Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 30 août 2011

C'est un livre


C'est un livre
de Lane Smith

Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 3 mars 2011
Album / 40 pages / 11 €


Présentation de l'éditeur :

Ca envoie des textos ?
Non... C'est un livre.

Il y a un code d'accès ?
Ca se recharge ?
Non... C'est un livre.



Avis de Scende :


C’est un livre part de pas grand-chose pour nous faire tourner la tête : un singe, un âne et une souris, un ordinateur et plus important : un livre. Et tous ces protagonistes vont faire de ce livre une merveille !

L’âne se ballade partout avec son ordinateur. Le singe, lui, emporte plutôt un livre. Et la rencontre des deux personnages va donner un dialogue sympathique au possible : ici pas de guerre entre technologie et papier. L’âne découvre cet objet : ça envoie des textos ? Comment on fait défiler le texte ? NON, c’est un livre. Et pourtant, il va se plonger dans sa lecture avec plaisir.


À l’ère du tout numérique, C’est un livre de Lane Smith donne un souffle de fraîcheur ! Ordinateurs, consoles, tablettes numériques, téléphones portables… sont notre lot quotidien. Mais où se situe le livre, là-dedans ? Cet objet est archaïque : il ne fait pas de bruit, ne clignote pas, il faut tourner ses pages à la main, sans même le recharger…

Lane Smith fait l’éloge de ce bel objet à travers un graphisme beau comme tout, et c’est un vrai plaisir de tourner les pages de cet album !
À travers les questions de ce geek d’âne, qui ne connaît rien d’autre que la technologie, Lane Smith montre une réalité de plus en plus présente : les consoles, les ordinateurs et autres objets numériques tendent à remplacer le livre… Et pourtant… ! Encore bien présent, le livre est une source de plaisirs sans commune valeur : action, aventures, passion et enquêtes montrent une diversité importante !

Grand hommage à l’objet livre, cet album saura ravir petits et grands… Difficile, devant les répliques et les questionnements de notre ami âne de ne pas sourire ou même rire, alors je vous invite à tourner ses pages (À la main : non, le texte ne défile pas ! C’est un livre. ) et à apprécier le trait de crayon de son auteur !

lundi 29 août 2011

Les chevaliers des ténèbres tome 3 : Les amants de l'ombre de Lisa Renée Jones


Les chevaliers des ténèbres 
Tome 3 : Les amants de l'ombre
de Lisa Renée Jones

Éditions Harlequin
Collection Nocturne

Sortie le 1er avril 2011 / Poche / Prix 5,20€



Présentation de l'éditeur

Épouvantée, le cœur battant à tout rompre, Sarah Meyer s'arrache brutalement à l'étreinte de Max... Se peut-il qu'elle ait repéré la présence d'un démon chez celui en qui elle croyait avoir trouvé l'âme sœur ? Comment a-t-elle pu se laisser piéger ainsi, elle qui, grâce à un don de prescience extraordinaire, sait depuis toujours reconnaître et traquer les bêtes de l'enfer ?

Déchirée entre la réalité terrifiante de sa vision et l'irrésistible attirance que Max exerce sur elle, Sarah pourtant ne s'enfuit pas. Car elle sent au plus profond d'elle-même que son destin est auprès de cet homme dont la force et la beauté altière l'ont séduite dès le premier regard. Et elle veut croire que leur amour sera assez fort pour triompher du monstre qui l'habite.

L'avis de Lila

Pour commencer, précisons que la lecture de ce roman est possible même sans connaître les précédents tomes, l'auteure ayant pris soin de donner toutes les informations nécessaires à la compréhension du récit.

Sarah traque les fantômes et autres manifestations surnaturelles avec son équipe. Issue d'une longue lignée de médiums, la jeune femme mène une existence solitaire depuis le décès de ses parents dans des circonstances dramatiques. De son côté, Max est un chevalier blanc qui est mis à l'épreuve après avoir commis une faute. Nos deux héros se rencontrent dans une petite ville où se produisent d'étranges phénomènes paranormaux, ils devront rapidement faire équipe pour résoudre cette affaire.

L'action commence dès le début du roman, de même que l’attirance entre Max et Sarah. Le roman se lit facilement, l'intrigue est intéressante et on a très envie d'en connaître la fin. Les personnages sont sympathiques également, tout comme leur histoire d'amour. On pourra cependant se lasser en cours de lecture de voir les héros tourner en boucle sur leurs traumatismes respectifs, une fois qu'on a bien saisi ce qui les bloquait chacun de leur côté, les voir répéter encore et encore les mêmes choses (tout en sachant évidemment comment ça va se terminer pour eux) peut vite agacer. Mais malgré tout, on prend plaisir à lire ce livre.

Un bon petit roman à lire pour se vider la tête avant la rentrée.

samedi 27 août 2011

Wicca, Tome 2 : Le danger

Wicca
Tome 2 : Le danger
de Cate Tiernan


Editions Hachette Jeunesse
Collection Balck Moon

Sortie le 6 juillet 2011
Prix 17€


Présentation de l'éditeur

Morgan est désormais une sorcière de sang accomplie, dotée d’un puissant pouvoir. Après l’affrontement entre Cal et Hunter auquel elle a participé, elle se sent en danger. Elle a poussé le corps de Hunter dans le fleuve pour protéger Cal, et son corps n’a jamais été retrouvé. Quand Sky, la cousine de Hunter, se met à la surveiller de près, et que Selene, la mère de Cal, se fait de plus en plus intrusive, Morgan comprend qu'elle doit plus que jamais rester sur ses gardes. D’autant que sa relation avec Cal prend un tournant qu’elle n’avait pas prévu. Elle ne le reconnaît plus.


Avis de Kamana

Un deuxième tome captivant, intense. La série prend un rythme plus soutenu, l'action s'accélère.

Jusqu'à maintenant la Wicca était nimbée de beauté, de douceur, synonyme de communion avec les éléments, et même si nous connaissions l'existence du côté obscur, c'était une notion susurrée comme un interdit, un tabou. Et bien dans cette suite, les choses s'accélèrent, les ennemis montrent leur vrai visage, sortant de l'ombre emplis de pouvoirs terribles et maléfiques.

Quel plaisir de retrouver notre jeune sorcière Morgan. Nous l'avions quittée alors qu'elle se trouvait dans une situation douloureuse : pour sauver Cal, elle a été forcée de pousser Hunter dans le fleuve. Est-il mort ? Devra-t-elle vivre avec le poids de la culpabilité ? Cet événement la bouleverse, mais l'éloigne aussi un peu de Cal qui d'ailleurs devient des plus étranges. Depuis qu'elle a retrouvé les outils de Maeve, Selene et son fils sont devenus très entreprenants, voulant à tout prix les voir et s'en servir. Une méfiance due à l'instinct mais aussi insufflée par son amie Alyce, la vendeuse de Magye Pratique, pousse Morgan à se lier avec ses outils mais aussi à les cacher. Ça ne va pas être du goût de tout le monde...

Tout s'accélère, les relations évoluent, les amis devenant ennemis et vice et versa. Comme le prône la Wicca, toute chose née, vit, meurt et renait comme un nouveau départ. Il va en être de même pour notre sorcière et tous ses amis, chacun connaîtra un changement majeur dans sa vie. Prenons Morgan par exemple, sa candeur agace son entourage car même trahie, elle continue à voir le bon en chacun. Il lui en faudra beaucoup pour ouvrir les yeux et se confronter à la vraie nature des gens qui l'entourent. La douleur sera terrible faisant naître en elle l'incompréhension et surtout la colère.
Elle commence d'autre part à maîtriser de mieux en mieux ses pouvoirs, et même si la plupart du temps elle les utilise de façon intuitive, la force de ses ancêtres coule en elle, lui parle, lui permettant de mieux les dompter. Face à tant de Magye, une peur s'insinue, étant une Woodbane, ne sera-t-elle pas tentée de pencher vers le côté obscur vu l'intensité de sa colère ?

Un tome riche, où l'auteure a su surprendre car même si on s'attendait à certains événements, d'autres nous prennent de court pour notre plus grand plaisir. Cate Tiernan façonne le personnage de Morgan avec intelligence, ne tombant pas dans les clichés de la jeune adulte naïve, agaçante voire stupide tout le long de la série. Morgan encaisse, pleure mais assume et en ressort grandie. Une plume rythmée, harmonieuse et dynamique, accompagnée d'une trame orchestrée avec soin, font de ce roman un très bon livre pour les amateurs de Young Adult.

En finissant ce tome j'ai très envie de lire la suite, d'ailleurs le troisième opus sortira chez nos libraires le 21 septembre 2011 sous l'intitulé Wicca Tome 3 - L’appel. À suivre donc très bientôt...

vendredi 26 août 2011

Birth Marked, tome 2 : Bannie


Birth Marked
Tome 2 : Bannie


de Caragh M. O'briem
Éditions Mango


Sortie le 10 novembre 2011
Format Relié / Pages 400 / Prix 18€



Présentation de l'éditeur :

Gaia a quitté l'Enclave, fuyant ses lois injustes et sa répression cruelle, pour partir à la recherche de sa grand-mère dans la Forêt Morte. Mais la société qu'elle y découvre est bien loin de l'utopie à laquelle elle s'attendait. Les femmes y dictent leur loi, en particulier Olivia, la Matriarche, et toutes les relations y sont régies par des règles strictes. À peine la jeune fille est-elle arrivée qu'on lui enlève Maya, sa petite soeur et désormais unique famille. Gaia devra une nouvelle fois puiser au plus profond d'elle-même pour renverser la hiérarchie et briser les interdits. 


Avis de Scende :

Les aventures de Gaia se poursuivent dans ce second opus qui ne manque pas de rebondissements.
Après avoir fui l’Enclave avec sa sœur Maya grâce à l’aide de Léon Grey et rejoint Whafton, la jeune femme a ensuite pris la route du désert en direction de ce que l’on appelle la Forêt Morte. Souhaitant retrouver sa grand-mère et échapper aux gardes de l’Enclave, elle traverse de rudes épreuves. Mais Maya, nourrisson, ne tient pas le coup et dépéri à vu d’œil. Par chance, un jeune Ranger du nom de Chardo Peter la trouve et l’emmène à Zile, son village. Loin d’être finis, les déboires de la jeune femme ne font que commencer dans cette partie du monde et il lui faudra un courage énorme pour survivre et s’adapter à sa nouvelle vie.

Caragh M. O’Brien nous livre ici, encore une fois, un roman de toute beauté. Dans la continuité du premier opus, ce second tome nous dévoile une Gaia forte et pleine d’assurance qui ne se laisse pas faire. Sûre de son bon droit, la jeune fille va user de toute son intelligence pour survivre dans ce nouvel univers hostile.

Le style de l’auteur reste doux et simple, et la lecture est très appréciée. Il détaille de manière intéressante ses personnages et cette part d’ombre sur chacun nous invite à nous poser de nombreuses questions, à nous pencher sur eux afin de mieux les connaître.
Quelques nouveaux personnages : La Matriarche de Zile, emprunte d’une autorité suprême sur cette ville ; elle gère sa tâche d’une main de fer et sait se montrer intraitable. Gaia fait également de nouvelles connaissances : outre ses amies, elle va rencontrer deux garçons, Chardo Peter et Chardo Will qui se montreront fort aimables. Et bien sûr nous retrouvons ici un Léon qui aura bien changé…

Un livre dans la lignée du premier, donc, et Gaia nous charme toujours par sa fraîcheur et sa combativité !


Avis de Pauline :

Gaia a laissé derrière elle l’Enclave pour fuir vers la Forêt Morte, le mythe de la liberté qu’elle espère cependant bien atteindre. Sa sœur Maya, qui n’est qu’un nourrisson de quelques jours, a beaucoup de mal à supporter un tel voyage, malgré les soins prodigués par la jeune femme. Elles sont toutes les deux à bout de forces quand un jeune homme, Peter Chardo, les sauve in extremis et leur permet de rejoindre Zile, le village de leur salut. Mais Zile ne semble pas le paradis que Gaia imaginait. Le village est sous la coupelle d’une matriarche prête à tout pour faire respecter les règles qu’elle a dicté, les hommes s’y font très rares et n’ont aucun pouvoir, les nouveaux venus souffrent d’un mystérieux mal d’acclimatation, alors que ceux qui essayent de quitter la ville périssent… En fuyant l’Enclave pour Zile Gaia a-t-elle vraiment pris la bonne décision ? Laisser Léon derrière elle en valait-il vraiment la peine ?

L’auteur, Caragh M. O’Brien continue à nous captiver avec cette saga. L’écriture y est toujours aussi fluide et agréable et nous décrit cette fois-ci l’adaptation de notre héroïne à cette nouvelle ville et le combat qu’elle mène pour garder son intégrité. Gaia évolue beaucoup et son ingéniosité lui permet de faire face à bien des situations déroutantes. Ayant laissé derrière elle, Léon et avec lui son amour naissant, elle va cependant attirer l’attention de deux frères, dont la rencontre lui est plutôt agréable dans cette ville qui est loin de lui être amical.

Le début de ce second tome est donc très prometteur et c’est avec une immense impatience que la suite va se faire attendre.



Rage de dents

Rage de Dents (Maeve Regan, #1)Rage de dents
de Marika Gallman
Les Editions du Petit Caveau
Sortie en août 2011



RESUME:

Avant, ma vie était simple : l’université si j’en avais envie, les hommes quand j’en avais envie. Et je n’avais aucun problème qu’un barman ne puisse m’aider à résoudre. Ça, c’était avant qu’on essaie de me kidnapper.

Aujourd’hui, tout semble être fait pour me foutre en rogne.

Petit 1 : j’apprends que ma famille n’est pas ce qu’elle semble être.
Petit 2 : l’homme qui m’a élevée me ment sans vergogne.
Petit 3 : des types douteux me poursuivent.
Et petit 4 : il semblerait que je ne sois pas tout à fait humaine…

Ah, j’oubliais ! Mon seul allié dans ce merdier est un vampire charismatique dont le passe-temps favori est de me martyriser en me rappelant à quel point je ne suis pas si différente de lui.

Quand je vous dis qu’il y a de quoi s’énerver…

Dans ce récit moderne bourré d’action, Marika Gallman nous fait découvrir son héroïne décapante : Maeve Regan. Un roman qui vous surprendra par ses retournements de situation et son humour mordant !

Extrait


Avis de Kamana

Une grande claque ! Je me suis prise une énorme gifle. Ce livre est une bombe, son héroïne de la nitroglycérine à manier avec douceur et précaution à moins de ne vouloir qu’elle explose. Si vous la bousculez, ne vous étonnez pas des conséquences !

Un premier tome époustouflant où tous les ingrédients de la littérature dite « bit-lit » sont réunis : narration à la première personne, imaginaire, suspense, humour, sensualité et surtout, surtout une héroïne casse-couille, au tempérament de feu et à la langue bien pendue. Marika Gallman a réussi le pari haut la main pour ce premier roman. Simple, première page, vingt-neuf lignes et… j’étais déjà fan. Une écriture sans accro, dynamique, directe, crue parfois, grossière souvent mais qui colle si bien à son personnage que tout passe.

Maeve Regan apprend qu’elle n’est pas humaine. Mi-vampire, mi-mage, avec le poids d’une prophétie sombre sur le dos, le quotidien de la jeune femme va virer au cauchemar. Déjà dotée d’un tempérament endiablé d’habitude, l’annonce de ses origines ne va pas se faire sans mal. Entre la trahison, les mensonges, les non-dits de son grand-père et une horde de vampires à ses trousses qui veulent sa mort, il y de quoi être sur les nerfs. Ajoutez à cela des descendances magiques et vampiriques et du coup des pouvoirs non contrôlés, vous serez face à un cocktail détonnant. D’ailleurs ses amis récolteront les éclats, il ne fallait pas amorcer la bombe aussi !!

Maeve nous apparait comme une jeune femme hargneuse, colérique, et vulgaire aussi bien au niveau du vocabulaire que pour ses envies sexuelles. Femme facile, aux hormones en ébullition, mais en grattant la surface, sous cette carapace de mépris, nous trouvons un être ultra sensible, qui pour se protéger attaque la première, et qui recherche un peu d’attention masculine. La rencontre avec Lukas dans une boîte de nuit sera des plus intenses et des plus drôles aussi. Entre réparties cinglantes, corps à corps sous haute tension (et pour savoir si je parle de sexe, vous n’aurez qu’à lire le livre !!!) nous ne nous ennuierons pas une seule seconde.

Coté personnages, vous allez les adorer ou les détester. Et généralement c’est là qu’on reconnait les bons récits, quand on en vient à vouloir être en face de la personne pour lui mettre des claques, c’est que l’auteure sait y faire. Entre un grand-père laconique et mystérieux, un indien géant, sorte de télétubbies (comme aime à le surnommer Maeve), Lukas si délicieusement sexy, ses amis Elliot et Brianne et la supra agaçante mais parfaite Tara, voilà un panel de protagonistes à la fois si différents et si riches mais qui font aussi toute la force de l’histoire.

L’insertion des créatures fantastiques est bien amenée, avec une vision tout à fait accrocheuse et personnelle aussi bien pour la magie que pour le côté vampirique. Nous restons quand même sur notre faim, avides d’en savoir plus sur les ancêtres de Maeve mais aussi sur la nature exacte des suceurs de sang. Un beau tour de force que de distiller les informations avec parcimonie tout en tenant en haleine le lecteur !

Voilà vous l’avez compris, j’ai adoré ce premier tome qui appelle le second à grands cris. Un roman bit-lit français des plus réussis à lire d’urgence.

Je tiens à remercier les éditions du Petit Caveau ainsi que l’auteure pour ce roman. Marika Gallman, merci pour ce voyage.

mardi 23 août 2011

Duel sur la lande de Rebecca Brandewyne


Duel sur la lande
 de Rebecca Brandewyne

Edition J'ai Lu
Collection Aventures et Passion

Sortie le 13 juillet 2011
Poche / 311 pages / 6,50 €


Présentation de l'éditeur :


Cruelle injustice! Depuis toujours, Laura Prescott est promise à son impétueux cousin, Christopher Chandler, mais son coeur, lui, appartient à son jeune frère, Nicholas, qui lui promet un amour éternel. Un jour, pourtant, elle comprend les véritables sentiments de ce dernier. Emportée par le chagrin et la colère, elle commet alors l'irréparable. 'Ihndis que leurs familles se déchirent sous la violence des rivalités et des passions, Laura, brisée par la culpabilité, doit affronter son destin aux côtés de Christopher.


Avis de Scende :

Laura, dès sa prime jeunesse, est fiancée par ses parents à son cousin Christopher. Mais des deux frères, c’est Nicholas que son cœur a choisi. Et au fil des ans, ses sentiments pour le garçon ne font que se renforcer. Laura grandi et elle entame sa première saison dans le monde. Toujours séduite par Nicholas, elle accepte de le suivre et cède à ses avances. Toutefois, comprenant qu’il souhaite aller plus loin, Laura tente de le repousser. Le jeu du chat et de la souris commence alors pour les deux jeunes gens. Ils vont se chercher l’un l’autre, malgré les recommandations de la sœur du jeune homme qui exhorte Laura à ne pas prendre ce chemin. Impulsive, la jeune femme préfère suivre son cœur et embrasse Nicholas lors de la traditionnelle ouverture de la chasse. Mais Christopher les surprend. Quelle n’est pas sa colère ! Passif dans un premier temps, il décide alors de conquérir le cœur de sa dulcinée et de la protéger de son coquin de frère. Un triangle amoureux va alors se mettre en place, chacun désirant la belle pour son compte…

Si le style de l’auteur surprend au premier abord, on s’y habitue très vite et l’histoire devient intéressante. L’entrée en matière quelque peu longue et emplie de descriptions et le style de l’auteur, que l’on trouve plus souvent dans les romans du terroir que dans la littérature sentimentale – première personne, description de scènes d’enfance… – tendent à rebuter le lecteur lors d’une première approche du roman. Toutefois, ces scènes largement décrites passées, l’action est présente et le livre se lit de manière agréable.

Les personnages sont bien construits et sympathiques, mais malgré la profusion de détails, il me semble que le caractère de l’héroïne aurait pu être plus poussé. Elle me paraît un peu fade, même si le nombre d’ « aventures » à son actif est plutôt élevé.

Le thème du triangle amoureux est inhérent à la lecture sentimentale et on le retrouve dans de très nombreux romans. Cette profusion demande donc de la part de l’auteur l’écriture d’une histoire qui se démarque. Ici, ce n’est pas le cas : on retrouve la rivalité entre deux frères, les bagarres, la séduction de la belle, les duels… Des thèmes très souvent repris qui méritent un souffle de fraîcheur.

Cependant, malgré quelques petites faiblesses, il n’en demeure pas moins un bon roman, un peu sombre, certes, mais qui touchera les amoureux du genre.


Bal de givre à New York de Fabrice Colin




Bal de givre à New York
de Fabrice Colin


Éditions Albin Michel


Sortie le 5 janvier 2011
Sortie au Québec : février 2011
Grand Format / Prix 13,50€




Présentation éditeur

Anna Claramond ne se souvient plus de rien.
Seul son nom lui est familier. La ville autour d’elle est blanche, belle, irréelle. Presque malgré elle, la jeune fille accepte les assiduités du beau Wynter, l’héritier d’une puissante dynastie. Bal de rêve et cadeaux somptueux se succèdent avec lui mais Anna sent que quelque chose ne va pas. Qu’elle est en danger. De plus, des indices et des messages sont semés à son attention par l’insaisissable Masque, un fugitif recherché.
Qui est son ennemi, qui est son ami ? Anna sait qu’elle doit se souvenir. Mais que lui réservera sa mémoire une fois retrouvée ?


Avis de Scende

Une chose à dire, pour ce roman : waouh… !
Pour une fois, je ne commencerais pas ma chronique par un résumé de l’histoire. Vraiment, il-faut-lire-ce-livre ! L’histoire est simplement fabuleuse et le lecteur est rapidement soufflé. Mille questions s’insinuent alors à l’esprit et milles solutions sont possibles. D’un bout à l’autre de la lecture, nous sommes plongés dans un suspense intenable sans possibilité ne serait-ce que d’imaginer ce qui pourra se passer ensuite !

Le style de l’auteur, que je rencontre pour la première fois à travers son livre, est simple et agréable. Les tournures de ses phrases sont délicieuses et on accroche fort rapidement à sa plume ! M. Colin nous ballote à travers l’histoire comme un pantin : nous subissons le livre, et cela nous ravit !

Loin de m’attacher au personnage, c’est ici le paysage, l’ambiance froide, givrée et si ‘Eiffel’ qui m’a séduite ! Je ne suis promenée avec joie, suivant Anna à la trace dans le New York de ce bal de givre ! Le personnage principal pour moi a donc été l'ensemble de tous ces petits riens qui font de son monde un univers fou et magique, irréel mais pourtant présent.
Les différents protagonistes et acteurs qui entourent Anna, ne sont jamais ce qu’ils semblent être et la magie envahit peu à peu son monde.

J’ai fortement apprécié m’imaginer mille scenarii pour ensuite en inventer l’exact opposé, et jamais mes idées n’ont été justes : l’auteur nous surprend avec une fin étonnante qui nous refait visiter différents passages de l’histoire. Une relecture s’imposera, pour sentir la teneur complète de ce roman…

Un chef d’œuvre, un coup de cœur pour cet auteur et ce livre magnifique. Du titre à la couverture, en passant par l’histoire : j’ai tout aimé !

lundi 22 août 2011

Décodez le langage de votre chat



Décodez le langage de votre chat
du Docteur Valérie Dramard


Éditions France Loisirs


Sortie en 2011
Grand format, couverture souple
112 pages

Prix 19,95€ en lot de 2 avec Un chat heureux en appartement

Présentation de l'éditeur

Le chat utilise des moyens de communication bien spécifiques pour nous "parler". Mais interprétez-vous bien les messages qu'il vous envoie et y répondez-vous avec justesse ? Spécialiste du comportement animal, le docteur vétérinaire Valérie Dramard a mis au point 20 tests pour vous aider à évaluer si vous êtes un pro de la communication féline. Pour chaque test, l'auteur vous apporte d'abord toutes les informations indispensables, puis vous donne, en fonction de vos résultats, des conseils précis pour améliorer la communication avec votre chat. Découvrez ce qui se cache sous les attitudes de votre chat et renforcez votre complicité !

L'avis de Lila

Position des oreilles, mouvements de la queue, dilatation des pupilles ou miaulements sont autant de moyens de communication dont dispose le chat. Et il en dit des choses, beaucoup même. Reste à décrypter tout ça !

C'est ce que propose ce petit guide drôlement bien fait. Alternant entre tests, conseils et explications, il donne toutes les clés pour comprendre ce qu'exprime son chat. Les comportements et attitudes des félins sont présentés et décodés avec beaucoup de simplicité et d'intelligence. On apprend énormément de choses sur son chat et sur les comportements à adopter selon les situations.
De nombreuses questions sont abordées : pourquoi mon chat me mord lors des câlins, pourquoi mordille-t-il tout ce qu'il trouve, pourquoi rapporte-t-il ses jouets "comme un chien", etc. Loin des clichés habituels, les réponses risquent de vous amuser, vous surprendre, voire de vous toucher. En effet, certaines habitudes qui nous font sourire se révèlent être en fait des signes de mal-être ou de sevrage prématuré. Heureusement des conseils permettront de rectifier le tir.

Les photos proposées en illustration sont vraiment bien choisies, tantôt drôles ou craquantes.

Un guide indispensable pour mieux connaître et comprendre son félin et apprendre à vivre avec lui en parfaite harmonie.

Un chat heureux en appartement


Un chat heureux en appartement
du Docteur Laeticia Barlerin


Éditions France Loisirs


Sortie en 2011
Grand format, couverture souple
127 pages

Prix 19,95€ en lot de 2 avec Décodez le langage de votre chat

Présentation de l'éditeur

Vous rêvez d'adopter un chat, mais vous hésitez encore, craignant qu'il ne supporte pas de vivre enfermé dans votre appartement ? Détrompez-vous : un chat peut être heureux dans un appartement... mais sous certaines conditions ! Docteur vétérinaire, Laetitia Barlerin vous apporte grâce à cet ouvrage tous les conseils pour bien choisir votre chat d'intérieur et le maintenir en bonne santé. Vous découvrirez ensuite une multitude de trucs et astuces pour enrichir son environnement, le distraire et lui offrir une vie heureuse Et pour vous donner des idées, l'auteur a sélectionné pour vous de nombreux accessoires, des plus simples aux plus inattendus : bacs à litière, hamacs de radiateur, fontaines à eau, arbres à chat, griffoirs, balles de jeu... Un guide indispensable pour mieux vivre au quotidien avec votre chat !

L'avis de Lila

Que l'on possède un chat ou que l'on envisage une adoption, de nombreuses questions peuvent être soulevées, anodines ou vitales. Doit-on vacciner un chat qui vit en appartement ? Quel bac à litière choisir ? Comment accueillir un second chat chez soi et gérer les conflits? Ce guide répond à toutes les interrogations, avec humour et pertinence.

Les habitudes de nos félins y sont décodées et des conseils sont proposés pour nous aider à vivre en parfaite harmonie avec nos chats. On y trouve également des idées shopping et des anecdotes.

La mise en page est fraiche, agréable et colorée, agrémentée de nombreuses photos de chats et chatons qui font sourire. Que l'on cherche une information précise ou que l'on souhaite simplement parcourir ce livre sans intention particulière, le plaisir est le même.

Le but de ce recueil est avant tout de donner des conseils pour que notre félin vive épanoui et en bonne santé chez nous (chez lui ?). Cet objectif est atteint, même si certains conseils impliquent une légère remise en cause de nos habitudes de vie.

À la fois drôle et instructif, ce guide est un coup de cœur.

vendredi 19 août 2011

La communauté de la nuit tome 4 : La tentation interdite de Vivi Anna


La communauté de la nuit 
Tome 4 : La tentation interdite
de Vivi Anna

Éditions Harlequin
Collection Nocturne

Sortie le 1er avril 2011 

Poche / Prix 5,20€


Présentation de l'éditeur :

Les yeux plissés, un sourire ironique aux lèvres, Cale Braxton détaille Olena avec impudence, l'air visiblement satisfait de son examen. Troublée malgré elle, Olena tente de résister au désir insensé qui la pousse vers l'inspecteur au regard de braise avec lequel elle va devoir travailler des jours durant...

Jamais elle n'a ressenti une telle attirance pour un humain, elle, l'immortelle, membre du peuple des vampires, qui a tant aimé au cours de sa longue existence. Pourtant, elle doit mettre fin au plus vite à cet amour naissant. Et qu'importe la souffrance imposée par son sacrifice : Cale et elle appartiennent à deux mondes différents et leur amour est impossible.

L'avis de Lila

Nouveau Monde est une ville bien particulière. En effet, elle compte parmi sa population une quasi-totalité d'êtres surnaturels ; les vampires, lycans et autres sorciers se partagent ce territoire où vivent très peu d'humains. Ils ne sont pas pour autant coupés du monde, bien au contraire et personne n'ignore leur existence.

Lorsque la banque la plus sûre de la ville est cambriolée, la très sexy Olena, vampire âgée de plusieurs siècles et inspectrice à la police de Nouveau Monde, se voit contrainte de faire équipe avec Cale, un très séduisant agent d'Interpol, on ne peut plus humain. Leurs rapports d'abord conflictuels laisseront rapidement place à des sentiments d'une autre nature, ce qui ne va pas faciliter leur enquête.

Petit livre sans prétention, parfaitement dans le thème de la romance paranormale, La tentation interdite se lit facilement. L'auteure a fourni un véritable effort concernant le cadre du roman, elle nous présente un monde entier où chaque détail a été pensé, ce qui est appréciable. On sent qu'il y a une vraie réflexion derrière. Concernant les personnages, on appréciera que la jolie Olena soit bien plus solide que Cale, même si celui-ci, en bon mâle alpha qu'il est, voudra à tout prix la protéger. Aucune vraie surprise sur l'issue de l'histoire, mais on ne s'en formalisera pas, c'est le genre qui veut ça.

Cette histoire met évidemment les sentiments au premier plan et ils tiendront une place importante tout au long du roman. Les héros s'aiment au premier regard ou presque et sont prêts à mourir l'un pour l'autre après seulement quelques jours. Les romantiques y trouveront leur compte et malgré cet étalage d'amour et de don de soi, le roman ne sombre pas dans la niaiserie et reste plaisant à lire.

Pour résumer, une romance légère et sympathique qui plaira aux adeptes de la collection.

Le chaos en marche, tome 2 : Le cercle et la flèche de Patrick Ness


Le Chaos en marche
Tome 2 : Le Cercle et la Flèche
de Patrick Ness

Éditions 
Gallimard Jeunesse

Sortie 
Avril 2011
Format poche / Prix 8,50€


Présentation de l'éditeur :

Alors qu'ils fuient une armée implacable, Todd et Viola sont séparés. Todd est fait prisonnier par son ennemi Maire Prentiss et Viola rejoint la Flèche, un groupe de résistance. Entrainés dans un conflit qui les dépasse, ils ne rêvent que de se retrouver, mais peuvent ils encore se faire confiance ?


L'avis d'Heclea :

Retour réussi dans le monde de Todd et Fiona, ce monde où tout le monde peut entendre les pensées des hommes et des animaux, mais pas celles des femmes. Ce monde futuriste, parfois inquiétant et qui a déjà vécu de bien sombres périodes.
On retrouve nos deux héros exactement à l'endroit où on les avait laissés, pressés de comprendre ce qui leur est arrivé et pressés de savoir comment tout va évoluer.

Patrick Ness continue à nous dévoiler petit à petit certaines informations, il continue à nous donner certaines pistes, certaines révélations, certains espoirs pour mieux nous accrocher, parfois nous perdre et souvent nous surprendre.
Si le premier tome nous faisait espérer que tout finisse par s'arranger, celui-ci paraît plus sombre, il nous plonge dans un monde où l'avenir ne semble que noir, difficile et surtout dangereux.

Un univers bien particulier donc, pour un roman dont le style est très spécial, parfois dérangeant mais particulièrement efficace pour nous mettre dans la peau du personnage, pour nous permettre de mieux le comprendre, mieux le visualiser et parfaitement connaître ses émotions, ses sentiments et bien évidemment ses pensées.
Une fois habitués à ces phrases très longues, parfois mal tournées, avec très peu de ponctuation, on se rend compte qu'elles apportent une certaine urgence et qu'elles permettent d'accélérer encore l'action dans les passages les plus tendus, de quoi nous faire tourner les pages à un rythme effréné.

Dans ce tome, on suit à tour de rôle les événements du point de vue de Todd puis de Fiona. Cela nous permet d'être spectateur de toute l'aventure, spectateur de cette guerre en préparation. Les informations et désinformations nous viennent des deux camps, nous rapprochant de nos personnages souvent perdus au milieu de cette ville qui leur avait tant fait espérer.

Le message diffusé par ce roman est clair : dans chaque combat, dans chaque guerre, on trouve du bien et du mal dans les deux camps, certains sont prêts à tout, même au pire, pour venir à bout de leur adversaire, et au contraire, d'autres se révèlent bons, humains et sensibles là où l'on n'imaginait que haine et bêtise. Un message fort pour un livre dur, sensible et parfois si proche du réel.

Tout au long de ce second tome, l'auteur nous dévoile certaines informations, nous offre des rebondissements et fait évoluer ses personnages, nous permettant ainsi de revenir sur des premières impressions, nous faisant tour à tour douter et espérer.
En résumé, un second tome charnière qui nous laisse au cœur de l'action. Tout peut encore arriver, le troisième tome sera décisif et la fin de celui-ci nous donne une seule envie... le découvrir le plus vite possible !

mardi 16 août 2011

Le blog de la belle de Mary Temple


Le blog de la belle
de Mary Temple

Éditions Fleurus
Collection Mango


Sortie le 19 août 2011
Format relié / Prix 13,50€ / Pages 350



Présentation de l'éditeur


INCONNU. Dis, Belle, ça doit être trop top de vivre à New York, non ?
BELLE. Attends, on voit que tu ne connais pas mes soeurs !
INCONNU. Et d'avoir un père riche ?
BELLE. Sauf qu'il vient de tout perdre.
INCONNU. Pas cool. Pourquoi tu ne vas pas te changer les idées au club Cocteau ? On dit que le proprio de la boîte porte un masque, mais qu'il est plein de charme, pour une Bête. La vie de Belle ressemble à un conte de fées, une histoire d'aujourd hui que l'on lit sur écran. Mais une chose ne change pas : c'est la part de ténèbres qui attend au coin de la rue, comme jadis dans la forêt.


Avis de Kamana

En ouvrant ce livre nous savons deux choses : Un, ce roman est une relecture de "La Belle et la Bête". Deux, nous allons tourner les pages comme si nous étions en train de « surfer » sur un blog et cliquer avec notre souris. Une fois ces éléments pris en compte, nous pouvons en aborder correctement la lecture.

Correctement oui, mais facilement… c’est chose moins sûre !

Belle est une adolescente qui ressent le besoin de narrer son quotidien sur son blog. Nous y apprenons qu’elle vit à New York en compagnie de son père et de ses deux sœurs. Sa mère et ses trois frères vivent quant à eux sur la côte ouest avec leur beau-père. Fille d’un riche trader, leur appartement se situe dans les quartiers chics et leur vie est plutôt sympathique : boutiques, limousines, sorties en VIP, etc… Oui cool, mais plus pour ses deux chipies de sœurs qui ne pensent qu’à faire la fête avec leurs amis. Belle, elle, est plus studieuse, aimant les livres et se sentant souvent en décalage avec son époque. Un soir ses sœurs l’embarquent pour une sortie dans le très prisé club Cocteau où elle rencontrera Beaumont, le mystérieux propriétaire masqué. Suite à cette soirée, son quotidien sera chamboulé. Quand l’imaginaire rejoint la réalité…

Nous voici face à une relecture du conte de Jeanne-Marie Leprince de Beaumont très éloignée du texte original. Au départ nous sommes septiques au vu de la tournure des événements, mais l’auteure a su en cours de route répondre à toutes les interrogations qui nous viennent quant à son adaptation dirons-nous spéciale. Ainsi toutes les questions que nous nous posons en cours de lecture trouvent leurs réponses à un moment ou un autre, les incohérences n’en seront plus.

Soit, ce tour de main est réussi mais il n’allège pas la lourdeur du récit. Ce roman est vraiment adapté aux adolescents qui trouveront sûrement à leur goût le format blog, les commentaires, le langage fun, ainsi que les références à des sites connus. A certains moments, Belle nous prend vraiment pour des abrutis, nous disant d’aller sur Wiki pour connaître la définition d’un mot courant. A croire que l’adolescent lambda est niais ou est-ce une manière de se « la jouer cool ». Bref, le récit est pesant, les révélations sont exemptes de suspense, le cours des événements prend des tournures bizarres voir absurdes, l’imaginaire instauré n’ayant aucune crédibilité.

Malgré un récit souvent agaçant, l’auteur fait tout de même passer le message fort du texte original : la beauté intérieure est plus importante que le physique. La vaillance, la générosité, le sacrifice sont autant de qualités qui surpassent la laideur. Que ce soient la bête ou les nouveaux amis de Belle qu’elle n’avait jamais vu IRL* comme c’est dit si souvent dans le texte, seront mis en avant les caractères, la profondeur des sentiments par rapport au physique.

Vous l’aurez donc compris, Le blog de la belle est un roman qui cible essentiellement les adolescents qui seront les seuls, je pense, à trouver de l’intérêt à la narration de Belle.



*IRL : in real life
Traduction : en vrai

dimanche 14 août 2011

Le journal intime de Georgia Nicolson, Tome 4 : À plus Choupi Trognon de Louise Rennison


Le journal intime de Georgia Nicolson
Tome 4 : À plus Choupi Trognon

de Louise 
Rennison

Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 27 mai 2011
Poche / 252 pages / 5,60 €


Présentation de l'éditeur :

Pas facile décidément d'entrevoir Super-Canon! Quand il disparaît pour cause de tournée au Pays-du-Poireau-et-Soupe-de (le pays de Galles), c'est au tour de Georgia d'être collée le soir pour cause de « tout schuss sur le disco ». Heureusement, s'annoncent à l'horizon un weekend au gai Paris sous la houlette de Sublime-Henri, le lecteur de français, ou un projet (secret) de déplacement au Pays-du-Hamburger-en-Folie avec le groupe de Super-Canon. Un bilan positif si Georgia ne découvrait pas bientôt chez l’être aimé des signes d'intérêt alarmants pour la préservation de la planète. De quoi se faire du souci pour l'avenir…


L'avis de Scende :

Georgia nous revient dans cet opus, avec son fameux dilemme : Doit-elle succomber au charme hilarant de Dave la Marrade, ou rester avec la rock star supercanonesque qu’est Robbie ? Le choix n’est pas simple et les deux garçons ne lui facilitent pas la tâche. En particulier Dave, qui n’a de cesse de vouloir la bécoter dès qu’il le peut ! La solution s’offrira d’elle-même…

Georgia, dite Gee, reste ici fidèle à elle-même. Ses relations avec ses copines ne changent pas et sa famille est toujours complètement siphonnée ! Sans parler de sa petite sœur Libbye ou du monstre Angus – son chat - ! Georgia en voit de toutes les couleurs !

En analysant plus profondément le roman, nous constatons que la vie de Georgia présente les aléas de toute adolescente ! Elle a une famille dans laquelle elle se sent en marge, elle tente d’être le centre d’attention de ses copines, et elle se retrouve au centre d’un triangle amoureux. Et même si ces points ne sont pas développés et élaborés comme thèmes principaux de l’histoire, ils sont présents et apportent leur touche de réalité et d’authenticité à l’histoire.
L’auteur aborde ces différents sujets, pourtant très actuels, en y ajoutant une pointe d’humour plaisante à souhait ! Ces points sont ainsi noyés dans l’histoire tout en lui donnant une base solide.

Le personnage de Gee, hilarant à souhait, est construit avec finesse, et nous nous demandons où l’auteur trouve son inspiration ! Le journal de Georgia Nicolson reste un éclat de rire continuel dont la fraîcheur et la jeunesse de l’héroïne raviront jeunes et moins jeunes !

Acheter sur Amazon

samedi 13 août 2011

Le dernier homme bon


Le dernier homme bon
de
A. J. Kazinski
Éditions JC Lattès

Sortie le 6 avril 2011Grand Format / 536 pages / 22,50 €


Présentation de l'éditeur :

Un tueur sévit à travers le monde, avec des cibles pour le moins singulières : médecins, militants des droits de l’homme, avocats…Tous œuvrent pour le bien. Les meurtres sont d’autant plus étranges qu’une marque représentant une suite de nombres indéfinissables figure chaque fois sur le dos des cadavres. Niels Bentzon, négociateur au sein de la police de Copenhague, reconnu pour son talent mais incompris par ses homologues, est persuadé que c’est au Danemark qu’aura lieu le prochain drame. Mais qui peut être la future victime ?
Aidé par l’astrophysicienne Hannah Lund, Niels va tenter de décrypter les brûlures laissées sur les victimes. Personne ne prend au sérieux ces deux personnages un brin fêlés, pourtant brillants, dont la quête devient de plus en plus impossible. La clé de l’énigme réside dans ces chiffres – mais que signifient-ils ? Qui est le mystérieux assassin et que cherche-t-il à montrer ?
Véritable page-turner, Le Dernier Homme bon combine profondeur psychologique, action et suspense jusqu’au dénouement qui surprendra plus d’un lecteur.

L'avis de Lila :

Selon certaines religions, il existerait sur Terre et à chaque génération 36 personnes justes qui auraient pour but de maintenir l'humanité à flot. Quel est le point commun entre ces personnes ? Il n'y en a aucun, à part une propension naturelle à faire le bien ou à aider son prochain. Elles-mêmes ignorent le rôle qu'elles sont censées jouer dans l'avenir de l'humanité.

Imaginez donc que ces 36 "justes" soient assassinés les uns après les autres, partout à travers le monde. Comment les identifier, comment trouver l'assassin et comment empêcher les prochains meurtres ? Et surtout, que se passera-t-il si ces 36 "justes" sont tous assassinés ? Est-ce une simple légende ou est-ce que l'humanité repose réellement sur ces hommes et femmes ?

Ce roman propose une intrigue originale et complexe, à l'image de ses protagonistes principaux qui sont à la fois déroutants et attachants. On suit tout particulièrement l'intrigue du point de vue de Niels Bentzon et Hannah Lund qui forment un duo efficace. Lui est négociateur, elle astrophysicienne et ensemble, ils devront faire face à une série d'événements oscillants entre fantastique et logique pure qui n'aura de cesse de repousser leurs propres limites.

Ce roman se suit avec intérêt, on a réellement envie de connaître le dénouement, de comprendre la raison de ces meurtres et l’identité de l'assassin. La fin est d'ailleurs intelligente et surprenante, elle vaut à elle seule la lecture des 566 pages. J'ai pris plaisir à lire ce livre et à suivre les protagonistes, même si le roman m'a parfois semblé un peu "long". Le style de l'auteur est fluide, l'histoire captivante et d'une façon générale, ce roman est objectivement réussi.

Le dernier homme bon devrait plaire aux amateurs de romans policiers.

vendredi 12 août 2011

La septième fille d'Adèle Kemp de Julie Johnston



La septième fille d'Adèle Kemp

de Julie Johnston


Éditions Bayard Jeunesse

Sortie en février 2011
261 pages / 11.90€


Présentation de l'éditeur :

Juliette Kemp, qui vit avec sa mère Adèle et ses cinq soeurs dans une petite ville du Canada, s'aperçoit un jour qu'elle peut prédire l'avenir.
A l'occasion d'un séjour chez ses grands-tantes à la campagne, elle en apprend davantage sur ce don de clairvoyance, transmis à la septième fille de chaque génération. Pour Juliette, ce don est une malédiction ! Pour le perdre, elle décide de nier sa féminité, et se transforme en garçon. Désormais elle s'appellera Jules. Le destin d'une jeune héroïne singulière et vaillante qui va apprendre à accepter sa différence.



Avis de Molina

Amateur de fantasy ou de surnaturel, passez votre chemin. Si vous pensiez plonger dans un univers peuplé de magie ou de dons métaphysiques, vous serez déçus. La possibilité d’un don de voyance n’est ici qu’un prétexte au thème central : le passage de l’enfance à l’adolescence. Si l’idée de départ est bonne et peut intéresser tant les jeunes adolescents qui sont à ce stade de la vie, que leurs parents qui sont parfois un peu désemparés face à ce phénomène, le résultat n’est malheureusement pas concluant.

L’auteure a incontestablement fait l’impasse sur les descriptions et ça manque énormément à la lecture. Impossible de ne pas se sentir perdu dans ce monde, somme toute contemporain et réaliste, tant l’auteur distille au compte-goutte les informations sur le contexte et sur l’époque.
Une fois ce constat fait, on pourrait espérer se consoler en supposant que l’attention portée aux personnages et aux émotions sera très importante. Mais là encore, la désillusion est totale. Tout est traité superficiellement, aussi bien les caractères, que les sentiments et les relations. Même les passages qui auraient dû être très émouvants nous laissent de marbre, c’est dommage !
L’auteure a essayé d’enrichir son livre à travers de nombreuses péripéties qui s’enchaînent sans beaucoup de lien et même s’il faut saluer l’effort dans ce domaine, la déception est une fois encore au rendez-vous.

Au final, ce petit livre se lit rapidement mais sans grand intérêt. Que le lecteur soit adulte ou adolescent, il aura des difficultés à trouver une motivation suffisante pour terminer cette histoire.

Skully Fourbery, Tome 1 de Derek Landy

Skully Fourbery
Tome 1de Derek Landy

Éditions Gallimard Jeunesse

Collection Folio Junior
 
Sortie le 28 janvier 2010
Format Poche / 364 pages / 7,70€


Présentation de l'éditeur :


A la mort de son oncle, Stephanie Edgley, douze ans, hérite d'une vaste propriété. Un étrange individu fait irruption lors de la lecture du testament. Emmitouflé dans un long manteau, le visage caché par des lunettes noires et un chapeau, il s'appelle Skully Fourbery. Détective privé, dandy sarcastique, mais aussi...squelette ! Il lui apprend que son oncle a été assassiné et qu'elle est peut-être la prochaine sur la liste. Une galerie de héros irrésistibles et une bonne dose d'humour noir pour une histoire sombre et palpitante. Fantastique, enquête et aventures sont au rendez-vous.

L'avis de Lila :

Voilà un livre qui ne laissera personne indifférent. Derek Landy prouve avec habileté et talent qu'un roman jeunesse peut plaire à un public très large. L'univers proposé est d'une richesse incomparable, oscillant entre normalité et magie. Les personnages sont dépeints avec beaucoup d'humour, ils ont tous une particularité ou un trait de caractère qui les rend spéciaux, qu'ils soient d'une importance capitale pour le roman ou qu'ils ne soient là qu'à titre figuratif. Les dialogues sont également une réussite, il est difficile de ne pas rire devant la répartie des héros. La relation entre la jeune Stéphanie, âgée de 12 ans, et le détective Skully Fourbery, squelette vivant, est inédite et vraiment addictive. Les réparties fusent, l'enquête avance avec intérêt et les scènes d'action s'enchaînent à vitesse grand V. Sans jamais alourdir le texte, Derek Landy réussit à décrire les scènes et les personnages avec juste ce qu'il faut de détails pour nous les faire apparaître clairement. Ce roman est un vrai petit bijou, drôle, fantaisiste et vitaminé, un vrai plaisir pour tous.

La Confrérie de la Dague Noire, tome 5 : L'amant Délivré de J.R. WARD


La Confrérie de la Dague Noire, 
Tome 5 : L'amant Délivré
de J.R. WARD

Editions Milady

Sortie le 18 février 2011
Poche / 9 €



Résumé (Trad de Tan) :

Sans pitié et intelligent, Viszs, fils de "la lettre de sang", est affligé d'une malédiction destructrice et de l'habilité terrifiante de voir le futur. Avant sa transition, il a grandi sur les champs de bataille avec son père où il a été tourmenté et violé. En tant que membre de la confrérie, il ne porte aucun intérêt à l'amour et aux sentiments, seule la bataille contre la société des Lessers le motive. Mais une blessure mortelle le place dans les mains d'une femme chirurgienne. Le Dr Jane Whitcomb le convainc de révéler sa souffrance profonde et de ressentir pour la première fois le vrai plaisir... avant que la destinée qu'il n'a pas choisie le conduise vers un futur où elle n'a pas sa place.

Avis d'Elaura :

Cinquième opus de notre très chère Confrérie de la Dague Noire, L’Amant Délivré est consacré à l’histoire de Viszs, le plus énigmatique des frères.

Nous l’avions laissé, dans le tome précédent, dans la plus grande confusion quant à ses sentiments pour son meilleur ami Butch et la détresse qui en découlait était plus que palpable. Anéanti par ses perversions et ses pulsions Visz est persuadé d’être un monstre, du moins, autant que l’a été son père.

Sa famille, justement parlons-en. Ce tome révèle nombres d’informations qui nous permettent de mieux cerner le personnage et surtout de comprendre sa malédiction. Fils d’un guerrier sanguinaire il n’a pas eu d’autres choix que de faire souffrir pour survivre. Seule sa rencontre avec un guerrier de la Confrérie le sauvera de lui-même et scellera son destin de manière inextricable.

Cependant, il y a des blessures qui ne guérissent pas. Les fêlures de l’âme ne se referment jamais totalement. Elles vous laissent en paix un moment pour mieux vous torturer par la suite, suintant leur néfaste liquide, répandant peur, confusion et violence au point que nous sommes obligés de les laisser sortir par n’importe quel moyen.

La douleur ? Oui, pour Visz c’est le seul moyen. Pourtant, il n’y trouve aucune satisfaction. Juste le plaisir de maîtriser le corps de l’autre et de lui imposer sa volonté.

Sa rencontre avec Jane dans des conditions dramatiques sera sa rédemption. Pourtant, partagé entre son désir pour elle et ses pulsions sadiques, Visz aura du mal à trouver le bon équilibre nous offrant des scènes très touchantes mais aussi extrêmement sensuelles, où le sexe se fait langage et exprime bien des mots. Mention spéciale pour la scène de la salle de bain (celles qui l’ont lu pourront le confirmer) qui est certainement la plus érotique des cinq premiers tomes !

La fin douce amère ne fait que rajouter à l’émotion intense que l’on ressent à la lecture de ce roman. Une grande réussite donc pour JR Ward qui nous offre un tome bouleversant, à la hauteur du personnage.

mercredi 10 août 2011

Pouvoirs Obscurs, Tome 1 : l'Invocation de Kelley Armstrong

Pouvoirs Obscurs
Tome 1 : l'Invocation
 de Kelley Armstrong 

Editions Castelmore
Collection Bit-Lit

Sortie le 11 février 2011
Format Broché / Prix 12,50 € / Pages 38
4


Présentation éditeur :

Chloé Saunders n'est pas comme les autres. Elle voit des fantômes... et ils ont des choses à lui dire.

Chloé rêve d'avoir une vie normale. Mais avec les fantômes qui la traquent sans cesse, c'est impossible. Si elle était un personnage de film, on la croirait quand elle avoue qu'elle voit des fantômes.

Dans la vraie vie, elle est envoyée à Lyle House, un institut psychiatrique spécialisé pour ados.

Les pensionnaires ont l'air de cacher eux aussi quelques secrets et Chloé ne serait pas étonnée de trouver des squelettes cachés dans les placards.

Avis de Kamana


Un premier tome très réussi !

Chloé, quinze ans, a perdu sa mère très jeune. Son père est plus en déplacement qu'à ses côtés et ce sont au final les gouvernantes, les employés de maison qui l'ont élevée. Heureusement, elle peut compter sur l'amour et le soutien de sa tante Lauren. Suite à un incident dans son lycée, où Chloé est pourchassée par un fantôme, elle est placée à Lyle House. Cet institut est son seul espoir d'un retour à une vie "normale" car son école exige qu'elle y passe quinze jours avant sa réintégration. Une fois prise en charge, le diagnostic tombe très vite : schizophrénie ! Effrayée mais aussi soulagée de mettre un nom sur sa maladie, Chloé se tiendra tranquille pour que sa sortie se fasse au plus vite. Mais elle déchantera vite quand la venue de nouveaux fantômes troublera son quotidien, d'autant plus que l'un d'eux n'est autre que sa camarade de chambre, Liz, transférée la veille dans un autre établissement suite à une crise...

Entre amis et ennemis, sa nouvelle vie à Lyle House ne sera pas de tout repos. Tout d'abord sa camarade de chambre est emmenée. Ensuite, cette peste de Victoria lui fait vivre un enfer, sans compter que l'imposant et énigmatique Derek lui fait peur, toujours à apparaître sans prévenir. Seuls Simon, le frère de Derek et Rachelle semblent stables et gentils. Chloé ignore ce dont souffrent ses camarades, même si eux savent pourquoi elle est là. Faire semblant aux yeux de tous, lui demande des efforts de tous les instants. Mais comment faire comme les trois singes de la sagesse quand une main apparaît sur l'épaule d'un médecin ou encore qu'une voix vous supplie d'ouvrir la porte de la cave... ? Entre révélations et magie vous serez agréablement surpris par le tour que prend l'histoire.

Un roman savoureux, qui une fois entamé ne nous laisse pas de répit. Kelley Armstrong est vraiment très douée pour tenir son lecteur en haleine. Certes, racontée ainsi la vie de Chloé ne semble pas très trépidante même avec ses visions, mais voilà, la manière dont l'auteure amène l'histoire fait que nous sommes pris au piège - un piège envoûtant, captivant. L'intrigue avance doucement sans que cela soit gênant et les pages se tournent sans qu'on se lasse grâce à une écriture fascinante.

Ce premier tome pose surtout les bases pour la suite, qui avouons-le s'annonce particulièrement alléchante en terme de suspense. Le rythme imposé nous permet de mieux connaître Chloé mais aussi les autres pensionnaires de cet institut particulier. Tori, la peste n'aura de cesse de semer la zizanie, alors que Rae incarne une certaine stabilité. Les deux frères vont être petit à petit au cœur de la trame, chacun à sa manière troublera Chloé, allant jusqu'à lui faire des révélations inouïes... Mais chut là réside l'essentiel de l'enjeu et même si on s'en doute dès les premiers chapitres, comme dit précédemment, Kelley Armstrong sait y faire et mener sa barque, ses lecteurs jusqu'à la fin.

Un roman à la hauteur de ce qu'on attendait de l'auteure que je vous invite à découvrir pour votre plus grand plaisir !

Le cas Jack Spark saison 1 : Eté mutant

Jack Spark 
Saison 1 : Eté mutant
de Victor Dixen

Éditions Gallimard
Collection Pôle fiction

Sortie le 2 juin 2011
Format Poche / Prix : 8,50 €


Présentation de l'éditeur : 

Quand Jack Spark, adolescent insomniaque de 15 ans, arrive au ranch de Redrock, Colorado, il ignore que sa vie est sur le point de basculer. Car les méthodes de rééducation appliquées dans ce camp de vacances dédié aux « cas » difficiles ont des effets effroyables. Surtout chez Jack, dont le corps semble subir d inquiétantes mutations chaque fois qu’il est soumis aux séances de thérapie... Comment ce frêle garçon parviendra-t-il à survivre à l enfer du camp de Redrock ? D'où viennent les bruits inquiétants que Jack entend la nuit, lorsque ses camarades dorment à poings fermés ? Et pourquoi la racine de ses cheveux a-t-elle subitement viré au bleu, est-ce un symptôme de son étrange métamorphose ? Homme ou monstre, Jack est à la croisée des chemins mais a-t-il vraiment le choix ?


L'avis de Chani

Jack Spark, insomniaque depuis l’enfance, attend les vacances d’été avec impatience pour retrouver son grand-père. Malheureusement, ce dernier a été envoyé en maison de retraite par les parents de Jack, qui vont aussi organiser l’été du jeune homme. Présenté comme un joyeux camp de vacances de type scout censé aider les jeunes gens présentant des difficultés, Jack va atterrir au ranch de Redrock, dans le Colorado, coupé du monde. 

L’adolescent va rapidement se rendre compte que le ranch est plus proche d’une prison aux méthodes barbares que d’une colonie de vacances. Au fil des séances de thérapie, le jeune homme va observer des transformations sur son corps. Qui est-il vraiment, pourquoi (et en quoi) se métamorphose t’il ?

Le résumé, les critiques que j’avais pu lire, tout me donnait envie de lire ce livre, et je me suis jetée dessus dès que j’ai pu. Et même quand tous les avis sont unanimes, on arrive bien à trouver quelqu’un qui ne se range pas à l’avis général. Eh bien pour cette fois, c’est moi.

Alors qu’on soit bien d’accord, je ne vais pas dire que le livre est nul, loin de là. Très objectivement, Eté mutant est un bon livre, original, bien écrit, rythmé, traitant de façon sobre et intelligente des problématiques intéressantes comme le droit à la différence ou le malaise adolescent. Je comprends tout à fait qu’il ait séduit tant de lecteurs car il est vraiment bourré de qualités. La preuve, je le garde précieusement pour pouvoir le proposer à mon fils dans quelques temps. Mais malgré tout, il ne m’a pas emportée. Il y a une part complètement irrationnelle dans le fait d’aimer un livre ou pas, et là, même si je suis suffisamment objective pour dire qu’il est bon, il a manqué l’étincelle qui aurait pu me le faire aimer, et ça ne s’explique pas…

Toi et moi à jamais de Ann Brasheres


Toi et moi à jamais
de Ann Brasheres


Éditions Gallimard Jeunesse

Sortie le 6 mai 2011
Poche / 400 pages / 7,75 €


Présentation de l'éditeur:

Riley, Alice et Paul. Les deux soeurs et l'ami d'enfance. Voici l'été de leurs retrouvailles. La côte Est des Etats-Unis, les maisons de vacances, les plages de l'île qu'on connaît par coeur. Et pourtant tout a changé. Ils ont vingt ans. L'amitié se trouble. Entre Alice et Paul, une attirance nouvelle s'installe. C'est alors que la tragédie frappe et vient changer le cours du destin...


Avis de Molina:

Trois amis d’enfance : deux sœurs, Alice et Riley, et un voisin, Paul. Ils grandissent ensemble et sont inséparables chaque été. Mais voilà, les années passent et ce qui était une simple amitié devient beaucoup plus. Et alors que chacun croit en un avenir radieux, le drame arrive et renverse tout sur son passage. La souffrance impose sa loi et tous doivent faire des choix difficiles qui vont métamorphoser leurs vies.
Voici un drame contemporain, une histoire d’amour universelle, qui nous montre comme l’impensable peut tout changer !

Il est indéniable que l’écriture de l’auteur colle parfaitement avec le contexte de son récit : un été de retrouvailles au bord de mer. Le sentiment de sérénité que chacun ressent sur une plage déserte à écouter la mer est bien là et ce tout au long de l’histoire. Grâce à cela, le lecteur n’est pas submergé par les sentiments des personnages et reste concentré sur l’histoire plutôt que sur ses propres émotions. Heureusement car sinon ce drame serait probablement trop dur à lire.
Malgré cela, certains passages restent difficiles à lire d’un point de vue émotionnel, et nombreux seront ceux ou celles qui verseront une petite larme (comme ce fut mon cas) car il est très difficile de rester indifférent à la souffrance de Paul et surtout d’Alice.
Ann réussit à nous entraîner, même malgré nous, là où elle le souhaite et il est quasiment impossible de ne pas se sentir impliqué dans l’histoire. Son style tout en retenue nous laisse une impression de calme et de tristesse du début à la fin mais quand vous refermerez ce livre ce qui dominera sera un sentiment d’apaisement et d’espoir pour l’avenir.

Le livre se lit très facilement et rapidement (fini en une soirée), les adolescents comme les adultes s’y retrouveront et personne ne se sentira lésé. Les amateurs de romans réalistes seront aux anges, tout comme ceux qui se passionnent pour les romances contemporaines. Pour ceux qui aiment les intrigues, les rebondissements en montagnes russes et le suspense haletant, passez votre chemin.
Au final, j’ai passé un bon moment à le lire mais n’étant pas une fan des larmes, je ne pense pas réitérer l’expérience. Malgré cela, je connais au moins une personne qui sera sûrement totalement conquise par ce livre quand je lui le donnerai à lire et elle risque de ne pas être la seule !

mardi 9 août 2011

Skeleton Creek, Tome 2 : Engrenages de Patrick Carman

Skeleton Creek 
Tome 2 : Engrenages
de Patrick Carman



Éditions : Bayard Jeunesse
 

Sortie le 23 juin 2011
Format broché / 13,90€

Présentation de l'éditeur :

Voilà ce qui arrive quand on est trop curieux. Sarah et moi avons voulu percer les mystères de notre ville. À tout prix. Et nous nous sommes fait piéger. Car les secrets enfouis dans Skeleton Creek sont plus sombres qu'ils ne le paraissaient au premier abord. Pièce après pièce, je tente de reconstituer le puzzle du passé. Il y a la drague, le fantôme de Joe Bush, il y a une société secrète, l'alchimiste, mon père... Tout est lié. Tout est dangereux. Tout est écrit dans mon journal. Sarah, elle, prend de plus en plus de risques. Caméra à l'épaule, elle s'introduit partout ; elle n'ignore pourtant pas que quelqu'un - vivant ou mort - nous observe. Chacun de ses films est plus terrifiant que le précédent. Mais, nous le savons tous les deux, rien ne nous fera renoncer à découvrir ce que cachent les habitants de Skeleton Creek.



L'avis de Chani

Le concept est le même que dans le premier tome. L’histoire est contée par Ryan à travers son journal, et agrémentée par les vidéos de Sarah, consultables sur internet avec les mots de passe fournis au fur et à mesure.

Nous retrouvons donc les deux jeunes gens où nous les avions laissés, c'est-à-dire enfermés dans une pièce secrète de la drague. Je ne spoilerai pas en disant qu’ils vont réussir à en sortir (sinon l’histoire tournerait court !) et poursuivre leurs investigations sur la drague, Joe Bush, la société secrète… Et fait très agréable, ce tome va répondre à nos interrogations.

Je tiens à souligner la qualité de l’édition. Si pour le premier tome j’avais eu entre les mains les épreuves non corrigées, j’ai eu cette fois la chance d’avoir le livre tel qu’il est commercialisé, et l’objet en lui-même est très beau, j’ai aimé la qualité de finition apportée à ce livre avec une couverture rigide et du papier ligné, si bien que j’ai vraiment eu l’impression de tenir le carnet de Ryan entre les mains.

La lecture est toujours aussi agréable, la combinaison avec les vidéos fonctionne merveilleusement bien, offrant un ensemble complet et très divertissant. Même si le public visé est adolescent, j’avoue que les films de Sarah donnent des frissons et qu’on se laisse prendre au piège.
Je recommande chaudement de tenter l’expérience qui vaut vraiment le coup, tant sur le fond que sur la forme.

Les étranges sœurs Wilcox, Tome 3 : Les masques de sang

Les étranges sœurs Wilcox
Tome 3 : Les masques de sang
de Fabrice Colin


Editions Gallimard Jeunesse

Sortie en février 2011
Grand Format / Prix 13,50€


Présentation éditeur

A la recherche du dernier fragment du Vénéfactor, l’arme terrible convoitée par Dracula, les sœurs Wilcox et leurs amis tombent dans un piège tendu par le traître Blackwood. Leur quête les conduit à Venise, où ils sollicitent l'aide de puissants magiciens, la guilde des Mystères. Ceux-ci, d'abord méfiants, provoquent la mort du dernier des Invisibles. Mais grâce à la guilde, le fragment manquant est enfin localisé… en Antarctique.


Avis de Kamana

Les masques de sang, troisième et avant-dernier tome de la série Les étranges sœurs Wilcox, emmène le lecteur au cœur de l’action dès l’ouverture du roman. Des côtes anglaises aux sombres canaux vénitiens, d’une vieille chaumière près de Douvres aux splendeurs des villas italiennes, les aventures d’Amber, de sa cadette Luna et de leurs amis ne leur laisseront pas de répit. Nombre d’événements dramatiques adviendront, heures tragiques, obscures… La quête qui les conduira sur les traces du quatrième fragment du Venefactor ne se fera pas sans mal.

Les deux sœurs, Sherlock Holmes, Sir Arthur Conan Doyle, Wilfred Garrison, Friedrich Von Erstein, la duchesse de Rasmussen, Robert Browning, Bram Stoker et Eluwak, ensemble ou séparément tenteront de contrer les plans de Dracula. Mais ce dernier est-il toujours leur pire ennemi ? Car Sekhmet, cette chose, ce vampire sans âge sorti tout droit des entrailles de la terre a soif de sang, de pouvoir aussi. Elle veut faire des humains son bétail, asservi et docile, et de la Terre un garde-manger géant. Jolie perspective !! Son emprise sur les Drakul n’est pas du tout du goût de Dracula qui devra déjouer les plans de ce nouveau maître s’il veut suivre les sœurs Wilcox, trouver les Mystères avant elles et ainsi mettre la main sur le dernier fragment.

Voici le moins sombre des trois volumes, enfin sorti des rues cotonneuses de Londres, c’est à Venise que le plus gros de l’aventure se déroulera. Au rythme des gondoles sur le Grand Canal, avec comme vue des palais byzantins, gothiques ou de la Renaissance, de nouveaux personnages arriveront alors que d’autres nous quitteront. L’atmosphère anglaise était certes étouffante, oppressante mais le déroulement y était moins fatal. Ne vous y trompez pas, l’ambiance que nous offre l’auteur par ses descriptions, la visite guidée sur fond de balade parfois romantique n’est qu’un leurre. Ce tome se démarque des précédents, les événements prenant de la vitesse, les personnages évoluant, notamment nos charmantes mais non moins énigmatiques sœurs Wilcox, mûrissant beaucoup. Sherlock Holmes – mon préféré - le meneur de groupe, y est encore plus cynique. Décalé, surdoué, génial, agaçant aussi, on ne peut que tomber sous le charme de cet être hors normes.

Des sentiments plus forts, plus présents feront la force de cet opus. Des amitiés nouvelles, mais surtout l’amour transformeront les rapports du groupe. Amber, l'aînée, la distante, la glaciale, abaissera ses défenses pour l’un des personnages, mais non sans difficulté. Quant à Luna, la rêveuse, la plus douce, son côté romantique comblera lui aussi un de ses comparses. Elle aura tout de même du mal à faire le deuil de son ami Watson et grâce à ses nouveaux pouvoirs tentera une expérience qui la troublera plus qui ne l’apaisera…

Les pouvoirs, parlons-en ! Ceux des jeunes sœurs ne feront que s’accroître, bluffant leurs amis mais aussi leurs ennemis. Même le traître, James Blackwood, est troublé par cette force qui les anime. Lui et les deux femelles vampires attachées à la surveillance du groupe dirigé par Holmes, devront gamberger pour gagner quelques batailles. En effet, pour Amber et Luna, l’apprentissage des Arts Sombres n’est pas nécessaire, elles les pratiquent de façon intuitive. Elles sont puissantes, différentes des autres vampires, indétectables. Le sang de fée qui coule dans leurs veines y serait pour quelque chose.

Ce tome marque une évolution aussi bien du côté des Drakul, que de celui de nos amis. Les âmes sont marquées, blessées. Le nombre de pertes vient assombrir l’ambiance et affaiblir le moral. Mais l’enjeu est de taille et vital et l’abandon impossible !

Il me semble inutile de s’étaler sur l’écriture de l’auteur, connu et reconnu. Elle est comme à l’accoutumée recherchée, fluide et riche en descriptions nous permettant une immersion totale dans le décor, la trame.

Un point sur lequel je ne me suis pas attardée les fois précédentes : les éditions Gallimard nous offrent avec cette série de très beaux ouvrages : agréables au toucher, en relief, avec des illustrations recto-verso superbes. Merci pour cet effort !

Un roman beau à voir et agréable à lire.


lundi 8 août 2011

Le journal intime de Gerogia Nicolson, Tome 3 : Entre mes nungas nungas mon cœur balance de Louise Rennison


Le journal intime de Gerogia Nicolson
Tome 3 : Entre mes nungas nungas mon cœur balance
de Louise Rennison


Edition Gallimard Jeunesse

Sortie le 3 février 2011
Poche / 192 pages / 5,60 €


Présentation de l'éditeur :


Georgia Nicolson vient tout juste de reconquérir Robbie, le Super Canon de ses rêves, que déjà son Vati de père la traîne de force en Ecosse pour y passer des vacances archi nulles en famille ! Dieu merci, il ignore qu'elle a été exclue du collège mais n'empêche, Georgia est en manque de bécots. De retour à la civilisation, Georgia doit faire face à toutes sortes de problèmes majeurs : freiner l'expansion de ses sourcils... et de ses seins, baptisés nunga-nungas par le désopilant frère de sa copine Ellen. Des nunga-nungas qui sont "la risée" de certains, voire de certaines, ou qui excitent la convoitise des autres (des garçons)... 


L'avis de Scende :

C’est le grand retour de notre amie Georgia avec ce troisième tome – certes un peu court – mais qui n’en est pas moins hilarant !

L’adolescente nous enchante par ses expressions originales (notamment lors de son voyage au « Pays-du-Loch-Ness-et-monstre-du ») et par sa passion pour les bécots d’un Super-Canon, j’ai nommé Robbie. Après son exclusion du collège pour avoir fait trébucher Elvis sur sa brouette, Georgia part en vacances au Pays-du-Loch-Ness-et-monstre-du, abandonnant ainsi le Top Gang (Jas, Jools, Rosie et Ellen) et bien sûr Robbie. Georgia ne va pas tarder à revenir à la civilisation, poussée par un manque flagrant de bécots (et la fin de ses vacances, accessoirement). Un choix cornélien lui sera alors imposé : rester avec Robbie, alias Super-Canon, ou sortir avec Dave La Marrade qui ne la laisse pas non plus indifférente ?

Nous retrouvons avec plaisir Georgia dans ce nouvel opus, avec ses bêtises quotidiennes et son langage particulier ! Le point fort du livre est, bien sûr, ses expressions : M. et Mme Porte-à-coté, Super-dingos, Craquos, ses nungas-nungas, à dos de chameau véloce, et j’en passe ! J'avoue avoir relu plusieurs fois certaines expressions ! Difficile de les comprendre d'un premier abord, mais on s'y fait toutefois très rapidement !

Cela reste une lecture fraiche et agréable (surtout pendant cet été plutôt gris) et la marrade, est, encore une fois, de mise ! À lire donc, et sans attendre !!


Mauvaise Fille


Mauvaise fille
de Michele Jaffe
Editions J'ai Lu
Collection J'ai Lu Frissons

Sortie le 2 Février 2011
Poche / Prix 6.17€

Présentation de l'éditeur:
Diriger la police scientifique de Las Vegas, c'est une proposition qui ne se refuse pas. Pour Windy, jeune veuve, c'est aussi l'occasion de repartir du bon pied. Dommage que le boulot de ses rêves tourne au cauchemar ! Une famille tout entière. Assassinée avec une sauvagerie sans nom. Et quelques jours plus tard, une autre famille, même horreur, même mise en scène. Pour Ash Laughton, patron de la brigade criminelle, c'est une évidence : ces crimes sont l'oeuvre d'un tueur en série. La course contre la montre est lancée. Mais dans cette ville où le prisme du strass déforme la réalité, où les néons travestissent la frontière entre le bien et le mal, la vérité a un prix... Et ce pourrait bien être la vie de Windy.

Avis de Pauline:
Chicago Thomas, plus connue sous le nom de Windy, et sa fille de six ans viennent d’emménager à Las Vegas. Veuve, épuisée par son rôle de jeune mère, mais aussi fiancée, elle assure depuis peu le poste de directrice du département de criminalistique de Las Vegas et en voit déjà de toutes les couleurs. Ayant fait ses preuves au cours d’une petite enquête, elle travaille désormais avec Ash Laughton à la tête de la brigade criminelle sur une affaire plutôt glauque et déroutante. Windy sera prête à tout pour faire cesser la série de meurtres qui plane sur Las Vegas, jusqu’à mettre sa famille et même sa propre personne en grand danger.

Michele Jaffe nous propose ici avec Mauvaise fille un thriller plutôt glauque avec des descriptions de scènes de crimes très macabres, à vous glacer le sang. Très bien écrit, particulièrement prenant et intrigant, l’auteure arrive à berner le lecteur tout au long du roman avec des retournements de situations tout à fait inattendus.

Bien plus qu’un simple thriller, la romance y est aussi présente, avec une attraction toute particulière qui nait entre les deux enquêteurs à la fois tellement proches, mais surtout si différents, et toutes les complications qu’une telle alchimie peut engendrer.

Le lecteur est tenu en haleine jusqu’à la fin et ce mélange thriller-romance n’est pas pour nous déplaire, ce qui au final donne un roman tout à fait passionnant.