Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 26 mai 2011

Le livre de Saskia, tome 1 : Le réveil


Le livre de Saskia
Tome 1 : Le réveil
de Marie Pavlenko

Editions Scrineo
Collection Jeunesse

Sortie le 5 mai 2011
Broché / 375 pages / 14,90 €


Présentation de l'éditeur :

Saskia fête ses 18 ans et s'apprête à entrer en terminale, comme beaucoup de filles de son âge. Seulement, le jour de son anniversaire, son quotidien vire au cauchemar, enchaînant phénomènes incongrus et rencontres étranges. Quel secret recèle la pierre qu'elle porte au poignet depuis qu'elle a été trouvée aux portes d'un orphelinat, bébé ? Que lui veut Tod, mystérieux garçon qui la suit comme son ombre et ne se sépare jamais de son coutelas ? Et Mara, jeune fille froide et distante, qui parle une langue inconnue ? Peu à peu, Saskia plonge au coeur d'un monde aussi fascinant que terrifiant, peuplé de créatures ailées, de magie, de combats mortels et de prophéties troublantes. La voici embarquée dans une guerre séculaire dont elle était loin de soupçonner l'existence... Premier tome d'une saga héroïque, Le Réveil initie Saskia à un univers enchanté et singulier. Sa destinée s'accomplira-t-elle ?

Avis de Scende

Saskia est une jeune femme de dix huit ans. Elle a été recueillie par sa mère adoptive toute petite et elles vivent à présent dans une maison au bord de la forêt, avec leur chien Buck. La vie de Saskia était simple et agréable jusqu’à sa rencontre avec Tod : la veille de la rentrée, le jour de son anniversaire, elle est partie pour Paris, en train. Objectif : journée shopping. Mais dans le train, elle a vu ce garçon au sweat vert. Et elle l’a recroisé dans Paris, encore et encore, il semblait la suivre. Elle a commencé à paniquer et a tenté de lui échapper en le semant dans la ville. Mais en prenant le train pour le retour, elle ne s’attendait pas à se faire agresser par quatre hommes ivres. De justesse, c’est le mystérieux jeune homme au sweat vert qui l’a sauvée.
Et depuis cette rencontre, des choses étranges n’ont cessé de se passer dans l’entourage de Saskia. En commençant par sa rencontre avec Mara. Et les deux jeunes gens se sont mis à la suivre. Et doucement, petit à petit, Saskia est rentrée dans leur monde.

Faucheurs et Gardiens appartiennent au peuple des Enkidars qui vivent parmi les hommes. Humains pourvus d’ailes et de dons, à la culture bien différente de nos sociétés, ils vivent en se fondant parmi les humains. Les Faucheurs sont des Enkidars qui prennent le dernier souffle des mourants et les Gardiens sont ceux qui tentent de les sauver. Et une haine mutuelle, farouche et ancestrale guide ces deux peuples. Les lois sont claires : les Faucheurs et les Gardiens n’ont pas le droit de se lier.

Toutefois, par le biais de Saskia, Tod, Faucheur, et Mara, Gardienne, vont devoir unir leurs forces pour sauver la jeune femme d’un danger immense.


Marie Pavlenko a su écrire avec Le livre de Saskia un énorme coup de cœur. Le talent de l’auteur nous transporte à travers l’histoire, alternant les émotions : angoisse, suspens, amour, tristesse… C’est un réel plaisir que de suivre les aventures de Saskia, ses relations avec Tod, ou avec Mara. Les débuts d’une histoire d’amour entre une humaine et un Enkidar et tous les déboires qui vont avec. Et les interrogations de la jeune femme sur elle-même, son passé, sur la pierre qu’elle porte depuis toujours au poignet et qui ne la quitte pas. Ces interrogations vont la mener à faire confiance aux deux Enkidars qui veillent sur elle, et peu à peu, à se découvrir.

L’auteur a créé ici un monde peuplé de créatures imaginaires avec leurs lois, leurs devoirs et leurs interdits, leurs guerres et leurs dons. C’est en se plongeant pleinement dans l’histoire que l’on constate le talent de l’auteur : elle sait nous transporter dans le monde des Enkidars et nous donne l’impression d’y être. A travers les sensations de Saskia, nous nous battons, nous volons… Toutefois, cette sensation ne prend pas toute la lecture : Saskia, dans un premier temps réfractaire à ces nouveautés reste passive. Mais lorsque sa mère est en danger, elle se découvre et son caractère semble s’éveiller. Elle se bat alors et vole, ressentant pleinement les sensations de ses pouvoirs.

Malgré cette lenteur dans les actions de Saskia, la lecture reste pour moi un vrai coup de cœur. Je n’ai pas ressenti de manière négative la passivité de l’héroïne : qu’en serait-il pour moi, si j’étais à sa place ? Je réagirai certainement de la même manière ! Et c’est en partie grâce à cela que l’on se sent proche de l’héroïne.

Marie Pavlenko a su entretenir un suspens tout au long de l’histoire : dévoilant parfois avec parcimonie, parfois avec générosité des pans de l’histoire. Elle nous maintient dans une apnée bienfaitrice qui nous pousse à nous questionner, et nous apportera les réponses en les distillant tout au long de l’histoire, notamment à travers le personnage de Tod, qui va instruire Saskia sur son nouveau peuple.

Humour, douceur, action et suspens se regroupent dans ce roman, dont la lecture si fluide nous laisse pantelants une fois la dernière page tournée. « Encore ! », j’ai envie de dire ! Ce livre est magnifique et il est certain que j’attends la suite avec une impatience grandissante ! 


mercredi 25 mai 2011

Voyage aux Ombres

Voyage aux Ombres
de Arleston/Alwett/Augustin

Editions Soleil 

Sortie le 25 mai 2011
Bande-dessinée / 13,50 €


Présentation de l'éditeur :

Tout le monde avait décidé que Dyssëry épouserait Phorée. Tout le monde, sauf Dyssëry. Pour échapper à sa nuit de noces, la belle opte donc pour l’ultime solution : se donner la mort ! La voilà passée dans le Val des Ombres, où les âmes des morts ont leur propres combats, mais sont aussi beaucoup plus libres que chez les vivants. Certes, Dyssëry devra affronter de sinistres dangers et des créatures infernales, mais elle pourra aussi devenir l’actrice qu’elle a toujours rêvé d’être !
Evidemment, tout cela c’était sans compter sur son opiniâtre, pour ne pas dire borné d’époux, qui entreprend d’aller la chercher au bout du monde et même au-delà. Car, que les choses soient claires, vivante ou morte, Dyssëry lui appartiendra !

Avis d'Asmodée

Pays de Darshan. Dyssëry n'aime pas Phorée, le plus riche artisan en soieries du village. Elle ne se résout à épouser ce dernier que sous la pression familiale. Son intérêt pour le théâtre et son audace d'avoir été une fois actrice font d'elle une débauchée aux yeux de son entourage. Dans une société inspirée par le modèle féodal Japonais, où le mari revendique une totale emprise sur son épouse, Phorée se voit encouragé à remettre Dyssëry "sur le droit chemin" afin de la rendre docile. Et qu'importent les moyens employés. Mais la jeune femme n'entend pas se laisser dominer par son époux et préfère mourir plutôt que subir une vie d'asservissement.

L'âme défunte de Dyssëry rejoint ainsi l'au-delà. Arrivée dans le Val des Ombres, toute une population macabre et fantastique va se révéler à elle : fantômes, vampires, momies, zombies… Résolue à vivre sa mort pleinement, Dyssëry va faire la connaissance de Zebl, un petit incube adorable mais obsédé. Ensemble, le duo part pour Tärtar, la ville capitale des Enfers, afin que Dyssëry puisse réaliser son rêve d'actrice. Mais son mari est bien décidé à la ramener par la force à la vie, dut-il pour cela poursuivre sa jeune femme jusqu'en Enfers.

La trame de Voyages aux Ombres se situe dans le monde de Troy. Cependant, inutile d'être familiarisé avec celui-ci pour profiter pleinement de sa lecture. En effet, l'histoire, scénarisée par Arleston et Alwett, avec Virginie Augustin aux dessins, se parcourt de façon parfaitement autonome. L'univers de cette bande-dessinée se veut très dense. Nous est présenté dans un premier temps le pays des Darshanides, où les codes du Shogunat se mêlent au folklore asiatique avec ses dragons et ses croyances. La particularité du pays de Darshan tient à rendre réel les dieux et religions en lesquels sa population voue un culte. L'héroïne fera ainsi l'expérience de la vie après la mort. Dans un premier temps, elle devra parvenir indemne jusqu'au Val des Ombres. Arrivée sur place, elle y expérimentera alors de curieuses rencontres. Les périls ne seront pas en reste, notamment avec le baron Fpyke, vampire de son état, sans parler des redoutables dévoreurs d'âmes.

Malgré les thèmes graves abordés en toile de fond, la condition de la femme et sa liberté à vivre l'existence souhaitée, Voyages aux Ombres n'en reste pas moins saupoudré d'humour. Celui-ci est d'ailleurs tout en nuances, tantôt subtils, d'autres fois plus directs. L'Incube Zebl, attentionné bien que pervers, contribue à cette touche de légèreté, tout comme le machisme outrancier de Phorée qui en devient risible. Outre son univers à l'imaginaire fertile, l'album est servi par des dessins fluides et lyriques. Parallèlement au côté aventure, cette esthétique soignée véhicule une omniprésente poésie. Une impression accentuée par de savoureux dialogues jouant sur les gammes du théâtral, mais flirtant aussi sur une sensibilité plus intime.

Une galerie de personnages divertissants, parmi lesquels se distingue une héroïne attachante, un périple en Enfers qui prend une tournure imprévisible, le tout porté par un graphisme tout en finesse… Voyages aux Ombres saura séduire les amateurs de BD et les accros d'imaginaires en général.






Clues, tome 2 : Dans l'ombre de l'Ennemi

  
            Clues, tome 2 : Dans l'ombre de l'Ennemi
                     Bande-dessinée - Mara

           Editions Akileos / Paru en mars 2010

           Grand format /couleurs / Prix : 14€


Présentation éditeur :
 
Londres, fin du XIXe siècle.
Désobéissant une fois encore à l'inspecteur Hawkins, Einily poursuit ses investigations pour découvrir les assassins de sa mère. Son enquête la conduit dans les pas des Red Arrows, lesquels semblent préparer une opération d'envergure. De chasseuse, Emily devient gibier...

Avis d'Asmodée

Dans l'ombre de l'ennemie débute là où s'était arrêté le précédent tome. Le suspens grimpe d'un cran dans ce deuxième volet de Clues, car l'étau des Red Arrows se resserre inexorablement autour d'Emily et de l'inspecteur Hawkins. Plus que jamais, et malgré son manque d'expérience, la jeune femme est le moteur qui fait avancer le duo d'enquêteurs. La menace promise par les membres des Red Arrows sur Londres gagne de l'ampleur, poussant Hawkins à vouloir se débarrasser de sa partenaire aussi obstinée que lui afin de la protéger.

Si certaines interrogations commencent ici à voir se profiler un début de réponse, d'autres font leur apparition, telle que le lien qui semble unir Emily et son partenaire désireux de l'écarter de l'affaire par tous les moyens. L'intrigue est donc prenante et bien ficelée. On perçoit la montée en puissance de la série. Les dessins sont magnifiques, imprégnés par le cachet si particulier du XIXe. Les personnages sont dotés d'une impressionnante palette d'expressions faciales, les costumes d'Emily sont superbes. On sent qu'il y a un important travail de documentation derrière, jusque dans les décors admirablement mis en valeur.

Le rythme de l'histoire se montre trépidant à certain moment, plus intimiste en d'autres circonstances, ce qui consolide la cohérence du récit et de ses personnages. Une touche d'humour savamment dosée est toujours présente, allégeant ainsi les passages plus tragiques. La fin de l'aventure se conclue par un redoutable cliffhanger, et l'attente de la suite sera une torture. Une esthétique raffinée, des péripéties haletantes… que demander de plus ? Un carnet présentant les croquis de l'auteure ? C'est le cas, l'album à la mise en page soignée en contient un, tout comme dans le premier opus. Le deuxième album de Clues confirme donc la bonne impression du premier opus. Sa place dans toute bédéthèque digne de ce nom est fortement conseillée.

Clues, tome 1 : Sur les traces du passé



Clues, tome 1 : Sur les traces du passé
Bande-dessinée - Mara

Editions Akileos 

Sortie en juin 2008
Grand format /couleurs / Prix : 14€


Présentation éditeur :
 
Londres, fin du XIXe siècle. Emily, jeune fille d'une vingtaine d'années, parvient à intégrer le service du célèbre inspecteur Hawkins. En accompagnant celui-ci sur l'une de ses enquêtes, elle met la main sur des indices qui pourraient avoir un rapport avec la mort de sa mère décédée tragiquement alors qu'elle était enfant.

Asmodée

Sur les traces du passé nous introduit sans temps mort dans le contexte Belle Époque de la série Clues. Ce premier album pose beaucoup de questions destinées à trouver des réponses dans les volumes suivants, au fur et à mesure que l'intrigue se développera. Qui était réellement la mère d'Emily ? Quel genre de menace représente le gang des Red Arrows, une organisation criminelle très influente ? La jeune héroïne parviendra-t-elle à se faire accepter par le bourru et austère Hawkins ?

Clues est une bande-dessinée imprégnée par une atmosphère policière typique de la fin XIXe, avec un environnement fidèlement retranscrit. Les dessins évoquant le style des films d'animations sont détaillés, les somptueux décors côtoient une exactitude dans les costumes et les mœurs de l'époque. À propos de ces dernières, Emily fait son possible pour s'intégrer dans les services de Scotland Yard, un milieu en majorité masculin. Parallèlement, les voix des premières revendications féministes s'élèvent dans les rues de Londres.

Ses qualités artistiques et scénaristiques rendent ce premier volume très agréable à lire. Bien qu'innocente par certains côtés, Emily cristallise l'image de l'héroïne pleine de ressource et volontaire. Le duo qu'elle forme avec Hawkins, un inspecteur sans illusion et sévère, ne manque pas de jouer sur les contrastes de leurs caractères respectifs.

Avec une recherche cinématographique dans le découpage des planches, Mara prodigue tour à tour de l'humour, des sentiments, du mystère et de l'action au sein d'une histoire originale et accessible. Une lecture vivement recommandée aux amoureux d'enquêtes à la Sherlock Holmes et à tous ceux qui apprécient les belles bandes-dessinées.

mardi 24 mai 2011

L'étrange monde de Là-bas

L'étrange monde de Là-bas
de Yvan Lallemand

Editions Plon jeunesse 

Sortie en mai 2011
Grand format / 318 pages / 16 €


Présentation de l'éditeur :

Quand Alexandra et Jérémie pénètrent dans la cabane délabrée de la forêt voisine, les adolescents ignorent dans quel cauchemar ils s'apprêtent à mettre les pieds. Car la maison donne accès à un monde terrifiant, peuplé de clowns carnivores et de personnages glaçants comme le fanatique Prêcheur et Basile le destructeur. Revenus sains et saufs, Alexandra et Jérémie pensaient en avoir fini. Erreur...

Avis d'Asmodée

Alexandra et Jérémie sont deux adolescents qui vont découvrir par hasard Là-bas, un monde étrange où les attendent de surprenantes rencontres et des dangers insoupçonnables. Par mégarde, ils vont relâcher les Terreurs, des monstres enfermés dans une curieuse prison baptisée Le Castel. Un an après leur première incursion dans le monde de Là-bas, la Nuit Verte s'abat sur le monde. Les gens autour d'eux étant plongés dans un sommeil inextricable, Alexandra et Jérémie se voient contraints de retourner dans Là-bas afin de refermer les portes du Castel laissées ouvertes après leur passage. Rouge, un être appartenant à une caste qui a vocation de retrouver les Terreurs, leur servira de guide dans une aventure peuplée de créatures étranges et de merveilles.

Avec L'étrange monde de Là-bas, Yvan Lallemand donne vie à une histoire à la fois intelligente et incroyable. Sous sa plume, prend forme un univers profond, cohérent. Il n'est guère aisé de nos jours de surprendre le lecteur, et pourtant les aventures de Jérémie et Alexandra y réussissent fort bien. L'idée qu'une cabane anodine perdue dans les bois puisse relier notre monde (appelé Ici) à celui du monde de Là-bas est judicieuse. L'auteur parsème son récit fantastique de rebondissements, si bien que le voyage des deux adolescents et de leur guide jusqu'à la prison du Castel se déroule sans temps mort.

L'histoire se montre riche en monstres inquiétants et en lieux insolites : un village abandonné, une forêt hostile, un monastère autour duquel rôde une créature appelée La Fiancée, un désert… Parmi les êtres que vont croiser le groupe de héros, on notera l'importance toute particulière de clowns sauvages regroupés en clans, qui sont en réalité des animaux. Au cours de leur périple en direction du Castel et de son Maître, les deux jeunes collégiens devront prendre garde aux machinations d'un homme nommé Serviteur, et à ne jamais accorder leur confiance à personne. Surtout qu'une terrible menace se profile : la Cohorte, un fléau autrefois enfermé dans le Castel qui risque de revenir.

L'étrange monde de Là-bas bénéficie d'une écriture savamment dosée, accessible à tous et pourvue d'une certaine élégance. Les thèmes abordés au fil des pages se rapportent bien sûr au courage, mais touchent également les doutes intérieurs propres à l'adolescence ainsi que les problèmes familiaux inhérents pour des enfants de l'âge à Alexandra et Jérémie. Par de nombreux côtés et malgré sa bizarrerie, le monde de Là-bas se révèle moins cruel que le nôtre. Grâce à ce périlleux voyage qui leur est imposé, les deux jeunes héros vont apprendre à mieux se connaître eux-mêmes. Surtout qu'ils font l'objet d'une prophétie leur réservant bien des surprises.

Les chapitres du roman sont relativement courts, ce qui donne un texte aéré et convivial, parfait pour les jeunes lecteurs. Pour insuffler du rythme à son récit, l'auteur emploi des flash-back, change le point de vue des personnages, Alexandra tient à jour un journal intime… On ne s'ennuie donc à aucun moment de ce roman doté d'une couverture du meilleur goût, ce qui ne gâche rien.

L'étrange monde de Là-bas est une histoire aux multiples facettes : émouvante et pleine de périls que Rouge et les deux adolescents du monde d'Ici devront surpasser. Yvan Lallemand offre ici un livre contenant une belle part d'imaginaire, un ouvrage recommandé aux lecteurs qui aiment les beaux récits.

Les Ombres de la nuit, Tome 4 : Âme Damnée


Les Ombres de la nuit
Tome 4 : Âme Damnée
de Kresley Cole

Editions : J'ai Lu
Collection : Crépuscule

Sortie le 6 avril 2011


Présentation de l'éditeur :

Un vampire fou et une ballerine fantôme pour cette suite de la célèbre série paranormale de Kresley Cole !
Le vampire Conrad Wroth a été enfermé par ses frères pour l’empêcher de nuire aux humains. Néomi Laress, de son côté, est devenue fantôme depuis son assassinat. Personne ne peut la voir… sauf Conrad, tourmenté par le violent désir qu’elle lui inspire. Jusqu’où ira-t-il pour la conquérir ?

Avis de Molina

Cette série fut un coup de cœur lors de son lancement, j’ai particulièrement aimé le premier tome et même si les tomes 2 et 3 étaient très bons, ma préférence restait pour Morsure secrète. Quelle joie ça a été de constater que je retrouvais ce bonheur dans ce nouvel opus. Car autant le dire tout de suite, c’est de l’extase en barre !

Nous voici face au couple le plus improbable possible : un vampire à moitié fou et un fantôme ! En plus, les circonstances ne sont pas en leur faveur : Conrad est séquestré par ses trois frères qui veulent le guérir de sa folie et Néomi est piégée dans la propriété où elle a été assassinée. Heureusement, Nix passant par là a eu la bonne idée de suggérer cette fameuse résidence pour l’enfermement de Conrad. Le monde n’est-il pas bien fait ?!
Et là c’est la rencontre, elle aussi improbable puisque les trois autres frères Worth ne peuvent pas voir les fantômes, mais Conrad si ! Et voilà comment se confrontent deux caractères que tout semble opposer. Lui est obsédé par sa vengeance et il vit complètement dans le passé au milieu de sa soif de sang et de sa folie. Mais elle, est pleine de joie de vivre, enfin d’exister, elle savoure les plus petites choses malgré son ennui et surtout elle savoure le présent comme le plus fin des chocolats.
Vous vous en douterez, l’amour entre eux sera à la hauteur de leurs caractères et la passion au rendez-vous. La sensualité et frustration seront aussi de la partie, rendant certaines scènes brûlantes à la limite du supportable. Mesdames, prévenez vos hommes, vous risquez d’avoir des idées après certains passages !

Malheureusement, ce dernier tome de la série Les ombres de la nuit se termine trop vite et l’attente sera trop longue avant la sortie du cinquième opus, vivement !


Les Seigneurs de l'Ombre Tome 5, Le guerrier des ténèbres de Gena Showalter

Les Seigneurs de l'Ombre
Tome 5, Le guerrier des ténèbres

de Gena Showalter


Editions Harlequin
Collection Best-Sellers Paranormal

Sortie le 1er mai 2011
Poche / Prix 6,99€


Présentation de l'éditeur 

L’immortel Aeron, prince des seigneurs de l’ombre, est sur ses gardes : depuis quelques semaines, il sent roder autour de lui une redoutable présence féminine. Comme un être vengeur qui chercherait à le tuer. Quand Olivia apparaît enfin, si belle et si pure, ce n’est pourtant pas pour l’assassiner avec son épée de feu, mais pour le supplier de l’initier à l’amour et aux plaisirs de la chair. Peut-il se laisser séduire ? Car même si cet ange aux yeux bleus éveille en lui un besoin d’aimer qu’il ne soupçonnait pas, il ne peut abandonner Legion, la petite démone qu’il aime comme sa fille et qui ne supporterait pas une autre femme dans leur vie. De plus, comment être sûr que les cheveux d’ébène et les lèvres si attirantes d’Olivia ne sont pas un piège mortel destiné à l’abuser et l’anéantir ? Déchiré par des pulsions contradictoires, Aeron est pourtant loin de se douter que ce combat entre le devoir et la passion le rapproche de dangers bien plus sombres et bien plus terribles – là où s’estompe la frontière entre le bien et le mal et où l’amour affronte son ultime épreuve.


Avis de Molina

Ah le tant attendu cinquième tome des seigneurs de l’ombre ! Après avoir bataillé pour l’obtenir (et oui comme d’habitude, il est à peine sorti et il est déjà indisponible…), je me suis jetée dessus en véritable fan de la série. Malheureusement ma motivation est retombée en cours de lecture…

Contrairement aux quatre autres histoires d’amour qui nous ont déjà été présentée, celle-ci ne m’a pas particulièrement emballée. Si l’idée de départ est bonne, un immortel habité par un démon amoureux d’un ange et réciproquement, la sauce prend un peu moins bien. Olivia voue quasiment un culte obsessionnel à Aeron et bien entendu, elle prend en grippe Légion. Du côté d’Aeron eh bien les choses ne sont pas beaucoup mieux : entre un démon pitoyable qui gémit après Olivia la moitié du temps et un guerrier immortel particulièrement obstiné et suffisant, on est bien servi ! Au final, leur histoire d’amour fait un peu cliché et manque de ce petit quelque chose qui fait que l’on se passionne pour l’histoire.

Heureusement en parallèle les péripéties s’enchaînent et l’intrigue principal avance. Quelques révélations des plus inattendues nous sont offertes par Gena et les graines sont plantées pour le prochain livre. L’auteure nous donne également quelques nouvelles concernant la grossesse d’Ashlin dont les fans attendent avec impatience le dénouement, en espérant qu’il soit suivi d’autres heureux événements !

Vous l’aurez compris, mon avis est plutôt mitigé sur ce tome. D’un côté le style de l’auteure reste fidèle à lui-même et l’histoire avance bien, ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas et que le récit se lit très agréablement et d’un autre côté, l’histoire d’amour est un peu fade et inférieure à ce à quoi Gena Showalter nous a habitués. J’attendrai le prochain tome avec impatience en espérant qu’il soit plus fidèle à la série côté passion !

lundi 16 mai 2011

Chroniques d'une sorcière d'aujourd'hui ,Tome 1 : Isabelle

Chroniques d'une sorcière d'aujourd'hui
Tome 1 : Isabelle

d'Angèle Delaunois


Éditions Michel Quintin

Sortie le 19 mai 2011
Broché / 224 pages / Prix 14,50 €


Présentation de l'éditeur :

C'est alors que je ressentis à nouveau la vibration qui accompagnait SA présence. Je levai les yeux. Bellotte se balançait devant moi, molle comme une grande poupée de chiffons, un peu transparente. Elle était pendue au grand lustre à pendeloques par une écharpe de soie enroulée plusieurs fois autour de son cou. Ses grands yeux noirs me regardaient fixement. Son visage était paisible, presque étonné. Mon Dieu, elle avait l'air si jeune !

Max et Isabelle, avaient longuement planifié leur voyage en Bretagne, la terre de leur grand-père Legall. À dix-sept ans, ils pouvaient partir sans les parents. Au début, tout a été fantastique. Mais ça s'est gâté le jour où un monstrueux orage les a obligés à se réfugier au Manoir de Bellotte…


Avis de Kamana

Max et Isabelle, des jumeaux âgés de dix-sept ans, habitant au Canada à Montréal, décident de partir seuls pour la Bretagne en vacances. C’est pour eux l’occasion de suivre les traces de leur grand-père français qui a vécu là longtemps auparavant.
Le voyage se déroule sans encombre, le frère et la sœur se complétant parfaitement, chacun avec ses compétences, pour faire de ce séjour un souvenir inoubliable. S’ils avaient su… !

Alors qu’un orage cataclysmique leur tombe dessus, ils trouvent leur salut en se réfugiant dans le Manoir de Bellotte. Leur hôte, Mme Brévelet, les accueille à bras ouvert dans ce sublime domaine décoré style Louis XIV et servant de gîte pour touristes. Isabelle n’est pas à son aise dès leur arrivée et la manière dont la dame a de s’adresser à Max, comme si une complicité les liait d’emblée, va la conforter dans cette gêne. Alors quand leur hôtesse leur propose de les loger et de les nourrir pour seulement trente euros par nuit, ses soupçons vont aller en s’agrandissant. Pourquoi louer la plus belle chambre, celle de Bellotte, à deux adolescents pour une si modique somme ? Mais d’ailleurs qui est Bellotte ? Là se trouve le mystère, là se trouve la clé...

Un roman jeunesse sur les fantômes tout à fait charmant. On pénètre très aisément dans l’histoire en suivant les aventures des jumeaux. Le récit à la première personne, compté par Isabelle, est appréciable, nous la rendant plus intime, surtout qu’elle nous conte son séjour donc le récit est au passé. L’auteur joue de ce fait, nous avons l’impression d’écouter et non de lire l’histoire. On ressent les intonations, les temps d’arrêts, les moments de suspense et les moments de bonheur. L’écriture est rythmée, plutôt fun et jeune, comme une copine qui nous parlerait. C’est chaleureux et du coup on s’attache à l’héroïne. Certaines expressions sont québécoises mais on comprend tout à fait le sens de la phrase et justement ça ajoute un côté amusant.

Les personnages sont touchants surtout Bellotte qui est au centre de l’histoire. Max est plus réservé que sa sœur et moins prompt à croire à l’imaginaire contrairement à Isabelle qui va se découvrir une part cachée… Trop en dire sur les protagonistes gâcherait tout car on en viendrait à trop en révéler. Sachez simplement qu’ils sont captivants car vous ne saurez leur véritable nature et leurs motivations qu’en avançant dans le récit.

L’auteur sait distiller les infos pour nous tenir en haleine tout le long. Des passages très émouvants vont venir ponctuer la trame donnant encore plus d’attrait au roman. Au final on devient très ami avec Isabelle et nous avons hâte de découvrir le deuxième tome qui s’intitulera Alicia à paraître en septembre 2011.

Un roman qui se lit rapidement et qui comblera sûrement les jeunes lecteurs d’imaginaire mais aussi les adultes !

Lady R.

Lady R.
de Henri Courtade
Éditions Les Nouveaux Auteurs

Sortie le 14 avril 2011
Format Broché / Prix 19,90€



Présentation de l'éditeur


En l'an de grâce 1194, Lady Rowena de Windermere, agent de Sa Majesté Richard Coeur de Lion, a pour mission de dérober aux Templiers des documents hérétiques menaçant la paix en Occident. De Venise à l'Écosse, en passant par l'Aquitaine d'Aliénor, Rowena dévoilera un terrible secret qui fera basculer sa vie et celle de tous ceux qui croiseront sa route. Dans un monde où les trahisons et les complots sont la règle, l' amour sera-t-il assez fort pour la sauver des griffes de la mort ? Pourchassée sans relâche par des ennemis de l'ombre, à qui pourra-t-elle accorder sa confiance ?
Une épopée historique au coeur du Moyen Age, des communautés templières et autres sociétés secrètes. L'alliance entre l'énigme, la romance, l'espionnage et le voyage fait de l'héroïne de ce roman une véritable James Bond du XIIe siècle !


Complément Infos sur Loup, y es-tu ?


Avis de Kamana

Une histoire incroyable, riche, prenante, émouvante. Un alliage de tout ce qui fait d’un roman d’aventure une merveille. Voilà tout ce que vous promet Lady R.

Je ne m’attarderai pas à écrire un résumé, le quatrième de couverture donnant toutes les infos nécessaires et en dire plus serait sacrilège ! La mission de Lady Rowena, espionne anglaise au service du roi Richard Cœur de Lion, l’amènera vers des péripéties étonnantes, inattendues, dangereuses. Cette histoire nous conduit vers les plus belles preuves d’amitié mais aussi vers les plus amères déceptions, des trahisons poignantes, cruelles. L’avenir de Rowena est semé d’embûches et ce n’est qu’en se tournant vers son passé qu’elle trouvera les réponses qu’elle cherche.

A aucun moment on ne s’ennuie ! Henri Courtade ne nous permet pas de souffler et vous savez quoi ? On adore et on en redemande. Chaque page nous fait découvrir de nouveaux personnages, de nouvelles aventures, des rebondissements qui nous tiennent en haleine. On se dit qu’on va refermer le livre mais c’est chose impossible. La combinaison entre le suspense, les faits historiques, la romance, les félonies, les complots est un cocktail savoureux et détonant, un soupçon de miel avec une pointe de piment. Un assemblage surprenant et époustouflant !

Côté aventure, nous voyagerons aux côtés de Rowena et de Caméléon, son acolyte, à travers l’Europe de fin XIIème siècle. Entre templiers, Guilde pérégrine, espions français et anglais, traîtres et ennemis, mettre sa confiance en quelqu’un est chose difficile et peut s’avérer mortel. Pour dévier les pièges encore faudra-t-il que Rowena s’allie aux bonnes personnes !

Les personnages sont multiples, nous en rencontrons à chaque étape. Leur nombre n’est pas gênant et au contraire vient enrichir la trame. L’auteur sait mettre en place son histoire, nous présentant chaque chapitre comme une approche d’un nouveau protagoniste au bon moment dans le déroulement, le tout est superbement orchestré ! Vous rencontrerez des gens déloyaux, mesquins, cruels, des assassins dénués de scrupules. Mais vous ferez aussi la connaissance de personnes loyales, sincères, dont la bonté et la générosité n’en seront que plus belles, plus éclatantes dans ce monde dangereux.

Enfin que dire de l’écriture d’Henri Courtade si ce n’est qu’elle est délectable. Riche dans les descriptions, rythmée dans les dialogues, fluide et recherchée, accessible et naturelle. Une harmonie entre la narration et les échanges, entre les décors et le caractère des personnages.

Lady R. est une invite à un voyage surprenant dont à aucun moment vous ne pourrez deviner la suite des événements. Un livre d’espionnage où l’équilibre est parfait entre intrigue et romance, entre amitié et suspicion. Les amoureux d’aventures historiques vont tout simplement se régaler. A lire d’urgence !

dimanche 15 mai 2011

Webzine : Le courrier des lecteurs


Le webzine du forum va bientôt voir le jour et comme vous le savez déjà sûrement, ce premier numéro sera dédié à la romance historique.

Une petite partie de celui-ci sera réservée au "Courrier des lecteurs" aussi, nous vous invitons d'ores et déjà à nous poser les questions qui vous trottent dans la tête sur la romance historique, que ce soit sur le genre, les titres, les auteurs, les visuels de couv, les éditeurs ... bref, tout ce que vous souhaitez savoir sur la romance historique sans jamais oser (ou presque) le demander !

Même les questions les plus incongrues sont les bienvenues ^^
Nos rédacteurs se feront une joie de vous répondre par le biais du webzine Very Happy

Pour ce faire, envoyez nous un mail à l'adresse suivant :
webzine.bitlit.com@gmail.com

A vos questions, nous sommes tous et toutes ouïe Wink

samedi 14 mai 2011

Les frères Malory, tome 1 : Le séducteur impénitent


Les frères Malory, 
Tome 1 : Le séducteur impénitent
de Johanna Lindsay

Editions J'ai Lu
Collection Aventures et Passions

Réédition le 19 janvier 2011
Poche / 6,50 €



Présentation de l'éditeur :

C’est maintenant ou jamais ! Nicolas lance sa monture vers la jeune femme, la saisit par la taille et la jette en travers de la selle. Bien joué ! Même à jeun, il n’aurait pas mieux fait. Sa victime commence à hurler, il lui enfonce un mouchoir de soie blanche dans la bouche et lui lie les poignets avec sa cravate. Une maîtresse infidèle ne mérite pas d’autre traitement ! Savourant sa vengeance, Nicolas retourne chez lui avec son précieux fardeau. Et découvre, stupéfait, la vérité : ce n’est pas Selena qu’il a enlevée, mais une inconnue ! Ravissante au demeurant : d’immenses yeux bleus dans un visage aux reflets d’ivoire, une robe de mousseline rose qui ne cache rien de ses formes provocantes... Et si, après tout, sa terrible méprise se révélait la plus délicieuse des erreurs ?


Avis de Scende

Nicholas Eden est lassé de sa maîtresse, la somptueuse Selena Eddington. Pourtant fort belle, il n’arrive plus à apprécier les joies charnelles et ne pense qu’a arrêter là leur relation. Mais la belle n’est pas de cet avis et avant même qu’il ait eu le temps de lui déclarer leur rupture, elle le prend de court et, voulant le rendre jaloux, lui apprend qu’elle a un autre homme en vue. Voulant se venger de cet affront, le Lord éméché la capture sur le pas de la porte de celui qu’il croit être son amant. Sa surprise est immense lorsqu’il constate que la demoiselle qu’il a enlevée n’est pas Lady Eddington, mais une ravissante inconnue !
Sous le charme, Nicholas veut faire d’elle sa nouvelle maîtresse. Mais alors que tout le monde apprend la mésaventure de Lady Regina, celle-ci perd son honneur et le lord qui ne voulait pas l’épouser se retrouve forcé de la marier.

L’entrée en matière est plutôt laborieuse. Si le roman commence directement sur la rupture de Selena Eddington avec Nicholas, nous sommes rapidement submergés par une profusion de personnages, qui à eux tous, amèneront l’auteur à nous parler de la belle Regina. Il est difficile de rencontrer autant de personnages d’un coup dès les premières pages du roman. Toutefois, passé ce moment, le livre se lit si facilement, et l’histoire est si agréable que l’on a qu’une envie : ne pas cesser la lecture !

Les personnages sont agréables. Typiques de ce type de romance et de cette époque, ils cadrent bien avec le thème. Ce sont les mêmes caractères que l’on va retrouver dans tous ces romans appartenant à la romance historique : un héros masculin viril et débauché dans de nombreux cas, respectant un crédo établi lors de ses plus jeunes années. La demoiselle quant à elle, est souvent une débutante qui fait son entrée dans le monde et se cherche un mari. Au programme : bals, réceptions, promenades à cheval dans les parcs… et bien sûr le grand amour !
Les personnages de ce roman ne dérogent pas à la règle, mais l’histoire est bien menée et cela en fait un premier tome vraiment sympathique.

Au fil de la lecture, les évènements prennent de l’ampleur et l’action est autant au rendez-vous dans cet opus que l’amour : enlèvements, rencontres, jalousie et secrets dévoilés peuplent les pages. On n’a pas le temps de s’ennuyer à la lecture du Séducteur impénitent… Pour les amoureux du genre… !

lundi 9 mai 2011

Les Deux Sœurs Tome 2 : Sorcière


Les Deux Sœurs
Tome 2 : Sorcière
de Marie Brennan

Éditions Eclipse
Collection Fantasy

Sortie le 29 avril 2011
Format Broché / Pages 416 / Prix 17€


Présentation de l'éditeur

Les extraordinaires talents de Mirei en font maintenant la magicienne la plus puissante qui soit. Pour certains, elle est un miracle vivant ; pour d’autres, une abomination et l’incarnation du Mal… et ils ont fait vœu de détruire tous ceux qui la soutiennent. Les sorcières des deux camps s’engagent dans une guerre sanglante, sans merci, et pour la gagner elles recourent sans hésiter à la magie, la traîtrise, le meurtre. Mais il se pourrait que ces adversaires s’affrontent pour rien. Car le pouvoir que redoutent les sorcières rebelles, cette magie ultime qui n’appartient qu’à Mirei, ce don, est aussi son arrêt de mort.


Avis de Pauline:

Mirei est désormais la sorcière la plus puissante qui n’ait jamais existée, mais aussi l’unique représentante de son espèce. Alors que certains voient en elle un miracle et un don du ciel, pour d’autres elle n’est qu’une abomination, une créature qui n’aurait jamais du voir le jour et qui doit être éliminée au plus vite. Son existence entraîne de nombreux changements que beaucoup perçoivent d’un très mauvais œil. Mais sa seconde naissance n’est que le début d’une nouvelle aire de sorcières. Des jeunes filles qui suivent ses traces doivent être mises en sécurité, tout comme leurs double-sosies afin de les préparer au mieux à la transformation que Mirei vient tout juste de vivre, mais aussi pour les mettre à l’abri de la guerre qui se prépare. Cette guerre sans merci entre deux camps de sorcières qui ne reculeront devant rien pour parvenir à leurs buts.

Sorcière, le second tome du diptyque Les Deux Sœurs est tout simplement un véritable chef d’œuvre. Les personnages sont très bien travaillés et savamment complexes, l’intrigue extrêmement bien menée, le cadre de l’histoire et l’univers du diptyque très complets et bien qu’un peu complexe et difficile à suivre au début, on se laisse très vite absorber dans ce monde fantastique. On ne suit pas que les aventures de Mirei dans ce tome-ci, mais lors de certains chapitres, nous sommes aussi avec Satomi ou Eclipse, ce qui ne rend la lecture que plus entraînante et passionnante. Sorcières, Chasseurs et Cousines sont tous impliqués dans l’action et on appréhende l’organisation, l’implication et la complexité des différents groupes. L’auteure arrive à nous rendre accro à son roman et à nous tenir en haleine jusqu’à la fin et on ne souhaite pour rien au monde en rater un seul morceau.

Marie Brennan est, pour sûr, une auteure de talent et signe avec ce diptyque une excellente série qui, on l’espère, ne sera pas la dernière !

samedi 7 mai 2011

Les Gardiens de l'éternité Tome 1 : Dante d'Alexandra Ivy


http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/6/2/1/9782811205126.jpg
Les Gardiens de l'éternité
Tome 1 : Dante
d'Alexandra Ivy

Editions Milady

Collection Bit-lit

Sortie le 22 avril 2011
Format poche / 7€




Présentation de l’éditeur

La tentation est éternelle…
Abby Barlow était loin d’imaginer que travailler pour cette femme mystérieuse pourrait faire basculer sa vie. La mort de cette dernière va plonger Abby dans un monde de danger et de ténèbres, car elle est subitement chargée d’un bien lourd fardeau : elle est devenue le Calice, porteuse de la déesse du bien, cible de tous les démons.
Heureusement, elle dispose d’un allié de choix : Dante. Mortellement dangereux et outrageusement sexy.
Un convent de sorcières a réduit ce vampire en esclavage quelques siècles auparavant et en a fait le gardien du Calice. Maintenant que c’est la belle et douce Abby qui est menacée, son dévouement ira bien au-delà des exigences de sa mission.

Avis de Molina

La nouvelle série de Milady Les gardiens de l’éternité est indubitablement de la romance paranormale. Si vous recherchez de la bit-lit et de l’aventure, passez votre chemin.

Cela étant dit, l’univers créé par Alexandra Ivy est très agréable. Fantômes, vampires et autres créatures s’y mêlent pour notre plus grand plaisir. Des démons plutôt sympathiques et des humains carrément horribles, voilà qui change un peu du caricatural ‘les humains sont parfaits et à protéger, et les autres sont forcément mauvais’. De plus l’atmosphère créée par les différents personnages renvoie un sentiment de légèreté et d’humour qui est rafraîchissant.

Par contre, en ce qui concerne l’histoire d’amour, l’auteure s’est contentée d’un schéma assez classique, pas de grande révolution de ce point de vue. Les deux héros sont très attirés l’un par l’autre, un événement survient et Dante se retrouve à protéger Abby, ce qui facilite les rapprochements. Heureusement, point d’héroïne larmoyante mais plutôt une optimiste ce qui renforce les pointes d’humour entre eux. Par moment l’ambiance est des plus légère et à d’autres, des plus passionnée, car ne vous y trompez pas l’attirance entre ces deux là est brûlante.

Vous l’aurez compris, Alexandra nous offre ici une jolie romance à lire lors d’une envie de romantisme. L’histoire d’amour est bien menée et comble les envies du moment mais sans nous offrir le livre de l’année.

Kitty au Capitole, Tome 2

Kitty au Capitole, Tome 2
de Carrie Vaughn


Editions Pygmalion 
Collection Darklight

Sortie le 9 février 2011
Semi-Poche


Présentation de l'éditeur :

"Lorsqu’on est devenue célèbre grâce à une émission de radio - et loup-garou, accessoirement -, on préfère être entendu plutôt que vu, vous me comprenez certainement. Mais voilà, maintenant que j’ai été invitée à témoigner devant le Sénat sans aucun moyen d’y échapper, mon visage a été retransmis sur tous les écrans de télévision du pays. Comme si je n’avais pas suffisamment d’ennemis ! Parmi les nouveaux venus, la reine vampire de la ville et un député plus que religieux... Mes ennuis ne font que commencer..."
Avis de Molina

Autant le dire tout de suite, ce deuxième tome est tout aussi bon que le premier !

L’auteure nous redonne le même schéma de construction que pour Kitty et les ondes de minuit, à savoir un début d’histoire bien sympathique avec des péripéties qui s’enchaînent tranquillement et qui mettent en scène la suite de l’histoire et une fin explosive ! On ne peut s’empêcher d’avoir l’impression que Carrie Vaughn se lache à chaque fin d’histoire. Les rebondissements s’accélèrent, les révélations aussi et les émotions explosent, un vrai feu d’artifices ! Si vous posez sans problème le livre dans les premiers chapitres, ça devient impossible dans les derniers.

Côté personnages, nous sommes gâtés. De nouveaux apparaissent, dont un certain garou chaud comme la braise, que nous espérons bien retrouver dans les prochains tomes de la série. Mais la partie la plus intéressante, reste la découverte de personnages plutôt mineurs du précédent opus, comme Ben, qui prennent une importance dans cette histoire. Des découvertes, des émotions, le tout parfaitement maîtrisé. Un vrai plaisir !

Il ne nous reste plus qu’à attendre la sortie d’un troisième tome, l’attente sera longue...

Avis d'Elaura

Le premier opus, Kitty et les ondes de minuit, nous avait déjà laissé bonne impression, une nouvelle héroïne de bit-lit plutôt sympathique, relativement différente de ses semblables même si elle a la même faculté à s'attirer une tonne d'ennuis à la minute.
L'essai est transformé avec brio puisque ce second tome est encore meilleur que le premier !
Kitty, qui est devenue une animatrice radio nomade depuis son combat avec son ancien alpha, est convoquée à Washington pour témoigner au Congrès devant le Sénat des Etats-Unis sur la véracité et l'existence des êtres surnaturels, comme les loups-garous. Son émission de radio étant diffusée sur des ondes nationales, Kitty s'est fortement exposée et récolte forcément ce qu'elle a semé.
Son séjour à Washington ne sera pas de tout repos …

C'est avec beaucoup de plaisir que nous avons retrouvé Kitty, cette louve à mi chemin entre Mercy et Anna qui n'aspire qu'à la tranquillité et qui, pourtant, s'insurge contre toute forme d'injustice. Ce qui la mettra souvent en danger. D'un tempérament curieux (rien d'étonnant pour une animatrice radio) elle est impulsive et agit sans réfléchir. Sous ses airs de femme indépendante, c'est pourtant une louve craintive qui garde profil bas et prend la fuite face au danger. C'est cette ambiguïté, ce combat perpétuel entre l'envie de se faire toute petite pour ne pas être remarquée, et celui de paraître forte et déterminée qui nous la rend si attachante. Ce n'est pas une grande gueule musclée comme le sont souvent les héroïnes du genre, mais simplement une femme comme vous et moi qui n'a pas eu beaucoup de chance. A la différence, que c'est un loup-garou. Certes, cette particularité lui donne un avantage, mais loin d'être une femelle dominante Kitty n'hésite pas à demander ou à attendre de l'aide quand elle est en difficulté. Irréfléchie oui, mais pas idiote non plus. Et j'avoue que c'est plaisant de retrouver une femme certes, combative, mais loin d'avoir la maîtrise nécessaire pour battre ses ennemis.

De nouveaux personnages apparaissent, tout aussi intéressants que dans le roman précédent et l'intrigue n'en devient que plus passionnante. Cette escapade au Sénat permet une critique acerbe de la société américaine, de sa politique puritaine et des méthodes pas toujours catholiques des membres du gouvernement. C'est bien écrit et les opinions de l'auteure transparaissent clairement dans le récit, ce qui confère à l'ensemble une certaine légitimité.

Une roman brillamment réussi, qui nous conforte dans l'idée que Kitty Norville est dorénavant une héroïne incontournable du petit univers de la bit-lit en France.

mercredi 4 mai 2011

Chasseuse de vampires, Tome 1 : Le sang des anges

Chasseuse de vampires
Tome 1 : Le sang des anges

de Nalini Singh


Éditions J'ai lu
Collection Darklight

Sortie le 16 mars 2011
Poche / 8,90€



Présentation de l'éditeur

La tueuse de vampires Elena Deveraux sait qu'elle est la meilleure. Ce qu’elle ne sait pas en revanche, c’est si elle est à la hauteur pour sa nouvelle mission. Engagée par le magnifique et tout aussi dangereux archange Raphaël, un être si meurtrier que nul mortel ne veut attirer son attention, une seule chose est claire: l'échec n'est pas une option ... même si la tâche est impossible. Parce que cette fois, ce n'est pas un vampire rebelle qu’elle doit traquer. C'est un archange qui a mal tourné. Ce travail va entraîner Elena au milieu d'un massacre pas comme les autres ... et sur le fil du rasoir de la passion. Si la chasse ne la détruit pas, peut-être en sera-t-il autrement si elle succombe au séduisant Raphaël. Car quand les archanges jouent, ce sont les mortels qui paient les pots cassés.

Avis de Kamana

Une très belle surprise, des instants intenses en émotion, voilà un premier tome  très réussi !

Pour les amatrices de romance paranormale, ce livre est un petit bijou, un concentré de tout ce qu’on aime : du fantastique, de l’amour, du beau mâle, une héroïne qu’on n’est pas près d’oublier et surtout une bonne dose de suspense. Bon d’accord, côté action ça tarde à venir mais l’écriture et les personnages sont si délectables qu’ils nous font vite oublier cet aspect de l’histoire.

Elena Deveraux est une chasseuse-née de vampires, ce qui lui donne un avantage conséquent par rapport à ses collègues, elle est née pour ça et elle est capable de sentir leur odeur même quand ils sont encore très jeunes. Elle capture les fugitifs et les ramène à leur maître, les anges. Il faut savoir qu’un vampire ne peut être libre avant ses 100 premières années.
Son amie et patronne de la Guilde, Sara lui annonce que l’Archange Raphaël veut la rencontrer pour un nouveau contrat. Raphaël… L’Archange de Manhattan…

Nalini Singh innove non seulement avec l’existence d’anges, qui ont le pouvoir et le contrôle, mais aussi avec celle des vampires. En effet ces derniers sont Transformés par les anges, une fois la demande faite et acceptée, car il faut être viable et subir des examens. Et au-dessus des anges il y a leurs chefs, le Cadre des Dix, les Archanges qui règnent sur le monde depuis des millénaires. Voilà de quoi donner des sueurs froides même à la plus aguerrie des chasseuses !

Entre Raphaël et Elena des étincelles vont jaillir. D’une entente houleuse voire mortelle, leur relation évolue petit à petit mais non sans douleur et menaces. Un jeu de domination s’installe, l’Archange tente d’avoir le dessus, mais c’était sans compter sur le caractère déterminé de la chasseuse qui même si la mort lui fait peur ne se laissera pas démonter. Une part obscure de son passé, dont l’auteur nous donne de-ci, de-là des éléments, y est pour beaucoup.

Nalini Singh a su nous accrocher là où d’autres s’y sont perdus : Raphaël est très âgé et l’auteure n’est pas tombée dans le piège de nous servir un immortel niais avec une mentalité d’adolescent. L’Archange est magnifiquement terrifiant, porte le poids de ses années avec cruauté et détachement vis-à-vis des hommes. Et la beauté de ses aspirations, en se rapprochant d’Elena, est troublante, éclatante… Aller, on arrête, à vous de le lire !

Vous serez surpris par le cours du récit et par une fin majestueuse comme rarement nous en avons dans ce genre d’histoire. Un premier tome à découvrir d’urgence pour tous les accros de la romance paranormale !

mardi 3 mai 2011

Orgueil et préjugés


Orgueil et préjugés
De Jane Austen

Editions gallimard
Collection Folio Classique

Date de sortie : 1813

Format poche / 467 pages


Présentation de l'éditeur :

Orgueil et préjugés (1813) est le roman le plus populaire de Jane Austen. L'histoire en est simple : Elizabeth Bennet, qui se croit dédaignée par Darcy, jeune homme riche et hautain, s'amourache d'un bel officier, Wickham. Au roman sentimental et de coup de foudre, Jane Austen substitue celui qui décrit l'évolution d'une psychologie plus complexe, où se mêlent la raison, le sentiment de gratitude, la méfiance à l'égard des " premières impressions ". L'abondance des menus événements, qui passionnent autant que de grandes aventures, fait l'un des charmes du roman britannique. Elle se combine avec la finesse d'une analyse entièrement intégrée à la description du comportement, et avec un humour discret, mais toujours présent.

Avis de Scende

J'ai abordé cette histoire pour la première fois, sur support cinématographique, avec le délicieux Orgueil et Préjugés de Joe Wright, paru en 2006. Subjuguée, je me suis empressée de me procurer le livre et j'ai, par là même, rencontré la célèbre Jane Austen.

Un vrai coup de foudre entre cette œuvre et moi-même puisque je ne me lasse jamais ni de relire le livre, ni de regarder l'adaptation ciné.

L'histoire se déroule dans un petit village d'Angleterre, dans lequel vit la famille Bennet.
Mrs. Bennet, n'a qu'une obsession : marier ses filles à de bons partis afin de leur assurer un avenir serein à chacune. L'arrivée, dans le domaine voisin, de Mr. Bingley, et de sa famille et son ami Mr. Darcy, va plonger la famille Bennet dans de grands émois : Jane, l'ainée, va s'éprendre du doux Mr. Bingley, et Elizabeth, va s'opposer au sinistre Mr. Darcy. Pourtant, ces deux derniers vont se rapprocher et apprendre à se connaître malgré leurs ressentis premiers...

Jane Austen fait, à travers l'écriture d'Orgueil et Préjugés, une critique juste de la société, à son époque. En exagérant quelque peu les traits de ses personnages, elle met en valeur les absurdités de ses pairs et de la haute société face au mariage des jeunes gens. Ce trait d'humour permet une critique juste et bien sentie, la description de la société contemporaine à Jane est fort bien faite et l'on s'y croirait, avec plaisir!

Les personnages sont fort bien construits, et ça à été un plaisir pour moi, à la lecture du roman, de m'imaginer à la place d'Elizabeth, à côtoyer Mr. Darcy lors des bals donnés à Meryton! La demoiselle a la répartie facile et ne se laisse pas avoir facilement. Et pourtant c'est avec des œillères sur les yeux qu'elle va aborder le si sombre Mr. Darcy. Cependant, elle sait aussi reconnaître ses tords!

Mr. Darcy, est d'un premier abord froid et distant, même pour le lecteur, et il n'hésite pas à juger un peu rapidement les gens. Ce qu'il fait avec Elizabeth. Toutefois, même le lecteur se laisse avoir, et Jane Austen, au fil des pages et de manière imperceptible, nous conduit à changer d'avis et à apprécier le personnage!

En conclusion, je dirais que j'ai adoré la manière utilisée par Jane Austen pour extraire tout l'incongru des manœuvres de Mrs. Bennet pour marier ses filles, j'ai adoré la répartie d'Elizabeth, et le sombre Mr. Darcy! Que ce soit dans le roman ou l'adaptation cinématographique, Orgueil et Préjugés à su me toucher et m'émouvoir! (si si!)

Le chevalier servant de Virginia Henley


Le chevalier servant
de Virginia Henley

Éditions J'ai Lu
Collection Aventures et Passions

Sortie le 16 février 2011 


Présentation de l'éditeur


Angleterre, 1253. Rosamond Mareshall, pupille d'Aliénor de Montfort, la sœur du roi Henri III Plantagenêt, doit épouser le chevalier Rodger de Leyburn, intendant du prince Edouard. Dans les bras de son mari, Rosamond découvre la sensualité, mais son cœur bat pour un autre. 


Avis de Kamana


Du très bon Virginia Henley qui comme à son habitude partage le récit entre faits historiques et romance.

Dans ce troisième tome de la saga des Plantagenêt nous suivons les aventures de Rosamond Mareshall. Orpheline très jeune, perdant également son frère lors d’un tournoi, la jeune fille qu’elle est alors sera fiancée à Rodger de Leyborn, intendant et meilleur ami du prince Edouard.
Cinq années passent… Le mariage approche et Rosamond n’en veut pas !

Posons d’abord le contexte historique. Simon de Monfort est le beau-frère du roi Roi Henri III Plantagenêt. Il est également le porte-parole et, en
quelque sorte, chef des barons des provinces anglaises. Il a fait signer au roi les Provisions d’Oxford, un traité qui modifie le pouvoir, transformant la royauté en gouvernement où des membres- en l’occurrence les barons- se réunissent en sessions de Parlement, où chacun donne son opinion, son vote. Une constitution qui n’est pas du goût d’Henri III même si son nom figure dessus. Le roi tente de faire annuler le traité par le Pape lors de son voyage sur le continent européen.

Pendant ce temps, Simon de Monfort sachant cela, tente de rallier le Prince Edouard à sa cause s’assurant ainsi un allié de taille. Le mariage de Rosamond et Rodger lui permettra aussi de garantir ses appuis du fait que l’intendant ait une très grande influence sur Edouard.

A partir de ces faits historiques, nous comprenons que Rosamond ne veut pas de ce mariage imposé. Elle qui a grandi en liberté au sein de la
famille Monfort, ne veut pas devenir l’épouse de Rodger pour justifier une alliance, ne veut pas choisir entre sa loyauté envers ses tuteurs et
celle contrainte envers son époux et surtout, surtout elle en aime un autre. Ils vont devoir s’apprivoiser, chose relativement complexe avec le contexte qui est le leur. Comme chien et chat, la confiance sera un cadeau à mériter, l’amitié un parcours de tous les jours et l’amour un
miracle dont seule la patience, la fidélité et la franchise en feront une évidence.

Des personnages forts, caractériels, imposants et divers viennent enrichir cette romance. Entre une garce ambitieuse et sans scrupules, une reine mauvaise, une princesse douce et généreuse, un chevalier flamboyant et adoré, des amis et ennemis, des guerres, des morts, des trahisons, des non-dits, Virginia Henley ne nous laisse aucun répit pour notre plus grand bonheur. L’auteure a su exactement à quel moment alterner dans son récit la romance et les faits historiques. Une très bonne combinaison toute en harmonie.

A découvrir !

Les Hathaway Tome 3 : La tentation d'un soir de Lisa Kleypas


Les Hathaway
Tome 3 : La tentation d'un soir

de Lisa Kleypas

Éditions J'ai lu
Collection Aventures et Passions

Sortie le 4 mai 2011



Présentation de l'éditeur :

Poppy Hathaway, qui a toujours rêvé d'une vie normale et ordinaire, a été abandonnée par son seul grand amour, Michael Bayning. Au cœur d'un scandale, elle n'a qu'une solution pour s'en sortir : épouser Harry Rutledge, un beau et mystérieux propriétaire d'hôtel.


Mais Harry a de nombreux secrets et Poppy va finalement devoir se poser une question qui lui pince le cœur : que doit faire une héroïne quand elle a fini par épouser le méchant de l'histoire ?

Avis d'Elaura

La famille Hathaway est décidément passionnante et après la magnifique histoire de Winnifred et Merripen, Lisa Kleypas met Poppy sur le devant de la scène avec une romance en demi- teinte qui nous touche par sa profondeur.

En effet, Poppy, folle amoureuse du jeune Michael Bennings, espère désespérément devenir sa femme. Mais l’absence de sang bleu de la famille et sa réputation est un énorme frein. Ils sont pourtant tout deux très épris l’un de l’autre.

Mais alors qu’un jour elle part à la chasse au furet dans les coins sombres de l’hôtel Rutledge où la famille réside pendant la saison, Poppy fait la connaissance du maître des lieux.

Cette rencontre va sceller son destin de manière définitive car Harry Rutledge a décidé de faire d’elle sa femme quitte à ruiner la vie de ses prétendants. 

De machinations en tromperies, il arrivera à ses fins. Mais Poppy, qui a conscience du machiavélisme de son mari, accepte d’être sa femme sur le papier mais certainement pas dans son cœur … 

Partant d’un schéma pourtant éculé en romance historique, l’auteure nous emmène dans un récit captivant où nos deux protagonistes s’affrontent à leur manière. De joutes verbales en non-dits douloureux, Harry et Poppy s’efforceront de se comprendre sans jamais vraiment y parvenir. Lui est un homme dur que la vie n’a pas épargné et qui depuis l’enfance utilise les gens qui l’entourent sans laisser transparaître la moindre affection. Elle est une femme aimante qui rêve d’une vie à la campagne, saine et tranquille, autant dire que tout les opposent et pourtant … la magie va finir par opérer, mais non sans difficultés.

Après le second opus de la saga qui fut une véritable claque, nous pouvions nous demander si Lisa Kleypas allait réussir à faire mieux. Et bien à notre grande surprise elle n’a pas fait mieux mais différent, la passion laissant place à la compréhension, la fougue à la patience. Un roman plus intimiste qui met en exergue la complexité des rapports matrimoniaux où parfois le pardon peut-être libérateur. Un moment de lecture intense, parfois douloureux mais très émouvant, du grand Kleypas en somme.

Les Gardiens de l'éternité Tome 1 : Dante d'Alexandra Ivy

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/6/2/1/9782811205126.jpgLes Gardiens de l'éternité
Tome 1 : Dante
d'Alexandra Ivy

Editions Milady

Collection Bit-lit

Sortie le 22 avril 2011
Format poche / 7€



Présentation de l’éditeur

La tentation est éternelle…
Abby Barlow était loin d’imaginer que travailler pour cette femme mystérieuse pourrait faire basculer sa vie. La mort de cette dernière va plonger Abby dans un monde de danger et de ténèbres, car elle est subitement chargée d’un bien lourd fardeau : elle est devenue le Calice, porteuse de la déesse du bien, cible de tous les démons.
Heureusement, elle dispose d’un allié de choix : Dante. Mortellement dangereux et outrageusement sexy.
Un convent de sorcières a réduit ce vampire en esclavage quelques siècles auparavant et en a fait le gardien du Calice. Maintenant que c’est la belle et douce Abby qui est menacée, son dévouement ira bien au-delà des exigences de sa mission.


Avis de Kamana


Abby travaille pour une femme étrange et suite à la mort de celle-ci, elle se retrouve porteuse du Calice, aussi appelé le Phoenix ou encore la déesse du bien. Cette entité aux pouvoirs immenses empêche par sa simple présence dans le monde des mortels la venue du Prince de ténèbres. Le problème, et il y en a toujours, c’est que mal contenu et méconnu de son hôte, le Calice attire tous les démons comme un aimant. Ceux-ci vont donc se mettre en chasse de la belle et farouche Abby pour la donner à leur maître, un magicien puissant au service du prince du mal. Son seul espoir dorénavant est de confier sa vie au beau Dante, vampire sublime, gardien du Calice malgré lui. Entre ces deux-là l’attraction sera incroyable voire insensée…

Avec ce premier tome, Alexandra Ivy nous donne le ton pour les opus suivants : de la romance paranormale tournée vers le côté glamour plutôt que vers l’action. Dès les premières pages nous entrons dans le vif du sujet. Abby et Dante vont avoir les hormones en ébullition tout au long du livre. Qu’il y ait une horde de méchants juste à côté ? Bagatelle ! Rien n’empêchera les tourtereaux de se peloter même en plein milieu d’une bataille. Certes c’est mignon, ça échauffe les sens, mais trop c’est trop !

Le côté suspense va être complètement annihilé, laissant tout un pan du livre en attente. Pourtant il y aurait eu matière à mettre du piment et de faire de ce roman une belle réussite. Entre des démons assoiffés de sang, des sorcières au service du Calice mais au tempérament plus que dangereux, un magicien doté de pouvoirs impressionnants et enfin des vampires au glamour alléchant, voilà un éventail de personnages intéressants. Malheureusement, ils ont été trop peu mis en avant, devenant des méchants de pacotille…

Alexandra Ivy nous offre ici des immortels certes charmants, dangereusement attirants mais non aboutis. Elle n’a pas fait un seul effort d'imagination concernant leur nature vampirique. Comme le dit Abby, il ne manquerait plus qu’ils se transforment en chauve-souris et on serait proche du mythe !

Tout n’est pas négatif, puisqu’il faut avouer tout de même que cette histoire se lit facilement, nous emportant malgré nous dans l’idylle de nos tourtereaux. Leur côté "je-ne-peux-me-passer-de-toi" est parfois comique et le caractère des personnages renforce l’attrait. Nous allons également faire la connaissance de Viper qui sera le héros du prochain tome. Son âge, son tempérament nous laissent présager d’agréables moments à venir !

Vous l’aurez compris, avec le premier tome de cette série, vous plongerez dans un monde de magie et d’amour où les sentiments seront mis en avant au détriment du suspense. Une romance paranormale douce et bouillante à la fois, comique et légère qui comblera les passionnés de sensualité mais qui laissera un goût amer pour ceux épris d’action.