La cité des songes, Tome 1 : Une couronne de roses et de givre de Georgia Caldera



La cité des songes, 
Tome 1 : Une couronne de roses et de givre
de Georgia Caldera

Éditions J'ai lu

Sortie le 5 octobre 2022
Format broché / 448 pages / 16,90 €


Présentation de l'éditeur :

Dans un monde à la surface fracturée, où les populations vivent recluses dans d'immenses tours-royaumes, un danger de plus en plus grand pèse sur l'humanité sous la forme d'une titanesque créature. Quatre élus seraient capables, selon d'antiques légendes, de chevaucher des Dragons-Tempête et de trouver la Cité des Songes, ultime refuge permettant d'échapper aux créatures des Abymes . Mais qui sont-ils ? Auréa, Chasseresse de la Tour du Printemps, et Rozarian, fils du roi de la Tour de Givre, sauront-ils s'allier malgré ce qui les oppose et déjouer les pièges de la cour, s'affranchir des luttes de pouvoir et fédérer les derniers royaumes survivants afin de combattre ensemble le Dévoreur ?

L'avis de Tsuki :


Ce n’est plus un secret, j’apprécie beaucoup les textes de Georgia Caldera, j’étais donc impatiente de découvrir celui-ci et je n’ai pas été déçue. Si la trame est souvent similaire d’un roman à l’autre, la forme est différente et aborde toujours de sujets lourds que je trouve difficiles à traiter dans un contexte fictif.

Auréa a 16 ans et aime sa vie de chasseresse au sein du reinaume du printemps, Rozarian, 17 ans, héritier de la Tour de givre, quant à lui préférerait voyager et découvrir le monde plutôt que de devoir endosser les responsabilités qui lui incombent. Rien ne prédispose ces deux jeunes adultes à se croiser un jour et pourtant les évènements les mèneront à se marier… Chacun avec une mission, pourront-ils s’allier et mettre de côté les ordres et leurs envies pour faire face à la menace qui arrive vers eux ?

Dans ce roman de fantasy, où les dragons et la magie ont la part belle, l’autrice aborde des sujets tels que le mariage forcé, la place des femmes sous un régime patriarcal arriéré, l’acceptation de la différence, le matriarcat et bien d’autres encore. Chaque texte de Georgia met en exergue des sujets de société, notamment la place des femmes dans celle-ci ; c’est une fiction me direz-vous, mais il n’est pas rare que celle-ci se rapproche dangereusement de la réalité et à plus d’un titre. Ce n’est pas le sujet principal du roman, que l’on s’entende bien, mais c’est un point sur lequel je souhaitais revenir avant de m’attarder sur la romance et l’intrigue.

Nous suivons donc Auréa et Rozarian dans leur découverte mutuelle, nous apprenons à connaître leurs coutumes, leurs façons de vivre, qui n’a rien à voir l’une avec l’autre. Quand Auréa peut se balader comme bon lui semble dans la campagne du Reinaume du Printemps, Rozarian est cloîtré à l’étage princier de la Tour de Givre. Leur rencontre modifiera la vision que chacun a de son monde, la jeune femme se rendra compte que la vie n’est faite que de concession et de complots politiques quand le prince prendra conscience que la façon dont son père traite les femmes et d’autant plus celles qui ont des pouvoirs, n’a rien de normal.

Auréa descend d’une lignée de femmes-mages, appelées Thaumaturges, elle possède de grands pouvoirs, liés à une pierre qu’elle possède au niveau du sternum. Cette gemme lui confère une puissance venue des Abymes et ces pouvoirs sont une engeance démoniaque aux yeux du peuple de Givre, la jeune femme se doit alors de cacher sa véritable nature…

Ce premier tome met en place l’univers dans lequel évoluent nos héros, il est très riche en mises en situation, en conjectures, les complots sont légion et quand le Reinaume des Corbeaux s’en mêle, cela n’arrange rien. Mille questions restent en suspens et très peu trouvent de réponse à la fin, ‒ des plus surprenantes‒ , de ce roman. Les personnages sont travaillés, on s’attache à Auréa pour sa force et son humanité, tout comme à Rozarian pour sa volonté et ses fragilités sans que cela ne soit de la pitié. L’univers est fouillé et nous promet de nombreuses surprises, l’autrice nous embarque une nouvelle fois dans un monde sombre où le danger est partout, mais où subsiste malgré tout de l’espoir.

En bref, un premier tome introductif sans être dénué d’action. Georgia Caldera met en place un monde où règne la magie, le pouvoir, la politique mais aussi l’espoir et le désir d’un avenir meilleur. Je suis très curieuse de découvrir la suite à venir, de connaître le passé de Rozarian et le futur de nos héros.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Webzine