Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 25 mai 2011

Voyage aux Ombres

Voyage aux Ombres
de Arleston/Alwett/Augustin

Editions Soleil 

Sortie le 25 mai 2011
Bande-dessinée / 13,50 €


Présentation de l'éditeur :

Tout le monde avait décidé que Dyssëry épouserait Phorée. Tout le monde, sauf Dyssëry. Pour échapper à sa nuit de noces, la belle opte donc pour l’ultime solution : se donner la mort ! La voilà passée dans le Val des Ombres, où les âmes des morts ont leur propres combats, mais sont aussi beaucoup plus libres que chez les vivants. Certes, Dyssëry devra affronter de sinistres dangers et des créatures infernales, mais elle pourra aussi devenir l’actrice qu’elle a toujours rêvé d’être !
Evidemment, tout cela c’était sans compter sur son opiniâtre, pour ne pas dire borné d’époux, qui entreprend d’aller la chercher au bout du monde et même au-delà. Car, que les choses soient claires, vivante ou morte, Dyssëry lui appartiendra !

Avis d'Asmodée

Pays de Darshan. Dyssëry n'aime pas Phorée, le plus riche artisan en soieries du village. Elle ne se résout à épouser ce dernier que sous la pression familiale. Son intérêt pour le théâtre et son audace d'avoir été une fois actrice font d'elle une débauchée aux yeux de son entourage. Dans une société inspirée par le modèle féodal Japonais, où le mari revendique une totale emprise sur son épouse, Phorée se voit encouragé à remettre Dyssëry "sur le droit chemin" afin de la rendre docile. Et qu'importent les moyens employés. Mais la jeune femme n'entend pas se laisser dominer par son époux et préfère mourir plutôt que subir une vie d'asservissement.

L'âme défunte de Dyssëry rejoint ainsi l'au-delà. Arrivée dans le Val des Ombres, toute une population macabre et fantastique va se révéler à elle : fantômes, vampires, momies, zombies… Résolue à vivre sa mort pleinement, Dyssëry va faire la connaissance de Zebl, un petit incube adorable mais obsédé. Ensemble, le duo part pour Tärtar, la ville capitale des Enfers, afin que Dyssëry puisse réaliser son rêve d'actrice. Mais son mari est bien décidé à la ramener par la force à la vie, dut-il pour cela poursuivre sa jeune femme jusqu'en Enfers.

La trame de Voyages aux Ombres se situe dans le monde de Troy. Cependant, inutile d'être familiarisé avec celui-ci pour profiter pleinement de sa lecture. En effet, l'histoire, scénarisée par Arleston et Alwett, avec Virginie Augustin aux dessins, se parcourt de façon parfaitement autonome. L'univers de cette bande-dessinée se veut très dense. Nous est présenté dans un premier temps le pays des Darshanides, où les codes du Shogunat se mêlent au folklore asiatique avec ses dragons et ses croyances. La particularité du pays de Darshan tient à rendre réel les dieux et religions en lesquels sa population voue un culte. L'héroïne fera ainsi l'expérience de la vie après la mort. Dans un premier temps, elle devra parvenir indemne jusqu'au Val des Ombres. Arrivée sur place, elle y expérimentera alors de curieuses rencontres. Les périls ne seront pas en reste, notamment avec le baron Fpyke, vampire de son état, sans parler des redoutables dévoreurs d'âmes.

Malgré les thèmes graves abordés en toile de fond, la condition de la femme et sa liberté à vivre l'existence souhaitée, Voyages aux Ombres n'en reste pas moins saupoudré d'humour. Celui-ci est d'ailleurs tout en nuances, tantôt subtils, d'autres fois plus directs. L'Incube Zebl, attentionné bien que pervers, contribue à cette touche de légèreté, tout comme le machisme outrancier de Phorée qui en devient risible. Outre son univers à l'imaginaire fertile, l'album est servi par des dessins fluides et lyriques. Parallèlement au côté aventure, cette esthétique soignée véhicule une omniprésente poésie. Une impression accentuée par de savoureux dialogues jouant sur les gammes du théâtral, mais flirtant aussi sur une sensibilité plus intime.

Une galerie de personnages divertissants, parmi lesquels se distingue une héroïne attachante, un périple en Enfers qui prend une tournure imprévisible, le tout porté par un graphisme tout en finesse… Voyages aux Ombres saura séduire les amateurs de BD et les accros d'imaginaires en général.






Clues, tome 2 : Dans l'ombre de l'Ennemi

  
            Clues, tome 2 : Dans l'ombre de l'Ennemi
                     Bande-dessinée - Mara

           Editions Akileos / Paru en mars 2010

           Grand format /couleurs / Prix : 14€


Présentation éditeur :
 
Londres, fin du XIXe siècle.
Désobéissant une fois encore à l'inspecteur Hawkins, Einily poursuit ses investigations pour découvrir les assassins de sa mère. Son enquête la conduit dans les pas des Red Arrows, lesquels semblent préparer une opération d'envergure. De chasseuse, Emily devient gibier...

Avis d'Asmodée

Dans l'ombre de l'ennemie débute là où s'était arrêté le précédent tome. Le suspens grimpe d'un cran dans ce deuxième volet de Clues, car l'étau des Red Arrows se resserre inexorablement autour d'Emily et de l'inspecteur Hawkins. Plus que jamais, et malgré son manque d'expérience, la jeune femme est le moteur qui fait avancer le duo d'enquêteurs. La menace promise par les membres des Red Arrows sur Londres gagne de l'ampleur, poussant Hawkins à vouloir se débarrasser de sa partenaire aussi obstinée que lui afin de la protéger.

Si certaines interrogations commencent ici à voir se profiler un début de réponse, d'autres font leur apparition, telle que le lien qui semble unir Emily et son partenaire désireux de l'écarter de l'affaire par tous les moyens. L'intrigue est donc prenante et bien ficelée. On perçoit la montée en puissance de la série. Les dessins sont magnifiques, imprégnés par le cachet si particulier du XIXe. Les personnages sont dotés d'une impressionnante palette d'expressions faciales, les costumes d'Emily sont superbes. On sent qu'il y a un important travail de documentation derrière, jusque dans les décors admirablement mis en valeur.

Le rythme de l'histoire se montre trépidant à certain moment, plus intimiste en d'autres circonstances, ce qui consolide la cohérence du récit et de ses personnages. Une touche d'humour savamment dosée est toujours présente, allégeant ainsi les passages plus tragiques. La fin de l'aventure se conclue par un redoutable cliffhanger, et l'attente de la suite sera une torture. Une esthétique raffinée, des péripéties haletantes… que demander de plus ? Un carnet présentant les croquis de l'auteure ? C'est le cas, l'album à la mise en page soignée en contient un, tout comme dans le premier opus. Le deuxième album de Clues confirme donc la bonne impression du premier opus. Sa place dans toute bédéthèque digne de ce nom est fortement conseillée.

Clues, tome 1 : Sur les traces du passé



Clues, tome 1 : Sur les traces du passé
Bande-dessinée - Mara

Editions Akileos 

Sortie en juin 2008
Grand format /couleurs / Prix : 14€


Présentation éditeur :
 
Londres, fin du XIXe siècle. Emily, jeune fille d'une vingtaine d'années, parvient à intégrer le service du célèbre inspecteur Hawkins. En accompagnant celui-ci sur l'une de ses enquêtes, elle met la main sur des indices qui pourraient avoir un rapport avec la mort de sa mère décédée tragiquement alors qu'elle était enfant.

Asmodée

Sur les traces du passé nous introduit sans temps mort dans le contexte Belle Époque de la série Clues. Ce premier album pose beaucoup de questions destinées à trouver des réponses dans les volumes suivants, au fur et à mesure que l'intrigue se développera. Qui était réellement la mère d'Emily ? Quel genre de menace représente le gang des Red Arrows, une organisation criminelle très influente ? La jeune héroïne parviendra-t-elle à se faire accepter par le bourru et austère Hawkins ?

Clues est une bande-dessinée imprégnée par une atmosphère policière typique de la fin XIXe, avec un environnement fidèlement retranscrit. Les dessins évoquant le style des films d'animations sont détaillés, les somptueux décors côtoient une exactitude dans les costumes et les mœurs de l'époque. À propos de ces dernières, Emily fait son possible pour s'intégrer dans les services de Scotland Yard, un milieu en majorité masculin. Parallèlement, les voix des premières revendications féministes s'élèvent dans les rues de Londres.

Ses qualités artistiques et scénaristiques rendent ce premier volume très agréable à lire. Bien qu'innocente par certains côtés, Emily cristallise l'image de l'héroïne pleine de ressource et volontaire. Le duo qu'elle forme avec Hawkins, un inspecteur sans illusion et sévère, ne manque pas de jouer sur les contrastes de leurs caractères respectifs.

Avec une recherche cinématographique dans le découpage des planches, Mara prodigue tour à tour de l'humour, des sentiments, du mystère et de l'action au sein d'une histoire originale et accessible. Une lecture vivement recommandée aux amoureux d'enquêtes à la Sherlock Holmes et à tous ceux qui apprécient les belles bandes-dessinées.