils Brian), et les passages dans leur famille nous permettent de souffler un peu et même de rire. Tout comme pour Harper, ces moments sont de petites bouffées d'oxygène dans une atmosphère de plus en plus sombre.

Encore une fois, les protagonistes sont nombreux et les pistes diverses et variées. L'enquête n'a rien de facile et réserve des passages où la tension et l'action sont plus que palpables. Les manifestations du poltergeist sont délicieusement stressantes et l'on préfère ne pas imaginer ce que l'on ferait à la place de nos personnages. Une fois l'intrigue bien lancée, le rythme s'accélère pour finir sur une solution en apothéose.

Ce second tome confirme l'impression que l'on pouvait déjà avoir, à savoir qu'Harper Blaine est une de ces héroïnes qui se met toujours dans les pires situations, mais qui pourtant reste intègre et dévouée à ce en quoi elle croit... une héroïne comme on les aime et qui nous promet des enquêtes toutes plus noires et dangereuses les unes que les autres.

Qui es-tu Alaska ? de John Green


Qui es-tu Alaska ?
de John Green

Editions Gallimard Jeunesse 
Collection Pôle Fiction

Sortie Mars 2011
Poche / 405 pages / 7,60 €


Présentation de l'éditeur : 

Miles Halter a seize ans et n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C'est là aussi, qu'il rencontre Alaska. La troublante, l'insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

L'avis d'Heclea

A travers une tranche de vie d'adolescents longue de 272 jours exactement, John Green arrive à nous raconter toute une histoire... Une histoire de connaissance de soi, une histoire de découverte de l'autre, une histoire d'amour, d'amitié, d'apprentissage.

En mettant en scène l'intrigue dans un pensionnat, lieu fermé par excellence et avec de nombreuses restrictions, l'auteur trouve le décor idéal pour nous raconter le rapprochement de nos personnages, pour les faire grandir sous nos yeux, pour nous les faire aimer petit à petit parce qu'ils sont touchants ou tout simplement parce qu'ils nous rappellent des souvenirs.

Entre rébellion et enfantillages, entre drague et blagues, ces personnages vont vivre un évènement qui va les marquer toute leur vie, un des évènements pour lesquels il y a un avant et un après.

La plume de John Green est agréable, simple, actuelle et arrive à nous projeter aux côtés de ces héros d'un moment. On a l'impression d'être avec eux au pensionnat, de fumer en cachette, de découvrir leurs premiers émois, de discuter de tout et de rien pendant des heures.

Paradoxalement à ces moments simples, les personnages sont tous particuliers, cachant des zones d'ombre, des moments de doute, des enfances difficiles ou tout simplement des hobbies inhabituels, de ces petits riens qui font toutes les différences. Leur passé les a modelé d'une manière émouvante, touchante, et parfois énervante.

Même si l'action n'est pas toujours au rendez-vous, même si tout reste simple, au rythme des jours qui passent, les pages se tournent toutes seules et il est difficile de lâcher ce livre une fois que l'on connait un peu mieux ces personnages. Arrivés à la moitié, il devient impossible de le poser, marqués comme les héros par ce qui se passe alors.

Impossible de parler plus avant de l'évènement, du jour J, sans risquer de vous gâcher la lecture, il vous faudra donc vous immerger dans ce roman pour en savoir plus, pour connaitre ce moment qui va tout changer, qui va faire de ce livre un livre particulier, un de ceux que l'on garde en mémoire longtemps, parce qu'il nous a touché.

Double hélice


Double hélice
de Philippe Kleinmann & Sigolène Vinson

Editions du Masque

Sortie le 20 avril 2011
Broché / 412 pages  / 17,50€


Présentation de l'éditeur :

Le lendemain de ses vingt-trois ans, Samuel, étudiant en biotechnologie, reçoit un pli en provenance d’une étude de notaires italiens. A l’intérieur, une lettre de son père, le docteur Joshua Adam Lenostre, qui lui donne rendez-vous dans les bureaux de Maître Ricci à Venise.
Premier signe de vie de ce chirurgien, mort devant ses yeux d’enfant, onze ans plus tôt lors de l’incendie de son laboratoire de recherche de l’Institut Curie. Le laboratoire était alors à l’aube d’une découverte thérapeutique majeure. Samuel Lenostre, intrigué, se rend à Venise où Maître Ricci lui remet un opuscule intitulé « Voyage à Gênes ». Son père semble être l’auteur de ce journal intime qui relate le quotidien d’un médecin du 21ème siècle projeté à la fin du Moyen Âge, à l’époque d’Ambroise Paré et de Paracelse.
Comment survivre à l’aube de la Renaissance avec simplement ses connaissances et ses deux mains ? Comment protéger sa famille d’un criminel prêt à tuer pour un brevet ? Comment aimer ses enfants de si loin ? Comment faire quand le temps presse et que l’on n’a que cinq siècles devant soi…

L'avis d'Heclea

Si vous êtes passionnés d'Histoire et de Sciences, ce livre est fait pour vous. Si, en plus de cela, vous aimez les enquêtes et les voyages dans le temps, vous ne devez pas passer à côté.

En alternant les passages dans le futur (le présent se déroulant en 2018) et les sauts dans le passé à l'époque du Moyen Age, les auteurs nous offrent une intrigue où l'on ne s'ennuie pas une seconde, une aventure pleine de rebondissements et passionnante.

En plus de nous livrer une enquête distrayante, ce roman nous plonge dans une ambiance moyenâgeuse très bien décrite. Il est ainsi facile de se sentir concerné par les découvertes de Joshua, de comprendre sa passion et son envie. De plus, il est particulièrement intéressant d'imaginer ce que serait le passé avec nos connaissances actuelles.

Le paradoxe entre intervention dans le passé et modification du présent, qui se trouve à ce moment là être le futur, est intelligemment utilisé et semble très crédible. D'ailleurs, plus on avance dans la lecture et plus on prend conscience de l'importance de ce stratagème. Celui-ci permet également d'apporter un niveau supplémentaire en nous faisant côtoyer de grands noms de la littérature ou de la science, et leur arrivée dans l'intrigue est à chaque fois une surprise bien amenée...

A mi-chemin entre enquête policière et livre historique, à la frontière entre science-fiction et science tout court, ce roman nous plonge réellement dans un univers particulier. Il arrive à nous faire passer très facilement d'une période à une autre, alternant avec brio message du passé et action présente. Le changement régulier d'époque nous tient en haleine et l'on a toujours envie d'en savoir plus, de découvrir un peu plus le Moyen Age et surtout de comprendre ce qui est exactement arrivé.

En résumé, un livre plaisant et très intéressant, de quoi joindre parfaitement l'utile à l'agréable en se documentant sur le passé tout en s'immergeant dans une enquête bien menée !


Plaisirs coupables, tome 1 de Hamilton - Ritchie - Booth

Plaisirs coupables, 

Tome 1 
de Hamilton - Ritchie - Booth

Editions Milady Graphics 

Sortie le 24 juin 2011
Album couleur / 14,90€ 

Présentation de l'éditeur :

Mon nom est Blake, Anita Blake. Les vampires, eux, m’appellent « l’Exécutrice » et par égard pour les oreilles les plus chastes, je ne vous dirai pas comment, moi, je les appelle. Ma spécialité, au départ, c’était plutôt les zombies. Je relève les morts à la nuit tombée pour une petite PME. Ce n’est pas toujours très exaltant et mon patron m’exploite honteusement, mais quand on a un vrai don, ce serait idiot de ne pas s’en servir. Tuer des vampires, c’est autre chose, une vieille passion liée à des souvenirs d’enfance. Depuis qu’ils sont officiellement reconnus et ont pignon sur rue, ils se croient tout permis. Certes, il y en a de charmants, voire très sexy, mais il y en a aussi qui abusent. Ceux-là je les élimine. Rien de tel pour garder la forme : ça vous fouette le sang !


Avis d'Asmodée

Après une longue attente, cela fait plaisir de pouvoir enfin tenir entre nos mains le premier tome des aventures d'Anita Blake en comics. La sortie de cet album est d'autant plus un évènement que le personnage d'Anita est emblématique à la vague littéraire dite Bit-lit. La question primordiale est de savoir si cette adaptation se veut fidèle au roman dont elle est tirée. La réponse est un oui sans condition ! L'univers de l'Exécutrice est restitué avec la meilleure sophistication possible. Que l'on apprécie ou pas les dessins de Brett Booth, il reste indéniable que le graphisme a fait l'objet d'une attention particulière. Si les expressions faciales peuvent parfois être un chouïa exagérées et les musculatures un peu trop développées, les proportions de tailles et les styles vestimentaires sont parfaitement respectés.

Ce premier volume de Plaisirs coupables respecte l'édition reliée américaine, ce qui voit l'histoire scindée en deux tomes. Niveau bonus au goût de friandise pour les fans, on retrouve en prélude de l'aventure un commentaire de Laurell K Hamilton, écrit en 2009, qui narre la Genèse (?) du comics, mais également dans quelles conditions précaires naquit la série mettant en scène son héroïne fétiche. On retrouve également des illustrations pleine page des personnages ainsi que les couvertures VO en fin d'album.

Cerise sur le gâteau, une courte histoire baptisée Vampire espèce protégée fait la lumière sur la législation qui protège depuis peu les buveurs de sang dans le monde d'Anita. L'esprit de la série est donc respecté, car les dessins fourmillent de détails et clins d'œil que les fans de la Réanimatrice sauront débusquer. À l'image du support littéraire, le personnage de Jean-Claude est expert en pause lascive, et une galerie de mâles séduisants ou dangereux, souvent les deux, entoure Anita. Cette adaptation comics constitue un bon complément au roman Plaisirs coupables et officiera comme pièce de choix pour les inconditionnels de Laurell K Hamilton. Surtout que le comics est parvenu à conserver la quintessence adulte propre au roman, sans dénaturer certains aspects ambigus faisant le charme de la série.

Un album doté d'une finition appréciable, une traduction de qualité avec Isabelle Troin aux commandes, une esthétique sensuelle en accord avec l'univers de l'auteure… L'attente fut grande, mais en valait la chandelle. Car Milady Graphics a soigné ce premier tome guetté par les fans et a su se montrer à la hauteur. Reste à espérer que la suite de Plaisirs coupables ne saurait tarder.

Après les hommes de Mathias Bernardi

Après les hommes
de Mathias Bernardi


Editions JC Lattès

Sortie le 02 février 2011
Format Broché / Prix 19€




Présentation de l’éditeur :

Dans un monde où l’argent détermine plus que jamais votre durée de vie, des foyers de protestation naissent dans les grandes capitales. Paris, Londres, Berlin, Athènes, Mexico, partout des émeutiers tentent de renverser les gouvernements établis pour faire entendre leur voix. En l’espace d’une génération la face du monde a changé, avec l’arrivée d’un seul médicament : le Trant T. Pour une somme faramineuse les puissants s’achètent un tiers d’espérance de vie en plus alors que le reste de la population meurt de plus en plus jeune.
Et les projets des grands groupes pharmaceutiques vont encore plus loin. En secret, on a fondé le Club de Rome, composé de grands industriels, de chefs d’État, de médecins. Silencieusement, on y prépare le projet Renaissance, qui pourrait bien changer radicalement l’essence de l’homme et l’humanité telle qu’on la connaît.
Au cœur des villes en proie au chaos, Kathryn, jeune inspecteur privé, doit enquêter sur les meurtres violents de grands industriels pharmaceutiques. En s’infiltrant dans les milieux altermondialistes, toutes ses idées sont mises à mal, et un passé douloureux refait surface.
Avec Après les hommes, Mathias Bernardi signe un thriller d’un réalisme angoissant, et dessine avec force l’avenir d’un monde à la dérive.


Avis de Chani
Dans un futur pas forcément si lointain, la science a fait de tels progrès que vieillir n’est plus inéluctable, on peut garder une apparence juvénile et tout son intellect quelque soit son âge. Avoir un enfant sans le porter est devenu réalité. Mais seulement pour les plus riches, les plus puissants. Les écarts entre riches et pauvres n’ont jamais été si creusés, et ce qui devait arriver finit par arriver, la révolte éclate, les émeutiers s’en prennent aux symboles du pouvoir et des inégalités : les labos pharmaceutiques, et deux de leurs industriels sont tués.
Dans un Londres complètement désorganisé en proie aux affrontements, Kathryn, dépêchée depuis les Etats-Unis, va devoir mener l’enquête.

Mathias Bernardi nous dépeint un monde futur, mais pourtant très proche du notre, plongé dans la violence à cause du déséquilibre croissant de la société. Ça ne vous rappelle rien ? À la lumière des évènements du « Printemps arabe », ce scénario n’en paraît que plus crédible.
Ses personnages sont fouillés, même si pour moi il manque un petit quelque chose pour les rendre attachants. L’enquête est lente, on progresse pas à pas, et c’est un peu dommage car il y a des longueurs, il manque un peu de dynamisme pour que ce thriller soit un peu plus palpitant, car malgré une très bonne intrigue, l’ensemble reste un peu plat faute de rythme.
Néanmoins, Après les hommes reste un très bon roman, avec une intrigue ô combien réaliste, et des personnages solides.

samedi 25 juin 2011

Les Murs de l'Univers de Paul Melko

Les Murs de l'Univers 
de  Paul Melko

Editions Castlemor

Sortie le 08 avril 2011
Format broché / 14.90€

Présentation de l'éditeur

 Vous rêvez d'une seconde chance ? Méfiez-vous !
John Rayburn menait une vie tranquille jusqu'au jour où il tombe face à face avec son double, tout juste débarqué d'un univers parallèle. Il se laisse alors tenter et essaie l'étrange machine qui permet de voyager à travers le multivers. Un rêve !
Sauf que John découvre bien vite qu'il s est fait avoir: impossible de faire marche arrière et de retourner dans son monde... Son double s'est bien gardé de lui dire que la machine ne fonctionnait que dans un sens !

Avis Asmodée

Les Murs de l'Univers se présente comme un roman mâtiné d'aventure et d'une pointe de SF. Le concept d'une multitude de mondes parallèles à explorer n'est, certes, pas ce qu'on pourrait appeler une nouveauté en soi. Néanmoins, grâce au développement de quelques idées astucieuses, Paul Melko parvient à capter l'attention de ses lecteurs.

L'une de ces trouvailles consiste à pouvoir suivre les parcours respectifs de John Rayburn et de son double John Prime. Tandis que le premier découvre à ses dépends les risques de voyager d'un monde à l'autre sans garantie ni repaire, le second cherche à profiter d'une vie sereine et normale qui lui a longtemps fait défaut durant son errance hasardeuse. Le lecteur est donc témoin des déboires, mais aussi des bonheurs, des deux jeunes hommes qui suivent chacun des chemins à la fois distincts, mais paradoxalement aussi semblables sur certains points clés. L'une de ses similitudes est en rapport avec Casey, une jolie pompom girl dont les différentes versions de John s'éprennent presque toujours, quel que soit le monde auquel ils appartiennent.

Les valeurs et la morale sont par contre des facteurs qui divergent d'un John à l'autre. Si Rayburn répugne à employer des procédés malhonnêtes pour parvenir à ses fins, ce n'est pas le cas de Prime qui ne recule devant rien. Outre le fait de ne pas être effarouché par la violence, voir le meurtre, ce dernier a pensé un système ingénieux pour se faire de l'argent : l'export d'inventions ou d'œuvres en provenance d'un monde pour en tirer un substantiel bénéfice sur un autre qui n'aura pas encore déposé les licences desdites créations. Cela peut aller d'un simple Rubik's cube au roman Shining de Stephen King que John Prime tente de reprendre à son compte sur une terre où le produit est encore inédit. Et mine de rien, cette idée de commerce inter-dimensionnel rehausse le roman en matière d'originalité.

Malgré les côtés obscurs en sa défaveur, on ne peut s'empêcher de ressentir de la compassion pour John Prime. Si ses actions sont parfois condamnables, il est avant tout en quête d'un amour avec Casey qui lui a échappé jusqu'alors et d'une chance d'existence meilleure. Ainsi, Paul Melko réussit à tisser l'intrigue non pas d'un seul personnage principal, mais de deux.

Objectivement et à nombre d'égards, Les Murs de l'Univers fait référence à la série TV Sliders. Quand on connaît la richesse de celle-ci, ce n'est pas un défaut que le roman en soit grandement inspiré : une machine à voyager défectueuse dotée d'un compteur de mondes qui ne peut aller qu'en avant mais pas reculer, des mises en situations radicalement différentes selon les univers où tombe John, et même des méchants appelés "Exilés" qui cherchent par tous les moyens à s'approprier la machine du jeune homme.

Des terres sauvages, futuristes ou rétrogrades, livrées au terrible hiver nucléaire ou au cadre paradisiaque… Les thèmes et ambiances sont nombreux. Toute la question est de savoir si John parviendra à trouver sa place sur l'un de ces mondes. Résistera-t-il à la tentation de fuir sans cesse, sans s'attacher à rien ni personne, dans le seul but de reconquérir cette vie que lui a volé son double ? À moins qu'il ne se décide à en reconstruire une nouvelle…

Les Murs de l'Univers est l'archétype même du roman intelligent. Mâture, la profondeur de l'intrigue et de la psychologie n'en rend pas moins l'aventure passionnante. L'écriture de Paul Melko est facile, agréable. L'un des intérêts de sa plume est d'amener une certaine réflexion sur soi, sur les décisions que l'on prend au quotidien et de leurs conséquences sur nos vies.

Suspense, romance, un nuage de physique quantique et des personnages peu nombreux, mais d'une crédibilité à toute épreuve… Entreprendre la lecture de ce roman édité par Castlemore est l'assurance de le dévorer d'une traite.

Harper Blaine, tome 1 : A travers le voile


Harper Blaine,
Tome 1 : À Travers le Voile
de Kat Richardson

Editions Eclipse
Collection Bit-lit

Sortie le 05 novembre 2010
Format Broché / 416 pages / Prix 18 €


Présentation de l'éditeur

Harper Blaine, détective privée à la petite semaine, mène sa barque tant bien que mal quand un petit truand l’attaque sauvagement et la laisse pour morte… pendant deux minutes, pour être exact. Quand Harper se retrouve à l’hôpital, elle commence à se sentir quelque peu… étrange. Elle voit des choses plus que bizarres, des silhouettes qui se dessinent dans un brouillard gris et confus, des créatures rugissantes, toutes dents dehors. Pourtant Harper n’est pas folle. Sa « mort » a fait d’elle un Arpenteur, un être qui a la capacité de passer de notre monde à une mystérieuse zone intermédiaire où le surnaturel existe bel et bien. Ce nouveau don ou plutôt sa malédiction va l’entraîner dans ce monde de vampires et de fantômes, de magie et de sorcellerie, de nécromanciens et de sinistres reliques… Que ça lui plaise ou non


L'avis d'Heclea

Harper Blaine aurait pu être une héroïne tout à fait banale si un jour le ciel ne lui était pas tombé sur la tête, ou plutôt si son cœur ne s'était pas arrêté de battre pendant quelques minutes. D'ailleurs, comme elle va le découvrir et nous l'expliquer, être morte un moment, et bien ça change la vie.

C'est sur cette base que se construit tout l'univers de cette saga, et que l'auteur nous expose petit à petit les côtés surnaturels du monde qu'elle a développé. Au fil des chapitres, on aura donc la chance ou la crainte de croiser des vampires, des fantômes, des sorcières et des êtres de brume.

En mélangeant enquête (Harper Blaine est tout de même détective) et paranormal, Kat Richardson nous livre une intrigue complexe et qui peut même sembler parfois compliquée. La frontière entre sensations normales et impressions surnaturelles n'est pas toujours très claire, et on se retrouve parfois un peu perdu, mais finalement cela nous met dans le même état d'esprit que notre héroïne et nous permet de nous en rapprocher.

La manière dont tout est décrit, l'ambiance assez inquiétante, le côté vaporeux donné par la brume nous font voyager dans un monde entre noir et gris, où rien ne semble simple et où tout peut arriver.
Avec un rythme assez soutenu, des rebondissements, des rencontres et du danger, on a pas le temps de s'ennuyer et les pages défilent rapidement. Les personnages sont nombreux, et on ne prend le temps de s'attacher qu'à certains, mais pour ceux là il est clair qu'on espère les retrouver dans la suite de la série.

Ce premier tome, en plus de nous présenter les bases de l'univers et les personnages, nous permet donc de passer un bon moment, de nous immerger dans ce monde différent où les arpenteurs de brume ne sont pas légion et où les créatures fantastiques ne sont pas forcément telles qu'on le croit. La saga commence doucement mais le potentiel est là, de quoi nous donner envie de lire la suite.

mercredi 22 juin 2011

Les sorties Bragelonne de vendredi 24 juin 2011

 



Et puis comme je ne fais jamais les choses à moitié, voici les sorties Bragelonne, toujours pour vendredi. Héhé je vais vous ruiner !


Kamana



Hypnose
de Peter James
Éditions Bragelonne

Sortie le 24 juin 2010
Grand Format / Prix 20€




Présentation éditeur (source Place des libraires)

Après que Charley et son mari Tom emménagent à Elmwood Mill, de sinistres souvenirs d'une vie antérieure commencent à hanter Charley. Malgré leurs tentatives de s'en tenir à des explications rationnelles, l'impression de Charley de connaître déjà ce lieu se transforme en certitude quand les souvenirs deviennent de plus en plus saisissants et terrifiants. En explorant profondément son passé, elle ouvre involontairement une boîte de Pandore maléfique. et libère la terreur.

La Trilogie du Vide
Tome 3 : Vide en Evolution

de Peter F. Hamilton
Editions Bragelonne

Sortie le 24 juin 2011
Grand Format / Prix 25€



Présentation de l'éditeur

Alors que Edeard a appris à maîtriser ses aptitudes psychologiques, des millions de pèlerins s'embarquent pour un long voyage qui doit les conduire dans le Vide, situé au coeur de la galaxie. Leur arrivée sonnera le glas de cette dernière. Ceux qui souhaitent empêcher le Pèlerinage du Rêve Vivant n'ont plus beaucoup de temps devant eux... 
Le Coeur du Monde
Tome 1 : Farlander

de Col Buchanan
Éditions Bragelonne

Sortie le 24 juin 2011
Grand Format / Prix 22€

Présentation de l'éditeur : Le Cœur du monde est en guerre. La Sainte Matriarche Sachine gouverne d'une main de fer. Ash appartient a un groupe d'assassins d’élite, les R.shuns. Contraint de prendre un apprenti, il choisit Niko, un jeune habitant d'une cite assiégée. Lorsque le fils de la Sainte Matriarche assassine une femme sous la protection des R.shuns, la secte n'a d'autre choix que de se mettre en chasse pour réclamer sa vie en retour. Ash et son apprenti partent donc accomplir la mission des R.shuns...







La Guerre des Nains
L'Intégrale

de Markus Heitz
Editions Bragelonne

Sortie le 24 juin 2011
Grand Format / Prix 25€


Présentation de l'éditeur 
Le Pays Sûr est en liesse. Pourtant, tandis que Tungdil et ses amis se réjouissent de la victoire sur le Mage renégat Nôd'onn, une horde d'Orcs s'apprête à fondre sur le Royaume Nain. Les repoussantes créatures ont percé un sinistre mystère : celui de l'Eau Noire, qui les a rendues presque immortelles. Mais ces Orcs ne représentent pas la seule menace. Une autre s'annonce : onze incarnations d'un dieu déchu marchent avec leur armée sur la frontière ouest. Le Pays Sûr est en danger.





Elamia
L'Intégrale

de Erik Wietzel
Éditions Bragelonne

Sortie le 24 juin 2011
Grand Format / Prix 25€




Présentation éditeur (Source Place des Libraires)

Une armée commandée depuis l'au-delà par le plus grand sorcier que le monde ait jamais connu menace Elamia. Et rien ni personne ne peut l'en empêcher. Un seul homme est capable d'organiser la résistance et de ramener l'espoir, mais il a perdu la mémoire. Et si le passé de cet homme recelait la clé de la victoire ? La quête de son identité le conduira aux confins du monde, où rôdent démons sournois et créatures de légende, sous l’œil de prêtresses aux mystérieux pouvoirs.

Parutions Castelmore



Pas encore tous les visuels mais grâce aux traductions de Tan et les quatrièmes de couv' amazon, voici les parutions Castelmore de septembre, octobre et novembre 2011
Des suites attendues mais surtout des nouvelles séries très, très prometteuses !


9 Septembre 2011



Vampire Academy, Tome 5 : Lien de l'esprit
de Richelle Mead
Editions Castelmore
Collection Jeunesse
Broché / Prix 14,90€


Traduction de Tan

Dimitri a laissé le choix final à Rose. Mais elle a pris la mauvaise décision...
Après un long et déchirant voyage en Sibérie, dans le pays de Dimitri, Rose Hathaway est enfin de retour à St. Vladimir -et aux côtés de sa meilleure amie Lissa. Le jour de la remise des diplômes approche et les filles attendent avec impatience que commence leur vie hors des grilles de l'académie. Mais le cœur de Rose brûle encore pour Dimitri, et il est là, dehors, quelque part.
Elle n'a pas réussi à le tuer quand elle en a eu la chance. Et maintenant ses pires craintes sont sur le point de devenir réalité. Dimitri a goûté son sang et elle sait au fond d'elle-même qu'il est à sa poursuite. Et si Rose ne le rejoint pas, il ne s'arrêtera que quand il l'aura fait taire... pour toujours.



Le pacte des immortels, Tome 1
d'Eric Nylund
Editions Castelmore
Collection Jeunesse
Format Broché / Prix 14,90€


Traduction de Tan
Eliot et Fiona vivent avec leur grand-mère et les journées sont à mourir d'ennui : aucune distraction autorisée et un règlement à respecter à la lettre sous peine de sanctions atroces. Sauf que. le jour de leur quinze ans, un homme frappe à leur porte et prétend être leur oncle. Les jumeaux découvrent alors que leur famille est en parfaite santé, et qu'elle a hâte de les rencontrer. pour les tuer. Eliot et Fiona vont devoir accomplir des exploits héroïques imposés par les dieux et résister aux tentations des enfers pour sauver leur peau et prouver qu'ils méritent de rester en vie.



 14 Octobre 2011


Madison Avery
Tome 1 : Ange Gardien
de Kim Harrison
Editions Castelmore
Collection Bit-Lit
Format Relié / Pages 142 / Prix 12,90€


Présentation de l'éditeur

DÉCOUVREZ LA SÉRIE ÉVENEMENT DE KIM HARRISON !
Madison s'est fait tuer la nuit de son bal de promo. Son meurtrier ? Un ange déchu. Par chance, Madison a réussi à lui voler son amulette qui lui permet d avoir une illusion de corps (le vrai a disparu et c'est un problème), et d avoir une vie normale... enfin, presque.Un ange a été envoyé en mission pour lui apprendre à se servir de son amulette. À son contact, Madison s'aperçoit que le destin lui en veut, et que le bien et le mal sont deux notions assez relatives quand les anges s'en emparent.




Madison Avery
Tome 2 : Ange Dechu
de Kim Harrison
Editions Castelmore
Collection Bit-Lit
Format Relié / Pages 142 / Prix 12,90€



Présentation de l'éditeur
Madison est Gardienne du temps mais n' a toujours pas retrouvé son corps. Techniquement, elle est toujours morte. Or, un Gardien est censé être vivant. Qu'importe ! Madison prend ses responsabilités et s'engage à tenter de sauver des âmes... en empêchant les anges déchus du camp opposé de les faucher. Pas facile de mener à bien ses missions quand il faut concilier son nouveau job avec le lycée, les amis et la famille ! 






18 Novembre 2011

Strange Angels
Tome 1 : Strange Angels
de Lili Saint-Crow
Editions Castelmore
Collection Bit-Lit
Format Relié / Pages 300 / Prix 12,90€



Présentation de l'éditeur

Dru vit avec son père. Un matin, celui-ci ne rentre pas de mission... La créature de la nuit qu'il devait tuer aurait-elle eu le dessus ? Dru, qui possède un sixième sens pour détecter vampires, lycans et autres zombies, veut retrouver le responsable de la disparition de son père... et quand Dru veut quelque chose, elle l'obtient. Deux personnes vont l'aider dans son enquête : Graves, qui a croisé la route d un loup-garou, et Christophe, dont le nom figure dans le carnet d'adresses de son père. 



Monster High
Tome 3 : Quand on Parle du Loup...

de Lisi Harrison
Editions Castelmore
Collection Bit-Lit
Format Relié / Prix 12,90€



Traduction de Tan

Les ados terriblement branchés et enfants des monstres les plus célèbres du monde se sont réunis en un seul et même lieu... pour affronter les horreurs du lycée !
Dans l'ombre de ses 6 frères et de ses fabuleux amis depuis toujours, Clawdeen Wolf prévoit d'enfin s'exhiber sous les projecteurs à la soirée d'anniversaire organisée pour ses 16 ans. Mais quand le reportage de Frankie et Melody prend une tournure virale, c'est retour au fond des bois pour la famille Wolf. Clawdeen devient folle dans sa réclusion forcée dans le Bed and Breakfast de la famille avec ses frères ennuyants, jusqu'à ce que Lala arrive pour lui tenir compagnie. Mais est-ce que la vamp ne serait pas en train de flirter avec Claude ?

Mordue au jeu d'Erin McCarthy



Mordue au jeu
d'Erin McCarthy

Les Éditions Rouge


Sortie le 4 avril 2011
Broché / 312 pages / 12,95€


Présentation de l'éditeur :


Le directeur de campagne et vampire Seamus Fox a son content de femmes, depuis qu'il garde un oeil sur la femme de son candidat à la présidentielle et son entourage féminin. Mais tout à coup, il se trouve obsédé par une strip-teaseuse mystérieuse qui danse derrière un écran. La sensuelle et encore timide Cara Kim aiguise son appétit, laissant Seamus tomber crocs par-dessus pieds pour la plus rare des attractions de Vegas, une bonne fille. Après une rencontre fortuite dans la rue, ils pourraient bientôt avoir beaucoup plus en commun...

L'avis de Lila

Dans le roman Sang pour sang, nous avions suivi les aventures d'Alexia et Ethan. D'autres personnages secondaires étaient également présents dont le très intrigant Seamus Fox, que j'avais particulièrement envie de mieux connaître. Me voilà comblée puisque dans Mordue au Jeu, les rôles s'inversent et c'est lui qui passe au premier plan.

Mordue au Jeu est la suite directe de Sang pour sang. Si ces deux romans proposent deux histoires d'amour différentes, l'histoire en fond (les élections présidentielles troublées par quelques meurtres, complots, bains de sang et coucheries en tout genre) débute dans le premier et s'achève dans le second, il vaut donc mieux lire les deux.

Le président de la nation vampire, Ethan Carrick, enfin casé et heureux en ménage, on peut à présent s'occuper de son bras droit, Seamus Fox. Tout comme Ethan, Seamus est un digne représentant de l'espèce masculine vampirique. Comprenez par là qu'il est beau comme le diable, sexy, intelligent et que son cœur n'est pas le seul de ses organes à être "gros comme ça".
Lui qui éprouve déjà beaucoup de difficultés à se comporter naturellement devant des femmes (c'est qu'il est un peu coincé sur les bords le Seamus), il se retrouve contraint de cohabiter avec Cara, une stripteaseuse caractérielle, belle, sexy et... vierge. Ah, et détail amusant, elle possède plusieurs chiens et chats particulièrement envahissants ! Autant dire que Seamus n'a pas fini de bégayer et d'aligner les bourdes. Et que les lecteurs vont avoir droit à une succession de scènes tour à tour hilarantes ou sensuelles.

Les personnages du premier tome sont toujours là et on retrouve avec plaisir Alexia (armée d'une grosse épée !) et Ethan qui n'ont rien perdu de leur humour. Les scènes entre Seamus et Ethan sont vraiment drôles et bien écrites, les deux amis ont bien du mal à s'en sortir avec toutes ces femmes à gérer (sans parler des chiens et des chats de Cara qui viennent s'ajouter au lot).

Honnêtement, ce n'est pas de la grande littérature, comme dans le premier tome on voit arriver beaucoup d'événements de loin et l'auteure ne nous épargne pas certains clichés. Et pourtant, il s'agit encore pour moi d'un coup de cœur. Les pages se tournent rapidement, les personnages sont attachants, il n'y a aucun temps mort et on a même droit à de vrais fous rires entre deux scènes très sensuelles ! Que demander de plus ?

Je suis définitivement fan de l'auteure, de son écriture fluide et dynamique, de son humour, de la sensualité des scènes d'amour qu'elle décrit et de ses personnages impertinents et sexy. Son univers est très plaisant également : féminin, drôle, sexy et festif.
J'ai hâte de lire ses autres romans, j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à lire les aventures de ces vampires à Las Vegas et Erin McCarthy fait partie de ces auteurs que je vais suivre de près.

Les romans d'Erin McCarthy sont de véritables gourmandises. A dévorer pour le plaisir et uniquement pour le plaisir !

Marina de Ruiz Carlos Zafon


Marina
de Ruiz Carlos Zafon

Editions Pocket jeunesse

Sortie le 20 janvier 2011


Présentation de l'éditeur :

Solitaire, Oscar aime se promener après les cours dans les rues envoûtantes de Barcelone. Un jour, il rencontre la jolie et mystérieuse Marina. Liés par un amour de plus en plus fort, les adolescents n'ont peur de rien, pas même de suivre une femme au comportement bizarre... Qui est-elle et pourquoi se rend-elle sur une tombe gravée d'un papillon noir? Lancés sur la piste d'une énigme qui hante la ville depuis trente ans, Oscar et Marina risquent de se perdre...
Une histoire captivante, d'amour et de suspense!
"De tous les romans que j'ai écrits, Marina est mon texte préféré."
Carlos Ruiz Zafon


Avis de Kamana

Marina est un roman troublant, mélange subtil de tendresse et de monstruosité, d’amour et de douleur. Un livre qui s’adresse à un public déjà coutumier de suspense glauque, de passages sordides, certaines scènes pouvant choquer de trop jeunes lecteurs.

Oscar Drai a trente ans, et jamais, non jamais il ne pourra effacer de sa mémoire sa rencontre avec Marina. A cette époque là, il avait quinze ans, était un jeune lycéen solitaire qui passait ses heures libres à errer dans les rues désertes d’un ancien quartier bourgeois de Barcelone.
Il entre dans une maison à l’air abandonné et fait la connaissance de leurs habitants, Germán et sa fille Marina. Entre les deux adolescents une amitié particulière, douce, timide se tisse. Une balade et leurs pas les conduisent à un vieux cimetière oublié où ils vont suivre une étrange dame en noir qui, Marina le sait, vient toujours le même jour se recueillir sur une tombe anonyme ornée d’un papillon noir. Dès cet instant, les jeunes gens vont mener une enquête et remonter le cours d’événements s’étant déroulés trente ans auparavant. Tragiques instants, cruels destins…

Le récit d'un passé par Oscar lui-même.
Une ambiance emplie de mélancolie, un décor comme une photo en sépia. Carlos Ruiz Zafón nous ouvre les portes d’un monde pur en surface mais dont les profondeurs cachent des abominations. La représentation diaphane des personnages et leur tristesse mêlées donne une douceur au récit mais on ne s’y trompe pas, chaque passage à son côté lugubre. L’auteur nous prépare au choc avec délicatesse mais n’estompe pas pour autant la noirceur, la cruauté à venir. Un subtil mélange dans l’écriture, une plume doucereusement aiguisée.

Les personnages sont à l’image de l’ambiance, ambivalents, complexes, leur sombre pureté est troublante. Marina est une énigme qui ne se dévoilera que sur la fin. Germán avec sa tristesse, sa fragilité vient accentuer ce sentiment d’ambiguïté. Le seul à paraître normal est Oscar qui ne sait trop comment se comporter face à ces êtres atypiques. Tous les protagonistes nommés lors du récit viennent alourdir l’atmosphère par leur étrangeté. Tous semblent avoir été affectés psychiquement par la tournure qu’ont pris les événements trente ans plus tôt.

L’enquête menée par Marina et Oscar commence comme un jeu. Un divertissement qui prend très vite des allures de cauchemars. Bien qu’ayant la certitude qu’un danger ténébreux les attend, ils persisteront dans cette quête de la vérité. Y étaient-ils prêts ?

Un roman poignant, non édulcoré où tout peut arriver, où tout arrivera ! Pas de cotillons, pas de joie, et même si la douceur est omniprésente, la douleur l’est encore plus. Un livre à lire forcément !

lundi 20 juin 2011

La chanson d'Annie de Catherine Anderson

La chanson d'Annie
de Catherine Anderson

Edition J'ai Lu
Collection Aventures et Passions

Sortie le 20 avril 2011
Poche / 314 pages / 6,50 €

Réédition le 31 juillet 2019
Poche / 314 pages / 6,95 €


Présentation de l'éditeur :

Annie, l'idiote, la simple d'esprit, la sauvageonne... Elle erre sans fin dans les bois, car c'est finalement là qu'elle est le mieux. Sa riche famille se préoccupe si peu de son sort... Un jour, cet être totalement démuni se heurte à la concupiscence d'un homme: le détestable et cruel Douglas, qui abuse de son innocence... La scène a eu des témoins. Alors, Alex, le frère de Douglas, le jette à la porte. Et lorsqu'il apprend qu'Annie est enceinte, il décide de réparer la faute de son cadet en épousant la sauvageonne. C'est une question d'honneur!


Avis de Scende :


Douglas était ivre quand il a vu Annie près des chutes d’eau. Trempée, celle que l’on appelle Annie l’idiote ne se rend pas compte du danger qui la guette. Au travers du tissu mouillé, ses formes de femme-enfant rendent l’homme fou : il se jette alors sur elle et la viole.
Chassé de la maison par son frère ainé pour cette énième méchanceté, Douglas n’a pas l’air de se repentir et n’a pas idée des dégâts qu’il aura causés. Encore une fois, c’est Alex qui devra nettoyer les pots cassés et c’est avec honte qu’il se rend auprès des parents de la pauvre Annie, pour expier les péchés de son propre sang. Mais quatre mois plus tard, Alex apprend la triste nouvelle : Annie est enceinte. Il propose alors de l’épouser, afin que son neveu ou sa nièce soit élevé auprès de sa famille.
La jeune femme, sauvageonne, ne se rend pas compte de ce qui lui arrive, et rapidement, elle est arrachée à ses parents pour rejoindre sa nouvelle demeure : Montgomery Hall.
Peu à peu, Alex et Annie vont se découvrir, apprendre à se connaître malgré la difficulté de la tâche. Et le jeune homme va découvrir le terrible secret d’Annie, un secret qui va bouleverser à jamais leurs vies…

La chanson d’Annie est un roman magnifique. Catherine Anderson nous peint ici des personnages touchants et bien construits qui savent nous émerveiller ou nous émouvoir tout au long du récit.
Annie est si sensible, si fragile, qu'on ne peut que l'apprécier. Et on comprend rapidement pourquoi et comment Alex en tombe si fou amoureux. Délicate et si belle, elle est pourtant difficile à approcher. Mais peu à peu, avec Alex, le lecteur découvre toute l’ampleur de son secret, et s’ouvre alors une nouvelle facette du récit, toute en petits bonheurs et en petits riens qui feront avancer leur histoire si compliquée.

L’auteur joue, certes, sur les mots, mais en les maniant avec une telle sensibilité que l’on est tout de suite conquis par le roman. Son style est léger et simple, tout bonnement agréable, et cela en fait un livre d'une beauté saisissante que l’on a vite envie de relire, encore et encore !