Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 30 avril 2013

Une enquête de Flavia de Luce Tome 3 : La mort dans une boule de cristal


Une enquête de Flavia de Luce
Tome 3 : La mort dans une boule de cristal
d'Alan Bradley

Édition Le Masque
Collection MsK

Sortie le 10 octobre 2012
Broché / 406 pages / 17,60 €


Présentation de l'éditeur :

Toujours aussi curieuse et téméraire, la jeune détective Flavia de Luce reprend du service. Fenella Faa, une gitane de passage dans le Sud de l’Angleterre, a été agressée dans sa roulotte non loin du manoir de Buckshaw. La diseuse de bonne aventure en savait-elle trop ? Quand on retrouve un cadavre pendu à la fontaine de Poseidon, Flavia n’a pas besoin d’une boule de cristal pour comprendre que les deux affaires sont liées. Décidée à éclaircir le mystère, elle se lance dans l’enquête, sans savoir ce que l’avenir lui réserve…


Avis de Chani

Voici le troisième tome des aventures de Flavia de Luce, plus dense et plus complexe que le précèdent opus. Entre une tentative de meurtre sur une gitane, un cadavre retrouvé, une affaire de kidnapping qui refait surface, sans compter les soucis du quotidien, la jeune fille n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer.

C’est un sentiment en demi-teinte qui m’habite à la fin de ce livre. D’un côté j’ai beaucoup aimé Flavia, ses talents, son caractère bien trempé et son cynisme, la manière dont elle avance dans son enquête, autant la multiplicité des intrigues m’a un peu perdue, et la famille de la jeune fille me sort désormais par les yeux.
Heureusement, le style de l’auteur est très agréable et donne vie aux aventures de Flavia avec beaucoup de réalisme. C’est peut-être d’ailleurs la faute de ce même réalisme si j’ai des envies de meurtre quand on me parle des sœurs de la jeune fille maintenant que j’y pense… L’écriture est vive et dynamique, à l’image de sa jeune héroïne, et l’intrigue est bien menée.
Si j’ai passé un agréable moment, La mort dans une boule de cristal ne m’a pas totalement emportée, dommage.

40 jours de nuit


40 jours de nuit
de Michelle Paver

Editions Black Moon

Sortie le 26 septembre 2012
Format Broché / 288 pages / 16,90 €


Présentation de l'éditeur

Janvier 1937. Jack Millet vit dans la solitude. Il est pauvre.
Son unique espoir : participer à une expédition scientifique. Destination : le pôle Nord.
Jack embarque avec quatre hommes et huit chiens sous le soleil de minuit. Rien ne se déroule comme prévu. Une malédiction semble s'être abattue sur les chercheurs. Un à un, les compagnons de Jack sont contraints d'abandonner la mission. Maintenant, Jack est seul. Une angoisse sourde s'empare de lui. Bientôt, une nuit sans fin engloutira le campement. Bientôt, les glaces se refermeront. Bientôt, Jack sera pris au piège. Il faut prendre une décision. Rejoindre les autres. Ou bien rester, et affronter cette chose qui rode dans les ténèbres. Mais Jack a-t-il vraiment le choix ?

Avis de Chani

En 1937, Jack, qui vit en marge de la société, est contacté pour participer à une expédition scientifique en Arctique. Bien que mal à l’aise au départ avec ses futurs compagnons de voyage, Jack finit par accepter et embarque pour Gruhuken. Durant le voyage, il se rend compte que l’évocation de ce simple lieu effraye le capitaine du bateau qui les y conduit. Et, sur place, il va rapidement voir et entendre des « choses », une menace sans nom qui va s’accentuer quand il sera seul après le rapatriement sanitaire de ses compagnons.

La force de ce livre, c’est ce huis clos angoissant où, seul face à lui-même, Jack laisse sa paranoïa prendre le dessus. La terreur qui le gagne peu à peu déteint sur le lecteur qui se laisse engluer dans cette ambiance étouffante au fil des pages. Quelle est la vérité ? Quelle est la part d’imagination due aux conditions extrêmes que subit le jeune homme ?
40 jours de nuit est un de ces livres qui capture le lecteur et lui fait vivre l’histoire, le mettant dans la peau du personnage. L’auteur déploie un large éventail d’émotions, et joue parfaitement sur l’ambiguïté entre fantastique et paranoïa, fantasme et réalité. La narration sous forme de journal intime accroît encore la proximité du lecteur avec Jack, et l’écriture de Michelle Paver fait prendre corps au décor, avec des descriptions d’une extrême justesse.

Si vous n’avez pas trop peur du noir et de la solitude, venez donc vous immerger dans 40 jours de nuit, vous ne regretterez pas le voyage…

lundi 29 avril 2013

Glendower Tome 1 : La prophétie de Glendower de Maggie Stiefvater


Glendower
Tome 1 : La prophétie de Glendower
de Maggie Stiefvater

Editions Hachette
Collection BlackMoon

Sortie le 23 janvier 2013
Format Broché / 576 pages / 18,25€


Présentation de l'éditeur :

Depuis l’enfance, Blue entend dire qu’elle tuera la mort de l’homme de sa vie… d’un simple baiser. Elle a donc résolu de ne jamais tomber amoureuse, ainsi le problème est réglé, la prophétie annulée. Pourtant, quand elle se voit entraînée dans le groupe des Corbeaux, elle se met à douter. Car, à la tête de cette bande de riches étudiants, se trouve Gansey. Or récemment l’esprit de Gansey est apparu à Blue. Depuis, elle ne cesse de se remémorer la prophétie : « Il n’y a que deux raisons pour lesquelles un esprit peut apparaître à un non-voyant à la veille de la Saint-Marc, Blue. Tu dois être soit l’amour de sa vie, soit la cause de sa mort. »

Avis de Jm-les-livres :

Il est un peu difficile de rentrer dans ce livre. Certains pourraient apprécier la plume particulière de l'auteur qui dérive rapidement dans la métaphore, malheureusement, avec la quantité d'informations qu'il faut intégrer dès la début, ce style nous perd dans le récit plus qu'autre chose. Heureusement, passé les cent premières pages, la quête de nos héros nous embarque et on veut connaître la suite de leurs aventures (mais n'hésitez pas à noter les choses qui vous semblent importantes à retenir, pour ne pas perdre le fil).

Ce premier tome a un rythme assez lent. L'action n'est vraiment présente que dans les 150 dernières pages. À partir de là, la tension monte peu à peu et quand arrive la fin, on se pose quelques questions. Cette série est une tétralogie et il nous faudra bien prendre notre mal en patience, puisque l'auteur ne nous donnera pas toutes les réponses dès le premier livre. On espère quand même que les prochains tomes ne mettront pas aussi longtemps à démarrer. Peut-être est-ce dû à la malédiction du premier tome. En tout cas, les personnages ont quelque chose d'intriguant. Le triangle amoureux qui se dessine n'en est qu'à son balbutiement. Nous avons affaire ici à une étrange bande de copains ; entre Noah, le jeune homme un peu bizarre et parfois invisible, Ronan, brisé par un événement tragique et qui a en même temps un côté dangereux, et Adam, l'étudiant boursier qui n'a pas la vie facile. Et nous avons Gansey, qui, par certains côtés, fait penser à un savant fou obsédé par sa quête enfermé dans un corps d'ado, et Blue, jeune fille solitaire qui vit au sein d'une maison de médiums et qui a la capacité d'augmenter leurs pouvoirs psychiques. Tout ce petit monde forme un groupe intéressant et tente d'atteindre un but : trouver une ligne de ley, le chemin invisible qui les mènera à Glendower, le roi endormi. Et chacun a une raison précise de vouloir réussir. 

Les légendes et les mythes utilisés par l'auteur offrent un cadre original au récit. Elle réussit à titiller notre intérêt même si il faut s'accrocher pour entrer dans l'histoire. Espérons que les prochains tomes seront à la hauteur de ce que nous promet Maggie Stiefvater avec son premier livre.



17,34 EUR
Achat Fnac

Fast track, Tome 3 : Carrément dingue de toi d'Erin McCarthy


Fast track
Tome 3 : Carrément dingue de toi
d'Erin McCarthy

Éditions J'ai lu
Collection Passion Intense

Sortie le 17 avril 2013
Format poche / 307 pages / 6,95 €


Présentation de l'éditeur :

Ryder Jefferson, un coureur automobile, est séparé de Suzanne depuis deux ans. Il réalise pourtant que le divorce n'a jamais été prononcé et décide de la reconquérir par des jeux sensuels.

Avis de Jm-les-livres :

Nous les avions aperçus dans les tomes précédents et on se faisait une joie de les connaître un peu mieux. Autant dire qu'on ressort un peu déçu de cette lecture.
Suzanne et Ryder sont deux personnes à très fort caractère : à part dans un lit, il est très rare qu'ils démarrent une conversation qui ne se finisse pas en dispute.

Les scènes sensuelles, toujours aussi bien écrites, montrent l'alchimie entre les deux personnages. Certaines situations sont amusantes et d'autres font monter la température (comme un bon Passion Intense doit le faire), mais il nous manque quelque chose pour qu'on soit totalement emballé. Il n'est pas clairement expliqué pourquoi, il y a deux ans, leur mariage a échoué (à part le manque évident de communication et d'écoute dans le couple). Parce qu'il est évident que Ryder et Suzanne tiennent beaucoup l'un à l'autre (tout le monde le voit sauf eux) sans jamais arriver à se le dire. Et l'histoire repose essentiellement sur ce point et c'est un peu léger.

On passe malgré tout un agréable moment et il est plaisant de retrouver les personnages des anciens tomes. Nos deux héros sont comme l'essence et l'allumette, ils s'embrasent rapidement (de façon verbale ou sensuelle). Ils sont très touchants par l'affection qu'ils se portent l'un à l'autre et agaçants quand ils se cherchent des poux pour un rien. On a envie de leur dire d'ouvrir les yeux parce que pour nous, et pour tous les autres personnages, il est évident qu'ils sont faits l'un pour l'autre. Au final, un livre pas aussi bon que les précédents mais qui nous fait passer quelques heures de lecture sympathique.



6,61 EUR
Achat Fnac

dimanche 28 avril 2013

100% goûters - Petits biscuits, gros gâteaux et compagnie ! de Anne Chiumino



100% goûters - Petits biscuits, gros gâteaux et compagnie !
de Anne Chiumino

Editions : Bayard Jeunesse
Collection : Hors-série roman

Sortie le 04 octobre 2012
Livre chevalet / 68 pages / 16,90€


Présentation de l'éditeur :

4 heures : c'est l'heure du goûter ! Le moment préféré des enfants et celui des parents qui se souviennent avec bonheur de leur enfance. Voici plein de recettes sucrées pour se régaler : biscuits, petits et gros gâteaux, bonbons et douceurs, il y en a pour tous les goûts. Indispensable pour les gourmands : petits et grands !

Avis de Chani

Ce livre a été testé et approuvé par moi-même ainsi que ma progéniture fille lors d’une séance de pâtisserie. Il faut savoir que je suis une buse en cuisine, et que mon apprentie a depuis longtemps dépassé le maître.

Déjà d’un point de vue pratique, ce livre de cuisine est super fonctionnel : une basse se déplie dans la couverture et permet au livre de tenir debout. Chaque recette tient sur une seule page, une fois mis en place plus besoin de toucher le livre avec vos doigts plein de beurre ou de farine. Et, si toutefois vous veniez à le salir (et là c’est que vous ne vous êtes pas bien organisés !), pas de panique, les pages sont plastifiées, un coup d’éponge et on n’en parle plus.
Ensuite, les recettes en elles-mêmes : la mise en page est parfaite, présentation des ingrédients puis déroulé de la recette. Il n’y a que des gourmandises sucrées simples à réaliser, et inratables. Il faut rappeler que le public a entre 7 et 11 ans, donc c’est vraiment à leur portée. Il y a un petit côté ludique dans les préparations proposées, les « doigts » ont remporté un franc succès chez moi, ainsi que le chocossison.
Le petit « plus » : les moules en silicones, les invitations et les cornets à « frites » à découper, sympa pour être en scène ses créations ou inviter les copains.

Si vous avez des enfants qui ont envie de faire de la pâtisserie (ou si votre niveau en matière culinaire est celui d’un enfant), ce100% goûters est parfait pour faire ses premiers pas en cuisine !

samedi 27 avril 2013

10 bonnes raisons d'être célibataire de Lindsey Kelk


10 bonnes raisons d'être célibataire
de Lindsey Kelk

Éditions Milady
Collection Grand Format

Sortie le 18 janvier 2013
Grand Format / 15,20 €


Présentation de l'éditeur :

Un de perdu, dix de retrouvés !

Depuis que Simon m’a larguée, rien ne va plus. Moi, Rachel Summers, je suis de nouveau célibataire – ce qui ne m’était pas arrivé depuis belle lurette. La déprime, quoi. Heureusement, après une bonne cuite, Emelie et Matthew, mes deux meilleurs amis, ont concocté pour moi une liste sur-mesure : celle qui me fera découvrir les joies du célibat.

Sur les murs de mon appartement, j’ai écrit : « Simon est un connard ». C’est un bon début. Il me reste quinze jours pour changer de look, partir à l’étranger, me faire tatouer, enfreindre la loi et dégoter l’homme de ma vie. Alors, pari tenu ?

« Les inconditionnelles de chick-lit ne manqueront pas de décerner une médaille d’or à ce roman haut en couleurs. » Daily Record

Avis de Chani

Premier titre lu de la collection Grande Romande de chez Milady, Dix bonnes raisons d’être célibataire est une bonne pioche, pour mon plus grand plaisir.

Rachel Summers, maquilleuse professionnelle, s’est vue imposer une « pause » par Simon, son compagnon depuis cinq ans, avec qui elle a acheté une maison, devait se marier, avoir des enfants, bref, avec qui elle comptait bien finir ses jours. Mais la pause tourne à la rupture, et Rachel va devoir apprendre à être célibataire, situation qu’elle n’a jamais connue. La douce et paisible Rachel va se transformer en tornade prête à tout pour assumer son célibat, et en profiter !

Selon moi on est plus dans la chick lit que dans la romance. Le lecteur sourit, voire glousse, à la lecture des aventures de la pétillante héroïne et de ses amis. La romance, elle, ne tient qu’une petite place, à la fin, ce qui me conforte dans mon avis que ce livre est de la chick lit. Et ça tombe bien parce que j’adore ça, quand c’est bien écrit, ce qui est le cas ici.
Alors, bien sûr, on n’échappe pas aux clichés, la cuite suite au largage, le meilleur ami homosexuel beau comme un dieu et malheureux en amour, ou la meilleure amie complètement délurée, mais ça fonctionne bien, et le lecteur passe outre, se concentrant sur les déboires de son héroïne principale.
Le rythme est soutenu d’un bout à l’autre du roman, il y a de l’humour, un soupçon de romance, le style est enlevé, il y a dans Dix bonnes raisons d’être célibataire tous les ingrédients pour un excellent moment de lecture rafraîchissant et sans prise de tête, et je vous le recommande vivement.

Orchid Blue



Orchid Blue

d'Eoin McNamee



Éditions Le Masque

collection Grands formats


Sortie le 23 janvier 2013

Grand Format / 450 pages / 21,50 €



Présentation de l'éditeur :


Hiver 1961. L’inspecteur Eddie McCrink revient de Londres à Newry, une petite ville étriquée d’Irlande du Nord, pour enquêter sur le meurtre sauvage de Pearl Gamble, jeune fille de 19 ans retrouvée étranglée et poignardée au lendemain d’un bal à la salle paroissiale. Il faut que justice soit faite !
L’unique suspect, Robert McGladdery, un dur à cuire un peu limité, est confondu par une série de preuves indirectes et peu convaincantes ; quant au juge qui préside, il a lui-même perdu sa fille unique neuf ans auparavant, poignardée par un forcené. Dès lors, il est clair que McGladdery aura du mal à avoir un procès équitable.
Eoin McNamee retrace les événements, les interrogatoires, analyse les relations entre le suspect, la victime, le juge et révèle avec une force bouleversante comment les approximations, les préjugés et la haine bien pensante des « petites gens » ont conduit à une reconstitution factice de cette tragique soirée.

Avis de Chani

S’inspirant de faits réels, Eoin McNamee retrace dans Ochid Blue l’instruction du dossier de Robert McGladdery, coupable tout désigné du meurtre de Pearl Gamble, ainsi que son procès.

Ici pas de suspense dans l’enquête quant à l’identité du coupable (oui, on ne parle pas de suspect dans le cas présent, mais bien de coupable), l’intérêt est ailleurs, dans la façon dont les différents intervenants vont monter un dossier à charge contre un homme dont la culpabilité arrangerait nombre de personnes. Du juge hanté par la mort de sa fille dans des circonstances similaires aux témoins bizarrement précis et aux témoignages parfaitement concordants, en passant par le suspect lui-même qui s’enterre avec application, tout est en œuvre pour une enquête rapidement bouclée débouchant sur un procès dont la conclusion ne fait aucun doute. Eddie McCrink, l’inspecteur londonien va vite se transformer en spectateur impuissant du drame qui se joue sous ses yeux plutôt qu’en véritable acteur de cette enquête, dans une ville où il n’a pas sa place, où il ne pourra faire son travail en toute indépendance.

De la révolte, de l’incrédulité ou de la colère, c’est par ces émotions que passera le lecteur face à cette parodie de justice. Sentiments exacerbés par le fait que ce roman relate une histoire qui s’est réellement déroulée. La haine de la personne en marge, l’envie de vengeance, l’effet de meute, tous les travers humains sont réunis pour mettre à genoux un homme et décider de son sort, se débarrasser de lui quelle que soit la vérité. Orchid Blue est un roman comme on en croise peu souvent, qui vous remue et ne vous laisse pas indifférent.

L'Homme des Morts


L'Homme des morts
de V.M. Zito

Éditions Orbit

Sortie le 27 mars 2013
Grand format / 400 pages / Prix 20,90 €


Présentation de l'éditeur :

La civilisation a disparu. Un homme est resté. Pour tuer les morts.

Depuis le début de l’infection zombie, il y a quatre ans, le fleuve Mississippi sépare les États-Unis en deux zones. À l’Est, la zone saine est sous le joug d’une dictature féroce ; l’Ouest, des contrées interdites et infectées, est le territoire des morts-vivants et de quelques groupes de survivants incontrôlables.

Henry Marco, un ancien neurochirurgien, est resté dans le Nevada. Mercenaire au service des familles de l’Est, il traque et tue les zombies qu’on lui désigne, permettant aux proches de faire leur deuil. Mais Marco, qui a compris que les zombies reviennent toujours sur les lieux qu’ils ont aimés, espère surtout retrouver sa femme, disparue après la catastrophe.

Un jour le Ministère de l’Intérieur engage Marco pour une mission particulière : retourner en Californie, où tout a commencé, et retrouver un scientifique aperçu avant l’épidémie dans une prison de haute sécurité. Cet homme pourrait détenir, peut-être, un remède à l’infection.

Avis de Chani

L’Amérique est ravagée par une infection zombie. Le pays est divisé en deux, à l’est du Mississipi la zone libre, où les survivant vivent sous le joug d’un président dictateur. À l’ouest du fleuve, les restes d’une civilisation hantés par des morts-vivants. Au milieu de ce spectacle de désolation, un homme est resté vivre dans sa maison au fin fond du Nevada. Il retrouve les cadavres ambulants pour le compte des familles à l’est et met un terme définitif à leur non-vie. Jusqu’au jour où les services secrets lui imposent une mission bien particulière…

Ouch, voilà un zombie book particulièrement dur et efficace. Le début du roman nous dépeint les conditions extrêmes dans lesquelles survit Henry Marco, et l’extrême dangerosité de son métier. Les zombies sont agressifs, écœurants, l’auteur n’épargne aucune description au lecteur, en restant très juste, sans donner dans la surenchère.
Et puis intervient la mission confiée, ce retour en Californie qui va permettre à V.M. Zito, en parallèle de la quête de son personnage principal et de l’action qui en découle, de rendre ce dernier plus humain en levant le voile peu à peu sur son passé et ses véritables motivations, apportant de l’émotion au milieu de cette débauche d’horreur et de faux-semblants qu’est la mission qu’effectue Henry Marco. Car c’est un véritable jeu de dupes auquel le lecteur assiste, l’auteur a réussi à insérer plusieurs intrigues dans son histoire, faisant de L’Homme des Morts bien plus qu’un simple livre de zombies. 
L’écriture de V.M. Zito est efficace et percutante, l’action est menée tambour battant et pourtant l’émotion est présente, par petites touches, j’ai beaucoup aimé le procédé.

Vous l’aurez compris, j’ai été conquise par ce roman qui aborde des thématiques intéressantes habituellement peu mises en scène dans ce genre de livre.


jeudi 25 avril 2013

Rencontres à Fool's gold Tome 6 : Mariages à Fool's Gold de Susan Mallery


Rencontres à Fool's gold
Tome 6 : Mariages à Fool's Gold
de Susan Mallery

Éditions Harlequin
Collection Prélud'

Sortie le 1er avril 2013
Format poche / 336 pages / 6,60 €


Présentation de l'éditeur :

Tout le monde se marie à Fool’s Gold ! Tout le monde, à l’exception de Nevada Hendrix qui assiste, émue, aux préparatifs de mariage de ses sœurs. Côté sentimental, pour elle, c’est le calme plat ! Même sa mère a une vie amoureuse plus intense que la sienne ! Heureusement, son travail passionnant occupe tout son temps. Aussi est-elle ravie quand une occasion de booster sa carrière se présente, un job en or à deux pas de chez elle. En or, vraiment ?... Lors de l’entretien d’embauche – qu’elle envisageait comme une simple formalité –, Nevada a la surprise de découvrir que son futur boss n’est autre que Tucker Janack, son premier amour. Celui qui lui a appris le plaisir… et brisé le cœur…

Avis de Jm-les-livres :

Nous sommes de retour à Fool's Gold et toujours dans la famille Hendrix. Après Dakota et Montana, c'est au tour de Nevada, la dernière triplée. On l'avait quittée avec un nouveau projet professionnel en vue et on la retrouve en plein entretien d'embauche... avec son premier amour. Ce nouvel opus démarre fort et on a pas le temps de s'ennuyer.

Comme toujours avec les sœurs Hendrix, on rigole beaucoup et les situations cocasses s'enchaînent, même si on a quelques moments très émouvants (quand on est une madeleine chronique c'est très touchant !). Si les premiers tomes étaient sympathiques mais sans plus, les trois derniers tomes ont cette touche légère et amusante qui fait qu'on tourne les pages rapidement et avec plaisir. Les personnages secondaires sont aussi bien écrits que les principaux et certains sont même incroyables (mention spéciale à la sculptrice). On apprend aussi la vraie histoire de Jo, la barman de la ville.
Le seul point négatif du livre (et peut-être de la série) est que l'auteur utilise toujours le même schéma amoureux, et au bout de six tomes, cela devient un peu lassant. Heureusement que la vie à Fool's Gold est aussi animée. Une nouvelle romance à lire pour se détendre et passer un bon moment de lecture.



6,27 EUR
Achat Fnac

mardi 23 avril 2013

Il était une fois, Tome 1 : Au douzième coup de Minuit d'Eloisa James


Il était une fois, 

Tome 1 : Au douzième coup de Minuit
d'Eloisa James 

Éditions J'ai Lu
Collection Aventures et Passions

Sortie le 5 décembre 2012
Poche / 6,60 €


Présentation de l'éditeur :

Reléguée au rang de simple servante depuis la mort de son père, Kate Daltry vit sous le joug de sa belle-mère, Marianna, dont la fille Victoria est promise au riche prince Dimsdale. Or, souffrante, Victoria ne peut se rendre au dîner de leurs fiancailles. Kate va devoir se faire passer pour elle...


Avis d'Elaura

Cendrillon revisitée à la sauce Eloisa James ! 
L’auteure prévient son lecteur, son roman diffère de ses écrits habituels car il reprend tous les codes du conte de fée, du lieu inventé aux situations improbables.
Mais là où l’auteure réussi parfaitement son office, c’est qu’à aucun moment nous ne sommes gênés par les anachronismes du récit, pour peu que l’on se laisse aller à la magie instaurée, évidemment.
Eloisa James s’amuse en distillant humour et jovialité par l’intermédiaire de personnages secondaires cocasses, mais n’en n’oublie pas pour autant l’émotion. Car même si ce récit se veut léger, il est quand même plein de petits moments tendres.
Un premier tome qui n’est certes pas aussi bons que ses précédents écrits, mais qui a le mérite d’être rafraîchissant et d’introduire en douceur une saga qui se révélera, j’en suis certaine, fort intéressante.

Risa Jones Tome 1 : Les anges des ténèbres de Keri Arthur

Risa Jones 
Tome 1 : Les anges des ténèbres
de Keri Arthur

 Éditions Milady
Collection BIT-LIT

Sortie le 29 mars 2013
Poche / 408 pages / 8,20€
 


Présentation de l'éditeur :

Mi-louve, mi-Aedh, Risa Jones peut voyager entre la vie et la mort et voir les Faucheurs, ces créatures surnaturelles qui guident les âmes des défunts dans l'au-delà. Mais une puissance maléfique dérobe les âmes, les empêchant pour toujours de renaître. Avec l'aide de sa tante, la dhampire Riley Jenson, et de Lucian un Aedh ayant perdu ses ailes, mais pas son sex-appeal Risa doit traquer cette créature au risque de voir l'Enfer se déchaîner sur Terre.
Avis de Molina

La nouvelle série de Keri Arthur se situe une vingtaine d'année après celle de Riley Jenson. Même si l'univers est sensiblement le même, des nouveautés sont apportées et donnent un certain renouveau qui empêche l'impression de déjà vu que pourraient avoir les fans de la série d'origine.
L'auteur a réussi le tour de force de créer une nouvelle histoire indépendante de la précédente, tout en conservant des personnages en commun. Ainsi nous retrouvons les jumeaux Riley et Rohan avec leurs amants dans un rôle de second plan mais bien présents quand même (les fans de Riley seront ravis d'avoir des nouvelles de tout ce petit monde !) et Risa et sa mère sur le devant de la scène. La petite fille a bien grandi et est devenue une femme accomplie : mi-louve mi-adeh elle a appris à maîtriser ses pouvoirs, et a été formée au combat par sa tante adorée, ainsi que par son amant et son frère. Elle dirige aussi un restaurant à succès avec quelques amis et donne un petit coup de main à sa mère quand il s'agit de voir si quelqu'un est bloqué dans les limbes. C'est d'ailleurs à cette occasion qu'elle va se retrouver bien malgré elle dans une aventure dont elle se serait bien passée...

Côté intrigue, Madame Arthur nous montre sa maturité. C'est bien construit, c'est plein de suspense et de rebondissements mais surtout c'est addictif ! Une fois lancé, le lecteur a du mal à reposer le livre tant il est pris dans l'histoire et pourtant ce n'est que le début...
Avec ce premier tome, c'est une triple intrigue qui est lancée : une qui est résolue dans ce livre, et deux autres qui serviront soit de trame à la série soit de lancement pour l'intrigue du prochain opus, voire un peu des deux. À suivre dans les prochains tomes !

L'un des défauts les plus cités de la série Riley Jenson était la profusion de sexe qui a refroidi plus d'une lectrice. Vous serez donc rassurés de savoir que ce n'est pas le cas ici. Bien sûr, il y en a un peu : Risa étant à moitié louve, elle est chaude comme la braise et admet bien volontiers avoir un appétit assez important dans ce domaine, mais ce n'est pas le centre de sa personnalité, c'est plutôt un petit bonus.

Au final, Les anges des ténèbres est une excellente surprise. C'est un condensé de suspense, d'émotions fortes et de surprises. Les fans de l'ancienne série seront ravis et ceux qui ne connaissent pas encore l'auteur feront là une très bonne découverte. À ne pas manquer !

lundi 22 avril 2013

Les chevaliers des Highlands Tome 1 : Le Chef de Monica McCarty


Les chevaliers des Highlands
Tome 1 : Le Chef
de Monica McCarty

Éditions J'ai Lu
Collection Aventures et Passions

Sortie le 20 mars 2013
Poche / 7,40€


Présentation de l'éditeur :

Comte de Carrick et seigneur d’Annandale, Robert Bruce revendique le trône d’Écosse. Or pour vaincre les Anglais, ce n’est pas de chevaliers dont il a besoin. Il lui faut des mercenaires d’élite, des Highlanders. Et à leur tête, le meilleur de tous : Tormod MacLeod, une force de la nature. Mais Tor, dévoué à son clan, refuse de s’impliquer dans cette guerre. Comment le convaincre ? En le piégeant. C’est ainsi que Christina Fraser se glisse une nuit dans son lit. Au matin, Tor est sommé de l’épouser. Par le jeu des alliances, le voilà contraint d’embrasser une cause qui n’est pas la sienne. Et c’est fou de rage qu’il accueille sa jeune épouse en son fief de Dunvegan...

Chef de l’un des plus puissants clans d’Écosse, Tor McLeod ne se laisse dominer par personne. Pas même par sa jeune épouse, Christina, qui lui a été donnée pour former une alliance contre les Anglais, qui tentent d’envahir le pays. Et si Tor se détourne de Christina, elle, de son côté, espère bien le conquérir…


Avis de Jm-les-livres :

Après ses deux séries sur des highlanders, nous retrouvons Monica McCarty dans sa nouvelle saga qui comprend déjà 6 tomes (le 7ème doit sortir en juin) en anglais : Les Chevaliers des Highlands. De quoi nous promettre de supers balades en Écosse pour un bout de temps.

Tormod MacLeod est le chef de clan de l'île de Skye. Insulaire avant d'être écossais, ce féroce guerrier fera tout pour protéger son clan, et en ces temps troublés, cela se traduit par une neutralité absolue dans la guerre qui oppose le roi Edouard d'Angleterre à Robert Bruce, l'Écossais.
Cependant, ses talents pour former des guerriers a attiré l'attention de Robert et celui-ci lui propose d'entraîner puis de diriger une équipe de guerriers qui devront travailler pour l'Écosse et sa libération. Tor refuse la proposition, mais lorsqu'il se retrouve piégé par la situation, il décide de donner ses propres conditions et de s'en sortir du mieux qu'il peut.

Christina Fraser est une jeune femme innocente et sensuelle à la fois. Lorsque son père lui ordonne de piéger Tor en se glissant dans son lit, elle refuse. Mais elle se retrouve très vite obligée de lui obéir et c'est le coeur battant qu'elle s’exécute. Mais quand son père la trahie, elle veut croire que Tor fera ce qu'il faut pour sauver son honneur. Après tout, il ressemble beaucoup à l'image décrite par Chrétien de Troyes du chevalier romantique Lancelot. Mais la réalité risque de la décevoir.
Tor ne veut pas d'une femme, et Christina veut plus que tout échapper à son père et protéger sa sœur. Leurs deux visions du monde vont mettre du temps à s'accorder l'une à l'autre. Tor n'est pas un chevalier de la cour du roi Arthur, mais il pourrait bien être le highlander dont Christina a besoin. Et elle, elle n'est certainement pas la gentille femme invisible qui s'occupe de ses tâches domestiques sans poser de problèmes, mais elle est celle qui va mettre le guerrier à genoux. Quelle chanceuse !

Même si on sait que l'auteur arrange certains faits historiques pour qu'ils s'accordent avec ses intrigues, c'est un vrai plaisir de découvrir une partie de l'Histoire de l'Écosse. La plume de Monica McCarty est simple, mais elle nous emporte facilement. Les personnages sont attachants et les scènes sensuelles passionnées. C'est avec impatience que nous attendons de découvrir les autres Chevaliers des Highlands !



7,03 EUR
Achat Fnac

Retrouvez notre avis sur le tome suivant :


vendredi 19 avril 2013

Les chroniques de Dani Mega O'Malley, Tome 1 : Iced de Karen Marie Moning


Les chroniques de Dani Mega O'Malley, 
Tome 1 : Iced
de Karen Marie Moning

Editions J'ai lu

Sortie le 1er octobre 2013
Format Semi-Poche / 12 €


Présentation de l'éditeur :


" J'ai découvert un truc complètement dingue : mourir, c'est de la rigolade. 
Ce qui craint un max, c'est de revenir à la vie...
Mon nom est Dani Mega O'Malley. 
Mon chez-moi, ce sont les rues de Dublin. 
La ville est une zone de guerre, les faës sont libres de nous chasser, il n'y a pas deux jours semblables et sans Mac, rien n'est plus pareil. Pourtant, je ne préférerais vivre nulle part ailleurs. "

L'avis de Lila :

Le dernier tome de la saga Fièvre avait laissé bien des lectrices désespérées. Non pas par la fin de l'histoire, tout à fait réussie, mais par la fin d'une série particulièrement appréciée dont les personnages et les décors étaient bien difficiles à quitter. Mais Karen Marie Moning n'en avait pas vraiment terminé avec cette saga, et elle nous offre aujourd'hui Iced, la suite directe de Fièvre d'ombre. Difficile de ne pas être inquiet devant ce nouvel opus : Mac et Barrons étaient deux personnages forts qui ont passablement marqué les esprits, et de prime abord (de second et troisième aussi d'ailleurs), on imagine mal Dani, la gamine insupportable découverte dans Fièvre, avoir les épaules assez solides pour porter une nouvelle intrigue. On n'est d'ailleurs pas vraiment sûr d'avoir envie de vérifier qu'elle en est capable.
Mais on fait confiance à KMM, on ouvre ce joli petit pavé à la couverture magnifique, et il ne faut pas plus de quelques pages pour se dire qu'on a bien eu raison de tenter l'aventure.

On retrouve Dublin (et le monde en général), décimé d'une bonne partie de sa population, envahi par des créatures pour le moins antipathiques et dont les ressources en tout commencent à manquer. La magie opère toujours aussi bien et grâce au talent de l'auteur, Dublin prend une nouvelle fois vie sous nos yeux, pour nous entraîner dans ses rues sombres et désespérées. On n'aurait aucune envie d'y vivre, et pourtant, on s'y sent un peu chez nous, à nouveau.
L'intrigue est solide et racontée avec brio. L'auteur réussit à proposer quelque chose de neuf sans perdre les fans de la première heure. On découvre une nouvelle histoire passionnante qui recèle ses surprises, son suspense et ses propres personnages.

On imaginait mal Dani devenir l'héroïne de cette histoire, en raison de son histoire avec Mac, de son caractère désagréablement excessif et surtout de son jeune âge (elle n'a que 14 ans). Et pourtant, ça fonctionne d'emblée. La jeune fille possède sa propre voix et une personnalité unique, et il fallait probablement un personnage aussi fort qu'elle pour faire oublier (un peu) Mac. Dani s'affirme dans ce tome, on apprend à la connaître, on s'y attache rapidement et nul doute que certaines lectrices pourront même la préférer à Mac. Sa personnalité est une vraie bouffée d'air pur dans ce Dublin ravagé sur tous les plans : son phrasé, son humour, sa franchise et son intégrité font mouche. Son jeune âge n'est finalement pas problématique, car la gamine ne manque pas de bon sens, ni de vécu, et on devine sans effort la femme qu'elle va devenir. Et on a vraiment hâte de voir son évolution.

Mac avait Barrons, Dani a Ryodan. Ce dernier possède un caractère bien à lui et réussit à se différencier de Barrons, dont il n'a rien à envier côté charisme et sex-appeal. Les échanges entre Ryodan et Dani sont intenses et souvent hilarants. Lui voudrait la contrôler totalement et l'utiliser comme bon lui semble, elle ne cesse de le défier et de lui désobéir. Ryodan est réellement une excellente surprise et il ne fait aucun doute qu'il possédera son propre fan club parmi les lectrices.
On retrouve également Christian, qui devient parfois narrateur à la place de Dani. Les scènes qui le mettent en scène sont tour à tour drôles, émouvantes ou terrifiantes. Beaucoup de surprises et de suspense le concernant, et là encore on a hâte de découvrir son évolution dans l'histoire. Les réactions de Dani face à lui sont souvent drôles et inattendues.
Un nouveau personnage fait également son apparition, Dancer, le meilleur ami de Dani. Jeune lui aussi, il possède un charisme plus que prometteur pour la suite.
Dani n'ayant que 14 ans, il n'est pas question ici de la mettre en scène dans des situations déplacées, mais on peut faire confiance à KMM pour assurer ici et là des moments troublants, où la jeune fille ne sait pas vraiment quoi penser de ce qu'il se passe, voire ne comprend absolument pas certains sous-entendus de nature sexuelle. C'est souvent drôle et on attend avec impatience qu'elle grandisse.

D'une façon générale, malgré le contexte bien plus sombre et dramatique que dans la saga Fièvre, Iced possède beaucoup plus d'humour et de fraîcheur (sans mauvais jeu de mots) que celui-ci.
Pour résumer, une nouvelle histoire passionnante qui ne décevra pas les fans et qui est assez solide pour faire oublier un peu Mac et Barrons. On apprécie tout de même les rares moments où on les retrouve, au détour d'une page, et même s'ils nous manquent, Dani et Ryodan ont suffisamment de consistance et de qualités pour assurer le spectacle.


jeudi 18 avril 2013

Les Vampires de Chicago Tome 6 : Morsure de sang froid de Chloe Neill


Les Vampires de Chicago 
Tome 6 : Morsure de sang froid
de Chloe Neill

Éditions Milady
Collection Bit-Lit

Sortie le 25 janvier 2013
Poche / 432 pages / 8,20 €


Présentation de l'éditeur :

Road trip à hauts risques !
Lorsqu’un surnaturel décide de s’emparer d’un ancien artéfact détenant le pouvoir de libérer le mal et de dévaster le monde, c’est Merit qui se lance à sa poursuite. Mais la jeune vampire est elle-même traquée. L’un de ses ennemis est bien déterminé lui aussi à mettre la main sur le précieux trésor. Dans ce combat, pas de pitié. Pas de règles. Aucune vie ne sera épargnée. La chasse est ouverte.


Avis de Jm-les-livres :

Après avoir quitté Merit sur une bonne et une mauvaise nouvelle, nous la retrouvons sur la route pour aller résoudre un ou deux problèmes magiques. Et encore une fois, elle va devoir affronter un monstre pas commode. 

Ce qu'il y a de bien avec Chloé Neill, c'est qu'elle arrive à piquer notre intérêt tout en réutilisant les mêmes ficelles scénaristiques : une personne menace la ville, elle enquête sur elle avec ses amis puis elle s'en va la tuer. Mais, même si la vie des personnages avance, il ne faudrait pas non plus abuser et céder à la facilité. Les nouveaux méchants sont surprenants et bien trouvés, la mythologie de son univers est bien travaillée mais certaines répétitions dans son récit nous empêchent d'apprécier totalement ce tome. Merit est toujours aussi sympathique et bien entourée. Les ennuis lui tombent dessus et on a l'impression qu'elle est la seule à pouvoir sauver le monde (pas facile tous les jours d'être une sentinelle !). 

Une sorcière incontrôlable, une créature issue d'une légende oubliée, un petit ami pénible par moments et craquant à d'autres et un Présidium des plus directif voilà ce qui attend Merit dans ce tome et on peut dire qu'une fois encore, elle relève le défi. Pour un rat de bibliothèque, notre jeune vampire est douée pour l'action et n'hésite pas à se mettre en première ligne pour sauver la ville de Chicago et ses habitants. On n'a pas le temps de s'ennuyer et le livre est toujours aussi bien écrit. Espérons que l'auteur saura nous tenir en haleine jusqu'à la fin de sa série (elle devrait compter 10 tomes) et que notre intérêt ne s’essoufflera pas avant.




La Peau des rêves, Tome 3 : Les chimères de l'aube


La Peau des rêves
Tome 3 : Les chimères de l'aube
de Charlotte Bousquet

Éditions Archipel - Galapagos
Collection Jeunesse

Sortie 7 novembre 2012
Format broché / 280 pages / 15,50 €



Présentation de l'éditeur :


Berlin, territoire en ruines rongé par la forêt, où s’affrontent les clans, où Chimères te Mutants vivent en parias. Anja, une sirène, sauve la vie d’un mens. À ses tatouages, elle reconnaît un membre du clan d’Ishtar, des guerriers connus pour leur cruauté. Mais il est trop tard : un regard a suffi pour qu’Anja tombe amoureuse de lui. Quand Fast, un hybride, est capturé, Anja décide de demander son aide à celui qu’elle a sauvé. Elle ingurgite une drogue qui camoufle temporairement ses écailles et parvient à l’approcher. Pendant ce temps, un tueur hante les bas-fonds de la ville, laissant derrière lui des victimes vidées de leur sang. Des victimes qui ressemblent beaucoup à Anja… 

Avis de Chani

C’est encore Namja, la gypsie captive, qui nous conte une nouvelle histoire. Adieu Cléo, Lyn et Axel, le lecteur va faire la connaissance d’Anja, une sirène, amoureuse d’un humain haïssant les mutants. Changement de décor aussi puisque l’histoire se déroule cette fois-ci dans les ruines de Berlin.

Le début du roman est un peu lent, d’autant qu’il faut faire connaissance avec de nouveaux personnages, tâche d’autant plus difficile que ceux mis en scène dans les deux premiers tomes étaient vraiment attachants. Mais le lecteur se familiarise vite avec Anja, une mutante sirène qui renie sa nature par amour pour un homme (ça ne vous rappelle rien ?). 
Après le droit à différence et son affirmation, c’est cette fois-ci une autre préoccupation forte de la période adolescente qui est au centre du roman : rentrer dans le moule et se faire aimer quel qu’en soit le prix. Et pour le coup, le prix est sacrément élevé. J’ai souffert pour Anja, elle m’a fait mal au cœur, et même en la comprenant, car quelque part ses motivations sont logiques à son âge et dans sa condition, j’ai eu envie de l’extirper du livre pour la sauver…

Charlotte Bousquet réussit une nouvelle fois à emporter le lecteur dans son univers et à le rendre tangible grâce à plein de détails, d’indices disséminés dans le roman. Sa plume poétique et néanmoins cruelle est efficace dans les moments légers comme dans ceux plus durs où elle restitue avec une véracité terrible les tourments de ses personnages. On ne lit pas La peau des rêves, on la vit. Et maintenant, j’ai fortement envie de vivre la suite des aventures d’Anja…

Cygne Noir Tome 4 : L'Héritier de l'Ombre de Richelle Mead

Cygne Noir 
Tome 4 : L'Héritier de l'Ombrede Richelle Mead

Éditions  Milady
Collection BIT-LIT

Sortie le 23 novembre 2012
Poche / 552 pages / 8,20 €


Présentation de l'éditeur :

En tant que shaman, Eugénie Markham se bat pour préserver le monde des humain des créatures qui traversent la frontière entre les mondes. Mais en tant que reine maudite par une prophétie, il n'y a aucun refuge pour elle et ses enfants à naître quand un mystérieux fléau frappe l'Outremonde...
Trouver la source de ce fléau magique n'est pas le seul défi pour Eugénie. Le roi faë Dorian sacrifie tout pour l'aider, mais Eugénie n'a pas assez confiance en lui pour qu'ils retrouvent leur relation d'autrefois. La paix fragile établie entre elle son ancien amant métamorphe Kiyo est mise en péril par un secret qu'il ne veut - ou ne peut pas - révéler. Alors que des forces terribles s'élèvent et menacent le monde humain, Eugénie doit utiliser sa propre malédiction comme une arme - et peut-être être prête au sacrifice ultime...


Avis de Molina

Un magnifique quatrième tome qui clôture une excellente série qui nous manquera !

Une fois encore, madame Mead nous surprend : au lieu de céder à la facilité et de se cantonner à la prophétie, elle nous plonge dans deux mondes opposés : celui des humains où Eugénie est une future mère comme les autres avec ses angoisses et ses problèmes et celui des Étincelants où elle est une Reine toute puissante mais crainte ou adorée (selon les gens). Dans les deux cas, elle croule sous les problèmes qui paraissent insurmontables et devra se surpasser pour sauver ceux qui sont sous sa responsabilité dans ces deux univers.

Les relations entre les personnages vont encore évoluer pour notre plus grand plaisir : les deux sœurs vont se rapprocher dans l'adversité, Dorian va nous montrer une face bien cachée de sa personnalité qu'il garde au chaud pour récupérer sa belle, Kyo achèvera d'enfoncer le clou dans son cercueil, bref tout cela est une belle réussite qui en enchantera plus d'un et qui ne pourra vous laissez indifférent !

C'est beau, c'est riche en émotions, c'est plein de rebondissements et c'est malheureusement la fin de la série... C'est avec un pincement au cœur que je quitte Eugénie Markam et ses aventures (tant les sentimentales que les épiques) mais je remercie l'auteure pour la fin magnifique de cette excellente série.

Cygne Noir Tome 3 : Le Sacre de fer de Richelle Mead

Cygne Noir Tome 3 : Le Sacre de ferde Richelle Mead

Éditions  Milady
Collection Bit-lit

Sortie le 23 septembre 2011
Poche / 474 pages / 7 €


Présentation de l'éditeur :

Eugenie Markham n'a pas son pareil pour chasser du monde des humains les êtres surnaturels qui s'y risquent. En revanche, elle peine à stopper la guerre qui dévaste son propre royaume, Terre-de-Daléa. Son seul espoir : la Couronne de Fer, un artefact légendaire redouté de tous. Mais qui l'aidera dans sa quête ? Elle ne peut guère se fier aux hommes de sa vie, Dorian et Kiyo... Or, pour maîtriser les pouvoirs incommensurables de la Couronne, elle devra résister à une terrible tentation, au risque, si elle échoue, de détruire son âme et deux mondes.


Avis de Molina

Un troisième tome tout en finesse qui met en place les éléments pour la fin de la série.

Une fois encore les amours d'Eugénie seront mouvementées et au cœur de l'intrigue. Sa relation avec Dorian est une nouvelle fois mise en péril et va connaître de nombreux retournements de situations dans ce tome, accrochez-vous chers lecteurs car le pire pourrait bien se produire...

Les émotions fortes seront au rendez-vous autant pour notre héroïne que pour vous, fans de la série. Et c'est bien là le talent de Richelle Mead, nous faire trembler en même temps que ses personnages et nous immerger complètement dans le monde qu'elle a si bien su créer.

Côté intrigue l'auteure nous offre une fois encore de l'action et de l'inattendu : une quête pour une mystérieuse couronne, une guerre à mener, des intrigues politiques à déjouer, le moins que l'on puisse dire c'est que notre Reine ne chôme pas !
Les choses se mettent en place pour la prochain, et dernier, tome qui sera surement très éprouvant pour nos nerfs !

Le sacre de fer est indéniablement une grande réussite qui vous plongera dans un univers toujours aussi intense et riche en émotions. À ne pas manquer !

mercredi 17 avril 2013

Friday Harbor Tome 1 : la Route de l'Arc-en-Ciel de Lisa Kleypas


Friday Harbor
Tome 1 : la Route de l'Arc-en-Ciel
de Lisa Kleypas

Éditions J'ai Lu
Collection Promesses

Sortie le 6 mars 2013
Format poche / 232 pages / 6,95 €


Présentation de l'éditeur :

Il y a des trahisons plus dures que d'autres...
Il faisait bon vivre à San Juan Island, jusqu'au jour où Lucy apprend que son compagnon Kevin la quitte pour emménager avec Alice, sa propre soeur ! Alice, l'éternelle enfant gâtée qui, en lui brisant le coeur, détruit aussi leur famille. Lucy croit bien en avoir fini avec l'amour quand elle rencontre Sam Nolan, le propriétaire du vignoble de False Bay. Passionné, charmant, mais allergique à tout engagement. Car lui aussi a ses propres blessures. Et ses propres secrets...

Avis de Jm-les-livres :

On connaissait Lisa Kleypas en Reine de la romance historique mais on la retrouve ici en Maîtresse de la romance contemporaine, toute en poésie et en magie.

Petite info à savoir avant de commencer ce livre : la nouvelle qui introduit la série ne sera publiée par J'ai lu qu'en décembre. Nous découvrirons l'histoire du frère aîné des Nolan, Mark, et de leur nièce Holly. Dans ce tome-ci, nous reprenons donc le récit après les évènements qui se déroulent dans Christmas Eve at Friday Harbor et nous suivons l'histoire de Sam Nolan et de Lucy Marinn. Sam est un viticulteur et célibataire endurci, et ne voit pas l'intérêt de changer sa situation. Lucy vit une histoire avec Kevin. Relation qu'elle croyait presque parfaite jusqu'à l'annonce de ce dernier qui va tout bouleverser dans sa vie. À la rue et avec le cœur brisé, Lucy tente tant bien que mal de s'en sortir et décide de s'investir complètement dans son métier : la verrerie d'art. Alors, quand elle croise Sam pour la première fois, malgré son attirance, elle refuse de tenter le coup.

Lisa Kleypas a ce talent de nous dessiner des personnages beaux malgré leurs imperfections. Sam et Lucy ont une chose en commun : leur métier est leur passion. Lorsqu'ils travaillent, il y a quelque chose de magique qui se produit et le résultat l'est aussi d'une certaine manière. On peut choisir de croire à cette magie ou on peut décider de la voir comme une métaphore : quand on fait quelque chose que l'on aime avec passion, il y a toujours un peu de miraculeux dans notre création. Et c'est ce qui se passe ici, que ce soit dans les vignes de Sam ou dans l'atelier de Lucy, la magie est dans l'air. Mais ils ont également une seconde chose en commun : la peur de s'engager dans une relation. Lucy en raison de la trahison qu'elle a vécue et Sam à cause de ses parents, qui n'ont pas donné l'exemple d'un couple sain à leurs enfants. Ils ont donc peur mais, d'une certaine manière, l'alchimie opère entre eux et guérit leur cœur et leurs doutes.

Si on était convaincus par la Lisa Kleypas de romance historique, on est envoûtés par celle de romance contemporaine. Ses personnages sont attachants (tous, les principaux comme les secondaires) et on a envie de découvrir leur histoire (passée, présente et future). On veut savoir si la magie de la vie a réussi à les toucher et à apporter ce dont ils ont besoin pour guérir leurs blessures. Le prochain tome sur le dernier frère Nolan, Alex, risque de nous tirer quelques larmes. Attendons le mois de juin pour le découvrir.



mardi 16 avril 2013

Nightshade, Tome 3 : Le duel des Alphas d'Andrea Cremer


Nightshade
Tome 3 : Le duel des Alphas
d'Andrea Cremer

Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 10 janvier 2013
Format broché / 464 pages / Prix 19,80 €



Présentation de l'éditeur :

Calla appartient à la meute des Nightshade. Comme tous les siens, elle a le pouvoir de se transformer en louve. Le soir de la Lune de Sang, elle sera unie au séduisant Ren, loup-garou de la meute rivale. Mais lorsqu'elle viole les lois de ses maîtres pour sauver le vie de Shay, un jeune lycéen, Calla remet en question son destin. En suivant son cœur, risque-t-elle de tout perdre — y compris sa propre vie ? Un roman sombre et étincelant comme un diamant brut.

À propos de l'auteur :

Andrea Cremer est née en 1978 dans le Wisconsin. Professeur d'histoire, elle vit aujourd'hui à Minneapolis où elle partage son temps entre son métier et l'écriture. Passionnée depuis toujours par l'écriture, il lui aura fallu d'être immobilisée pendant 12 semaines, après une chute de cheval, pour commencer la rédaction de son premier roman, Nightshade.

L'avis de Rory :

C’est avec une impatience non dissimulée que l’on attendait ce dernier opus de la trilogie Nightshade. La couverture est sublime, tout comme les précédentes, et seul le titre français est mal choisi, car quasiment hors de propos. 

L’action reprend exactement là où on l’avait laissée dans le deuxième tome, avec Calla et Adne embarquées dans une mission de sauvetage qui pourrait s’avérer dangereuse. On est dès lors happé par l’histoire ; les évènements s’enchaînent très vite, parfois même trop vite. La quête de Calla, de sa meute et des Chercheurs passe par des étapes bien définies, et à certains moments tout paraît trop facile. Cependant, comme dans le deuxième tome, la mort attend de nombreux personnages au tournant.

Notre héroïne, Calla, s’affirme. Les lecteurs qui ne lui avaient pas trouvé suffisamment de mordant dans le second opus devraient se réjouir. La jeune femme (re)devient véritablement l’Alpha. Cependant, elle prend pour ce faire des décisions qui nous laissent le cœur serré, avec le sentiment que tout cela se finira mal, et que quelqu’un sera blessé émotionnellement. Toujours est-il que cette flamme de chef de meute et d’indépendance qui l’anime est bien présente, tout comme son esprit combatif qui lui a parfois fait défaut par le passé. On se rend compte que les personnages de Shay et de Ren ont beaucoup évolué depuis le premier opus et, par moments, leurs rôles semblent presque inversés ; Shay est impulsif, Ren se montre réfléchi. Ce qui n’a pas changé, c’est la tension émotionnelle et sexuelle qui existe au sein du trio formé par les deux mâles et par Calla... mais le cœur de celle-ci doit faire un choix (qui, d’ailleurs, est peut-être déjà fait).
La galerie de personnages secondaires n’est pas en reste et le lecteur s’attache énormément à chacun d’entre eux. On ne souhaite pas seulement connaître l’issue de l’histoire principale, on veut également savoir ce qu’il va arriver à Ansel et Bryn, à Sabine, Adne, Connor, Ethan, Silas...

Le tableau final, qui dure plus d’une centaine de pages, est très éprouvant émotionnellement pour le lecteur sensible (et si vous faites partie de ceux-ci, attrapez une boîte de mouchoirs). L’ambiance est angoissante, comme dans la plupart des scènes d’action de l’histoire, et il est impossible de lâcher le roman... si ce n’est aux moments où certains évènements se produisent (et un tout particulièrement), où l’on a juste envie de hurler. La fin est... surprenante, mais logique dans un sens. Qu’elle vous serre le cœur ou qu’elle éveille en vous des pensées libertaires, elle ne vous laissera sûrement pas indifférents.

Voilà donc un tome de conclusion rempli d’héroïsme et d’amour, d’affirmation de soi. Avec une fin qui éveillera en chacun des émotions différentes, mais qui met un terme satisfaisant à une série que nous garderons dans nos cœurs. Que les plus nostalgiques se réjouissent cependant, Andrea Cremer a déjà écrit un prequel à la saga... et une « suite » concernant d’autres personnages est également en cours d’écriture.

Lire un extrait en ligne !



19 EUR
Achat Fnac

mardi 9 avril 2013

Hell's Eight, Tome 4 : Troublante captive de Sarah McCarty

Hell's Eight
Tome 4 : Troublante captive
de Sarah McCarty

Éditions Harlequin
Collection Spicy

Sortie le 1 avril 2013
Poche / 352 pages / 8,90 €


Présentation de l'éditeur :


Les Hell’s Eight. Huit hommes revenus de l’enfer, débordant d’une énergie sauvage, et prêts à tout pour défendre leurs valeurs…

Lorsqu’il découvre enfin, dans un ranch à la frontière mexicaine, une jeune femme blonde dont les traits lui sont familiers, Tracker Ochoa croit d’abord que sa mission touche à sa fin. C’est donc lui qui aura retrouvé Ari, la jeune femme que tous les membres du Hell’s Eight recherchent depuis de longs mois, afin d’honorer la promesse qu’ils ont faite à Desi Allen, la sœur jumelle d’Ari. Mais il se rend vite compte que sa mission ne fait que commencer. D’abord parce que la jeune femme n’a aucun souvenir d’avoir été kidnappée et maltraitée, et qu’il va devoir trouver un moyen de la convaincre de le suivre. Ensuite parce que, en dépit de tout ce qu’il sait des épreuves qu’elle a subies en captivité, il ne rêve que d’une chose : sentir son corps gracile se presser contre le sien, et la voir s’abandonner entre ses bras. Mais il n’a pas le droit de céder au désir qu’elle fait naître en lui, car il le sait bien : elle finira par recouvrer la mémoire et à cet instant, elle le méprisera pour avoir profité d’elle, comme ces bandits qui lui ont fait du mal…

Avis de Jm-les-livres :

Il existe une race à part chez les auteurs de romance : les McCarty. En ouvrant un de leurs livres, vous pouvez être sûrs que vous allez être embarqués dans leur monde.

Dans ce quatrième tome de sa série des Hell's Eight, Sarah McCarty nous ramène au Texas parmi sa bande de Rangers. Toujours à la recherche de la sœur de Desi, Tracker Ochoa et son frère jumeau Shadow suivent une piste à la frontière de l'état lorsqu'ils décident de se séparer. Tracker a reçu l'information qu'une jeune femme blonde, qui pourrait bien être Ari, se trouverait plus au sud, vers le Mexique. Lorsque enfin il la retrouve, Ari vit dans un ranch avec un couple de personnes qui se disent être ses beaux-parents. La jeune fille est amnésique et semble avoir tout oublié des sévices qu'elle a subis durant sa captivité. Cependant, Tracker a promis à Desi de lui ramener sa sœur, même si c'est contre son gré. Lorsqu'il apprend qu'un danger plane sur Ari, il décide qu'il ne peut plus attendre et kidnappe la jeune femme pour la ramener à Hell's Eight. Leur route jusqu'au Texas ne sera pas de tout repos, et l'aide de Shadow et d'un ami Hell's Eight ne sera pas de trop.

Tracker est un métisse, mi-indien, mi-mexicain. Avec son frère, ils ont connu une enfance difficile et aujourd'hui, si certaines femmes leur tombent facilement dans les bras, aucune ne souhaite avoir un métisse pour compagnon. Tracker a conscience de sa différence et estime qu'il n'a pas le droit de désirer Ari, même si depuis le jour où il a rencontré sa sœur, elle est devenue son obsession. 
Son personnage est l'archétype de l'homme que la vie a blessé et qui ne croit pas à la rédemption pour lui-même. Dans la romance, c'est le genre de personnage que le lecteur apprécie particulièrement et à qui il souhaite une fin heureuse. Sarah McCarty réussit à nous toucher avec Tracker mais le personnage le plus fort de ce tome est Ari.
Pour elle, la vie qu'elle mène lui est étrangère. Elle se laisse porter par les réponses que ses parents "adoptifs" lui ont données. Jusqu'à l'arrivée de Tracker dans sa vie. À partir de cet instant, elle a commencé à revivre et à refuser d'écouter sa famille. Même si elle ne se souvient de rien, son inconscient réagit parfois de manière plutôt brutale, et elle a alors des crises violentes. Tracker est touché par ce qu'elle a vécu et nous aussi. Malgré tout, elle reste déterminée à survivre et à s'en sortir. Les scènes entre elle et Tracker sont bien écrites cependant, on pourrait quand même regretter que l'auteur ne puisse pas accorder plus de temps à sa guérison. Mais ce n'est pas le but de ce livre et les quelques scènes sensuelles sont là pour nous le rappeler. Après tout ce qu'Ari a vécu, elles sont presque agressives, bien que, dans le far west à cette époque, la vie ne fût pas toute rose. 

L'intrigue générale, quant à elle, avance et se conclut dans ce tome. Encore une fois les hommes du Hell's Eight sont là les uns pour les autres et se lancent dans cette bagarre les armes à la main pour protéger l'une des leurs. Les femmes ne sont pas en reste d'ailleurs. 
Encore un tome sensuel et plein d'action. On alterne entre la passion forte que partagent Tracker et Ari et la menace de leurs poursuivants. Sarah McCarty nous embarque dans son récit et on la suit les yeux fermés.



8,46 EUR
Achat Fnac