Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

samedi 28 novembre 2020

La chronique des Bridgerton, Tome 3 : Benedict de Julia Quinn



La chronique des Bridgerton
Tome 3 : Benedict

de Julia Quinn

Éditions J'ai lu

Réédition le 2 mars 2016
Format poche / 448 pages / 7,40 €


Présentation de l'éditeur :

Comme le rapporte la mystérieuse lady Whistledown dans sa chronique mondaine, on a vu, lors du bal masqué organisé par les Bridgerton, Benedict, le cadet de la famille, en compagnie d'une ravissante inconnue. Mais à minuit, la belle s'est enfuie. Depuis, il a beau la chercher dans tout Londres, elle semble s'être évaporée. Qui pourrait se douter que sous le masque de soie noire se cachait Sophie Beckett, fille illégitime du comte de Penwood, haïe par sa marâtre qui la cantonne à l'office ? Quand Benedict croisera de nouveau Sophie, saura-t-il la reconnaître sous ses habits de domestique ?


L'avis de Jm-les-Livres :

En refermant ce troisième tome de La chronique des Bridgerton, on peut se demander si l’auteure ne serait pas fan du conte de Cendrillon. Comme dans Cendrillon, l’héroïne, Sophie, est affublée d’une terrible belle-mère et de ses deux filles. Comme dans Cendrillon, Sophie se rend à un bal alors qu’elle n’est pas invitée et rencontre le prince charmant (ou l’un d’entre eux). Comme dans Cendrillon, elle passe un moment avec lui avant de disparaître à minuit. C’est ici que s’arrêtent les similitudes puisque l’auteure va faire suivre une autre trajectoire à ses personnages, trajectoire qui va les séparer pendant deux ans avant de les faire se recroiser.

J’ai bien aimé ma (re)lecture de ce nouveau tome au pays des Bridgerton, même si ce n’est pas mon préféré. J’ai retrouvé tous les éléments qui m’avaient plu dans les livres précédents : l’amour, l’humour, les réparties cinglantes et cette famille si unie et envahissante. Si on peut dire une chose, c’est que l’on ne s’ennuie pas chez les Bridgerton.
Le couple est attachant et les échanges fusent entre eux. On pourrait reprocher à l'auteure de faire vivre trop de malheur à Sophie, mais cela nous permet aussi de ne pas nous ennuyer. Face à Sophie, le personnage de Bénédicte semble quand même un peu fade, ou trop parfait. Il est beau, riche, gentil, il a du talent, mais il est aussi très directif avec Sophie. J'ai un peu moins apprécié son attitude vis-à-vis d'elle à la fin du livre. Julia Quinn nous montre une fois encore que même si un personnage à tout pour être heureux, cela peut ne pas suffire à faire de lui une personne heureuse.

Au final, ce troisième tome est différent des deux premiers, mais on retrouve ce qui nous plaît chez Julia Quinn : son humour et son style inimitable. De quoi donner envie de poursuivre la lecture de la saga des Bridgerton. 


vendredi 27 novembre 2020

Witch Please de Jack Parker & Diglee



Witch Please
Grimoire de sorcellerie moderne
de Jack Parker & Diglee

Éditions J'ai lu

Sortie le 21 octobre 2020
Format poche / 256 pages / 7,80 €



Présentation de l'éditeur :

Un nouveau mouvement est en pleine expansion : celui de la sorcellerie moderne. Celle qui s'adapte aux changements de la société, des mentalités, aux nouvelles générations qui sont en train de modifier complètement la face du monde. La sorcellerie est un moyen de rendre sa vie plus chouette, de reprendre le pouvoir, d'agir. Ce grimoire est un point de départ qui vous donnera des clés, des pistes, des idées, et c'est à vous d'en faire ce que vous voulez pour adapter votre pratique à votre personnalité. Osez, car ce pouvoir est le vôtre. Les bases * Quelle sorcière êtes-vous ? Qu'est-ce qu'un sort ? * Les éléments * Pratiques Divinations * Sorts et rituels. Et bien d'autres choses encore...

L'avis de Lila :

J’ai suivi Jack Parker avec beaucoup d’intérêt pendant les quelques années qu’elle a passées à la rédaction de Madmoizelle.com. J’étais alors plutôt fan de sa verve, son humour, sa plume et des sujets qu’elle abordait. Après son départ, qui date désormais, j’ai continué à entendre parler d’elle ici et là, mais sans jamais m’intéresser plus que cela à ce qu’elle faisait. J’ai bien entendu parler de son tournant witchy, là encore je n’ai suivi que de très loin. Mais lorsque l’occasion m’a été donnée de découvrir son livre sur le sujet, Witch please, j’ai tout de suite signé. Je mentirais en disant que je n’avais pas, malgré tout, quelques appréhensions. Le thème de la sorcellerie est actuellement à la mode, jusqu’à l’overdose totale. Tout le monde ou presque s’improvise sorcière et les guides se suivent et se ressemblent tous, du plus pointu à l’enfonçage joyeux de portes ouvertes sur fond de développement personnel plus ou moins inspiré.

Ce qui m’a rassuré ici, c’est de lire directement en couverture que l’auteure ne prétend pas réinventer la roue ou révolutionner le thème. Son guide se présente comme un point de départ. C’est exactement ce qu’il est, et il le fait très bien. On retrouve toutes les informations utiles pour se lancer dans la sorcellerie : correspondances, éléments, symboles, matériel, ingrédients, fêtes… Les bases sont plutôt bien posées. Quelques rituels pour se lancer sont également proposés. 

J’ai été plutôt agréablement surprise au fil de ma lecture. Entendons-nous bien : il s’agit vraiment d’un livre pensé pour donner des bases, les sorcières chevronnées y trouveront moins d’intérêt. Mais en tant que porte d’accès, il est parfait. Il présente tout ce qu’il faut savoir, de manière concise, mais précise. Il est facile à lire, bien ordonné, et plutôt complet. J’ai apprécié que l’auteure s’exprime avec franchise sur de nombreux points, cela personnalise un peu plus l’écriture et permet de s’éloigner des guides habituels. J’ai également été séduite par les illustrations de Diglee, même si j'espérais qu’elles seraient plus nombreuses. En résumé, Witch Please est un excellent livre pour débuter et connaître les éléments clés de la sorcellerie. Il s’adresse avant tout aux débutants, mais il a l’avantage de réunir toutes les informations utiles dans un format condensé. Il pourra donc également intéresser des sorcières qui ne débutent pas tout à fait.


jeudi 26 novembre 2020

Mémoires d'une fleur de Jacques Pimpaneau



Mémoires d'une fleur
de Jacques Pimpaneau

Éditions PICQUIER

Sortie le 6 février 2020
Format poche / 192 pages / 7 €


Présentation de l'éditeur :

Saxifrage avait des goûts aristocratiques et des mœurs très libres. Elle vécut pendant l'âge d'or de la civilisation chinoise, sous la dynastie Tang (618-907). En ce temps-là, nombre de courtisanes étaient aussi des poétesses et des taoïstes, de grandes dames qui suscitaient fascination et respect. Saxifrage était l'une d'entre elles. Elle nous livre ici ses mémoires, la vie captivante d'une femme qui sut échapper au carcan des bonnes mœurs. Plus encore que sa beauté ou ses talents en érotisme, c'est sa liberté d'esprit et l'acuité de son regard sur le monde qui devraient faire regretter au lecteur de n'avoir pu la connaître. 


Avis de Idrilhirith

Cette histoire est celle d’une courtisane sous la dynastie Tang (618-907) en Chine. L’héroïne choisit de prendre le nom de Saxifrage dans une maison où toutes les filles ont un nom de fleur. L'ambiguïté du roman repose sur le fait qu’on ne sait pas s’il s’agit d’un roman historique ou d’un récit autobiographique (traduction d’un manuscrit chinois). 

Après que sa mère a quitté la famille pour suivre son amant, l'héroïne est élevée seule par son père et un oncle maternel qui lui servira de précepteur et qui lui donnera une excellente éducation. Plus tard, elle choisit de devenir nonne taoïste. Pendant toute la première partie du livre, j’ai redouté de découvrir la cause de son changement de vie (même si je m’en suis doutée), ce qui l'a conduite à devenir courtisane. Le point qui m’a vraiment dérangée, c’est qu’elle a pris du plaisir lors de son agression, même si l’ouvrage ne fait pas l’apologie du viol, j’ai trouvé cela dérangeant et encore plus s’il s’agit d’un roman et non d’une biographie. 

Par la suite, je me suis intéressée à sa vie mais sans vraiment entrer dans l’histoire, plus comme spectatrice et en ayant conscience de tourner les pages du livre. Ma lecture fut intéressante, poussant indubitablement à la réflexion, et j’aurais aimé pouvoir discuter avec elle autour d’une tasse de thé. Toutefois, au vu du thème abordé dans ce récit, je le déconseille à un public jeune.

mercredi 25 novembre 2020

Les sorties Castelmore - BigBang - Fibs de Novembre et Décembre 2020


Les éditions dédiées aux ados et aux jeunes adultes

Voici la sélection de l'équipe RCS - Bit-lit.com pour les sorties des éditions Castelmore pour Novembre / Décembre 2020



Minecraft officiel, 
Tome 5 : Le Voyage
de Jason FRY

Éditions Castelmore

Sortie le 25 novembre 2020
Format broché / 448 pages / 10,90 €


Présentation de l'éditeur :

« Il t'a pris ta vie, Stax. C'est évident. Mais ne le laisse pas te priver de ton avenir. »

Stax Stonecutter coulait jusqu'à présent des jours paisibles, tout à fait ordinaires, dans sa petite ville de l'Overworld. Descendant d'une lignée de grands aventuriers et de sages constructeurs, Stax avait opté pour une vie plus facile. Il préférait passer ses journées à s'occuper de son jardin et à jouer avec ses chats plutôt qu'à explorer les terres avoisinantes. Et cette routine quotidienne, bien qu'un peu solitaire, convenait parfaitement à Stax.

Mais ce calme est bientôt brisé par l'irruption d'un mystérieux individu, accompagné d'une bande de pillards impitoyables. Le temps d'une terrible nuit, la vie de Stax lui est dérobé et il se retrouve coincé au milieu de nulle part, seul et en colère. Lui qui n'avait jamais quitté sa maison, il sait à présent pourquoi : tout est dangereux et effrayant en dehors de sa paisible contrée ! Alors qu'il entame un long voyage de retour, Stax rencontre de passionnants voyageurs qui vont lui prouver que l'Overworld enferme bien des richesses, et pas seulement des pirates malfaisants et des monstres effrayants ; on y trouve aussi de splendides terres à explorer, de fantastiques engins à construire, et plein d'amitiés à nouer. En se débarrassant de toutes ses certitudes, Stax va trouver au bout du chemin quelque chose de bien plus précieux que tous les diamants de l'Overworld : un tout nouveau monde qui n'attend qu'à être exploré.





Assassin's Creed Valhalla : La Saga de Geirmund
de MatthewJ. Kirby

Éditions Castelmore

Sortie le 9 décembre 2020
Format broché / 448 pages / 12,90 €


Présentation de l'éditeur :

Découvrez la saga épique du légendaire Viking Geirmund Hel-hide dans ce nouveau roman se déroulant dans le monde d'Assassin's Creed Valhalla.

Milieu du IXe siècle après J.-C. Les attaques et invasions vikings déchirent les royaumes d'Angleterre. Descendant d'une lignée de rois norvégiens, Geirmund Hel-hide part à l'aventure pour prouver sa valeur en tant que Viking et guerrier. Lors d'un voyage en mer périlleux, il rencontre un être mythique qui lui confie un mystérieux bracelet, source d'une terrible puissance et d'amères trahisons.

Alors que Geirmund fait ses preuves au sein de la légendaire armée du roi Guthrum, il devra user de toute sa ruse pour faire face aux nombreux dangers d'un pays ravagé par la guerre. Au côté de sa bande de guerriers loyaux, son destin le plongera bientôt dans un conflit aussi ancien que les dieux eux-mêmes.






Immortals Fenyx rising
de Adrien Tomas

Éditions Castelmore

Sortie le 9 décembre 2020
Format broché / 420 pages / 9,90 €


Présentation de l'éditeur :

Le roman exclusif du nouveau jeu événement d'Ubisoft

Quand les Titans et les Olympiens s'écharpent, ce sont toujours les humains qui trinquent.

Au sommet de l'Olympe, l'heure est grave. Prométhée, condamné et enchaîné, reçoit la visite inquiète de Zeus. Typhon, le Titan maléfique, est libre et a réduit à néant les pouvoirs des Dieux. Prométhée a toujours cru aux humains. Zeus, beaucoup moins... Mais l'odyssée d'une petite mortelle pourrait bien le faire changer d'avis.

Quand Fenyx s'éveille, seule, sur une grève après le naufrage de son navire de guerre, elle découvre avec stupeur ses compagnons soldats changés en statues de pierre. Tous, y compris son frère. 

Simple porteuse de bouclier, Fenyx effectuait là avec fierté son voyage inaugural. Armée de l'épée d'Achille tombée aux pieds de son frère, Fenyx s'apprête à prendre part à une aventure qui la hissera au rang de ceux dont elle a toujours conté les louanges : les héros.



mardi 24 novembre 2020

Un amour vintage de Isabel Wolff



Un amour vintage
de Isabel Wolff 

Éditions Pocket

Sortie le 3 juin 2010
Format poche / 480 pages / 7,95 €


Présentation de l'éditeur :

Phoebe s'est enfin lancée ! La voilà heureuse propriétaire d'une boutique de vêtements vintage. Des sacs dont les poches renferment des secrets, des accessoires de stars, des robes acidulées qui feraient sourire n'importe qui ! Phoebe en a bien besoin : elle vient de perdre sa meilleure amie et de rompre ses fiançailles. Entre la joie d'avoir réussi son projet et ses déboires personnels, son cœur balance.
Jusqu'à sa rencontre avec Thérèse, une Française qui lui confie l'histoire de son mystérieux manteau bleu. Entre les deux femmes, se tisse peu à peu une amitié faite de connivences et de ressemblances troublantes...


Avis de Cassiopée :

Malgré une couverture et un titre qui promettaient une lecture légère, quelle ne fut pas ma surprise de voir que le ton de l’ouvrage était plutôt dramatique et sérieux. Il parle du deuil, des regrets, de la Seconde Guerre Mondiale, des camps de concentration, le tout enrobé dans un peu de légèreté, et heureusement !
On suit Phoebe qui, suite à un drame personnel, a arrêté son métier de commissaire priseur pour ouvrir une boutique de vêtements vintage. Cette nouvelle carrière va l’aider à remettre de l’ordre dans sa vie. 

C’est un roman pour les amoureux des vêtements, l’auteure est précise quand elle parle des tenues, des tissus, des marques, des créateurs. Pour quelqu’un (comme moi) qui n’y connaît strictement rien du tout, il est possible que plusieurs passages soient un peu obscurs.
Pour elle, une tenue peut apporter du bonheur et peut même changer la vie de quelqu’un. C’est ainsi que l’héroïne va faire la connaissance de plusieurs personnes qui vont lui apporter beaucoup. 

Entre quelques touches de légèreté, il y a aussi des événements plus sombres et plus difficiles. Phoebe va rencontrer de nombreuses personnes et elles vont partager avec elle leur vie, elle va apprendre des histoires parfois dramatiques, mais le ton du livre reste positif et optimiste. Le livre se lit rapidement et se termine bien. 

C’est donc une petite lecture qui oscille entre légèreté et drame, et qui reste agréable à lire. 


dimanche 22 novembre 2020

Blitz, Tome 1 : Black out de Connie Willis



Blitz, Tome 1 : Black-out
de Connie Willis

Éditions Bragelonne

Réédition le 16 septembre 2020
Format poche / 800 pages / 9,90 €


Présentation de l'éditeur :

Oxford, futur proche. L’université est définitivement dépoussiérée : historien est devenu un métier à haut risque. Car désormais, pour étudier le passé, il faut le vivre. Littéralement.

Michael Davies se prépare pour Pearl Harbor, Merope Ward est aux prises avec une volée d’enfants évacués en 1940, Polly Churchill sera vendeuse en plein coeur du Blitz, et le jeune Colin Templer irait n’importe où, n’importe quand, pour Polly…

Ils seront aux premières loges pour les épisodes les plus fascinants de la Seconde Guerre mondiale. Une aubaine pour des historiens, sauf que les bombes qui tombent sont bien réelles et une mort soudaine les guette à tout moment. Sans parler de ce sentiment grandissant que l’Histoire elle-même est en train de dérailler.

Et si, finalement, il était possible de changer le passé ?


Avis de Lauryn :

Mon premier commentaire concerne la maquette du livre : nulle part l’éditeur n’a pris soin d’indiquer qu’il s’agit d’un premier tome. Sur la couverture, sur la quatrième de couverture, aucune information là-dessus, juste une mention “dans la même série”, au dos, avec une vignette du second tome. Je le précise car ceux qui ne sont déjà pas attirés par les pavés doivent le savoir, d’autant que le tome 2 fait 950 pages !

Le livre est classé dans la catégorie Science-Fiction, car il traite du voyage dans le temps. Ceux qui espèrent voir cet aspect prendre de l’importance dans le roman peuvent passer leur chemin. Le sujet est à peine effleuré, l’auteure n’a pas développé la thématique et ne donne aucune information sur ce futur qui sert de point de départ. Tout ce que l’on sait, c’est que des historiens reviennent dans le passé pour étudier les événements de visu. Le roman est donc davantage un ouvrage historique, et ceux qui aiment la période de la Seconde Guerre Mondiale devraient être ravis, car l’auteure s’est très bien documentée et les détails fourmillent. Trop, peut-être, et l’intrigue, déjà simple, est reléguée au second plan la plupart du temps.

Nous suivons donc trois historiens venus étudier différents événements en 1940. Tous finissent par se rendre compte qu’ils ne peuvent pas repartir, et chacun se persuade qu’il doit rejoindre l’un de ses collègues pour s’échapper de ce bourbier. Voilà pour l’intrigue. Durant la plus grande partie du roman, nous naviguons donc d’un point de vue à un autre, pour suivre la vie quotidienne de chaque historien, plongé dans l’organisation et la vie particulière de cette période. C’est vraiment très intéressant, très détaillé et le lecteur apprend quantité de choses. Il y a parfois des longueurs, mais souvent dues à l’obstination des personnages à vouloir revenir à leur point de saut toutes les cinq minutes, incapables d’admettre qu’ils sont coincés.

C’est surtout le cas de Polly et Eileen et j’avoue que, parfois, j’avais envie de leur coller des baffes. Elles savent que le point de saut devrait s’ouvrir, mais non, elles insistent, chouinant à qui mieux mieux sur le pourquoi du comment, sur l’absence de l’équipe de récupération ; et toutes ces pensées étalées sur des pages et des pages finissent pas lasser. Mike n’est pas beaucoup mieux. Lui, son problème, c’est qu’il est persuadé d’avoir modifié le passé (sans aucun indice valable, mais tant pis) et ses confrontations avec Polly, persuadée du contraire, deviennent vite fatigantes. Cela ne sert en rien l’intrigue et casse le rythme du roman, qui par ailleurs est bien mené.

Les personnages en eux-mêmes ne m’ont pas convaincue, je n’ai eu d’intérêt pour aucun d’entre eux, et j’ai même confondu les deux femmes durant la moitié du livre, puisqu’elles se ressemblent beaucoup. Les personnages secondaires sont très peu développés, ils sont juste là, je suppose, pour préparer une présence plus importante dans le tome 2. On sait juste que le patron, monsieur Dunworthy, censé être un homme intelligent, a eu un comportement bizarre en modifiant les plannings de saut au dernier moment, mettant en péril les missions de ses élèves, alors qu’il les adore et ne ferait rien qui puisse les mettre en danger. Ce point paraît étrange, peut-être y a-t-il une explication dans la suite.

En bref, si vous aimez les livres historiques sur la Seconde Guerre Mondiale, n’hésitez pas, vous trouverez plein de bonnes choses dans celui-ci. Mais si vous cherchez de la SF pure, passez votre chemin.

samedi 21 novembre 2020

Les sorties Lumen de Novembre 2020



Pas de sorties pour le mois de juillet, mais voici la sélection de l'équipe RCS - Bit-lit.com pour les sorties des éditions Lumen pour Novembre 2020.



Gardiens des Cités perdues 
Tome 8.5 : Le Livre des secrets
de Shannon Messenger

Éditions Lumen

Sortie le 19 novembre 2020
Format numérique / 9,99 €


Présentation de l'éditeur :

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Gardiens des Cités perdues avec, en bonus, pas moins de 250 pages de roman !

La résistance face aux Invisibles s'est organisée : Sophie et quelques-uns de ses amis ont été choisis par le Conseil pour former la Brigade intrépide et tenter de déjouer le piège que leurs ennemis leur tendent. Mais le plan des adolescents tourne court quand le roi des nains les trahit. Ils se retrouvent donc coincés sous terre avec Lady Gisela, obnubilée par l'héritage de son fils, qu'elle entend lui faire assumer de force. Pour cela, elle oblige Tam et une de ses sbires à infliger à Keefe un traitement à base de ténèbres et de lumière, censé déclencher chez l'Empathe de nouveaux pouvoirs. Mais l'effet n'est pas immédiat, loin de là, et le garçon tombe dans une sorte de coma où même Sophie ne peut l'atteindre avec ses pouvoirs télépathiques.

Après ce coup de théâtre qui a marqué le tome 8 de Gardiens des Cités perdues, un opus tout particulier de la série vous attend ! Plongez alternativement dans la subjectivité de Keefe et dans celle de Sophie pour découvrir la suite immédiate du volume 8, soit près de 300 pages de l'histoire de nos héros, avant un tome 9 qui s'annonce décidément épique !

Découvrez, en supplément, les secrets de la série Gardiens des Cités perdues, au travers de dizaines d'illustrations originales en couleurs et d'une exploration de l'univers foisonnant de la série : carte du monde, présentation complète des personnages, introduction aux sorts et aux objets magiques... La lecture de ce petit trésor sera indispensable à tout fan de la série !


vendredi 20 novembre 2020

Le voyage de Haviland Tuf de George R.R. Martin



Le voyage de Haviland Tuf
de George R.R. Martin

Éditions ActuSF

Sortie le 18 septembre 2020
Format relié / 506 pages / 21,90 €


Présentation de l'éditeur :

Par un exceptionnel concours de circonstances, Haviland Tuf, honnête négociant interstellaire sans grande envergure, se retrouve en possession d'un vaisseau de plusieurs kilomètres de long.

Jadis conçu pour être une arme mortelle, le navire abrite le secret d'une science aujourd'hui perdue, capable de cloner des milliers d'espèces végétales et animales disparues. Le potentiel commercial et militaire est énorme ! Pas question, pour les associés véreux de Tuf, de lui laisser une telle mine d'or entre les mains. Mais derrière ses apparences placides, le vieux bonhomme a plus d'un tour dans son sac...


Avis de Lauryn :

Premier point à signaler : le livre est un bel objet. Il s’agit d’une édition cartonnée, avec un papier de qualité, une tranchefile et un signet. La couverture, où l’on aperçoit une icône représentant le personnage principal, est aussi très belle.

Avec Le voyage de Haviland Tuf, George Martin fait une nouvelle incursion dans la science-fiction avec un talent indéniable. Son univers est riche, avec de nombreux mondes, dont certains colonisés par des humains qui se souviennent à peine de la Vieille Terre. L’auteur s’est beaucoup amusé avec la création de systèmes politiques différents, d’éco-systèmes et de technologies complexes. Tout ceci a une raison d’être, bien entendu, et constitue un socle solide d’où part l’histoire, a priori simple.

Haviland Tuf, marchand sans le sou, est engagé par une troupe de gens malhonnêtes pour qu’il les conduise sur l’Étoile de la Peste. Il croit qu’il s’agit d’une planète mais, en réalité, c’est un ancien vaisseau à germes, une plaie technologique inventée par les humains pour la guerre bactériologique. Abandonné depuis des siècles, il erre en orbite d’une planète, semant la mort à intervalles réguliers. Suite à un concours de circonstances parfois burlesques, Haviland hérite du vaisseau, et décide de devenir ingénieur écologue. Il entame alors un voyage à travers les mondes stellaires pour gagner sa vie grâce à sa nouvelle activité.

Le postulat de départ est simple, mais l’auteur a su l’enrichir grâce à des aventures soignées et non dénuées d’un certain sens moral. En effet, Haviland rencontre des peuples en proie à de graves problèmes, et son vaisseau, l’Arche, fait de lui une sorte de dieu, capable de dispenser la vie autant que la mort. Le lecteur peut donc, à loisir, s’interroger sur tout ce qu’implique cette idée ou, au contraire, se laisser porter par les réflexions des différents protagonistes et voir où cela les mène. En effet, dans sa manière de raconter les aventures de Tuf, je ne pense pas que l’auteur ait souhaité provoquer des questionnements particuliers chez le lecteur, mais qu’il le laisse appréhender l’histoire - ou les histoires - à sa guise. Car le roman est, en fait, séparé en plusieurs parties, qui se complètent et qu’il vaut mieux lire dans l’ordre, bien sûr, mais qui constituent une série d’aventures. L’ensemble est très bien fait, admirablement construit et riche en événements, même si les dialogues, parfois peu dynamiques (Tuf aime les phrases à rallonge), peuvent ralentir le rythme. J’ai adoré l’intrigue globale, pourtant simple, car elle est servie par un style très travaillé et des personnages complexes et fouillés avec soin.

Les personnages sont incontestablement le point fort du roman. Tuf, le personnage principal, n’a rien du héros classique. Grand, certes, mais obèse, glabre et doté d’un visage ingrat, il n’a pas grand-chose pour lui, le pauvre. Ajoutez à cela un amour inconditionnel pour les chats qui va le conduire à adopter des positions parfois délicates, il est aussi non-violent, honnête, pacifiste et végétarien. Et pourtant, le lecteur peut se demander s' il ne finit pas par être corrompu par le pouvoir de l’Arche. Tuf est donc plus complexe qu’il n’y paraît, et c’est agréable de le suivre dans ses aventures. Les personnages secondaires sont eux aussi très réussis et donnent une véritable consistance à l’ensemble de l’histoire.

Le style de Martin est assez soutenu, mais je n’ai pas trouvé que cela gênait le dynamisme de l’histoire. Au contraire, j’ai beaucoup apprécié ce point, et notamment les dialogues de Tuf, un adepte des phrases à rallonge et des mots un tantinet désuets, qui contrastent avec les autres protagonistes, instaurant un vrai décalage entre eux et lui. J’ai adoré !

Je vous recommande chaudement ce roman de science-fiction pure, si les quelques points que j’ai soulevés ne vous dérangent pas. Moi, j’ai totalement adhéré aux aventures de ce personnage ambigu qui, pour une fois, sort des schémas classiques des héros d’aventure.

jeudi 19 novembre 2020

Malgré nos différences de Fanny André



Malgré nos différences 
Simples colocataires. Ou pas...
de Fanny André

City Edition

Sortie le 28 octobre 2020
Format broché / 352 pages / 16,90 €


Présentation de l'éditeur :

Secrète et mystérieuse, Elzbieta est une jeune étudiante solitaire qui fuit les autres et préserve jalousement son intimité. Séduit au premier regard par cette jeune femme qui dissimule de profondes cicatrices sous ses longs cheveux, Silas est bien décidé à l’apprivoiser.

Il réussit alors à louer une chambre en colocation dans la même maison qu'elle. Mais on est bien loin du coup de foudre réciproque  :  Elzbieta veut obliger Silas et T-Rex, son gros chien dont elle a une peur panique, à partir. Elle se lance dans une véritable guerre où tous les coups sont permis.

Mais de la haine à l'amour il n'y a qu'un pas et Silas est bien décidé à ne pas se laisser faire, la guerre est déclarée !


L'avis de Idrilhirith :

Silas, 24 ans, grand, cheveux rasés et barbu, arrive en deuxième année de fac de psycho. S’il arrive vite à s'intégrer, il bloque totalement sur une fille au premier rang avec les cheveux bleus. Elle l’obsède tant qu’en essayant d’en apprendre plus sur elle, il trouve une solution à son problème de logement pour lui et son chien T-Rex, un beauceron. C’est là qu’on peut constater que la couverture du livre correspond à ce personnage sans trop y correspondre non plus. 

La fille aux cheveux bleus, c’est Elzbieta ou Elz. Ses cheveux lui servent de barrière pour dissimuler de profondes cicatrices qu’elle a au visage. Elle loue une chambre chez Jo, un vieil homme excentrique. 

La solution de logement pour Silas, c’est chez Jo. Celui-ci le prévient tout de suite, Elz n’aime pas les chiens, elle en a une peur bleue. Je vous laisse imaginer sa réaction quand elle croise T-Rex. Cela ne fait que renforcer l’attrait qu’elle exerce sur Silas. Ce dernier est bien décidé à percer ses mystères et à la réconcilier avec la race canine. Elz, elle, ne veut que le pousser à partir. C’est alors que commence une guéguerre très drôle entre les deux : teinture dans une lessive de blanc, faux tampons ensanglantés dans la poubelle de la salle de bain commune, musique à fond, … (oui, je n’ai retenu que des farces de Elz). J’ai ri jusqu’à en avoir mal au ventre. Et clairement, la prochaine fois que je vois Dirty Dancing, je me prend un fou rire monstre ! C’est le début de leur relation. 

Mais voilà, comme toujours avec Fanny André, il faut qu’il y ait un drame. Et là, j’ai eu peur et j’ai pleuré autant que j’avais ri. 

L’art japonais du Kintsugi, qui a inspiré l’autrice, prend tout son sens à la fin du livre. 

On a ici une belle histoire d’amour. La romance pourrait être simple, mais le livre est aussi une ode à la reconstruction personnelle et un appel à la protection animale. On reconnait bien le style fluide de Fanny André qui permet une lecture facile et efficace, ainsi que toutes ses références à la pop culture. 

Si vous ne savez pas quoi lire sous le plaid avec une tasse de thé, café ou chocolat, je vous conseille Malgré nos différences

mercredi 18 novembre 2020

La chronique des Bridgerton, Tome 2 : Anthony de Julia Quinn



La chronique des Bridgerton
Tome 2 : Anthony

de Julia Quinn

Éditions J'ai lu

Réédition le 3 février 2016
Format poche / 375 pages / 7,40 €


Présentation de l'éditeur :

Les Bridgerton sont stupéfaits : le vicomte Anthony souhaite se marier ! Et il sait ce qu'il veut : une femme dont il ne risque pas de tomber amoureux, car l'amour est secondaire dans un couple. Edwina Sheffield est la reine de la saison, elle fera donc une parfaite épouse. Sauf que la demoiselle a une soeur dont l'influence est primordiale. Or Kate Sheffield oppose son véto. Un débauché comme Anthony n'est pas un parti convenable pour Edwina. Le jeune homme est outré. Lui, le célibataire le plus convoité de Londres, indésirable ? Pour qui donc se prend cette péronnelle, qui ne connaît rien à la vie, pour oser le critiquer ? Il va lui prouver qu'il est irrésistible !


L'avis de Jm-les-Livres :

Après avoir découvert l’aînée des sœurs Bridgerton, c’est au tour de l’aîné des garçons, Anthony, le vicomte, de chercher chaussure à son pied. Mais contrairement à sa sœur, Anthony ne cherche pas l’amour, c’est même tout le contraire. Il ne veut pas d’une femme à laquelle s’attacher, surtout qu’il est convaincu qu’il va mourir jeune, mais seulement une femme digne de son rang. Julia Quinn réussit encore une fois à construire un personnage masculin complexe. Anthony a un fort sens du devoir et un grand amour pour sa famille (même s’ils peuvent être exaspérants par moments), mais la certitude qu’il a à propos de son avenir l’aveugle complètement. Il a vu l’amour qui a uni ses parents et il refuse de connaître le même bonheur en sachant qu’il risque de le perdre le jour de sa mort.
En face de ce personnage buté, il fallait une héroïne aussi têtue, voire plus. Kate est aussi dévouée à sa famille qu’Anthony. Elle est prête à tout pour assurer le bonheur de sa petite soeur, même à faire fuir le mauvais prétendant. Dès le début, elle sent qu’Anthony n’est pas sincère sur ses sentiments envers sa soeur, et elle va tout faire pour la convaincre de ne pas l’épouser. Même à se rapprocher de lui pour apprendre à le connaître.

Ce tome est encore une fois un délice. Nous avons également le droit à l’une des meilleures scènes que j’ai lues en romance historique : une partie de Pall Mall (ou croquet en français) mémorable. C’est très drôle et un brin violent. Les répliques entre Kate et Anthony sont excellentes et Julia Quinn nous offre ici l’une de ses meilleures romances. Un livre à ne pas louper si vous êtes fan (ou pas) de l’auteure.


mardi 17 novembre 2020

Les Montagnes Hallucinées, Tome 1 & 2 de H.P. Lovecraft, illustrés par François Baranger


Les Montagnes hallucinées illustré Partie 1
de H.P. Lovecraft 

Éditions Bragelonne 

Sortie le 16 octobre 2019 
Format relié / 64 pages / 29,90 €


Les Montagnes hallucinées illustré Partie 2
de H.P. Lovecraft 

Éditions Bragelonne 

Sortie le 21er octobre 2020 
Format broché / 64 pages / 29,90 €


Présentation de l'éditeur :

Arkham, 1933. Le professeur Dyer, éminent géologue, apprend qu'une expédition scientifique partira bientôt pour l'Antarctique avec pour ambition de suivre les traces de celle qu'il avait lui-même dirigée en 1931. Dans l'espoir de dissuader cette tentative, Dyer décide de faire un récit complet des tragiques événements auxquels il survécut, cette fois sans omettre les passages qu'il avait écartés à son retour, de peur d'être pris pour un fou. 

Deux ans plus tôt, les navires affrétés par l'université Miskatonic avaient accosté le continent glacé au début de l'été austral, et le contingent de quatre professeurs et seize étudiants s'était mis aussitôt au travail. Les premiers résultats ne s'étaient pas fait attendre et le biologiste de l'expédition, le professeur Lake, était parti de son côté avec plusieurs membres de l'équipe afin de suivre une piste fossilifère prometteuse. Au bout de quelques jours à peine, il avait annoncé par radio avoir découvert de stupéfiants spécimens d'une espèce inconnue, extraordinairement ancienne, avant de cesser toute communication après une terrible tempête. Pressentant le pire, Dyer s'était porté à leur secours le jour suivant. Ce qu'il avait découvert sur place dépassait ses craintes les plus folles... 


Avis de Lauryn :

Après l’Appel de Cthulhu, Bragelonne propose une nouvelle adaptation de Lovecraft, illustrée par le très talentueux François Baranger et traduite par Arnaud Demaegd.

Les Montagnes Hallucinées se prêtent bien à cet exercice, car une bonne partie de la nouvelle se compose d’un grand nombre de descriptions de la cité découverte par Dyer en Antarctique. Il est donc très plaisant d’avoir des illustrations de cette visite oppressante d’une cité d’un autre âge, surtout lorsque l’on connaît le talent de François. Les images sont superbes, fouillées et parfois si réalistes que nous avons l’impression de contempler une photographie. C’est un réel plaisir pour les yeux, et rien que cela vaut le détour.

Côté texte, Lovecraft aime prendre son temps pour mettre en place l’indicible, et n’hésite pas à suggérer les choses plus qu’à les décrire en détails, ce qui amène le lecteur à plaindre les personnages, dont les nerfs sont mis à rude épreuve.

Mon seul regret provient de la traduction. Si c’est Maxime Le Dain, traducteur pour les éditions Sans Détour, qui a traduit l’Appel de Cthulhu, Bragelonne a choisi Arnaud Demaegd pour Les Montagnes Hallucinées, et ce n’est pas une réussite. Une relecture attentive aurait évité des boulettes comme “impuissant” à la place de “puissant”, ou des phrases bancales comme celle-ci : “Dans l’après-midi, nous entrâmes dans le détroit de McMurdo en restant au large de la rive, du côté sous le vent du Mont Erebus fumant.” Là, j’avoue que mon cerveau a buggé en essayant de comprendre la fin de la phrase. Mais le pire n’est pas là. Non, le pire, c’est l’abus des adverbes en -ment. Je n’ai rien contre, mais il faut savoir raison garder. Ici, le traducteur n’y va pas avec le dos de la cuillère, et leur emploi est si excessif qu’il y en a parfois deux à trois par phrase. Il y a même des formulations à la limite du bon français comme “une stupeur étonnement personnelle” (c’est le personnage qui raconte, donc cela fait un pléonasme). Lorsque l’on connaît le texte original, il est difficile de comprendre ce choix que rien ne justifie, et j’ai pu comparer avec mon édition intégrale parue aux éditions Robert Laffont en 1991, qui est très différente (exemple ci-dessous). Bref, cela m’a gâché un peu ma lecture, mais je n’achetai pas cette édition pour cela. Je voulais juste les illustrations ! D’ailleurs, si j’avais su qu’une édition anglaise était prévue (les pré-commandes du tome 1 sont en cours), j’aurais attendu. Cela m’a au moins permis de redécouvrir les textes de Lovecraft dans leur édition originale.

Traduction Bragelonne :

Six heures plus tard, un deuxième message particulièrement enthousiaste nous apprit qu’un travail particulièrement acharné avait permis de creuser un puits peu profond par fusion et de le dynamiter…

Traduction Robert Laffont :

Six heures après, un second appel enthousiaste racontait la fiévreuse activité de castor pour creuser et miner un puits peu profond…

Texte original :

Six hours after that a second and very excited message told of the franfic, beaver-like work whereby a shallow shaft had been sunk and blasted…

Donc, si vous souhaitez profiter surtout des illustrations, foncez, mais si la qualité du texte vous importe, vous voilà prévenus ! D’autres projets du même type sont prévus, et rien que pour les illustrations de François, je compte bien les acheter (mais peut-être en anglais, du coup…).


lundi 16 novembre 2020

La trilogie de la poussière, Tome 2 : La communauté des Esprits de Philip Pullman





La trilogie de la poussière
Tome 2 : La communauté des Esprits
de Philip Pullman

Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 1er octobre 2020
Format poche / 656 pages / 22 €


Présentation de l'éditeur : 

Lyra a vingt ans. Déterminée et tourmentée, elle étudie à Sainte-Sophia quand son chemin croise celui d'un éminent professeur nommé Malcolm. Au coeur d'un monde hostile, ils s'engagent malgré eux dans un périlleux voyage : le mystère de la Poussière les mènera bien au-delà d'Oxford et des fontières de l'Europe, jusqu'à un désert hanté d'Asie centrale.

Avis de Cassiopée :

Après un premier tome où nous retrouvions Lyra bébé et découvrions comment elle a rejoint Jordan Collège, nous voici à présent 7 ans après la première trilogie, Lyra a 20 ans et étudie à Oxford. Suite à une série d’événements, la vie de Lyra va être bouleversée et elle va devoir faire des choix. 

Lyra a beaucoup changé et évolué en sept ans. Certains pourraient être surpris de ce changement de caractère, toutefois quand on y réfléchit bien, il est normal que tout ce qu’elle a pu vivre lorsqu’elle avait 13 ans a pu avoir un impact sur elle. Aujourd’hui, plus posée et réfléchie, elle se réfugie dans la logique pour fuir ses propres démons. De ce fait, des tensions et des disputes ont envenimé son lien avec son daemon Pantalaimon. Leur relation est particulièrement houleuse et en tant que lecteur nous souffrons de les voir se déchirer ainsi. 

Ce tome 2 est très différent du premier. Ce dernier tranchait avec la première trilogie par son côté onirique et ses lectures à plusieurs niveaux. Ici, l’auteur renoue avec son style et on a l’impression de se replonger dans la première trilogie. 

J’ai beaucoup apprécié de retrouver les personnages de La belle sauvage : Malcolm, Alice, Hannah… Quel plaisir de retrouver Lyra, adulte, et de la voir évoluer dans son univers. Pour une lecture bien complète, il est conseillé de lire la nouvelle : Lyra et les oiseaux avant, car les événements de cet épisode sont mentionnés plusieurs fois dans La communauté des Esprits

Enfin, je suis assez surprise que l’éditeur français ait changé le titre du livre surtout après la lecture de la note de l’auteur à la fin du livre indiquant que le titre originel a été choisi par celui-ci pour rendre hommage à un ouvrage. De même, quelle déception que la couverture d’origine ait été changée. Elle était tellement belle… 

Malgré des choix éditoriaux douteux, le contenu et l’histoire sont au rendez-vous. C’est un grand plaisir de se replonger dans l’univers si fascinant et passionnant de Philip Pullman. Notre patience va être mise à rude épreuve dans l’attente du prochain tome. 


dimanche 15 novembre 2020

Les Héritiers de Chicago, Tome 2 : Vivre et laisser mordre de Chloe Neill




 

Les Héritiers de Chicago
Tome 2 : Vivre et laisser mordre
de Chloe Neill

Éditions Milady

Sortie le 21 octobre 2020
Format poche / 432 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Elisa Sullivan est la seule enfant née vampire et non créée. Après avoir tenté de fuir son passé, les circonstances l'ont ramenée à Chicago. Avec l'aide de son ami Connor Keen, fils de l'Alpha de la Meute des Grandes Plaines, elle a mis fin au danger qui menaçait la ville. À présent, à sa grande surprise, Connor l'invite à une réunion d'habitude réservée aux membres de la meute, et elle y est accueillie chaleureusement. Pourtant, le calme ne dure pas. Un monstre rôde dans les bois alentour, et Elisa et Connor se trouvent pris au milieu d'une lutte pour le pouvoir, au cours de laquelle Elisa devra affronter la bête qui sommeille dans son âme...


Avis de Cassiopée :

On retrouve dans ce second tome les héritiers de Chicago dans une aventure qui va les amener loin de leur ville. À l’occasion d’une cérémonie de métamorphes, Connor invite Elisa à se joindre à lui afin qu’ils puissent passer du temps ensemble. Cependant leur séjour ne sera pas de tout repos, des événements étranges se produisent obligeant le couple à enquêter et découvrir ce qu’il se passe réellement. 

C’est un tome assez inégal, autant sur le rythme de l’histoire que sur l’écriture. En effet, plusieurs fois l’auteure fait monter la sauce pour qu’au final il ne se passe rien. Et la fin est bâclée, il manquerait facile une trentaine de pages. Heureusement, il n’est pas très gros et se lit rapidement. 
Côté écriture, on retrouve moins cette alchimie et les échanges amusants et croustillants entre Connor et Elisa que l’on a pu avoir dans le premier tome. Peut-être aussi parce que leur relation évolue et qu’ils ne savent pas trop comment agir.

Il est appréciable de se plonger dans l’univers des métamorphes plutôt que des vampires et de se balader en dehors de la ville emblématique de Chicago, toutefois on est en manque des personnages secondaires qui enrichissent beaucoup l’histoire et qui sont peu ou pas présents dans ce roman. 

C’est donc un tome très moyen, qui a quand même quelques bons côtés mais clairement, il ne restera pas dans les mémoires. On verra dans la suite si l’auteure arrive à davantage donner la part belle à ce couple qui pour l’instant reste dans l’ombre de leurs parents. 


samedi 14 novembre 2020

Les sorties Collection Infinity Novembre 2020

Papier



Book Boyfriend,
Tome 2 : Cocky Roommate
de Claire Kingsley

Éditions Collection Infinity 

Sortie papier le 16 novembre 2020
Format broché / 304 pages / 17 €


Présentation de l'éditeur :

Cette colocation était vraiment une mauvaise idée.

Kendra est un petit bout de femme sarcastique, aux cheveux désordonnés et qui aime traîner en pyjama.
C'est aussi le genre à essayer de devenir amie avec l’un de mes coups d’un soir.

Je ne sors avec personne. Les mots comme « petite amie » ou « je t’envoie un message plus tard » me sont inconnus. Tout ça, ce sont des conneries. Les relations ne sont pas faites pour moi.
J’aime offrir à une femme une nuit qu’elle n’oubliera jamais. Et une fois que c’est terminé ? Je me casse.

Je maintiens les gens à distance, et j’ai mes raisons. Cependant, Kendra commence doucement à se faire une place dans ma vie. Et quand celle-ci vole en éclats, elle est la seule personne sur qui je peux compter.

Je ne suis pas fait pour les relations, et Kendra n’est pas un coup d’un soir. Toutefois, vivre avec cette fille risque de m'être fatal.

#Colocation #FriendsToLovers #SexyAndFun





Dark Fae FBI,
Tome 1 : Agent en sortilèges
de C.N. Crawford

Éditions Collection Infinity

Sortie papier le 16 novembre 2020
Format broché / 376 pages / 18 €


Présentation de l'éditeur :

En enquêtant sur un tueur en série, cette profileuse du FBI ne s’attendait pas à tomber sur un fae mortellement attirant !

Les faes vivent parmi nous... et l'un d'entre eux est un tueur en série.
Je pensais que ce serait un cas plutôt simple à gérer.
Un aspirant Jack l’Éventreur qui hanterait les rues de Londres à la recherche de proies faciles.
Mais je me trompais. Le tueur est un fae plus insaisissable qu'un nuage de fumée.
Heureusement, je suis profileuse pour le FBI et bien déterminée à le pister.

Je ne laisserai rien m'arrêter, même quand la panique saisit la ville et que la police commence à me soupçonner. Ou quand l'un des suspects principaux, un fae mortellement attirant, essaie de me séduire – ou de me tuer, je ne sais pas trop.

Et les choses se compliquent encore quand le tueur m’attire dans un des royaumes magiques et que je deviens la proie. Très bien... Il veut la jouer comme ça ? Pas de problème.
J'ai plus d'un tour dans mon sac, et le tueur n'est pas le seul à pouvoir utiliser la magie !

#UrbanFantasy #Fae #Enquêtes





Le Dernier Drae,
Tome 3 : La couronne noire
de Kelly St Clare 

Éditions Mxm Bookmark

Sortie papier le 16 novembre 2020
Format broché / 448 pages / 20 €


Présentation de l'éditeur :

Jusqu'où iriez-vous pour vaincre un souverain sans merci ?

Je ne laisserai pas la peur me gouverner.
Un empereur pernicieux. Un royaume perdu. Une race qui se meurt.

Avec Tyrrik pour compagnon, je mènerai le combat pour y remédier.

Maintenant que l'héritière légitime des phaetyns a été retrouvée, mettre au point une alliance avec les guérisseurs devrait être du gâteau. Mais alors que les armées de Verald et de Gemond rejoignent la frontière pour entrer en guerre, l'empereur porte un coup dévastateur qui pourrait bien changer toute la donne.

Tandis que je lutte contre le vertigineux pouvoir de mon père, me voilà obligée d'affronter le mal selon ses conditions. Je me retrouve face à des ténèbres bien plus tourmentées que ce que j’ai pu expérimenter jusqu’alors.
Rien n'aurait pu me préparer à cela.

Jusqu'où iriez-vous pour vaincre un souverain sans merci ?

Moi, je le sais.
Je tromperai les menteurs.
Je trahirai les traîtres.
Je tuerai les assassins.
Je dépasserai ma peur.

#Paranormal #Dragons #NewAdult





Myria,
Tome 4 : Les sœurs de la lumière
de Mylène Régnier

Éditions Mxm Bookmark


Sortie papier le 30 novembre 2020 
Format broché / 280 pages / 16 €


Présentation de l'éditeur :

Après deux ans et demi d’absence, les Delgado sont de retour à Myria, et ils sont en colère...

Alors qu’Alicia pense enfin avoir trouvé la clef, ou la personne détenant la clef, de tous les mystères sur ses pouvoirs et ses origines, un événement tragique vient déferler sur sa famille et leurs proches, les forçant à revoir leurs plans. De là à penser que ce drame isolé est en réalité un complot à plus grande échelle, il n’y a qu’un pas ; pour résoudre cette enquête sans bavure, elle va être obligée de faire confiance à son ex, avec qui elle ne fait déjà que souffler le chaud et le froid.

À présent chef de famille et redresseuse de torts contre rémunération – ou contre pizza ou chaussures – elle ne peut plus se permettre de se laisser dominer par ses émotions et doit donner l’image de filer droit... tout en profitant des failles du système pour récolter les informations dont elle a besoin et se rendre aux endroits où elle n’est pas supposée se rendre. On ne fait pas d’Alicia sans briser des règles.

#Urban Fantasy #Paranormal #Enquêtes


 

Slow Burn,
Tome 2 : Melt for you
de J.T. Geissinger 

Éditions Collection Infinity

Sortie papier le 30 novembre 2020 
Format broché / 416 pages / 19 €


Présentation de l'éditeur : 

Quand un sportif dragueur joue les coachs en séduction, attention à ce que l’amour ne bouleverse pas toutes les règles !

Joellen Bixby n’est pas très à l’aise en société. Elle préfère passer ses samedis soir en compagnie de son chat et d’un pot de glace à fantasmer sur l’irrésistible Michael Maddox. Et même si elle donnerait tout pour séduire l’inaccessible PDG de son entreprise, elle ne sait pas comment s'y prendre. Après tout, comment fait-on pour attirer l'attention d'un homme aussi parfait quand on est du genre à passer inaperçu ? La réponse se cache peut-être juste sous son nez...

Quand Cameron McGregor (un Écossais arrogant couvert de tatouages, et capitaine de l'équipe de rugby) emménage dans l'appartement voisin, c'est le début d'une drôle d'amitié. Autant vous dire qu’il est à l’opposé de tout ce qu’elle aime chez un homme ! Mais qui de mieux que ce dragueur invétéré pour lui enseigner l'art de la séduction ? Michael Maddox n’a qu’à bien s’accrocher ! La Joellen 2.0 arrive !

Malheureusement, quand Cam se rend compte qu’il a poussé la femme de ses rêves dans les bras d’un autre, il est déjà trop tard... Mais il n’est pas du genre à baisser les bras et il est bien décidé à lui prouver que c’est lui l’homme de sa vie.

Numérique



Rencontres imprévues,
Tome 2 : Deux invités surprises
de Meghan Quinn


Éditions Collection Infinity

Sortie le 11 novembre 2020
Format numérique / 472 pages / 5,99 €


Présentation de l'éditeur :

Je ne sais plus ce qu’est l’amour. Enfin, ce n’est pas entièrement vrai, mais je vais vous dire un petit secret : j’ai perdu la petite étincelle. Vous voyez de quel genre d’étincelle je veux parler ? Je n’ai plus ressenti cette émotion depuis une éternité. Ça ne devrait pas être un problème. Mais je suis auteure, avec une deadline de l’enfer et mon éditeur sur le dos. Et bien sûr, tout le monde s’attend à ce que j’écrive une histoire d’amour bien romantique à la Nicholas Sparks.
No pression, hein ?
Ni une ni deux, je me retrouve dans un avion, destination l’autre bout du pays pour m’incruster à un mariage au nom de la recherche. Boire du champagne gratuitement, m’imprégner de l’amour de deux inconnus et exploiter mon côté romantique. Trop facile. Je suis une pro. Je peux gérer ça.
Me réveiller dans la mauvaise chambre d’hôtel ? Aussi nue qu’à ma naissance ? Avec l’être humain le plus sexy du monde en train de me regarder ? Mayday !

Je ne sais pas encore comment je vais me sortir de cette galère, mais je sais déjà que ça fera une sacrée histoire !

Une aventure sauvage, sexy et pleine d’amour dans laquelle deux inconnus se rencontrent d’une manière totalement improbable. Cette comédie romantique hilarante et réconfortante vous tiendra en haleine.







Le Conseil d'Orion,
Tome 2 : Eve et Thomas
de Samantha Jane

Éditions Collection Infinity

Sortie le 11 novembre 2020
Format numérique / 367 pages / 5,99 €


Présentation de l'éditeur :

Thomas Granger est prêt à tout pour devenir un héros, même à effacer sa mémoire pour être envoyé en territoire ennemi avec une femme en qui il n'a pas confiance.

Eve Trilby ne veut rien avoir à faire avec cette belle gueule de Granger, mais il est son billet de sortie de la prison d'Orion et son moyen de rejoindre le gang de voyous de Starborn, Noctem. Eve accepte d'aider Granger à infiltrer Noctem, mais projette secrètement de le livrer en tant qu'espion d'Orion à la première occasion. Sous le contrôle de Noctem depuis des années, elle veut simplement récupérer l'argent qu'ils lui doivent pour avoir mené l'invasion du Sanctuaire d'Orion et ensuite, elle s'en ira. Elle ne peut se permettre de s'inquiéter à l'idée que Noctem torture et tue Granger.

Quand ils arrivent à Noctem, Eve fait voler en éclats tous ses plans soigneusement préparés en protégeant Granger et en le faisant passer pour son nouvel amant. N'ayant aucun souvenir de son affiliation à Orion, Granger est une bombe à retardement – elle lui accordera quelques jours dans le repaire de Noctem avant de réactiver sa mémoire pour qu'il puisse compléter sa mission.

Mais à quelques minutes de doubler son dangereux patron, Eve réalise qu'il y a plus en jeu que sa vie – il y a son cœur.

#Romance #UrbanFantasy #SuperPouvoirs







Addictions,
Tome 2 : Addicted for now
de Krista Ritchie


Éditions Collection Infinity

Sortie le 25 novembre 2020

Format numérique / 696 pages / 5,99 €


Présentation de l'éditeur :

Il est alcoolique. Elle est accro au sexe... Rester sobre ne représente que la moitié de leur combat.

« Plus. De. Sexe. »
Voici les trois mots qui terrifient le plus Lily Calloway. Mais Loren Hale est déterminé à l’aimer sans la faire retomber dans son addiction. Ensemble, ils font face à de nouveaux défis.

« Il y aura toujours un nous. »
Alors que Lily se bat contre ses démons chaque nuit depuis le retour de Loren, ce dernier essaie de réparer ses erreurs passées. Mais leur fragile équilibre vacille lorsque quelqu'un menace d'exposer le secret de Lily à sa famille et au public.

Loren promet alors de faire tout ce qui est en son pouvoir pour la protéger. Tout.

Mais peu importe ses efforts, il sent la fin arriver. Lentement. Inexorablement. Loren redoute ces trois petits mots qui pourraient tout changer.

« Plus. De. Nous. »

#NewAdult #Romance #Contemporaine






Éclat de jour
de Jade River


Éditions Collection Infinity

Sortie le 25 novembre 2020
Format numérique / 208 pages / 5,99 €


Présentation de l'éditeur :

Carolinka est une Gardienne dont le rôle est de protéger l'une des cinq Portes d'Irlande menant au Sidhe, le royaume caché des Dieux. Élevée dans ce seul but, elle rêve pourtant de liberté, de voyages et d’une vie auprès des humains.

Lorsque l'une de ses amies est assassinée par un Cavalier sans tête, un spectre né de la haine et du désir de vengeance, Carolinka décide de mener l'enquête pour découvrir comment une telle abomination a pu franchir ses terres.

Alors que la sécurité de la Porte est en danger et que les mystères s’accumulent... voilà que l'arrivée d'un étrange jeune homme, qui semble en savoir bien plus long qu'elle sur le sujet, bouscule son univers.

Comment garder la tête froide dans ces conditions ?



jeudi 12 novembre 2020

La chronique des Bridgerton, Tome 1 : Daphné et le duc de Julia Quinn



La chronique des Bridgerton
Tome 1 : Daphné et le duc

de Julia Quinn

Éditions J'ai lu

Réédition le 13 janvier 2016
Format poche / 407 pages / 7,40 €


Présentation de l'éditeur :

À la naissance de son fils, le duc de Hastings jubilait. Hélas, l'enfant bégaie ! Affront insupportable pour le duc, qui l'a renié sans pitié. Le jeune Simon a donc grandi, solitaire et assoiffé de revanche. Après de brillantes études, il a bourlingué de par le monde jusqu'à la mort de son père, et c'est désormais porteur d'un titre prestigieux qu'il revient en Angleterre où il est assailli par une horde de mères prêtes à tout pour marier leurs filles. Mais Simon ne s'intéresse pas aux débutantes. Sauf peut-être à Daphné Bridgerton, qu'il a rencontrée dans des circonstances cocasses. Comme Simon, elle voudrait qu'on la laisse en paix. Une idée machiavélique naît alors dans l'esprit du duc...


L'avis de Jm-les-Livres :

Avec la diffusion prochaine sur Netflix d’une adaptation de la série, j’ai eu envie de relire ce premier livre. Nous découvrons donc la nombreuse progéniture Bridgerton que nous suivrons durant 9 tomes. C’est avec beaucoup d’humour que Julia Quinn nous ouvre les portes de la société londonienne et nous présente une galerie de personnages amusants, fouillés et souvent touchants.

Nous débutons donc avec Daphné Bridgerton, l’aînée des filles de la famille. Elle a atteint l’âge fatidique qui pousse toute jeune fille de l’époque à partir à la chasse au mari. Oui mais voilà, Daphné est trop intelligente et pleine d’humour pour attirer le regard de ses messieurs, pire, ils la voient comme une amie. Désespérée d’avoir un jour sa propre famille, elle passe alors un pacte avec Simon, le nouveau duc d’Hastings, revenu de l’étranger au décès de son père. Lui fera croire qu’il s’intéresse à elle pour attirer l’attention de nouveaux prétendants autour de Daphné, parce qu’il est bien connu que si une personne influente s’intéresse à une jeune fille, tous les célibataires vont se demander ce qu'elle a de si unique pour attirer l’attention. Elle, elle tiendra éloignée de Simon les filles célibataires et leur dangereuse mère. Mais bien sûr, rien ne se passe comme prévu, surtout que l’amitié naissante entre Daphné et Simon va très rapidement les rapprocher.

J’ai beaucoup aimé ce tome introductif. Les personnages principaux sont intéressants, même si on aurait aimé un héros un peu moins buté. En ce qui concerne les personnages secondaires, c’est un vrai festival de personnalités fortes et originales. De quoi donner envie de découvrir la suite de leurs aventures dans les tomes suivants.

Daphné et le duc introduit l’une des plus grandes séries de romance historique. L’humour et l’amour (romantique comme familial) sont les pièces maîtresses de cette romance de Julia Quinn. Un pur moment de bonheur littéraire.


mercredi 11 novembre 2020

Les sorties Milady de Novembre 2020



 

Blood Type,
Tome 3 : Jusqu'au sang 
de K.A. Linde

Éditions Milady 

Sortie le 25 novembre 2020 
Format poche / 360 pages / 7,90 €
 


Présentation de l'éditeur : 

Le prix du sang
Le monde a basculé dans le chaos. Reyna n'avait que vingt et un ans quand elle a accepté de devenir la compagne de sang du séduisant Beckham, pensant que ce n'était qu'un modeste prix à payer pour nourrir ses frères. Mais rien ne s'est déroulé comme prévu, à commencer par sa relation avec Beckham. À présent, prise dans le tourbillon d'une rébellion en déroute, Reyna doit fuir la cité conquise par l'élite vampire avec ses amis. Malgré les pertes subies, malgré leurs plans réduits à néant, Reyna devra trouver la force nécessaire pour enfin mener sa mission à bien et mettre un terme au conflit.

 


 

Redwood,
Tome 7 : Quinn 
de CarrieAnn Ryan 

Éditions Milady 

Sortie le 25 novembre 2020 
Format poche / 240 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur : 

Gina a perdu ses parents lorsqu'un membre de sa meute les a trahis. Adoptée par l'Alpha de la meute Redwood, elle a grandi parmi eux et se consacre à présent de tout son coeur à la défense de sa nouvelle famille. Là est son destin, elle le sait... jusqu'à ce qu'on lui confie la charge de l'alliance avec la meute des Griffes. La compagne de Quinn l'a abandonnée de la manière la plus brutale qui soit, brisant le lien d'union entre eux sans se soucier des conséquences dévastatrices pour lui ou pour leur enfant nouveau-né. Réduit à l'ombre de lui-même, il ne vit plus que pour protéger les Griffes et son fils. Gina et Quinn sauront-ils oublier leur passé sanglant pour forger un avenir ensemble ?

 




Olympus,
Tome 1 : Alex Devereaux
de Suzanne Wright

Éditions Milady

Sortie le 25 novembre 2020
Format poche / 480 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Retrouvez l'univers de La Meute du Phénix et La Meute Mercure !

Bree est un chat de Pallas, et elle n'a peur de rien... Ou presque. Une seule chose l'effraie : son âme soeur, la personne que le destin lui réserve, est un être cruel et vicieux qu'elle ne pourra jamais aimer. La nouvelle de sa mort est un soulagement, et Bree compte bien refaire sa vie. Mais celui qu'elle désire plus que tout lui est interdit : Alex est son patron, et le cousin de son âme soeur disparue. Cependant, Alex ne veut plus se mentir à lui-même. Il est prêt à tout pour revendiquer Bree, et nul ne pourra l'en empêcher.






Mercy Thompson,
Tome 12 : L'Empreinte de la fumée
de Patricia Briggs

Éditions Milady

Sortie le 25 novembre 2020
Format broché / 360 pages / 20 €


Présentation de l'éditeur :

Les seuls pouvoirs de Mercy sont de se transformer en coyote et de réparer les voitures. Mais elle a des amis partout et une meute de loups-garous qui assure ses arrières. Heureusement, car elle risque fort d'en avoir besoin. Il y a des siècles, les faes vivaient En-Dessous, jusqu'à ce qu'ils en soient chassés. Ils y ont abandonné leurs châteaux, leurs trésors... et leurs prisonniers. Laissés en liberté, ces créatures se sont entretuées jusqu'à ce que seules les plus dangereuses survivent. Et à présent, l'une d'entre elles s'est échappée. Avide de chaos et de destruction, le monstre peut changer d'apparence, et s'emparer de la volonté de ceux qu'il mord, les pousser à attaquer ceux qui leurs sont chers. Mais il a commis une erreur en pénétrant sur le territoire de la meute, car Mercy ne reculera devant rien pour défendre les siens.