Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 5 avril 2011

Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti de Judy Blundell


Ce que j'ai vu et pourquoi j'ai menti
de Judy Blundell

Editions Gallimard Jeunesse

Sortie le 3 février 2011
Poche / 336 pages / 6,70 €


Présentation de l'éditeur :

Installée précipitamment en Floride avec sa mère et son beau-père, un ancien GI, la jeune Evie tombe amoureuse de l'énigmatique Peter. Sa vie bascule lorsqu'elle découvre qu'elle est entourée de mensonges... Toute en nuances, cette intrigue policière dans une ambiance euphorique propre à l'époque fait la part belle au difficile passage à l'âge adulte.


Avis de Chani

Nous sommes en 1947. Evie vit à Brooklyn avec sa mère et son beau-père Joe, ancien soldat reconverti dans la vente d’électroménager. Après un mystérieux coup de téléphone, Joe décide d’emmener sa famille passer quelques jours de vacances en Floride, à Palm Beach. 

Les voilà arrivés à l’hôtel Mirage, quasi désert car la période touristique n’est pas encore commencée. Dans la chaleur moite et étouffante de ce mois de septembre, Evie va voir sa vie complètement bouleversée.

Après un début assez lent qui installe merveilleusement bien le lecteur dans l’ambiance de cet hôtel fantôme sous une chaleur accablante, l’intrigue se met en place. Les personnages sont attachants et plus complexes qu’ils n’y paraissaient au départ, et de doutes en rebondissements on ne peut plus lâcher le livre. Le dénouement est assez ouvert, et chacun sera libre de se mettre à la place d’Evie et d’écrire la fin de son histoire telle qu’il le souhaite, et j’aime assez cette idée.

Dans cette ambiance d’après guerre où tout redevient possible et où le futur ne peut que promettre des jours meilleurs, « Ce que j’ai vu et pourquoi j’ai menti » c’est d’abord un livre sur le passage à l’âge adulte, avec son lot de désillusions et de douleur.

C’est aussi un roman qui aborde les sujets sensibles et tabous de cette Amérique victorieuse, porteuse de tant d’espoirs et ayant en même temps un côté obscur portant la marque du mensonge et du racisme. 

Judy Blundell propose un roman fort et envoutant, qui malgré l’impression de douceur et d’optimisme du départ vous laissera à la fin un petit arrière goût d’amertume.




Diables & Vampires


Diables & Vampires
De Sophie Lefay, Maguy Ly et Nicole Masson

Éditions du Chêne
Collection : Esprit XVIIIe

 
Sortie le 16 mars 2011
Relié / 240 pages / 15 €

 
Présentation de l’éditeur :

La collection Esprit XVIIIe, précieuse et légère, donne à lire des textes plaisants et variés reflétant le délicat raffinement du Siècle des lumières.
À cette époque, on peut s’étonner de voir encore autant de récits relatant surgissements de revenants, apparitions diaboliques ou procès en sorcellerie. Les superstitions sont bien ancrées, le merveilleux et l’horrible se conjuguent pour alimenter l’imagination.
C’est à la fin du XVIIIe siècle qu’apparaissent les fameuses légendes autour des vampires grecs, moldaves ou hongrois qui donneront plus tard naissance aux mythes de Dracula et de Nosferatu. Heureusement les philosophes raisonnent, les encyclopédistes défont les supercheries, Voltaire veille et ironise…
Sophie Lefay, Maguy Ly et Nicole Masson ont recueilli témoignages, dissertations farfelues et articles critiques pour présenter une joyeuse galerie de diables, démons, sylphes et gnomes, sans oublier les incubes et succubes. Les remarques acerbes ou tout simplement rationnelles des philosophes font ici contrepoint à l’obscurantisme et aux ténèbres.
 

L’avis de Lila : 

Difficile d'aborder cet ouvrage sans parler de son esthétisme. La couverture est épaisse, douce au toucher, ornée de reliures dorées, les finitions sont soignées et malgré sa petite taille, on ne voit que lui !
On l'ouvre alors, pour constater que l'extérieur est au moins aussi agréable à la vue que l'intérieur, ce qui n'est pas peu dire. Le papier est de qualité, la calligraphie élégante et les illustrations, toutes plus étonnantes et superbes les unes que les autres, nous plongent avec délice dans ces textes anciens.

Abordons à présent le contenu. La collection Esprit XVIIIe se veut "précieuse et légère, donnant à lire des textes plaisants et variés reflétant le délicat raffinement du Siècle des lumières", et c'est exactement ce que nous offre ce recueil.
C'est avec ravissement et surprise que l'on parcoure ces différents textes, assortis d'illustrations les mettant en valeur. On retrouve avec plaisir des extraits de divers ouvrages, allant de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert au Dictionnaire Infernal.
A travers ces textes, nous découvrons des témoignages du XVIIIe siècle concernant le diable, les sorcières, la possession, les vampires, et bien d'autres thèmes encore. Si certains textes nous font sourire par leur analyse des événements (les connaissances de cette époque n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui), d'autres nous frappent par leur pertinence et leur bon sens.

Cet ouvrage est à la fois surprenant, amusant, passionnant et instructif.

Il est également agréable et étrangement reposant de parcourir ces textes rédigés dans un langage soutenu, ajoutant encore à l'élégance et au raffinement de ce livre.

Ce recueil est une réelle douceur pour l'esprit, aussi beau à regarder et agréable à prendre en main que passionnant à lire.
Il me tarde de me procurer les autres ouvrages de cette surprenante collection.

Envoutement, Tome 3 : Emprise de Carrie Jones


Emprise, Tome 3
de Carrie Jones


Editions City

Sortie le 2 février 2011
Format Broché / Prix 17,90€



Présentation de l'éditeur

Zara et Nick sont faits l'un pour l'autre, de véritables âmes soeurs qui veulent pouvoir s'aimer. Pour toujours. Mais Nick a été emporté au Walhalla par une Walkyrie... Pour tenter de sauver son bien-aimé, Zara a accepté de se transformer en lutin, elle est prête à surmonter toutes les épreuves, à faire tous les sacrifices. Pour ne rien arranger, des créatures malfaisantes continuent de s'en prendre aux adolescents de Bedford. Il faut donc absolument retrouver rapidement Nick, le seul qui soit assez puissant pour mettre fin à ces terrifiantes agressions. Mais chaque fois que Zara et ses amis semblent sur le point de réussir, ils affrontent une nouvelle épreuve et découvrent de nouveaux ennemis... Réussiront-ils à retrouver Nick à temps ? Et quel rôle joue le séduisant Astley, qui appartient à la race de ceux que Nick a toujours combattus ?


Avis de Scende

Il m'a été très difficile de rentrer directement dans l'histoire de Zara pour ce troisième tome. L'attente entre le précédent et celui-ci a été plutôt longue et j'avoue avoir oublié certains points de l'histoire. Toutefois, passé ce moment de confusion, les actions des personnages nous plongent pleinement dans le récit et c'est un réel plaisir.

Dans les tomes précédents, nous avions constaté la mort de Nick, le petit ami de Zara, enlevé par une Walkirie, destination le Walhalla. Dans cet opus, l'héroïne va mettre tout son temps et ses efforts dans sa quête pour le retrouver. Et l'un de ces sacrifices consiste en sa métamorphose en lutin, avec l'aide de son roi Astley. Malgré leur temps déjà pleinement occupé, Zara et ses amis vont devoir faire face à la menace de plus en plus importante que présentent les lutins. Une guerre sans précédent est en train de voir le jour et les hommes comme les lutins et les dieux vont s'y trouver mêlés. Astley, Zara, Devyn, Issie et Cassidy vont se retrouver embarqués dans la recherche de Nick et la lutte pour la survie des villageois de Bedford. La ville vit dans une terreur inexpliquée et voit nombre de ses adolescents disparaître petit à petit.

L'idée centrale du second livre de la saga est encore présente ici. Nous avions constaté que Zara avait des difficultés à accepter ce qu'elle est, et sa métamorphose, ses responsabilités de reine auprès des lutins et sa relation naissante avec Astley lui imposent de nombreux questionnements. Elle ne cesse de se chercher et malgré l'aide du roi des lutins, elle n'ose se faire confiance.
Les deux lutins passent tout leur temps ensemble dans cet opus, et nous sommes témoins de l'affection grandissante d'Astley pour sa reine. Ce début de romance est un point agréable dans le déroulement de l'histoire et met en place une relation triangulaire qui verra certainement le jour dans le prochain livre.

Leur relation en est toutefois à ses débuts et cela nous permet de mieux connaître Astley, sa famille et le pourquoi de cette guerre. Le passé du lutin refait surface en même temps que la mère de ce dernier et nous apprenons que sa famille est au cœur même de la guerre qui se prépare. Les états d'âme du lutin le rendent fort sympathique et on a tendance à fortement s'attacher à lui.

La transformation de Zara, son inquiétude pour les humains, Nick et ses responsabilités de reine : ces quatre points sont des thèmes récurrents tout au long des chapitres et cela donne un sentiment d'exagération auprès du lecteur. On a envie de secouer l'héroïne afin qu'elle s'apitoie moins sur elle-même et qu'elle soit plus adulte face au danger qui met la vie de ses amis en péril.
Un autre petit point négatif à la lecture des derniers chapitres : le combat entre Zara et Franck, le vilain lutin, n'est pas assez exploité, nous aurions aimé plus de détails. Ce manque donne une impression de rapidité et de facilité alors que Zara a certainement dû avoir de grandes difficultés à gagner son combat.

Mais dans l'ensemble, la lecture est très agréable et retrouver tous les copains de Zara avec leur caractère propre nous replonge rapidement dans le monde de Bedford. Doucement, l'intrigue se met en place et les éléments sont distillés petit à petit tout au long de l'histoire. Le livre n'est pas un condensé d'actions car il est destiné à un public jeune et cela nous va très bien. Les personnages sont touchants et leurs tâtonnements nous entraînent avec eux vers cette guerre qu'ils n'ont pas voulue. Il ne nous reste plus qu'a patienter jusqu'à la sortie du prochain livre...!