Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 6 octobre 2013

Immortelle, Tome 1 : Le Secret de l'Immortelle

Immortelle
Tome 1 : Le Secret de l'Immortelle
de Katsu Alma

Éditions Le Pré aux Clercs

Sortie le 7 mai 2013
Format broché / 445 pages / 21 €


Présentation de l'éditeur :


Luke Findley est médecin à St Andrew, une ville perdue du nord de l’État du Maine. Divorcé, orphelin depuis peu, il est plutôt déprimé. Ce soir-là, quand il prend son service à l’hôpital, il s’attend à une nuit comme les autres, où il soignerait de petites blessures causées par des incidents mineurs ou des disputes domestiques. Mais au lieu de cela, Lanore McIlvrae entre dans sa vie – et le transforme pour toujours. Car Lanny est une femme au passé chargé… Son histoire, où l’amour se mêle à la trahison et transcende la mortalité, a commencé au début du XIXe siècle dans une petite communauté puritaine au nord du Maine. Là, à douze ans, Lanny a décrété que Jonathan, d’une beauté exceptionnelle, sera l’homme de sa vie.
Séduction, obsession, passion, décadence, perversité et brutalité, la vie de Lanny traverse les siècles sans parvenir à apaiser ses démons…

L'avis de Lila :

Il était difficile de savoir à quoi s'attendre avec ce roman : résumé évasif, critiques dithyrambiques qui n'en disent finalement pas grand chose et comparaison assez malvenue à Twilight (malvenue car peu séduisante pour certains et surtout parce que très éloignée de la réalité). Une fois la lecture achevée on n'est pas vraiment plus avancé. Décrire ce roman et son sujet est assez complexe, tant la variété des thèmes abordés est large et traitée d'une façon inhabituelle.
On pense découvrir une histoire d'amour passionnée et passionnante, et pourtant ce n'est pas le cas. L'amour est bien présent, on retrouve ce sentiment en filigrane tout au long du roman et il inspire la plupart des décisions et réactions de Lanore. Mais cet amour-là, s'il est fort et fascinant, est plutôt triste, destructeur et tragique. On est donc bien loin des jolies amourettes qui donnent des papillons dans le ventre.

Dans cette histoire, personne n'est totalement bon ou mauvais, chacun a ses défauts, ses motivations et ses faiblesses. On en sait trop peu sur Luke pour véritablement s'attacher à lui. Les autres personnages, notamment Lanore et Jonathan, ne sont pas des plus attachants non plus, malgré l'empathie qui finit par se créer envers eux. Adair ne laisse à l'inverse pas indifférent, entre fascination et répulsion, sa présence occupe le devant de la scène une bonne partie du récit. Cependant, et d'une façon générale, les protagonistes possèdent tous quelque chose qui attire et retient l'attention. L'auteur prend son temps pour nous les présenter et raconter leur histoire.
Entre passé et présent, on découvre la vie de Lanore et des gens qui ont partagé son existence, du XIXème siècle jusqu'à aujourd'hui. Les sentiments qu'elle ressent pour Jonathan, son ami d'enfance, sont au cœur de cette histoire bouleversante. Elle confie chaque détail de son long parcours à Luke, ne lui épargnant rien des joies, des peines et des moments douloureux qu'elle a vécu. Sexe, trahisons, mensonges, humiliations, dépravation et manipulations sont également de la partie dans son récit qui ne cache rien.

Le rythme est lent, l'ambiance est parfois lourde, certaines scènes sont difficiles et le roman est long. On apprécie donc de quitter régulièrement le récit de Lanore pour retrouver le présent et sa fuite avec Luke. Cela permet de souffler un peu et ces coupures arrivent toujours au bon moment.
Il n'y a finalement pas grand chose de négatif à dire sur ce roman qui nous entraîne dans une histoire complexe et passionnante. Un livre sombre, original et surprenant, qui n'a absolument rien à voir avec Twilight, que ce soit sur la forme ou le fond. L'intrigue est dense, la narration est lente et immersive et on est bien plus proche d'auteurs comme Anne Rice. Un mélange subtil d'amour, de possession et d'obsession sur fond d'immortalité et de magie. Intrigant et subjuguant, vivement la suite.




21 EUR
Achat Fnac

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire