Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 16 avril 2012

Les Fantômes de Maiden Lane, Tome 2 : Troubles Plaisirs d'Elizabeth Hoyt

Les Fantômes de Maiden Lane, 
Tome 2 : Troubles Plaisirs
d'Elizabeth Hoyt

Editions J'ai Lu
Collection Aventures et Passions

Sortie le 4 avril 2012


Résumé (traduction de Tan)

Leurs vies étaient parfaites...
Lady Hero Batten, la magnifique sœur du duc de Wakefield, a tout ce qu'une femme peut espérer avoir, y compris un fiancé parfait. Vraiment, le marquis de Mandeville est légèrement ennuyeux et n'a aucun sens de l'humour, mais ça ne gène pas Hero. Jusqu'à ce qu'elle rencontre son célèbre frère...

... jusqu'à ce qu'ils se rencontrent.
Griffin Remmington, Lord Reading, est loin d'être parfait et il aime les choses comme elles sont. A quoi il occupe ses journées reste un mystère mais le tout Londres sait qu'il participe aux pires types de réjouissances alcoolisées la nuit. Hero le déteste au premier coup d’œil, et Griffin pense qu'Hero, avec ses bonnes œuvres et ses manières sans faute, est bien trop impeccable pour être en société et encore plus avec son frère. Et pourtant, leurs joutes quasi-permanentes finissent par faire naître le désir... un désir qui va faire s'écrouler leurs petits mondes si soigneusement construits. Alors que le mariage d'Hero se rapproche, et que les ennemis de Griffin initient leur plan pour mettre un terme à leur rêve pour toujours, est-ce que deux êtres imparfaits pourront trouver l'amour idéal ?

Avis d'Elaura :

Second tome de la série des Fantômes de Maiden Lane et encore une réussite pour Elizabeth Hoyt qui nous offre ici une jolie romance, tout en nuances avec des héros attachants.

Lady Hero et Lord Reading sont des personnages forts dont l’histoire est très touchante de par sa complexité (la première doit épouser le frère du second) mais également de par sa profondeur. En effet, comme il est de coutume dans les écrits de l’auteure, les choses ne sont pas aussi noires ou blanches qu’il n’y paraît.
Lady Hero est la sœur du duc de Wakefield et a été éduquée toute sa vie pour être une bonne épouse dans les hautes sphères de la société. Splendide rousse au teint de porcelaine, elle ne laisse transparaître de ses émotions que peu de choses, se vouant aux attentes de sa famille et notamment de son grand frère. Faire un bon mariage est tout ce qu’on attend d’une femme de sa condition. Or, sa rencontre avec le frère de celui qu’elle doit épouser va lui révéler bien des facettes de sa personnalité dont elle ne risquait pas de soupçonner l’existence, devenant tour à tour amie et amante du débauché le plus connu de Londres.
Lord Reading lui apprendra à aimer et surtout à accepter cette part d’elle si longtemps refoulée, celle d’une femme sensuelle et désirable.

Bien sûr, le rôle de bienfaitrice de Lady Hero nous permet également d’avoir des nouvelles de Silence Hollingbrook, la sœur de Temperence, qui a repris les fonctions de celle-ci au sein de l’orphelinat familial. Le troisième tome lui est consacré, gageons que cet opus, à paraître en mai, nous réservera bien des surprises.

Troubles plaisirs ne fait que confirmer la qualité de cette nouvelle saga où l’intrigue bien menée se dispute à la puissance des émotions qu’elle dispense. À ne pas rater !

Les amants ensorcelés de Cynthia Cooke


Les amants ensorcelés
de Cynthia Cooke

Editions Harlequin
Collection Nocturne

Sortie le 1er mars 2012
Poche 
/ 688 pages / 6.27 €

Présentation de l'éditeur :

En suivant l’allée qui mène vers la demeure où elle a grandi, Laura sent l’appréhension la gagner. Sans ce message la suppliant de rentrer chez elle au plus vite, jamais elle ne serait revenue en Louisiane où personne ne l’attend, et où elle a failli périr noyée des années plus tôt. Hésitante, elle se décide pourtant à pousser la porte de la grande maison abandonnée et retient un cri de surprise. Car devant elle se tient Drew, son amour de jeunesse. Ténébreux, distant, il la dévisage comme si elle était une étrangère. Et tandis qu’elle cherche à sonder son regard où brûle une flamme étrange, une voix s’immisce en elle et lui ordonne de partir. De fuir au plus vite les sortilèges du bayou…

Avis de Lilif

Laura est orpheline, a tout oublié de son passé, il ne lui reste que quelques bribes de sa jeunesse, jusqu’au jour où elle reçoit un appel téléphonique des plus mystérieux l’invitant à venir à Lionesheart.
Notre héroïne a bien de la famille là-bas en Louisiane : les Larame, famille de cœur, sa mère avait épousé leur fils et celui-ci l’avait adopté.
Arrivée à la propriété de sa mère, nichée au milieu d’un bayou, elle rencontre Drew qui semble bien la connaître et Martha, la mère de ce dernier.
Lui aussi est revenu sur les terres de son enfance pour assister à une célébration pour ses 30 ans.
Drew souffre d’une malédiction, il voit les défunts, en particulier Paul le beau-père de Laura, mais voit aussi le futur des personnes dont la mort est proche.
Il percevra dès les premiers contacts avec Laura que celle-ci, en revenant sur les traces de son passé, risque sa vie. Il fera comme quand il était enfant, il veillera sur elle et essayera en vain de la pousser à regagner San Francisco.
Laura ressentira l’animosité des habitants de ce bourg des bords du Mississipi, elle devra faire face aux mises en garde effrayantes et nombreuses l’enjoignant à partir.
Notre héroïne bien déterminée à comprendre pourquoi Delhila, sa mère l’a abandonné vingt ans plus tôt plongera avec Drew au cœur des rites vaudou.
Les deux protagonistes finiront par admettre l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre et c’est finalement Laura qui sauvera Drew de sa terrible malédiction.
En dire plus serait vous en dévoiler trop sur ce récit.

Le suspense est omniprésent de la première à la dernière page, l’auteure réussit avec brio à nous embarquer dans l’histoire. On crierait presque à Laura de s’enfuir, on perçoit l’aura de mystère qui plane autour des personnages.
Si Drew peut agacer par sa difficulté à prendre une décision, on succombe très vite à son charme.
Laura, quant à elle est un personnage touchant par sa quête de vérité et sa détresse.

Les actions se suivent et s’enchaînent, le rythme est haletant, on ne s’ennuie à aucun moment, il en devient même difficile de s’arrêter de lire.

Avec une intrigue bien ficelée, cette histoire nous emporte sur les terres de Louisiane et ses traditions.

Un roman à découvrir !


La maison des Quatre-vents de Colette Vivier


La maison des Quatre-Vents 
de Colette Vivier

Éditions Casterman

Collection Les indispensables

Sortie le 8 février 2012
Format relié / 237 pages / 12,35 €


Présentation de l'éditeur :

Mais oui, la guerre va finir. Vous verrez, nous fêterons le prochain Noël tous ensemble. Oh! Nous mettrons les petits plats dans les grands ce jour-là !
Dans la maison des Quatre-Vents, l'occupation allemande se vit au jour le jour. La radio anglaise et les tickets de rationnement; les voisins que l'on
regarde de travers parce qu'ils profitent de la situation pour s'enrichir et ceux que l'on aide car on les sait menacés ; Papa, prisonnier en Allemagne, dont on attend les rares lettres avec impatience et ces rumeurs de débarquement qui bercent toute la maisonnée d'espoir...

Avis de Lilif

Nous sommes en 1943, 24 Rue des Quatre-vents à Paris. Nous allons suivre au jour le jour l'occupation allemande vécue par les habitants de l'immeuble.

Commençons par parler du héros principal : Michel.
Michel a 12 ans, il rêve de devenir un héros de la révolte afin de venger son père prisonnier de guerre. Il commencera par rédiger des tracts à l'aide de sa boîte d'imprimerie puis par la force des évènements, en aidant un des habitants de l'immeuble, Alain, maquisard en fuite, il se retrouvera au cœur de la résistance active de Paris.
Si au début il prenait la résistance comme un jeu, tout en prenant son rôle de « Pirates de la résistance » très au sérieux, après son interrogatoire à la Kommandantur il en comprendra les enjeux et il fera de son mieux pour protéger les gens qu'il aime tout en continuant à aider ses compatriotes.
Si Michel est incontestablement le héros, les autres habitants de l'immeuble ont eux aussi leur importance, chacun jouant son rôle dans la lutte contre l'ennemi.
Mme Sellier, la mère de Michel, accueillera Solange une petite vivant seule, aidera ses voisins juifs, les Moscots, à se cacher puis à s'échapper après leur dénonciation par les Gourre.
Nous avons aussi Mr Jean qui se fera arrêter pour protéger Alain recherché par les Allemands.
Et enfin Mme Queline la concierge et les vieilles filles, Alice et Marie.

Denis, le narrateur, est un ami de Michel, il raconte l'histoire avec l'insouciance d'un enfant de 12 ans, on s'y attache à notre petit héros, on craint pour sa vie, on sourit au regard qu'il porte sur la guerre.
Collette Vivier, l’auteure, a fait partie avec son mari Jean du réseau de résistance du Musée de l'homme, cette expérience nourrit le roman à tel point que l'on se pose la question : Serait-ce une histoire réelle ?
Des enfants ont vécu cette période, c'est indéniable, cette œuvre permet de ne pas l'oublier et, comme le dit Denis en préface : « C'était la guerre. Il ne faut plus que ce soit la guerre »

C'est un livre passionnant, écrit avec des mots d'enfants, parsemé des petites illustrations de Serge Bloch.
L'écriture est simple et fluide. Humour, action, suspense et émotion sont au rendez-vous de ce récit poignant.
Ce roman clairement destiné à un jeune public, pourra plaire à un public plus âgé.

Un livre à découvrir ou à redécouvrir, il a été publié pour la première fois en 1945 et a fait l'objet de nombreuses rééditions.