Billy par Ikea of Sweden



Billy
d'Ikea of Sweden

Première sortie en 1979
Format souple / 12 pages / gratuit



Présentation de l'éditeur : 

Pas de synopsis disponible.

L'avis de Tan :

Ce qui m'a tout de suite intriguée avec cet ouvrage, c'est sa couverture. Juste un titre noir dans le coin en haut à gauche, le nom de l'auteur en bas à droite et deux étagères en plein milieu. Difficile de deviner de quoi il allait être question et aucun indice sur le personnage principal (Billy ?) non plus. Chose rare, ce court récit n'a pas de quatrième de couverture (ni d'éditeur d'ailleurs). J'ai rarement croisé un ouvrage aussi mystérieux, et je suis pourtant une grande fan de Marc-Antoine Mathieu.

Comme je suis curieuse, je me suis lancée sur un coup de tête sans chercher à en savoir plus. J'ai vite compris que c'était une histoire sans paroles et intégralement en noir et blanc ; ce qui a son charme, il faut l'avouer. Le premier personnage à apparaître s'exprime avec une grosse bulle pleine de petits dessins d'outils, à la façon d'un rébus, sauf que la phase ne semble pas faire sens (pas tout de suite en tout cas). Il y a un autre personnage qui arrive rapidement, mais il est totalement sous-exploité dans l'histoire ; on le voit une fois et je n'ai pas saisi son intérêt. En tout cas, j'ai vite compris qu'il allait y avoir un aspect très méta, car le héros appelle Ikea lui-même au téléphone (c'est d'ailleurs le seul mot de tout le livre), comme si le personnage en quête de réponses sortait de la case pour parler directement à l'auteur. Pareil, je n'ai pas su trop quoi en faire sur le moment, mais ça m'a titillée les neurones bien comme il faut.

La page suivante est encore plus étrange. J'ai bien senti que ça parlait de concepts forts et j'ai essayé d'additionner et de multiplier les nombres (un peu à la façon des énigmes avec des bananes, des pommes et des noix de coco), mais là non plus, je n'ai pas compris où l'auteur voulait en venir exactement.

À la suite du passage du coup de fil dont j'ai parlé plus haut, le personnage principal disparaît totalement et le dessin devient encore plus conceptuel. J'ai tout de suite pensé à Escher et Schuiten. Et quelque part, je pense qu'il y a de ça. Très rapidement, l'étagère de la couverture prend forme sous nos yeux. La main de Dieu (celle du personnage principal ? de l'auteur ?) indique des éléments importants de l'image, voire plante des clous comme autant de points d'exclamation. Vraiment, j'ai eu l'impression d'être dans 3" de Marc-Antoine Mathieu (encore, je sais) où le regard du lecteur est dirigé par l'auteur pour lui montrer l'invisible et l'aider à donner un sens à une histoire qui ressemble à un puzzle. Puis le personnage principal réapparaît soudainement à la dernière page, avec le sourire, et il lit un livre. Et je pense qu'il faut y voir une mise en abyme un peu lynchienne sur les bords ; il manque juste le gruau de maïs et un personnage qui dirait : "Gotta book?" façon "Gotta light?", mais on n'en est pas loin.

Billy a été une lecture vraiment surprenante et déroutante sur laquelle il faudra que je prenne le temps de revenir un jour. J'étais vraiment persuadée tout au long de ma lecture que Billy était le prénom du personnage qui apparaît à plusieurs reprises dans l'histoire, mais il semble un peu trop effacé et j'ai supposé à la fin que Billy était peut-être le nom de l'étagère. Une idée plus ou moins originale puisqu'il s'agit aussi du nom d'une des guitares du chanteur M.

J'ai aussi cru comprendre que l'ouvrage faisait partie d'une collection complète qui suit l'évolution de Billy. J'ai dû me tromper dans l'ordre de lecture d'ailleurs ; ici, elle fait 2,02 mètres, or, elle mesure 1,06 mètre dans le tome précédent et elle grandit dans le suivant. Je ne suis pas sûre de me lancer dans leur lecture tout de suite, même si je suis très intriguée. Peut-être si j'en vois l'utilité un jour. Je vais commencer par digérer celui-ci.

Si vous souhaitez vous faire un avis, Billy est disponible gratuitement en ligne au format pdf. Il fait douze pages, il se lit super vite et ça vous permettra de vous faire un avis par vous-même. N'hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des théories sur l'histoire à partager en tout cas.

2 commentaires:

  1. J’ai lu la review avec beaucoup d’attention, et encore plus à l’ouvrage présenté.
    Quelle claque… On en sort carrément pas indemne. Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié le personnage secondaire, Crayon, qui a un rôle déterminant dans l’épopée présente. Sans lui, Marteau ou Tournevis auraient été complètement perdus …

    Pour ce qui est de Billy j’avoue que je suis aussi dubitatif aussi. Le personnage que l’on voit apparaît au début et disparaît pendant toute l’intrigue pour ne revenir qu’à la fin. Pour cette raison, je doute que Billy soit le prénom de ce personnage. J’aime l’idée que ce soit le véritable nom de notre ami Crayon.

    En tout cas j’ai hâte de lire la suite et je vais avoir besoin d’une relecture.

    Merci encore pour la découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas perçu Crayon, Marteau et Tournevis comme des personnages, mais ça explique le contenu de la bulle au début. J'ai cherché trop compliqué. En fait, le personnage principal les appelait, tout simplement ! Merci pour cet éclairage :)

      Supprimer

Webzine