Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 11 octobre 2015

Délicieuse dépendance de Eve Borelli

Délicieuse dépendance

de Eve Borelli

Éditions HQN

Sortie le 18 septembre 2015
Format numérique / 64 pages / 1,99 €


Présentation de l'éditeur :

Amour, rugby et erreur de plaquage Un mot griffonné à la va-vite sur un morceau de sopalin. Voilà le type de rupture à laquelle Agathe a eu droit après plusieurs mois d'une relation passionnée avec celui qu'elle croyait être l'homme de sa vie. Elle aurait dû s'en douter : Nico, talentueux rugbyman, était bien trop sexy pour rester avec un médecin de campagne comme elle. Mais, aujourd'hui, après des semaines passées à lutter contre les souvenirs, elle doit affronter le retour de son ex en ville à l'occasion d'un match. Si jamais elle le croise, elle s'est juré de rester distante. Oui, elle sera digne, imperturbable, invulnérable… une vraie reine des glaces ! Alors pourquoi son cœur s'emballe dès qu'une ombre passe devant sa fenêtre ? 
A propos de l'auteur :

Eve Borelli habite dans le sud de la France (soleil, plage, mojitos et compagnie…), entourée de sa famille, ainsi que d'un chat extrêmement capricieux. Elle est enseignante en lettres – mais ne martyrise pas trop les élèves, à moins qu'eux-mêmes ne martyrisent la conjugaison – et aime autant écrire que, dans le désordre : les Curly, les fous-rires, le shopping, le bavardage, les amis, les trucs qui pétillent, les bons repas, les apéros précédant les bons repas et la légèreté. L'essentiel est là !


Avis de Jm-les-livres :

Agathe, médecin de campagne, a du mal à se remettre de la rupture brutale (et pleine de goujaterie) de son ex. Le monsieur l'a quittée par l'intermédiaire d'un mot sur un bout de Sopalin. Classe ! Alors quand elle apprend que le traître revient dans son village pour un week-end d'entraînement avec l'équipe de France de rugby, Agathe est terrifiée.

Eve Borelli propose au lecteur de raviver une ancienne flamme avec beaucoup d"humour et de dérision. Agathe ressemble un peu à miss catastrophe et cela la rend très attachante. Malheureusement, Nico, le rugbyman briseur de cœurs à coup de feuille de Sopalin n'est pas suffisamment présent pour nous livrer assez de sa personnalité. Il est plus là en tant que personnage secondaire, ce qui gâche un peu l'effet romantique de la chose. On voit plus son ancien coach et son rat que Nico. Dommage pour nous. Mais l'ensemble reste plaisant et vous risquez de glousser à certains moments (avertissez votre entourage à l'avance). Une bonne petite lecture détente.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire