Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 1 août 2011

L'Amour dure plus qu'une vie de Ann Brasheres

L'Amour dure plus qu'une vie
de Ann Brasheres


Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le  6 mai 2011
Broché / 388 pages / 17 €


Présentation de l'éditeur:

Lorsque le beau et mystérieux Daniel avoue son amour à Lucy, la jeune fille est émue. Mais pourquoi l'appelle-t-il Sophia et prétend-il qu'ils se sont déjà aimés auparavant? Troublée, Lucy s'enfuit, laissant Daniel au désespoir. Il était persuadé qu'elle se souviendrait de leurs vies passées, des siècles plus tôt. Le jeune homme se remémore ses vies antérieures, du soldat de l'Antiquité au chirurgien américain. Lucy voit peu à peu des souvenirs ressurgir. Et si Daniel avait raison? Pour le savoir, elle décide de percer les secrets de son passé. Mais les forces obscures qui avaient séparé les deux amants refont surface....

Avis de Karen

Depuis deux ans que Daniel est dans son lycée, Lucy se sent de plus en plus attirée par lui. Pourtant, ce garçon discret et solitaire ne fait rien pour attirer son attention. Seulement à chaque fois qu’elle se trouve en sa présence Lucy perd ses moyens et ne sait plus que dire ou que faire. Le soir du bal de promo, elle décide de prendre les devants mais après qu’ils aient échangé un baiser passionné, voilà que Daniel se met à l’appeler Sophia en lui répétant combien elle lui a manqué et qu’il ne comprend pas pourquoi elle ne se souvient pas de lui. Lucy prend peur et s’enfuit…

En fait Daniel possède La Mémoire. Il se souvient de tout ce qui lui est arrivé dans ses vies antérieures, et ce depuis 541, année où pour la première fois il a rencontré Lucy et où il l’a tuée. Depuis, il est devenu obsédé par sa culpabilité et son amour pour elle. Cependant jamais ils n’ont pu se retrouver dans de bonnes conditions : elle était mariée, ou bien l’un des deux était gravement malade, ou bien encore leurs âges ne coïncidaient pas du tout. Donc pour une fois qu’aucun obstacle majeur ne se met sur sa route (du moins le croit-il !) il n’est pas question de tout gâcher par son impulsivité. Daniel décide donc de se mettre en retrait et d’attendre le moment propice où Lucy sera enfin prête à entendre ce qu’il a à lui révéler. Les années passent mais il ignore que Lucy a décidé entre temps de découvrir par elle-même ce qu’il en est vraiment. Qui est Daniel ? Pourquoi l’a-t-il appelée Sophia ? Pourquoi a-t-elle l’impression de le reconnaître et pourquoi est-elle hantée par des rêves d’un autre âge ?

Ann Brashares signe ici une magnifique histoire d’Amour, bouleversante et incroyablement émouvante. Ce sont de vrais sentiments qui sont décrits ici, dans toute leur profondeur. Il n’est absolument pas question d’une romance dégoulinante de mièvreries, bien au contraire ! Cela est dû surtout au caractère de Daniel marqué par ses quinze siècles d’« existence ». Il est sérieux, renfermé et assez austère. Il traverse ses vies en ne souhaitant qu’une chose : pouvoir enfin concrétiser son amour pour Sophia. Ici point de sentiments exaltés ou de déclarations enflammées, et cela n’en est que plus fort. Par ses paroles empruntes de sagesse, c’est tout une réflexion sur la vie et la mort qui nous est offert ici. Et inutile de vous dire que ça fait vraiment réfléchir.
Le récit est entrecoupé par les souvenirs des vies antérieures de Daniel qui, tous, ne conduisent qu’à une chose : permettre à Lucy de reconnaître enfin Daniel. Je suis complètement tombée sous le charme des évènements de la Première Guerre mondiale au cours desquels ils se sont le plus rapprochés (j’y ai même versé plus d’une fois une larme). Le récit est juste merveilleux !
Un seul bémol : après avoir séparé nos deux héros durant des millénaires, Ann Brashares a poussé le sadisme jusqu'à terminer son roman par une fin qui n’en est pas vraiment une. Une vraie torture !

Au final, un vrai coup de cœur, une magnifique histoire que je conseille vivement. Et pour ceux qui seraient rebutés par le Young Adult, sachez que cela n’en est pas vraiment une étant donné que les héros sont adultes dans la quasi-totalité du roman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire