Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 10 janvier 2020

Nostalgie Friends de Kelsey Miller



Nostalgie Friends
Un phénomène depuis 25 ans
de Kelsey Miller

Éditions HarperCollins

Sortie le 6 novembre 2019
Format broché / 368 pages / 17,00 €



Présentation de l'éditeur :

Traduit de l’anglais (Etats-Unis)
Par Typhaine Ducellier
 
Un phénomène depuis 25 ans.
Enfin une rétrospective complète et très riche qui explore toutes les facettes de cette série devenue culte, de ses origines improbables aux raisons mystérieuses pour lesquelles nous la regardons toujours. Kelsey Miller, journaliste et spécialiste de la culture populaire, nous fait revivre les moments mythiques de la série, analyse ses thématiques et expose les tendances qu'elle a lancées, de l’essor de la culture des coffee-shop au « Friendsgivings », en passant par la coiffure culte des années 90, le Rachel.
Regroupant commentaires, entretiens inédits et anecdotes des acteurs stars de la série, ce livre est un incontournable pour tous les amateurs de la série et un ouvrage marquant pour toutes les générations Friends.
 
Bio  :
Kelsey Miller est diplômée d'une licence de production en cinéma et audiovisuel de l'université de Boston. Elle démarre sa carrière dans la production cinématographique avant de se consacrer à temps complet à l'écriture. Elle vit aujourd’hui à New York.


L'avis de Vi :

J’ai voulu tester ce livre parce que j’ai eu un regain de nostalgie (d’où le titre) pour Friends quand je me suis rendue compte que cette série venait de fêter ses 25 ans. Ça peut même nous foutre un peu le cafard quand on pense que tout ce temps est déjà passé alors que, souvent, il nous arrive à tous de tomber sur une rediffusion à la télé. Je ne m’arrête pas toujours dessus, mais ça m’arrive de me dire : "Tiens, j’adorais cet épisode" et de le (re-re-re-)visionner, juste pour le plaisir de retomber en enfance. Parce que oui, pour moi, Friends représente mon enfance, ou plutôt mon adolescence. J’ai commencé à le suivre vers 12 ans et jusqu’à mes 17 ans. Je n’ai donc pas assisté à ses débuts, mais j’ai sans aucun doute suivi les meilleurs épisodes. J’avais envie d’en connaître plus sur cette série culte, de lire des anecdotes de tournage, d’en savoir plus sur les acteurs, les scénarios, leur façon de travailler… Cependant, j’ai été un peu déçue par ce livre.
Dans le résumé, on nous le décrit comme une rétrospective complète qui explore les facettes de cette série culte, en passant par les origines improbables. Alors, ce dernier point, et c’est probablement ce qui m’a le plus plu, est bien abordé. On apprend tout sur la réalisation de la série, du casting, de la façon dont ils ont choisi les acteurs, peu connus à l’époque, mais qui ont parfaitement su endosser leur rôle comme si celui-ci était clairement fait pour eux. C’est d’ailleurs eux qui ont porté la série sur le long terme, tout le monde s’accorde à le dire. Le livre évoque quelques anecdotes sympathiques à découvrir, notamment le vrai caractère de nos Friends, en passant par la fameuse coupe de cheveux de Rachel, ainsi que leur indéfectible amitié dans la vraie vie… Mais c’est tout.
Ces quelques passages (très peu au final) sont ensevelis sous une tonne d’informations sur les studios d’Hollywood, leur mode de fonctionnement, les noms des producteurs, réalisateurs, etc… (Des noms que je n’ai jamais entendus et qui me sont complètement passé à côté). L’auteure s’attarde également beaucoup sur le long passé des deux créateurs de la série : Marta Kauffmann et David Crane. Ce qui n’était pas forcément utile ; autant commencer par la préparation de Friends, puisque c’est pour ça qu’on a choisi ce livre. Ce n’était pas pour connaître toute la biographie des scénaristes. Et quand je parle de biographie, elle ne fait pas seulement celle de ces deux-là, mais de toute une flopée d’autres personnes qui, certes ont aidé à la réalisation de la série, mais dont on se fiche un peu, à vrai dire.
Il y a aussi de nombreuses autres références qui n’ont pas forcément de rapport avec Friends, mais qui rend hommage à la culture du divertissement américain ; les sitcoms, les acteurs de ces autres sitcoms… Bref, par moments, je me suis demandée si l’auteure n’avait pas dû gonfler un peu son manuscrit avec des informations proprement hollywoodiennes pour rester dans le ton sans vraiment parler de l’essentiel parce qu’elle n’avait pas assez d’infos intéressantes sur le sujet principal. Au final, je n’en ai pas appris beaucoup plus sur la série. Rien, en tout cas, que je n’aurais pu trouver sur internet, si j’avais pris la peine de chercher.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire