Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

vendredi 15 juillet 2011

Petits contes à régler : le cas Rubis C. de Gaël Bordet

Petits contes à régler : le cas Rubis C.
de Gaël Bordet


Éditions : Bayard

Collection : Millezime

Sortie le 17 février 2011
Format broché / 11,90€

Présentation de l'éditeur :

Depuis qu'ils ont été recrutés par le Cyclone, un organisme secret, Hector, Sybille, Helen et Jason ne sont plus tout à fait des adolescents comme les autres. Leurs missions? Infiltrer les mythes et les contes de fées afin d'enquêter sur des phénomènes étranges. Pour leur baptême du feu, le Cyclone les envoie dans la forêt de Fontainebleau. Ils y découvrent le corps inanimé de la célèbre Rubis C. Or, cet ensorcellement met en péril l'un des contes les plus populaires de Perrault, menaçant l'équilibre de notre propre réalité. La principale suspecte est identifiée : il s'agit de Pandora, un ex-agent, âgée de quinze ans qui s'est réfugiée dans les Royaumes de Perrault. Pour Hector et ses équipiers, le voyage ne sera pas de tout de tout repos... Attention, dans ce monde, la féerie peut devenir votre pire ennemie !

Avis de Chani
Pour maintenir l’ordre et l’équilibre dans les contes de fées, il existe une organisation secrète, Le Cyclone, qui recrute des adolescents (sans doute car ils gardent une part d’enfance en eux) ayant pour mission d’infiltrer les contes et d’influer sur les évènements et les personnes, afin de maintenir l’ensemble tel que nous le connaissons.
Cette fois, ils vont voler au secours de Rubis C. et s’immiscer dans les contes de Perrault où règne une Cendrillon despotique.

L’idée est attrayante, il faut l’avouer, et voir comment Gaël Bordet pouvait revisiter les contes de fées à sa manière était intéressant.
Malheureusement, le résultat n’est pas à la hauteur de mes attentes. L’auteur mêle contes et mythologie grecque, multiplie les personnages et les légendes, si bien qu’il m’a un peu perdue en cours de route, m’obligeant à revenir en arrière pour m’assurer de la bonne compréhension de l’histoire.
L’histoire en elle-même est originale et prenante (malgré quelques longueurs qui alourdissent inutilement le rythme), le style simple mais non dénué d’humour plaira aux plus jeunes. La narration manque parfois de liant, on passe d’une scène à l’autre sans transition, ce qui est assez déstabilisant. Les personnages sont à mon sens trop stéréotypés, tant dans leur construction que dans leur comportement au fil du livre.

Le cas Rubis C., malgré ses défauts, est dans l’ensemble un livre original et distrayant, il nous reste à espérer que l’auteur nous propose un deuxième tome aussi créatif mais plus abouti sur le plan rédactionnel.

Le livre sauvage de Juan Villoro


Le livre sauvage
de Juan Villoro

Bayard Jeunesse

Sortie en février 2011
Broché / 387 pages / 11,90€



Présentation éditeur :

Juan passe ses vacances d'été chez Tito, son vieil oncle excentrique qu'il connaît à peine. Il aurait préféré rester avec sa mère, mais elle a besoin d'être un peu seule pour se remettre de la séparation d'avec son père. Tito charge aussitôt Juan d'une mystérieuse mission : retrouver Le livre sauvage parmi les milliers d'ouvrages qui envahissent son immense maison. Il s'agirait d'un livre rebelle, qui ne cesse de se cacher et qui garde, entre ses pages, un secret destiné au seul lecteur capable de l'attraper. Juan prend d'autant plus à cœur sa mission que Catalina, la fille des pharmaciens voisins dont il est tombé très amoureux, lui vient en aide.

L'avis de Lila :

Ce récit original nous est conté par son auteur, Juan Villoro. C'est avec nostalgie et poésie qu'il nous parle de l'été de ses treize ans. Alors que ses parents sont en pleine séparation, le jeune Juan est envoyé chez son oncle Tito, vieil excentrique solitaire, qu'il connait à peine. Déjà fragilisé par l'éclatement de sa famille, le jeune garçon est peu enthousiaste à l'idée de partir seul chez un quasi inconnu, dans une vieille maison où les rangées de livres forment des labyrinthes dans lesquels on se perd facilement.
Et pourtant, il vivra chez Tito une aventure extraordinaire qui changera sa vie.

Ce roman s'adresse à un public jeune (à partir de 10 ans), mais il séduira également des lecteurs plus âgés. L'auteur évoque des moments intimes (le divorce de ses parents) sans jamais tomber dans la facilité ou le désespoir. Tout est décrit en nuance et douceur et on se reconnaitra aisément dans les réactions du jeune Juan qui voit sa mère perdre pied et sa vie bouleversée.
Ceci dit, le roman parle essentiellement de la quête de Juan pour retrouver ce fameux livre sauvage. Véritable quête initiatique, la recherche de ce roman espiègle conduira le jeune garçon sur des chemins inattendus où l'aventure et l'amitié prendront une place particulière. Il y apprendra également à aimer et respecter les livres.

Malgré une fin prévisible, ce roman se suit avec bonheur et intérêt. Véritable déclaration d'amour pour la lecture, il séduira les amateurs et donnera peut-être même envie aux réfractaires de se laisser gagner par ce monde magique. Les plus jeunes y suivront une épopée au milieu des livres, les plus grands y trouveront de nombreuses métaphores cachées dans les découvertes et les aventures de Juan.
Si vous ne savez pas pourquoi vous aimer autant lire, nul doute qu'après avoir lu ce roman, la raison vous semblera évidente.

Calliope de Tabitha King et Michael McDowell


Calliope
de Tabitha King et Michael McDowell

Éditions : Le livre de poche

Sortie en janvier 2011
Format poche / 574 pages / 7,50€


Présentation de l'éditeur :

Calliope a sept ans, elle adore son papa, self-made man audacieux à la tête d’un empire automobile en Alabama. Lorsqu’il est assassiné à La Nouvelle - Orléans, après avoir été affreusement torturé, par deux démentes obèses et à moitié demeurées, Calliope et sa mère doivent s’enfuir pour échapper à un complot monstrueux. Elles vont se réfugier au fin fond de la Floride, dans une pension de famille hors du temps, perdue au bout d’une lagune sauvage. Quel est cet endroit ? Qui sont vraiment leurs hôtesses, les pensionnaires et les étranges visiteurs qui se succèdent à Pensacola Beach ? D’où viennent ces voix que seule Calliope peut entendre, à la flamme des bougies, au cœur de la nuit ? Deux auteurs, un livre aussi original que terrifiant, bouleversant et poétique.

L'avis de Lila :

Calliope est un roman déroutant.
Avant toute chose, il faut préciser que si ce roman est réussi en bien des points, il souffre malgré lui du résumé proposé en 4ème de couverture et des attentes suscitées par celui-ci. En effet, si on cherche un roman terrifiant, comme le laisse penser le résumé, on sera forcément déçu. Calliope flirte avec aisance entre surnaturel et drame psychologique, mais ce n'est pas un livre qui vous fera trembler, point de monstres cachés sous le lit ou de sueurs froides en perspective.

Une fois assimilé ce point, qui joue énormément sur la façon dont est perçu ce roman, on peut évoquer le récit avec plus d'objectivité.

Calliope est le résultat de deux plumes, celle de Michael McDowell, disparu avant d'avoir pu achever ce livre, et celle de Tabitha King, Madame Stephen King à la ville. L'écriture est fluide et agréable, le talent de Tabitha King est indéniable. L'histoire est passionnante, même si elle souffre de quelques longueurs. Le résumé et le début du roman laisse présager un récit terrifiant, ce qui n'est pas le cas comme déjà évoqué, on peut donc vite s'ennuyer si on attend d'avoir peur. Mais si on se lance dans ce roman en ne cherchant rien d'autre qu'un drame psychologique sombre teinté de fantastique, alors on trouvera son bonheur sans le moindre doute.

L'histoire fourmille de bonnes idées, les personnages sont intrigants et Calliope est attachante. On a vraiment envie de comprendre comment et pourquoi le gentil papa de Calliope, brave homme sans histoire, s'est retrouvé assassiné dans des circonstances aussi illogiques et terrifiantes. Les personnages sont tous bien mystérieux et on s'interroge régulièrement sur leurs motivations et leurs actions. Heureusement, toutes les questions soulevées trouvent réponse à un moment ou l'autre du roman.

Calliope est un roman horrifique raté. Sans le moindre doute puisqu'il n'est pas horrifique pour deux sous. Et pourtant, c'est un livre qui mérite vraiment d'être lu, parce que s'il ne tient pas les promesses qu'on lui a prêté malgré lui, il n'en reste pas moins un roman captivant, vraiment très bien écrit et à l'ambiance surnaturelle très particulière. Le résumé dit qu'il s'agit d'un roman bouleversant et poétique, et ça, c'est totalement vrai.

Une très bonne surprise. Tabitha King est assurément un auteur à suivre.