Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 30 août 2019

Un palais de cendres et de ruines, de Sarah J. Maas (Tome 3)



Un palais de cendres et de ruines
de Sarah J. Maas

Éditions De la Martinière jeunesse

Sortie le 7 février 2019
Format broché / 736 pages / 21,90 €


Présentation de l'éditeur :

Devenue Grande Dame de la Cour de la Nuit, Feyre a offert son coeur à Rhysand. Après la trahison de Tamlin, pourtant, la jeune femme n'a eu d'autre choix que de suivre celui-ci à la Cour du Printemps, qu'elle considérait autrefois comme sa maison. Mais Feyre n'a qu'une idée en tête : découvrir ce que manigance Tamlin, qui s'est rangé aux côtés du roi d'Hybern, et rentrer au plus vite à la Cour de la Nuit. Car la guerre contre Hybern est imminente, et Feyre et Rhysand doivent à tout prix rallier les Grands Seigneurs à leur cause...

L'avis de Lila :

Cette chronique contient des éléments susceptibles de spoiler les tomes 1 et 2. 

Après de nombreuses péripéties, Feyre retourne à la Cour du Printemps au bras de Tamlin. Elle n’y retourne pas pour roucouler avec lui, mais pour l’espionner et, accessoirement, semer la zizanie parmi ses troupes. Si elle prétend être toujours folle amoureuse de l’homme au charisme de poulpe, c’est une Feyre déterminée à faire un maximum de dégâts que nous retrouvons ici.

Elle revient à la Cour du Printemps comme ça, Feyre

Bon, on pourra se demander comment qui que ce soit trouve ça crédible, même si l’auteure tente de le justifier. Et, en effet, si Tamlin, aussi futé que charismatique, y croit, d’autres semblent plus mitigés face au retour de Feyre.

Lucien quand Feyre revient en prétendant être folle d’amour pour Tamlin

C’est également l’occasion de rencontrer de nouveaux personnages et de faire mieux connaissance avec d’autres que nous n’avions que vaguement croisés jusque-là. J’ai ainsi beaucoup apprécié d’en apprendre plus sur les sœurs de Feyre, mais aussi sur les autres Cours, comme la Cour de l’Été et son Grand Seigneur, Tarquin.


Côté personnages, l’auteure a tendance à abuser encore et toujours des mêmes ficelles déjà vues dans le second tome, avec des méchants en fait gentils et des gentils en fait méchants, et plusieurs d'entre eux qui passent d'une case à l'autre occasionnellement pour créer des rebondissements bien pratiques. Ça n’empêche pas que la psychologie de certains est bien développée, mais l’abondance de clichés et la répétition des schémas font qu’on devine rapidement qui est dans le camp du bien et qui ne l’est pas. Quand les masques tombent, on est donc rarement surpris...


L’intrigue a elle aussi tendance à se répéter. J’ai adoré le début, avec Feyre qui joue les agents doubles, mais j’avais du mal à laisser de côté le fait que c’était quand même énorme que Tamlin y croit. Certes, il n’a pas inventé l’eau chaude, mais tout de même. Cette première partie donne le ton de la suite : un tome très politique où la guerre contre Hybern occupe quasiment toute la place. L’auteure développe bien cet aspect, on assiste à des stratégies, des batailles, des négociations, etc. Entre tout ça, nous suivons aussi le quotidien de Feyre avec ses nouveaux amis et quelques péripéties intéressantes.

Mais comme je le disais, il y a de la répétition, et pas qu’un peu. Il est rare de voir une scène privée entre Feyre et Rhys qui n’inclut pas un bain suivi d’un orgasme (presque toujours obtenu de la même manière). Leurs dialogues sont également répétitifs. Comme si l’auteure avait déjà dit tout ce qu’il y avait à dire les concernant et qu’elle tournait désormais en rond, à nous parler encore et encore jusqu’à la nausée de leur amour et de leur lien d’âmes sœurs.


Le fait que tout le monde trouve d’ailleurs son âme sœur ici et là dans ce tome n’aide pas, le sujet occupe quand même beaucoup de place et on n’est jamais bien loin de la niaiserie. Les plus romantiques apprécieront sans doute, cela dit. Je reconnais que, de base, je suis moins cliente de ce type de passages. À petites doses, ça va, mais au-delà, je tire la grimace.


Les batailles se succèdent, les actes d’héroïsme aussi et, si c’est là aussi parfois répétitif, on ne peut pas reprocher à l’auteure de faire dans la demi-mesure : elle nous avait annoncé une guerre, on en a une, avec tout ce que ça implique. Pourtant, je n’ai jamais vraiment été inquiète pour les personnages, même si l’auteure s’emploie à nous faire craindre le pire pour eux. Il faut dire qu’elle nous a présenté une Feyre super héroïne ultra badass qui en sait plus que tout le monde sur tout, et qui a tous les pouvoirs possibles et imaginables. Donc même quand le pire arrive, on se doute bien que Feyre va nous sortir une solution de son chapeau magique.


J’ai peu apprécié le tome 1, j’ai vraiment adoré le tome 2 et celui-ci, malgré de nombreux défauts, m’a tout de même bien plu. Il y a énormément d’actions, de rebondissements, d’humour et d’amour. Pour peu qu’on se laisse embarquer, ça fonctionne très bien, un peu à la manière des blockbusters hollywoodiens, pas toujours bien subtiles ou cohérents, mais qui nous en mettent plein les yeux.


Un tome 4 a déjà été publié aux USA et devrait arriver prochainement en France, d’autres sont également prévus (il me semble que c’est encore au stade de rumeur, à confirmer donc). Je ne sais pas si je poursuivrai la lecture. Ce tome 3 conclut toutes les intrigues principales et secondaires, ou presque, et je ne vois d’ailleurs pas ce que l’auteure pourra nous proposer dans une suite. J’ai d’ailleurs lu que le tome 4 était centré sur le quotidien des personnages, sans action ni enjeux, un peu comme un bonus pour les fans.

En conclusion, ce tome m’a un peu moins séduite que le précédent, mais ça reste très bon et ça conclut parfaitement toutes les intrigues, on ne reste pas sur notre faim. Malgré un tome 1 très moyen et que je n’étais pas certaine de réussir à terminer, c’est dans l’ensemble une excellente saga que je recommande.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire