Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 30 septembre 2013

Bulle de Justine Brax et Charlotte Demanie

Bulle
de Justine Brax et Charlotte Demanie

Éditions La Martinière Jeunesse
Collection Albums

Sortie le 3 octobre 2013
Format broché / 32 pages / 14 €


Présentation de l'éditeur :

Bulle est aussi légère qu’une plume. Elle ne pèse rien. Elle a sûrement la tête vide. D’ailleurs, quand on lui parle, ça rentre par une oreille mais ça ressort par l’autre. Un jour, Bulle s’envole loin, très loin dans le ciel, côtoyer les étoiles. Dans le noir, elle ne voit plus rien et elle s'apprête à pleurer quand elle sent qu’on tire sur son pied : "Bulle, mais où étais-tu encore passée ?", lui demande son père... Ce magnifique ouvrage, aux illustrations poétiques, relate l'histoire d'une petite fille toujours dans les nuages. Heureusement, son papa veille sur elle grâce à un mince fil accroché à sa cheville !

Avis de Jm-les-livres :

Nous avons ici une courte histoire toute en légèreté. Bulle est une petite fille, un peu tête en l'air, toujours dans les nuages et très légère. Tellement légère qu'elle doit faire attention à bien se tenir pour ne pas s'envoler. Un jour, alors qu'elle rêvasse, elle est emportée et se retrouve à voler au-dessus des immeubles, dans le ciel où elle croise des choses légères comme elle.

Voilà une charmante histoire où on se demande si avoir la tête dans les nuages est vraiment un défaut. On a l'impression que rêver est très agréable et on se sent presque aussi léger que Bulle. On laisse son esprit voyager loin, tant qu'on est sûr d'être rentré pour l'heure du dîner. Un récit tout en douceur grâce aux mots et en dessins colorés. De quoi donner aux enfants une bonne excuse pour garder la tête dans les nuages.



13,30 EUR
Achat Fnac

Projet Adam de Katherine Applegate, Michael Grant

Projet Adam
de Katherine Applegate, Michael Grant

Éditions La Martinière Fiction

Sortie le 19 septembre 2013
Format broché / 288 pages / 13,90 €

Présentation de l'éditeur :

Imaginez que vous puissiez créer le garçon de vos rêves. N'en tomberiez-vous pas amoureuse ?
Sur fond de manipulation génétique, un pétillant cocktail d'aventure, d'humour et de romance.

Après un terrible accident de voiture, Eve, 16 ans, est soignée dans le complexe médical de sa mère, la très puissante généticienne Terra Spiker. Pour éviter qu'elle ne s'ennuie, Terra propose à sa fille une étrange activité : créer le garçon parfait, grâce à un programme de simulation génétique qu'elle vient de mettre au point. Eve se prend au jeu et imagine alors le garçon idéal : Adam.
Mais grâce à Solo, jeune et séduisant employé de sa mère, Eve découvre que Spiker Biotech couvre en vérité les projets scientifiques les plus douteux. Terra est-elle responsable des expériences interdites qui se déroulent dans ses laboratoires ? Eve aimerait bien le savoir, et Solo semble prêt à tout pour l'aider.
Mais l'aventure va prendre un tour inattendu lorsque l'Adam imaginé par Eve viendra s'en mêler. En chair et en os…

Avis de Jm-les-livres :

Quand le papa de Gone s'associe à une spécialiste du livre pour ado, cela donne Projet Adam.

L'histoire commence par l'accident violent d'Evening et par sa conduite à l’hôpital. Quand elle se réveille, elle découvre sa mère, une grande généticienne, en pleine conversation avec son médecin. Elle veut la ramener dans son centre pour qu'elle soit soignée par ses médecins. Elle est accompagnée par un mystérieux jeune homme : Solo. Une fois au complexe, Eve s'ennuie et sa mère lui confie un nouveau projet pour l'occuper : elle doit créer virtuellement un être vivant en "jouant" avec son ADN. Très vite, on s'interroge sur ce qui se cache derrière ce projet et derrière toute cette société.

Dans ce livre, si la création d'un être génétiquement parfait est bien le sujet du récit, la tension instaurée par Solo dans sa recherche de la vérité sur les expériences menées chez Spiker est le point dominant. Et cette enquête teinte chaque situation d'une bonne dose de suspicion. À cela se greffent l'amitié d'Eve et Aislin, la relation compliquée entre Eve et sa mère, les émotions suscitées chez l'un et chez l'autre entre Eve et Solo (on les comprend bien car on a les deux points de vue). C'est un beau mélange de fils qui tissent la trame de l'histoire et si certains sont menés jusqu'au bout (d'autres non), ils ne sont pas assez approfondis. Si le livre est intéressant et captivant, on a un peu trop la sensation de n'effleurer que certaines choses et de ne pas aller au bout de leur signification. Par exemple, la relation entre Aislin et son petit-copain Maddox ou encore les paroles de la mère d'Eve sur le ressenti du créateur qui se prend pour Dieu. On a l'impression qu'il manque des pages au livre, c'est trop court et pas assez abouti. Pourtant le sujet est d'actualité avec notre époque et soulève de bonnes questions. Est-ce qu'une expérience est justifiée à partir du moment où elle sauve des vies ?

Un livre qui laisse un sentiment d'inachevé et la fin brutale renforce encore cela. Mais ce livre reste malgré tout un bon roman, un mélange de plusieurs choses qui capte notre attention et nous pousse à connaître le dénouement de l'affaire.


13,21 EUR
Achat Fnac

Les promesses d'un été de Dawn Atkins

Les promesses d'un été
de Dawn Atkins

Éditions Harlequin
Collection Prélud'

Sortie le 1er août 2013
Format poche / 320 pages / 6,10 €

Présentation de l'éditeur :

« Bienvenue à New Hope, Arizona » — voilà ce qu’on peut lire sur le panneau placé à l’entrée de la petite ville où Cara et sa fille ont dû poser leurs valises, le temps de faire réparer leur voiture. Bienvenue, vraiment ? Alors, tant mieux car ce qui ne devait être qu’une simple escale est en passe de se transformer en un séjour longue durée : il y a la lenteur du garagiste… il y a le café du coin, le New Hope, qui cherche une serveuse… et puis, surtout, il y a le très séduisant Jonah Gold. Sauf qu’une histoire d’amour, ce n’est absolument pas dans le programme de Cara. Son programme, c’est de poursuivre la rout pour fuir, c’est de protéger sa fille. Et pourtant… à la pensée de qu’il pourrait se passer entre Jonah et elle, et de la vie qu’elle pourrait avoir ici, en famille, elle pourrait presque changer d’avis…

Avis de Jm-les-livres :

Cora et sa fille sont en cavale. Son ex-mari va sortir de prison plus tôt que prévu et elle doit tout faire pour les protéger de cet homme. Mais leur fuite est retardée quand leur voiture les lâche dans une petite ville en Arizona. Quand elle rentre dans un café pour demander de l'aide et prendre un petit déj', elle n'imagine pas qu'elle va se retrouver à faire le service. Comme les réparations prennent du temps, Cora continue d'occuper le poste de serveuse et cohabite avec Jonah, le neveu de la propriétaire, un homme blessé et troublant. Peu à peu, sa fille et elle commencent à s'attacher à cette famille et à ce lieu. Mais le danger est toujours présent et elle doit constamment rester sur ses gardes.

Voilà une romance contemporaine prenante et bien écrite, où les personnages apprennent à guérir de leur douleur au contact les uns des autres. Cora comme Jonah a un passé difficile et peu à peu, ils vont effacer les mauvais souvenirs et les remplacer par de plus agréables. Tous au café de New Hope ont leur caractère et leurs blessures et c'est très intéressant de suivre leur histoire. Un agréable moment passé à New Hope, entre humour, sentiments à fleur de peau, danger et frayeur. Tout est très bien dosé pour que cette petite romance coule toute seule. C'est bien écrit et la psychologie des personnages est bien présentée. Une seule question reste : pourquoi cette obsession sur l'odeur du rose (oui la couleur, pas la fleur) ?



5,80 EUR
Achat Fnac

Le Royaume des Carpates Tome 5 : Désirs suprêmes



Le Royaume des Carpates 
Tome 5 : Désirs suprêmes 
de Christine Feehan

Édition J'ai Lu
Collection Crépuscule


Sortie le 18 septembre 2013
Poche / 473 pages / 7,40€
 

Présentation de l'éditeur :

Durant bien longtemps, Julian Savage fut un être puissant et tourmenté aussi. Tel un paria, il a vécu en solitaire, loin des siens, les Carpatiens. Jusqu'à faire une rencontre bouleversante. Auprès de Desari, Julian éprouve des sentiments qui lui étaient jusqu'alors inconnus. Comme le désir irascible de la faire sienne. Mais Desari ose le défier.


Avis de Molina

Un cinquième tome qui ouvre de nouvelles perspectives des plus réjouissantes !

Après quatre histoires avec une héroïne humaine ou hydride que l'idée du sang rebute, voilà enfin une femme à la mesure de son compagnon ! Elle, Desari, est carpatienne et a plusieurs siècles derrière elle. Elle a eu le temps de développer ses propres pouvoirs qui sont de nature à impressionner même les plus anciens de leur race. Elle ne tremble pas devant l'immortalité ni le sang, voilà qui va tout changer !
Car en face d'elle, il y a un impitoyable chasseur qui était prêt à affronter l'aube. Un homme sombre et rongé par une erreur d'enfance qui l'a conduit à la solitude la plus extrême, et dont le passé va le rattraper alors qu'il est déstabilisé par les changements que la présence de Desari va lui imposer.

Pour une fois, le mâle ne s'extasiera pas seulement de la beauté et de la bonté de son âme sœur, mais il sera subjugué par ses pouvoirs et son savoir faire qu'il ne soupçonnait pas. La découverte du clan de Desari va changer beaucoup de chose dans l'univers en déclin de cette race.

Une fois n'est pas coutume, je vais saluer la qualité de la traduction. Celle-ci est très fidèle au style de l'auteure et a su rendre au récit la subtilité et la douceur que certains des traducteurs précédents lui avait enlevé. Espérons qu'ils referont appel à la même personne pour les tomes suivants !

Désirs suprêmes nous offre une nouvelle fois une très belle romance qui ravira les fans de la série. Ceux-ci seront d'autant plus comblés par les évolutions que nous promet l'auteure dans ce nouveau récit et qui laisse présager le meilleur pour la suite. Vivement !

Fille d'Avalon Tome 2 : La chasse infernale



Fille d'Avalon
Tome 2 : La chasse infernale
de Jenna Black


Éditions J'ai Lu
Collection Darklight

Sortie le 11 septembre 2013
Broché / 286 pages / 8,90€


Présentation de l'éditeur :

« Non contente d’être contrainte de me terrer dans un bunker avec pour seule compagnie mon garde du corps taciturne, j’ai été ravie d’apprendre que l’Elferoi et sa horde de Chasseurs terrifiants étaient susceptibles de s’intéresser à ma petite personne. Doué d’un instinct meurtrier et de pouvoirs immortels, cet être a toujours été le cauchemar d’Avalon et de la Faëry. Il est maintenant devenu le mien… »


Avis de Molina

Après une premier opus qui avait largement planté le décors et les personnages principaux, La chasse infernale devait lancer l'intrigue et nous plonger dans l'histoire. D'un côté c'est effectivement le cas, et d'un autre c'est décevant...

Jenna Black introduit dans ce deuxième tome un nouveau personnage plutôt effrayant et mystérieux, l'Elferoi, qui va s'intéresser de très près au destin de notre jeune héroïne et qui attend beaucoup d'elle. Malheureusement, il est quelque peu caricatural : un personnage aux pouvoirs colosso qui fait trembler même les reines faë, un physique de séducteur qui vous donnerait à penser qu'il n'est pas ce que sa réputation prétend, mais au fil du récit, vous vous apercevez que si finalement. Le mystère concernant ses intentions est (trop ?) rapidement levé, ce qui diminue le grand intérêt que le lecteur pouvait lui porter.
Étant donné que l'intrigue de ce livre tourne autour de ce personnage, elle nous laisse un petit goût d'inachevé et de superficialité. Il y avait pourtant beaucoup de potentiel !
Notre héroïne semble également développer un petit côté tête à clac : entre ses phases d’auto-apitoiement, de culpabilité exacerbée et de "je n'en fait qu'à ma tête même si je risque ma vie", il faut espérer qu'elle ne reste pas dans cet optique dans le reste de la série au risque de décevoir son public.

Heureusement, le fond reste toujours intéressant. Nous en apprenons d'avantage sur l'histoire de la faërie et sur ses mythes et légendes, et une partie du mystère concernant les pouvoirs de Dana est levé. Reste à espérer que ces points soient plus mis en avant dans la suite.

Au final, ce second opus est un peu décevant même s'il n'est ni mauvais ni désagréable à lire. Il est plus court, moins fournit et moins haletant que le précédent et le côté "lecture pour adolescent" se fait plus sentir. Il faut espérer que Mme Black nous réservera de bonnes surprises dans le suivant, car l'idée de départ reste bonne et certains personnages méritent qu'on les suive.

dimanche 29 septembre 2013

Coraline

Coraline
de Neil Gaiman

Éditions J'ai Lu

Sortie le 4 mai 2012
Poche / 155 pages / 4.90€


Présentation de l'éditeur :


La famille de Coraline vient d'emménager dans une vieille maison loin de tout, avec pour seuls voisins deux anciennes actrices à la gloire fanée et un monsieur bizarre qui élève des rats. Délaissée par ses parents accaparés par leur travail, la jeune fille, au fil de ses explorations, ne tarde pas à découvrir une porte mystérieuse. De l'autre côté l'attend un monde fantastique où tout est étrangement semblable, mais en mieux...


L'avis d'Heclea :

Roman court aux nombreux prix (prix Hugo, prix Nebula, prix Locus en 2003, et prix Bram Stoker en 2002), Coraline fait partie de ces contes fantastiques qui décrivent à merveille les réalités alternatives et nous transportent en quelques pages dans un univers très particulier.

L’intrigue nous embarque aux côtés de Coraline, petite fille aventurière qui découvre une porte vers l’Autre-Monde dans sa nouvelle maison. Le roman sera l’occasion de découvrir cet Autre-Monde, réplique quasi parfaite de sa propre réalité, s’il en est quelques détails d’importance comme des yeux en boutons et des dangers plus présents.

Comme bien souvent avec Neil Gaiman, l’on se retrouve complètement plongés dans l’ambiance, imaginant parfaitement les personnages et les lieux, voulant connaître la finalité de ces Autre-Mère et Autre-Père, découvrant à travers les yeux de notre héroïne cet endroit surréel et sombre.

Neil Gaiman nous offre donc ici un voyage dans un imaginaire particulier et réussi ! Petit bémol cependant pour des lecteurs adultes, le roman est très court et le dénouement peut paraître un peu facile. Néanmoins, il est sûr que l’atmosphère de danger et d’interdit qui s’en dégage, ajoutée à cette héroïne aventurière, en fait un livre qui saura ravir son lectorat premier, à savoir nos chères têtes blondes !


4,90 EUR
Achat Fnac

Nobody

Nobody
de Dan Wells

Éditions Sonatine

Sortie le 13 juin 2013
Grand format / 333 pages / 20€


Présentation de l'éditeur :

Si l’envie vous prend de jouer au chat et à la souris avec un serial killer, dites-vous bien que vous serez
toujours la souris. L’avertissement, qui vaut pour tout le monde, ne semble avoir aucune prise sur John Wayne Cleaver. Obsédé par les tueurs en série, celui-ci n’a en effet aucun scrupule à entrer dans le jeu.
Il faut dire que John a un atout de taille dans sa manche : des pulsions homicides incontrôlables. Il lui arrive en effet à lui aussi, de temps à autre, de se transformer en monstre assoiffé de sang. Aussi a-t-il décidé de s’attaquer aux éléments les plus meurtriers de la société plutôt que de s’en prendre à d’innocentes victimes. Cette fois, le serial killer qu’il a choisi de défier en l’attirant dans sa petite ville tranquille de Clayton se nomme Nobody. Après quelques interminables semaines d’attente, des meurtres commencent enfin à ensanglanter Clayton. Nobody est bel et bien là. Et la partie peut commencer.


L'avis d'Heclea :

Troisième épisode des aventures de John Cleaver, Nobody est, sans conteste, un thriller au bon goût de fantastique qui nous plongera avec délice dans une série de suicides inexpliqués et qui frappent une petite ville des États-Unis.

L’intérêt principal du roman (et certainement des livres précédents) réside dans son anti-héros. En effet, John Cleaver a tout du Dexter adolescent… des pulsions sanguinaires, des envies de meurtre, une fascination pour la violence, tous les ingrédients pour en faire un personnage intéressant de complexité, et auquel on finit par s’attacher.

L’intrigue nous entraîne dans un huis clos au bon goût de suspense et de danger, et l’on suit avec plaisir les réflexions et impressions de notre jeune héros, seul à voir une menace surréelle dans cette augmentation des morts violentes.

Le côté fantastique est traité de telle manière que l’on se demande si tout est vrai ou si l’on assiste aux divagations de John. Cela donne un thriller différent des standards, où les psychopathes sont bien présents mais appartiennent à un nouveau genre, de quoi se renouveler dans une littérature déjà très chargée.

Au final, voilà un roman agréable et qui peut se lire seul. Pourtant, pour ceux qui voudraient découvrir la plume de Dan Wells, vous pouvez commencer avec les deux titres précédents Je ne suis pas un serial killer et Mr Monster, et pour ceux qui connaissent déjà, retrouvez avec plaisir ce héros atypique mais ô combien captivant.


19 EUR
Achat Fnac

samedi 28 septembre 2013

Séduction en ligne d'Erin McCarthy

Séduction en ligne
d'Erin McCarthy

Éditions J'ai Lu
Collection Passion Intense

Réédition le 3 juillet 2013
Format poche / 311 pages / 6,95 €


Présentation de l'éditeur :


Pour le grand frisson, Kindra Hill préfère Internet aucun danger, pas de complications. Jusqu'au jour où elle accepte la proposition de son collègue Mack : il a douze heures pour lui prouver que l'amour est plus fort dans la réalité que dans le monde virtuel. Et la leçon commence... Si Jared Kincaid évite sa collaboratrice Candy Appleton, c'est parce qu'elle est trop sexy. Il ne tient pas à mêler boulot et plaisir. À son grand dam, son patron les inscrit à une séance de réconciliation conjugale en ligne! Face à un ordinateur, ils vont devoir obéir aux instructions du programme et livrer leurs secrets les intimes...Halley Connors est furieuse. Des petits malins ont trafiqué son site professionnelle où elle apparaît désormais sur la page d'accueil dans la plus simple appareil. Décidée à se venger, elle fait appel à son vieux copain Evan...sans se douter que leur amitié de dix ans va subir un sacré survoltage !

À propos de l'auteur :

Erin Mc Carty a été remarqué par l'auteur à succcès Lori Foster et est devenir l'une des nouvelles voix de la littérature sentimentale sexy. Elle vit dans l'Ohio avec son mari et ses deux enfants.

L'avis de Lila :

Ce livre est une compilation de trois nouvelles écrites par Erin McCarthy. Chacune aborde le thème de la séduction en ligne, du moins sur le papier car en pratique, Internet est avant tout ici un simple prétexte à la mise en place d'une histoire, sans tenir un rôle réellement important. Les nouvelles se lisent vite et la lecture est plutôt agréable. On retrouve la plume caractéristique d'Erin McCarthy : fluide, passionnée, décomplexée et qui ne manque pas d'humour. L'ensemble tient ses promesses, même si chaque couple vit à peu de choses près la même histoire, avec le même déroulement et une conclusion identique. Chacun d'eux est sympathique et offre des scènes de volupté intense très bien écrites, mais le tout est un peu redondant, il est donc peut-être plus intéressant de laisser passer du temps entre la lecture de chaque nouvelle.

Une passion bien réelle

Kindra n'a jamais vraiment pris de plaisir avec ses partenaires sexuels. Lassée des relations réelles, elle s'est donc tournée vers des chats sur Internet où elle échange des mails très chauds avec un inconnu. Un jour, Mack Stone, son collègue de travail, la surprend en pleine lecture d'un courrier coquin. Amusé, il finit par la convaincre de lui laisser une chance de lui prouver que le sexe peut être meilleur en vrai.
Leur histoire est agréable, simple et plutôt audacieuse.

Connexion.com

Jared et Candy sont censés travailler ensemble sur un projet, mais leur collaboration ne fonctionne pas. Jared est tellement obnubilé par son désir pour Candy qu'il tente à tout prix de la garder loin de lui, quitte à se montrer désagréable. Candy n'est pas en reste, et si elle n'est pas certaine d'être prête à se lancer dans une aventure avec lui, il lui fait beaucoup d'effet et elle aimerait bien qu'ils s'entendent mieux. Un jour, leur patron, lassé de les voir si distants, les oblige à répondre à un questionnaire supposé les aider à mieux communiquer. Mais de question en question la température monte...
Là encore, beaucoup d'audace et de passion dans cette nouvelle. On ne comprend pas vraiment pourquoi Jared est autant sur la réserve et l'idée de départ est un peu tirée par les cheveux, mais ça se lit très bien.

La nouvelle Ève

Halley est traiteur. Un matin, elle découvre horrifiée que des plaisantins ont changé la photo de la page d'accueil de son site professionnel pour y mettre un photomontage d'elle entièrement nue. Elle se rend donc chez son meilleur ami, Evan, qui est également l'administrateur du site, pour qu'il puisse arranger cela avant que des clients ne voient la photo. Halley est secrètement amoureuse d'Evan et réciproquement. Cette histoire de photo sera le début d'une journée où de taquineries en discussions, ils vont enfin laisser libre court à leurs désirs.
Les personnages semblent ici un peu plus jeunes. L'histoire du site piraté n'est pas vraiment crédible, pas plus que la façon dont Evan résout le problème, mais ça échappera sûrement aux novices. Puis après tout, il s'agit ici simplement d'un prétexte.

Pour conclure, ces trois nouvelles sont agréables à lire mais vraiment trop identiques dans le déroulement. Les personnages sont plaisants, l'audace et la sensualité sont au rendez-vous, rien à redire de ce côté-là. Sûrement pas le meilleur livre d'Erin McCarthy, mais très bien pour un moment d'évasion coquin.



5,13 EUR
Achat Fnac


6,61 EUR
Achat Fnac


vendredi 27 septembre 2013

Girl heart boy, tome 1 : Amour ne rime pas avec toujours

Girl heart boy
Tome 1 : Amour ne rime pas avec toujours

de Ali Cronin

Éditions J'ai Lu
Collection Littérature générale

Sortie le 11 septembre 2013
Format poche / 304 pages / 7,80 €



Présentation de l'éditeur :

Les aventures d'une bande d'amis inséparables, 4 filles et 3 garçons, qui vivent toute sorte d'expérience lors de leur dernière année au lycée.


Avis de Chani

Pendant ses vacances en Espagne, Sarah rencontre Joe, et c’est LUI, c’est sûr, le seul, l’unique, l’amour avec un grand A. Mais la question est de savoir si leur idylle survivra à la fin des vacances.
Le lecteur va suivre les pérégrinations de Sarah et de ses amis pour leur dernière année au lycée. L’amitié, l’amour, le sexe, les ours, ils ont des préoccupations de leur âge et le lecteur va se retrouver (ou retrouver ses 18 ans) à travers ces adolescents.Amour ne rime pas avec toujours n’est pas vraiment un roman très novateur sur le sujet, mais il est frais et dans l’air du temps. Les personnages manquent de profondeur, tout comme l’intrigue, mais justement cette superficialité apparente permet à l’auteur de traiter des sujet sensibles de manière légère, sans y toucher. Le style d’Ali Cronin est fluide et moderne, sans tomber dans l’excès pour ce qui est du langage « jeunes », et le roman est de fait vite avalé. S’il ne conviendra pas forcément aux lectrices en quête d’histoires plus matures, ce premier tome de Girl Heart Boy séduira les adolescentes.

jeudi 26 septembre 2013

Beautiful Bastard Tome 2 : Beautiful Stranger de Christina Hobbs et Lauren Billing

Beautiful Bastard

Tome 2 : Beautiful Stranger
de Christina Hobbs et Lauren Billing

Éditions Hugo et Compagnie

Sortie le 10 octobre 2013
Format Broché / 400 pages / 17 €

Présentation de l'éditeur :

Après Beautiful Bastard, voilà maintenant la suite du dyptique avec Sara Dillon, une amie de notre précédente héroïne et le séducteur anglais, Max, rencontré à New York.

En rompant avec son petit ami infidèle, et filant s’installer à New York, Sara Dillon a décidé de reprendre sa vie en main. Nouveau travail, nouvelle vie et nouvelle attitude : les hommes c’est fini, au moins pour une relation durable. À peine arrivée, elle va pourtant tomber sur un superbe spécimen masculin d’origine britannique, Max Stella.
Max Stella est connu du tout New York pour son amour des femmes. Des femmes, jamais une seule n’a su le retenir. Jusqu’à Sara, il ne s’était jamais posé la question de construire une relation durable.

Face au charme viril de Max, Sara sait que finalement elle ne renoncera pas à tous les plaisirs que les hommes peuvent lui offrir... 

Directement classé au 2ème rang des meilleures ventes du New York Times lors de sa sortie aux États-Unis, Beautiful Stranger s’inscrit dans la nouvelle tendance des « romantica ».


Avis de Jm-les-livres :

On aurait pu s'attendre à ce que le tome 2 ne soit qu'une copie conforme du premier, mais ce n'est pas le cas. Même si Beautiful stranger reprend le même style de personnages principaux, leur histoire et leurs désirs sont différents de ceux de Chloé et Bennett, bien qu'elle soit aussi torride et provocante.

Sara décide du jour au lendemain de quitter Chicago, sa famille et son fiancé, pour accepter le poste que lui propose Bennett à New York. Elle souhaite, avec ce nouveau départ, laisser derrière elle la gentille Sara et profiter enfin de la vie. Lors de sa première soirée entre filles, elle croise dans une boite de nuit un homme magnifique avec un accent très sexy. Le temps de cette nuit, elle perd complètement la tête entre ses bras, avant de reprendre une vie "normale". Mais pour Max, charmant bristish boy un brin dragueur, il est impossible d'oublier cette fille, son corps et son audace. Par un coup de chance, il réussit à apprendre son nom et il va tout tenter pour la revoir. D'abord réticente, Sara finit par lui proposer un marché : chaque vendredi soir, ils se retrouvent dans le lieu de son choix, sauf dans un lit, pour s'envoyer en l'air jusqu'à en perdre la tête. Très vite, l'attente jusqu'au vendredi devient une torture.

Max est différent de Bennett. Il y a des moments où il aime diriger mais le plus souvent, son but est vraiment de satisfaire les désirs de Sara et trouver les lieux les plus intéressants pour leur moment torride. Il développe aussi rapidement deux passions complémentaires : le corps de Sara et la photographie. Même si cela pourrait sembler un peu obscène, très vite, son affection pour elle ressort dans ce nouveau hobby. C'est assez touchant (surtout dans la scène finale dans sa chambre). Contrairement à Chloé, Sara choisit rapidement de céder au plaisir d'un corps à corps avec Max. Mais elle pose aussi ses limites et refuse de s'engager dans une relation durable après sa dernière (et trop longue) histoire d'amour. 
Ce qui nous avait séduit dans le premier tome est de nouveau présent ici : les scènes torrides, avec en plus une nouvelle variable, les lieux où elles se déroulent. En effet, les deux héros découvrent un nouveau désir singulier, le fait de voir l'autre prendre du plaisir et le risque d'être vu : en clair, on parle ici de voyeurisme mais sans que cela ne soit extrême. Le danger d'être surpris exacerbe les émotions de nos héros. La tension sexuelle monte crescendo et c'est vraiment très bien amené. Mais si le livre ne reposait que sur ça, on s'ennuierait rapidement. Sauf qu'encore une fois, les auteurs réussissent à faire évoluer les sentiments des personnages et ça fonctionne à merveille. Le désir brutal de l'autre laisse la place à un amour tout aussi fort. C'est très beau et la scène où Max déclare ses sentiments est très tendre. Le style est toujours aussi fluide et on tourne les pages rapidement, même si quelques coquilles se sont glissées dans le texte. Il y a aussi un point négatif, qu'on ne peut pas vraiment reprocher non plus : la traduction de l'expression "fuck" que les américains mettent un peu à toutes les sauces. En français, nous n'avons pas cet équivalent et cela donne des traductions un peu maladroites certaines fois ("Tu es putain de trempée").


Beautiful stranger reste une très bonne romance érotique, avec un héros des plus palpitants. Ce tome est aussi bon que le premier, aussi drôle, sexy et bien écrit. Les répliques fusent pour notre plus grand bonheur. Il va être très difficile d'attendre pour avoir la suite, surtout maintenant que le talent des auteurs est confirmé. Ne passez pas à côté de cette série !





16,15 EUR
Achat Fnac

mercredi 25 septembre 2013

Les Larmes Rouges, Tome 1 : Réminiscences


Les Larmes Rouges
Tome 1 : Réminiscences
de Georgia Caldera

Édition J'ai Lu
Collection Grand format

Réédition le 18 septembre 2013
Format broché / 10,90 €


Présentation de l'éditeur :

«Le temps n’est rien…

Il est des histoires qui traversent les siècles… »


Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, plus fragile que jamais, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité.
Peu à peu, elle perd pied…
Mais, la raison l’a-t-elle vraiment quittée ? Ces phénomènes étranges ne pourraient-ils pas avoir un lien quelconque avec l’arrivée de ce mystérieux personnage dans sa vie ? Cet homme qui, pourtant, prétend l’avoir sauvée, mais dont le comportement est si singulier qu’il en devient suspect… Et pourquoi diable ce regard, à l’éclat sans pareil, la terrorise-t-il autant qu’il la subjugue ?!


Avis de Chani 

Les larmes rouges est de ces livres qui vous emportent dans leur univers et ne vous quittent pas une fois la dernière page tournée.

Le lecteur fait la connaissance de Cornélia au moment où la jeune fille de 19 ans, lasse de la vie, est sur le point de se jeter d’un pont. Persuadée qu’elle n’a d’importance pour personne, ce que la sournoise petite voix dans sa tête lui confirme, elle ne voit d’autre solution à son mal-être que cette issue tragique. Après sa tentative ratée, son père et elle partent dans la maison familiale pour renouer les liens. Alors que son existence commence à avoir de nouveau un sens, Cornélia est victime d’étranges phénomènes. De quel mal est-elle victime ? Devient-elle folle ? C’est auprès de son voisin châtelain que la jeune fille va chercher de l’aide et des réponses.

Georgia Caldera tisse ici une histoire qui jongle habilement entre présent et passé pour ne se dévoiler que petit à petit. Auréolé de mystère, teinté de romantisme gothique, mélangeant tendresse et souffrance, espoir et noirceur, Réminiscencesest un récit qui happe le lecteur dès les premières pages pour ne jamais le lâcher. La grande force du roman, en plus de sa délicieuse intrigue, est l’immersion totale du lecteur grâce aux décors et aux personnages qui prennent vie au fil des mots. L’intrigue va crescendo et l’ambiance se fait de plus en plus pesante, l’auteur n’a pas peur d’aller au bout des choses et d’emporter le lecteur dans un univers des plus sombres, loin des histoires de vampires à paillettes, ce qui n’est pas sans rappeler une vision plus classique du genre, exploitée avec brio.
La plume de Georgia Caldera reste moderne mais élégante, aussi raffinée que la dentelle des jabots des vampires d’antan. Fluide et envoûtant, le style de l’auteur sert son roman sans tomber dans le piège d’une écriture ampoulée, souvent employée dans les romans gothiques, qui aurait alourdi le récit. Pour son premier roman, l’auteur fait un sans-faute, et, en ce qui me concerne, ce premier tome des Larmes rouges est un véritable coup de cœur, et je remercie Georgia Caldera pour ce moment de lecture comme j’en ai peu.




Vous avez aimé, retrouvez notre avis sur :



Secrets impardonnables

Secrets impardonnables
de Laura Griffin

Éditions J'ai Lu
Collection Frissons

Sortie le 6 juin 2012
Format poche / 384 pages / 6,50 €


Présentation de l'éditeur :


Quand Mia Voss est victime de car-jacking, elle met ça sur le compte de la malchance : c'était une journée sans ! Mais ce qui semblait être un banal accident prend soudain des allures sinistres... Experte en ADN, la jeune femme s'emploie à mettre les criminels sous les verrous. Et l'un d'entre eux l'a prise pour cible. Autrefois, Mia et le détective Ric Santos étaient proches. Malgré leurs différends, ce dernier est toujours capable de déceler le mensonge et la peur en elle. Pour s'en sortir et découvrir la vérité, Mia devra s'en remettre à Ric, lui confier ses secrets... et même sa vie.

L'avis de Lila :

La malchance semble s'acharner sur Mia, une jeune experte en ADN qui ne vit que pour sa carrière. Victime d'un car-jacking qui tourne mal, elle réalise assez rapidement que le voleur n'en avait peut-être pas après son argent et sa voiture, mais après sa vie. Reste à comprendre qui est derrière tout ça et surtout, pourquoi ? C'est le détective Ric Santos qui est mis sur l'affaire. Lui et Mia se connaissent, ils se croisent régulièrement dans le cadre professionnel et avaient travaillé ensemble sur une autre enquête quelques mois plus tôt.

L'attirance entre ces deux personnages est palpable et annoncée dès le début. Le principal point de discorde entre eux deux est que Mia recherche une romance sérieuse et que Ric n'a aucune envie de s'engager. De sous-entendus en flirts poussés, de rapprochements en disputes, on les voit s'attacher l'un à l'autre tout au long du roman. On suit avec plaisir leur histoire, les deux sont sympathiques et intéressants : Mia est une femme solide et attachante et Ric est parfait dans le rôle du flic sexy et protecteur.

L'enquête avance et se complexifie progressivement. Même si la trame reste assez classique et que les révélations arrivent toujours pile au moment où on s'y attend, l'intrigue reste passionnante et les pages se tournent rapidement. L'affaire sur laquelle enquêtent Mia et Ric est suffisamment solide et dense pour tenir en haleine pendant près de 400 pages, la romance entre eux apporte une dose d'humour, d'amour et de sensualité bienvenues, et les nombreux personnages secondaires se révèlent intéressants.

Une très bonne romance policière qui assure un excellent moment de lecture et qui prouve encore une fois que Laura Griffin est une valeur sûre dans ce genre.


lundi 23 septembre 2013

Laisse-moi te posséder

Laisse-moi te posséder
de Beth Kery

Éditions J'ai Lu
Collection Semi-poche Littérature

Sortie le 19 juin 2013
Semi-Poche / 443 pages / 13 €


Présentation de l'éditeur :


Étudiante en art et en architecture, Francesca Arno a été sélectionnée pour réaliser une peinture murale d'exception dans le nouveau building de Noble Enterprises. A la tête de cette société florissante : Ian Noble. Puissant, insaisissable, il contrôle tout ce qui l'entoure d'une main de maître. C'est à l'occasion d'un cocktail que Francesca fait sa connaissance. Une rencontre qui se révèle décisive, fatale. Elle est jeune, innocente. Il ne peut résister. Il l'attire, la possède. Et elle aime ça. C'est un jeu passionnel et exclusif. Un jeu de pouvoir sans aucune limite.
 
L'avis de Lila :

Le résumé proposé en 4ème de couverture annonce bien la couleur : il est ici question de possession et de désir. On peut donc logiquement s'attendre à un roman dans la veine de Dévoile-moi de Sylvia Day. Mais non, pas tellement, il s'agit d'une énième histoire BDSM vendue comme simple romance érotique, sans aucune précision à ce sujet, comme si ça coulait de source, que c'était devenu une pratique tellement courante et banale qu'il n'était même plus nécessaire d'annoncer au lecteur ce qu'il s'apprête à lire. Il est évident que ce type de romance a son public, mais il serait tout de même appréciable de préciser quelque part que le roman parle de BDSM, histoire de savoir à quoi s'attendre avant de choisir le roman (ou de le laisser, donc).

Ce roman est un mix des sagas de Sylvia Day et de E.L. James. On découvre ici l'histoire entre Francesca, jeune artiste encore étudiante, et Ian Noble, un milliardaire psychorigide et autoritaire. L'attirance est immédiate et s'en suit une histoire de sexe où les sentiments n'ont pas leur place. Francesca avait tout pour plaire : dans les premiers chapitres on pouvait entrevoir une femme indépendante, sûre d'elle et au caractère bien trempé. Mais dès que Ian la touche, ce qui arrive rapidement, elle se transforme en vierge soumise incapable de dire non à quoi que ce soit. Aucune remise en question, elle accepte tout, croit tout et ses rares tentatives de rébellion sont malvenues, tombent à plat et ressemblent davantage à des caprices. Dommage, vu ses premières réactions, on espérait vraiment voir enfin une femme de caractère dans une romance érotique. Ce ne sera donc pas pour aujourd'hui.

Ian est obsédé par le contrôle et n'a qu'une envie : contrôler Francesca, la posséder complètement, la mettre à sa merci. Ça tombe bien, elle est d'accord. Il avait lui aussi tout pour être un personnage envoûtant et passionnant. Mais il est aussi chaleureux qu'un bulot et ennuyeux à mourir. Beau, riche, intelligent, mais aussi fascinant qu'un papier-peint en moquette. Reste ses performances au lit, qui enthousiasmeront certainement les adeptes du BDSM, il faut lui accorder ça. Si ce n'est qu'il aime bien commenter les préliminaires et les ébats, et que ses réflexions peuvent prêter à rire, ce qui n'est pas vraiment le but.

Ce livre reprend les mêmes ingrédients que les autres romances érotiques sorties dernièrement : un homme riche a l'enfance malheureuse et une femme soumise qui accepte de le suivre dans tous ses fantasmes à lui (jamais à elle, notons) et qui a pour secret espoir de le soigner de ses blessures. Le dominateur et l'infirmière, une fois de plus.
Le roman souffre d'un manque de relecture, on trouve des incohérences à certains endroits, des fautes et des problèmes dans le déroulement de l'histoire : certains passages semblent se dérouler sur une journée puis soudainement la scène continue et le début avait en fait lieu des jours avant. Bizarre et déroutant.

Mais tout n'est pas négatif. Les scènes de sexe font bien leur office, c'est chaud bouillant et si l'on aime le BDSM, on en a pour son compte. Les personnes qui liront ce roman avant tout pour ces scènes-là seront donc comblées. Celles qui espèrent un peu de romance et de passion risqueront d'être frustrées : Ian n'est pas là pour rigoler, et il est prêt à sévir si jamais Francesca fait preuve de trop de passion ou de tendresse.
Un roman qui n'est pas mauvais, pas pire que les autres de cette nouvelle vague, mais qui ne plaira clairement pas à tout le monde. 

Les Soeurs Donovan, Tome 1 : Confession d'une mariée malgré elle de Jennifer Haymore


Les Sœurs Donovan,Tome 1 : Confession d'une mariée malgré elle
de Jennifer Haymore

Éditions Milady
Collection Pemberley

Sortie le 20 septembre 2013
Poche / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Serena a quitté Londres il y a six ans, le coeur brisé par l'irrésistible Jonathan Dane. L'avenir de sa famille étant menacé, elle se résigne à revenir à Londres et à se faire passer pour Meg, sa soeur jumelle disparue en mer. Elle s'apprête à épouser un homme qu'elle n aime pas et à vivre dans le mensonge pour le restant de ses jours. Mais Jonathan n'est pas dupe et reconnaît celle qu'il aime depuis toujours... Si la vérité éclate, le scandale n'épargnera pas la famille Donovan. N'est-ce pas le prix à payer pour s'aimer enfin ?



Avis de Molina

Tout commence par un drame, deux sœurs jumelles rentrent chez elles à bord d'un navire. L'une revient avec la promesse d'un prétendant et l'autre couverte de honte par la trahison d'un amant et c'est à ce moment que se produit l'irréparable qui va tout changer.
Malheureusement quelques années plus tard, la jumelle restante se voit dans l'obligation de trahir toutes ses convictions en retournant à Londres sous l'identité de sa sœur disparue afin d'épouser le prétendant de celle-ci. Mais c'est sans compter sur la perspicacité d'un ancien amant qui ne l'a pas oubliée...

Ce premier tome fut une très bonne surprise. Les personnages sont bien travaillés et attachants.
D'un côté nous avons Séréna, jeune femme pleine de vie et de passion qui croque la vie à pleines dents sans se soucier des conventions. Enfin c'était cela jusqu'au décès de sa sœur bien-aimée, car après cette effroyable disparition elle va enfouir une partie d'elle et s’éteindre peu à peu.
Et de l'autre Jonathan, jeune homme fringant et passionné mais soumis à sa famille peu tolérante. Enfin jusqu'à l'annonce du décès de celle qu'il a tant aimée et trahie, car ensuite il va s'enfoncer dans une spirale auto-destructrice sans fin.
Entre-eux ce fut le coup de foudre, l'explosion des sens, l'ardeur la plus complète, mais vint ensuite la trahison, la douleur, les regrets et la culpabilité. Leur histoire sonne juste et beaucoup de lecteurs se retrouveront un peu dans l'un ou dans l'autre. C'est émouvant, parfois drôle et d'autre fois tendu (en effet comment ne pas l'être, quand quelqu'un vous connait assez pour pouvoir vous distinguer d'un coup d’œil de votre jumelle ?!) mais toujours très prenant.

Hormis cette très belle romance principale, l'auteure nous offre un petit bonus en nous racontant l'histoire d'amour improbable de l'une des petites sœurs de Séréna.
Cette fois, il s'agit d'un passion qui ravage tout et qui surmonte tous les obstacles pour se réaliser. Elle a également le mérite de nous montrer une autre facette de nos deux personnages principaux, pour notre plus grand plaisir.

Bref, vous l'aurez compris, Confession d'une mariée malgré elle est une grande réussite qui vous fera passer un très bon moment avec une famille peu ordinaire mais tellement attachante. Vivement la suite, pour découvrir ce qu'il adviendra des sœurs restantes !

dimanche 22 septembre 2013

Aurora Teagarden, Tome 1 : Le club des Amateurs de meurtres

Aurora Teagarden
Tome 1 : Le club des Amateurs de meurtres

de Charlaine Harris


Éditions J'ai Lu
Collection Semi Poche Imaginaire

Sortie le 15 mai 2013
Format semi-poche / 253 pages / 8,90 €


Présentation de l'éditeur :


Aurora Teagarden, dite Roe, est bibliothécaire dans la ville de Lawrenceton, en Géorgie. Un de ses passe-temps est de faire partie du Real Murders Club pour étudier une fois par mois les cold cases. Un soir, elle tombe sur le corps sans vie d'un des membres du club. Ce crime ressemble à un de ceux non résolus qu'ils devaient analyser. D'autres suivent. Aurora va chercher le coupable.

L'avis de Lila :

Charlaine Harris s'est fait connaître en France grâce à la saga La communauté du Sud. Pourtant, elle écrivait déjà bien avant ça et ce roman est loin d'être un dernier-né puisqu'il date des années 90 ! C'est donc avec curiosité et appréhension que l'on se plonge dans la lecture de cette nouvelle série (certains romans peuvent en effet vieillir plus mal que d'autres). Ce n'est pas le cas ici, puisqu'en dehors de rares éléments comme l'absence de téléphone portable, il est très facile d'oublier que ce roman a plus de 20 ans.

Aurora Teagarden, surnommée Roe, est une bibliothécaire à la personnalité forte et dont l'un des passe-temps favoris est d'étudier d'anciens crimes non résolus pour les analyser et découvrir qui en était l'auteur. Avec d'autres membres de sa communauté, elle fait d'ailleurs partie d'un club qui se réunit régulièrement pour débattre d'anciens meurtres. Tout ce petit monde se retrouve bien embêté lorsque l'un d'entre eux est assassiné, dans une réplique exacte du meurtre dont ils devaient discuter le soir-même. Et l'assassin semble prendre plaisir à brouiller les pistes en multipliant les mises en scène et en tentant d'accuser tour à tour les différents membres du club.

Premier point positif : la personnalité de Roe. Femme forte et indépendante, intelligente et maline, elle a son caractère sans être insupportable pour autant. Elle n'est pas non plus un premier prix de beauté, juste une femme on ne peut plus normale. Et ça ne l'empêche pas d'avoir son petit succès avec ces messieurs, bien au contraire.

Le second point positif est le club. Ses membres ont tous un petit quelque chose qui interpelle et qui donne envie d'en savoir plus. Puis, quand on aime les romans policiers et les thrillers, on se sent forcément un peu concerné par leur passion un brin morbide.

Le roman est plein de bonnes idées. Il faut un peu de temps pour réellement rentrer dans l'histoire, mais celle-ci est vraiment intéressante et agréable à suivre. On a très envie de découvrir l'identité du meurtrier et ses motivations. Le tout manque parfois d'un peu de rythme, se focalise parfois peut-être trop sur le quotidien de Roe, mais ça fonctionne malgré tout.

Un premier tome qui réussit à accrocher et qui donne bien envie de découvrir d'autres enquêtes de cette jeune femme originale et attachante.




8,46 EUR
Achat Fnac

Les chroniques de Dani Mega O'Malley Tome 1 : Iced de Karen Marie Moning

Les chroniques de Dani Mega O'Malley
Tome 1 : Iced
de Karen Marie Moning

Editions J'ai lu

Sortie le 1er octobre 2013
Format Semi-Poche / 12 €


Présentation de l'éditeur :

" J'ai découvert un truc complètement dingue : mourir, c'est de la rigolade. 
Ce qui craint un max, c'est de revenir à la vie...
Mon nom est Dani Mega O'Malley. 
Mon chez-moi, ce sont les rues de Dublin. 
La ville est une zone de guerre, les faës sont libres de nous chasser, il n'y a pas deux jours semblables et sans Mac, rien n'est plus pareil. Pourtant, je ne préférerais vivre nulle part ailleurs. "


Avis de Jm-les-livres :

Oh mon Dieu ! On ne se rend pas vraiment compte combien le style unique et percutant de Karen Marie Moning peut nous avoir manqué tant que l'on a pas ouvert un nouveau titre de l'auteur. Nous sommes de retour dans le Dublin chaotique que nous avions laissé dans le dernier tome de Fever, mais cette fois-ci, nous suivons Dani. Enfin, nous essayons de la suivre car Melle 100 000 volts ne tient pas en place et a tendance à attirer les ennuis de façon spectaculaire.

Quand on regarde Dani du point de vue d'un autre personnage, on se demande comment l'auteur peut réussir à nous faire adorer cette gamine. Elle est imbue d'elle-même à un point incroyable, naïve par certains côtés et tellement cynique par d'autres. Et tous les gens autour d'elle éprouvent des sentiments différents, souvent opposés, par rapport à Dany : on l'aime, mais elle nous exaspère ! Et pourtant, tout comme pour les personnages de son entourage, Dani nous fascine. Elle est spéciale et ce ne sont pas ses pouvoirs qui la rendent unique, c'est elle. Une femme en devenir, qui ne comprend pas bien tout ce qu'elle ressent ni, d'ailleurs, ce que peuvent ressentir les autres. Du point de vue des sentiments, Dani tombe souvent à côté. On en apprend un peu plus sur elle et sur ce qu'elle a vécu enfant. Elle est clairement une survivante, tout comme MacKayla, sauf qu'elle en est une depuis plus longtemps. Et ça l'a façonnée aussi durement que la mort de sa sœur l'a fait avec Mac. On comprend d'ailleurs combien la présence rassurante de Mac dans la vie de Dany peut lui manquer et on se demande comment vont se passer leurs retrouvailles. Tout autour d'elle gravitent des gens qui ont envie de la protéger, sauf qu'elle a appris à se débrouiller seule, et qu'elle ne va pas attendre les autres pour agir. Parfois même quand elle ne devrait pas.

En face d'elle, Dani a elle aussi une belle brochette de mâles Alpha qui sont attirés par elle, bien qu'elle n'ait que 14 ans. Ils voient tous ce qu'elle va devenir et attendent le bon moment, tout en plaçant des pions sur l’échiquier. Et avec Karen Marie Moning, chaque pièce est importante. Chacun des trois hommes, Ryodan, Christian ou Dancer, a sa part de secrets et de ténèbres. On voit le regard qu'ils peuvent avoir sur elle et on s'interroge sur le bien ou le mal qu'ils vont lui faire. C'est une tension constante, que Dani ne voit pas, mais que nous lecteur, nous ne pouvons pas rater.

Les répliques comme les scènes d'actions fusent et l'histoire se déroule à vitesse rapide. Quand on referme le livre, on a d'ailleurs l'impression d'avoir "zappé" dans le monde de Dani tellement il se passe de choses. Un nouveau mal sévit sur Dublin et Ryodan recrute Dani pour qu'elle l'aide à résoudre cette énigme. On en découvre encore un peu plus sur l'univers créé par l'auteur et sur les créatures qui le peuplent. Et on se rapproche beaucoup du monde Ryodan et de ses hommes. Ça soulève pas mal de questions sur ce qu'ils sont et il n'y a aucune réponse à l'horizon. Légèrement frustrant mais ça passe très vite tant le charisme de Ryodan est troublant. C'est différent d'avec Barrons mais l'expérience est tout aussi intense.

Du très très bon KMM, tellement bon qu'on en redemande encore. Et quand on sait que la sortie du prochain tome a été repoussée en juillet 2014 pour la VO, on pleure.





11,40 EUR
Achat Fnac

vendredi 20 septembre 2013

50 bonnes raisons de se réincarner en chat

50 bonnes raisons de se réincarner en chat
de Katherine Quenot

Éditions Hugo et Desinge

Sortie le 5 septembre 2013
Format Broché / 120 pages / 12,95 €


Présentation de l'éditeur :

Indomptables, hédonistes, narcissiques, champions du sommeil et de la débrouille, les chats affirment leur droit à la liberté, au confort et à la volupté.
Sont-ils presque parfaits ? À côté de la vie féline, l’existence humaine fait pâle figure. À l’encontre de certains astrophysiciens qui se demandaient il y a peu encore si l’Univers n’avait pas été créé pour permettre l’existence humaine, un nouveau courant se fait jour : depuis le Big Bang, l’Univers semblerait plutôt avoir été créé pour aboutir à l’existence des chats.
Voilà pourquoi de toutes les réincarnations possibles, celle en chat est la plus précieuse qui soit...

L'avis de Lila :

Les chats, on les adore ou on les déteste, mais ils ne laissent personne indifférent. Souvent mis en scène sur Internet dans des situations cocasses, ils n'en finissent pas de nous amuser ou de nous émouvoir. Ce livre s'adresse avant tout aux amoureux des félins. Katherine Quenot dresse avec humour et pertinence une liste de 50 bonnes raisons de se réincarner en chat, et on ne peut qu'approuver ses explications.
Chaque point de cette liste est développé dans un texte assez court et toujours très drôle, où malgré la forme légère et volontairement second degré, on découvre une multitude d'anecdotes passionnantes sur les chats. On s'amuse et on en apprend un peu plus sur nos amis les félins.

L'un des points forts de ce livre, et qui en fait un cadeau idéal à offrir ou se faire, c'est la mise en page. Très soignée, avec une belle couverture épaisse, un papier de qualité et une police d'écriture très jolie, il n'y a rien à lui reprocher. L'illustration de couverture attire l’œil aussitôt et annonce bien la couleur : chacune des 50 raisons de se réincarner en chat est illustrée d'une toile célèbre à laquelle a été intégré un chat. Le résultat est toujours très drôle et complètement loufoque.

Un livre qui se dévore plus qu'il ne se lit et qui permet de passer un excellent moment. Un plaisir pour les yeux et un bonheur à parcourir.



12,31 EUR
Achat Fnac

Joueur du grenier, Tome 2 : Pas de vacances pour les jeux vidéos

Joueur du grenier
Tome 2 : Pas de vacances pour les jeux vidéos

de Frédéric Molas et Piratesourcil

Éditions Hugo et Compagnie

Sortie le 12 septembre 2013
Format BD / 48 pages / 10,45 €


Présentation de l'éditeur :

Vous pensiez tout connaître sur le Joueur du Grenier, son univers, ses acolytes, les jeux vidéos qu’il déteste, qu’il adore, qui l’amusent le plus ? Vous pensiez tout connaître de ses avis, ses coups de gueule, ses coups de cœur ?

Plutôt que de plonger dans l’histoire des jeux vidéos, cette BD propose de continuer l’exploration de l’enfance du Joueur du grenier et de sa bande de copains. Ils ont tous rajeuni de 20 ans et ont déjà la passion des jeux vidéos... contemporains !

Alors cliquez sur répondre pour gagner le droit de la recevoir ! 

L'avis de Lila :

Cette bande-dessinée bien sympathique nous replonge dans les années 90 et plus particulièrement dans l'enfance d'un gamer. Bien connu des amateurs de jeux vidéo, Le joueur du grenier est aussi un site Internet et une émission en ligne sur les jeux vidéo, présentée par Joueur du grenier lui-même. C'est donc plutôt amusant de voir ce personnage sympathique et un brin loufoque mis en scène dans une bande-dessinée. À noter qu'on retrouve également des guests, dont Usul et Realmyop, eux aussi bien connus des passionnés de jeux vidéo.

Les gags s'enchaînent et sont efficaces, tout comme la mise en page et la narration. On passe un très bon moment avec cette BD qui pourra plaire à un très large public, même si les références et situations parleront parfois plus aux joueurs. L'ensemble est cohérent, se lit avec plaisir et reste très accessible. Un petit bémol tout de même : c'est vraiment court ! Lorsque se tourne la dernière page, on se sent un peu frustré, on aurait aimé quelques planches de plus.

Sans être indispensable ou particulièrement originale, cela reste une excellente bande-dessinée qui permet de s'amuser et de se replonger dans les années 90, que l'on soit fan ou non de Joueur du grenier.




9,93 EUR
Achat Fnac

jeudi 19 septembre 2013

The Hero Tome 2 : Une nuit avec mon héros de Laura Kaye

The Hero
Tome 2 : Une nuit avec mon héros
de Laura Kaye

Éditions J'ai Lu
Collection Promesses

Sortie le 28 août 2013
Format poche / . pages / 6 €


Présentation de l'éditeur : 

Après cinq années passées dans les Forces Spéciales, Brady Scott s’est mis au vert le temps de faire la paix avec un douloureux passé. Dans un parc, à Washington, il rencontre Joss. Si délicieuse et sexy avec ses mèches roses, ses tatouages et ses piercings. Pourtant si triste avec ses yeux verts, les plus beaux qu’il ait jamais vus, embués de larmes.
Attirance et fascination s’emparent de chacun d’eux. S’il ne cherche pas l’amour, Brady ne refuse pas une aventure d’un soir. Et, quel mal y aurait-il à prendre un peu de bon temps après la pénible journée que Joss vient de vivre ? Ils passent ensemble une nuit explosive. Le lendemain, chacun repart de son côté, sans se retourner, avec, toutefois, un pincement au cœur.
Facétie de la vie, ils découvrent qu’ils sont voisins ! Sous l'emprise d’une passion dévorante, l'aventure se prolonge, menace de se transformer en vraie relation. Mais le passé de Brady lui interdit d'aimer, de fonder une famille. Or, plus il s'attache à Joss, moins il contrôle les démons tapis en lui, prêts à se déchaîner…


Avis de Jm-les-livres :

Dans ce deuxième tome, Laura Kaye reprend le modèle développé dans le premier, avec ses qualités, mais aussi ses défauts.

Brady est le frère de l'héroïne du tome précédent. Il se retrouve obligé de rester à Washington le temps qu'il apprenne à résoudre ses problèmes de colère et son passé. Il rencontre Joss lors de la fête du 4 juillet. Immédiatement, ils sont très attirés l'un par l'autre mais sont d'accord pour que cela reste une histoire sans lendemain. Ils se séparent donc très satisfaits, jusqu'à ce qu'ils découvrent qu'ils sont voisins (Brady vient s'installer dans le quartier de Joss). Difficile dès lors de ne pas se croiser et de ne pas être tenté de céder une nouvelle fois à la passion.

Les deux héros ressemblent un peu à ceux du tome précédent avec quelques différences. Tout comme dans le premier tome, le livre est court même si cette fois-ci, l'histoire se déroule sur un peu plus de temps. Leur relation est mignonne et la passion entre eux se change vite en sentiments affectueux. Nous avons ici une romance contemporaine mignonne mais on regrette qu'elle ne soit pas plus et mieux développée.


mercredi 18 septembre 2013

Je tue de Giorgio Faletti

Je tue
de Giorgio Faletti

Éditions J'ai lu

Sortie le 28 août 2013
Format poche / 571 pages / 7,80 €


Présentation de l'éditeur :

Lors d'une de ses émissions nocturne l'animateur vedette de RMC reçoit l'appel d'un homme à la voix métallique se présentant comme un assassin sur le point de passer à l'acte. L'aveu n'est, bien sûr, pas pris au sérieux. Mais, le lendemain, le champion du monde de Formule 1 et sa petite amie sont retrouvés assassinés et atrocement mutilés sur leur yacht. Les sourires se figent pour faire place à l'effroi devant la signature en lettres de sang : Je tue. Frank Ottobre, agent du FBI, et le commissaire de la Sûreté publique de Monte-Carlo doivent intervenir au plus vite. Mais comment aborder une enquête lorsque l'on ne dispose d'aucun indice ?


Avis de Chani

Le glamour, le luxe et la sérénité de Monte-Carlo se voient troublés par un meurtrier qui, non content de mutiler ses victimes et de ne laisser aucun indice derrière lui, a l’impudence d’annoncer ses crimes à l’antenne de la radio RMC. Si au départ son avertissement n’est pas pris au sérieux, la police va rapidement changer d’avis et se lancer à ses trousses.

Avec Je tue, Giorgio Faletti signe ici son premier roman, un thriller efficace et astucieux. Le cadre où prend place l’histoire est inhabituel et bienvenu car en plus d’être original, il renforce l’horreur des crimes perpétrés par le tueur. L’intrigue est bien ficelée, le lecteur mène l’enquête en même temps que les policiers et se laisse captiver par cette chasse à l’homme dont l’issue reste une vraie surprise. Par contre, si le fond de l’histoire est bon, la forme laisse parfois à désirer. L’auteur se perd parfois dans des détails inutiles et le livre souffre de quelques longueurs qu’il est assez tentant de zapper car elles n’apportent rien à l’histoire. En évitant de diluer le propos, la narration aurait gagné en nervosité et l’intrigue en intensité. De la même manière, Giorgio Faletti tombe un peu dans les stéréotypes du genre, comme le flic au passé tourmenté, ce qui n’était pas vraiment nécessaire. Néanmoins la lecture de Je tue est très agréable (pour qui aime les meurtres sanglants et un peu gores, il vaut mieux être prévenu), qui, sans les défauts exprimés plus haut, aurait pu être parfaite.




La petite bibliothèque grinçante : Les voisins


La petite bibliothèque grinçante
Les voisins
de Monique Neubourg

Éditions Chiflet & Cie


Sortie le 5 septembre 2013
Format poche / 144 pages / 5,95 €


Présentation de l'éditeur :

Le principe de la collection reste le même : proposer des petits livres drôles et pas chers dont l’objectif est simple : rire des personnes (ou des êtres chers !) plus ou moins proches de nous et qui nous énervent parfois tout au long de la journée (même si dans le fond on les aime bien quand même…).
Chaque ouvrage se moque de leurs travers et de leurs habitudes, les raille gentiment, se moque d’eux avec affection et les brocarde parfois sans ménagement !
Le dicton affirme : «Qui aime bien châtie bien !», et c’est exactement notre axe éditorial.
Tous les lecteurs s’amuseront en lisant ces livres, car ils s’y retrouveront forcément, qu’ils soient les cibles des critiques ou, surtout, ceux qui les supportent à longueur de journée !!!!


Avis de Molina

Vous cherchez un petit cadeau pour une pendaison de crémaillère ou vous voulez juste passer un petit moment à rire ? Hé bien n'allez pas plus loin : Les voisins est fait pour vous !

Comme son titre l'indique, ce petit ouvrage traite d'un thème connu de tous, à savoir le voisinage. Qui n'a pas d'anecdotes croustillantes ou grinçantes sur ces gens avec qui nous partageons (malheureusement ?) un immeuble ou un quartier ? Et bien vous en retrouverez sûrement certaines dans ce livre.
Tous les styles d'humour sont représentés : caricatures, histoires drôles, blagues de toto ou histoires vécues, vous trouverez indéniablement le votre. Et c'est bien là le gros point fort de ce livre, tout le monde aura forcément quelque chose qui le fera rire ou sourire.
Et je peux dire que je l'ai testé, sur moi et sur mon entourage (et Dieu sait que nous n'avons pas le même humour) avec succès ! J'ai pouffé de rire, j'ai souri en coin et parfois oui, j'ai juste tourné la page parce que je ne trouvais pas ça amusant. Mais au final, après l'avoir refermé j'avais le sourire aux lèvres et je me suis dis que j'avais passé un bon moment et que j'allais l'offrir à ma prochaine copine qui déménage ! En plus il est tout petit (et se glisse donc facilement dans un sac ou dans une poche), alors faites comme moi, lancez-vous !

Cendrillon me perdra de Cindi Madsen

Cendrillon me perdra
de Cindi Madsen

Édition Milady Romance
Collection Central Park

Sortie le 20 septembre 2013
Poche / . pages / 7,10 €


Présentation de l'éditeur :

Un jour mon prince viendra… Peut-être même plus que tôt que prévu.

Qu’on ne me parle plus de contes de fées. Terminé ! Depuis ma dernière rupture, j’ai décidé de ne plus croire à l’amour éternel promis par Cendrillon. Et je le vivais très bien. Non, vraiment.

Du moins, jusqu’à ce que je croise Jake, mon voisin sexy, qui est accessoirement le propriétaire de mon restaurant préféré.

Mais après ces expériences foireuses avec de prétendus princes charmants, je me suis fixé des règles strictes. Et accepter de sortir avec Jake impliquerait de toutes les enfreindre. Pourtant, il semblerait qu’il ne soit pas prêt à lâcher l’affaire…

Avis de Chani

Darby, sémillante décoratrice d’intérieur au caractère bien trempé, enchaîne les relations qui tournent au vinaigre, si bien que la jeune femme finit par douter de trouver un jour un homme qui réponde à ses critères. Lorsqu’elle rencontre Jake, qui se prétend propriétaire du restaurant qu’elle fréquente assidûment et dont elle connait le véritable patron, Darby voit en lui un play-boy malhonnête qui essaye de se faire mousser pour l’impressionner. Et même si Jake est beau comme un dieu grec, hors de question de se laisser berner !

Cendrillon me perdra est une sympathique comédie romantique qui vous divertira ans nul doute. L’héroïne a été malmenée dans sa vie amoureuse et, pour preuve, elle explique au lecteur comment chaque conte de fée qu’elle pensait vivre s’est transformé en cauchemar. Le procédé est amusant et colle parfaitement à l’ambiance un peu Disney qu’évoque le titre du livre. Et Jake a lui aussi tout du prince charmant, mais chat échaudé craint l’eau froide, et le jeune homme va devoir sérieusement ramer pour séduire sa belle. Leur duo est plaisant à suivre, même si Darby est parfois insupportable. On tombe dans la caricature, et il est difficile de ne pas être agacé devant certaines de ses réactions, même si cela donne souvent lieu à des situations cocasses. Quant à Jake, c’est un ange de patience, pour le coup c’est vraiment le prince charmant, personne d’autre n’aurait pu subir ce que la jeune femme lui a fait enduré.
Malgré une héroïne tête à claques, la lecture est agréable et souvent drôle, le lecteur passera sans nul doute un agréable moment avec ce conte de fée moderne.