Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 11 juin 2021

Le Maître de la Grèce de Mathilde Tournier



Le Maître de la Grèce
de Mathilde Tournier

Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 15 avril 2021
Format broché / 256 pages / 11,50 €


Présentation de l'éditeur :

Début du IVe siècle av. J.C. La cité d'Athènes s'est relevée de sa défaite contre Sparte. Le bel Héraclios, héros des combats, profite enfin de sa jeunesse avec son amie Phryné. Le couple se rend à Delphes pour encourager le ousin Thémis aux Jeux pythiques. Mais la compétition tant attendue tourne au cauchemar. Dans le sanctuaire, Héraclios tombe sur Lysandre, le général spartiate qui a tué son père et mis Athènes à genoux quelques années plus tôt...

 
L'avis d'Elaura :

Dans ce roman, Mathilde Tournier met en scène, de manière romancée, les événements qui suivent la guerre du Péloponnèse dans la Grèce antique. L’autrice a choisi de mettre en exergue la rivalité toujours présente entre Sparte et son chef de guerre Lysandre et les Athéniens vaincus et humiliés 10 ans plus tôt, lors de la bataille navale d’Aïgos Potamos.

Ce que je ne savais pas, en revanche, c’était que Le Maître de la Grèce était un tome 2. En effet, les principaux protagonistes ont tous été présentés dans le premier tome Les révoltés d’Athènes. Nulle part sur la quatrième de couverture, il est fait mention d’un premier opus et c’est bien dommage, car ma lecture a souffert du manque d’informations nécessaires à l’installation d’une forme de lien, d’empathie que nous pouvons développer quand nous suivons les aventures des personnages principaux. Certains passages sont peu compréhensibles ou arrivent un peu « comme un cheveu dans la soupe » sans que je ne comprenne vraiment pourquoi. Toute la lumière s’est faite en checkant la biographie de l’autrice.

Passez ce petit moment d’inconfort, l’ensemble se lit plutôt bien et le langage utilisé est très accessible à un public adolescent, même si l’on pourrait reprocher la non-utilisation de l’inversion sujet/verbe dans un dialogue (ce qui a tendance à être courant dans la littérature jeunesse et c’est assez agaçant ).

La force de ce roman, c’est surtout l’ambiance de la Grèce antique très bien écrite et mise en lumière par l’autrice et qui montre un bon travail de documentation sur le sujet. C’est agréable, nous avons vraiment une bonne impression d’immersion et j’ai passé un bon moment dans ce petit morceau d’histoire.

Un roman jeunesse pour un public adolescent qui saura ravir les férus d’histoire comme les plus novices et, qui sait, donnera peut-être l’envie à certains jeunes lecteurs d’en savoir un peu plus sur le sujet. Cependant, je conseille vivement de lire le tome précédent Les révoltés d’Athènes pour plus de confort de lecture.


Camille Claudel: Journal d'une apprentie sculptrice, 1877-1879 de Justine Duquesnoy



Camille Claudel: Journal d'une apprentie sculptrice, 1877-1879
de Justine Duquesnoy

Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 15 avril 2021
Format relié / 128 pages / 12,50 €


Présentation de l'éditeur :

"En plus d'un corps disgracieux, j'ai un autre défaut qui met en rage notre mère : je suis fascinée par la sculpture, mais cet art est réservé aux hommes. Une jeune fille peut s'intéresser à la peinture ou au dessin de fleurs, de paysages, mais je ne suis pas habile avec un pinceau. Moi, ce que j'aime, c'est sentir la matière que je travaille dans mes mains, malaxer la glaise jusqu'à obtenir une silhouette. Un corps, un animal, des muscles dans l'effort..."
 
L'avis d'Elaura :
 
J’aime beaucoup cette collection « Mon histoire » de Gallimard Jeunesse, qui met toujours en avant, sous forme de journal intime, la vie des femmes qui ont marqué notre histoire.
Aujourd’hui, c’est au tour de Camille Claudel de nous parler de son enfance, de son adolescence, de sa passion pour l’art et la sculpture et de la société de son époque. La vie n’a pas été facile pour notre jeune sculptrice, faire accepter son art, avoir des modèles masculins sans passer pour une folle ou une dévergondée a été très compliqué. Sans parler du fait que sculpter était réservé aux hommes au 19ème siècle.

J’ai adoré passer ce petit moment en sa compagnie et je conseille, encore et toujours, cette collection aux jeunes lecteurs et lectrices qui veulent en savoir un peu plus sur les personnages et les moments clé de l’Histoire.