Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

samedi 30 octobre 2010

Les enquêtes de Lavinia et Tobias, Tome 1 : L'intrigante de Londres d'Amanda Quick


 Les enquêtes de Lavinia et Tobias, 
Tome 1 : L'intrigante de Londres
d'Amanda Quick

Éditions J'ai lu
Collection Aventures et Passions

Réédition le 3 mars 2010
Format poche / 315 pages / 6,50 €


Présentation de l'éditeur :

Avec ces gros bas de laine, ces chaussures éculées et ce vieux manteau, Lavinia est méconnaissable. Un seau d’eau, une serpillière et un balai compléteront son déguisement. A quelles extrémités vous conduit la profession de détective privé...
- C’est parfait, approuve la femme de ménage. Si je ne savais pas que vous étiez une lady, je parierais que vous cherchez à me voler ma place ! Quelques pièces ont suffi pour qu’elle remette à Lavinia les clés de la galerie secrète. Voilà enfin l’occasion d’examiner de près le travail de Huggett, ce sculpteur si antipathique. Est-il l’auteur de la macabre poupée vaudou qu’a reçue la cliente de Lavinia ? Cela expliquerait bien des choses... Armée de son seau et de son balai, Lavinia gagne le premier étage. Et ce qu’elle découvre dans la galerie lui arrache un cri de stupeur. De l’obscurité émergent des personnages de cire nus, figés dans des postures érotiques d’un réalisme incroyable !


L'avis d'Elaura :

Pour le plus grand bonheur des fans d’Amanda Quick, J’ai Lu réédite certaines de ses premières œuvres. L’intrigante de Londres est le premier volet d’une trilogie basée sur les enquêtes de Lavinia Lake et Tobias March, deux détectives privés, aussi inhabituels qu’incongrus mais particulièrement doués, pendant la régence anglaise.

Ce premier opus met en scène la rencontre de nos deux héros dés le début et de manière explosive. Ce qui va déterminer la nature de leurs rapports tout au long de l’intrigue. Celle-ci, particulièrement bien menée va de rebondissements en rebondissements et flirt de prés avec le thriller historique tel que nous le connaissons aujourd’hui. C’est enlevé, intelligent, passionné et les dialogues sont de véritables moments de bonheur. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants et contribuent au plaisir que nous avons à lire leurs aventures.

Lavinia et Tobias, bien que diamétralement opposés forment un couple harmonieux, piquant, irradiant une sensualité décomplexée qui nous offre des scènes intimes très cocasses à l’humour jamais déplacé, marque de fabrique d’Amanda Quick !

Espérons que J’ai Lu réédite rapidement la suite des péripéties de nos deux détectives pas comme les autres. Un très divertissant moment de lecture !

samedi 23 octobre 2010

Les Chroniques de Mackayla Lane, Tome 4 : Fièvre fatale de Karen Marie Moning

Les Chroniques de Mackayla Lane 
Tome 4 : Fièvre fatale
de Karen Marie Moning

Editions J'ai Lu

Sortie le 20 octobre 2010
Format semi-poche / 597 pages / 12 €


Présentation de l'éditeur :

Il a volé son passé mais Mackayla ne permettra jamais au meurtrier de sa soeur de lui voler son futur. Cependant, elle, la sidhe seer ne peut pas égaler Le Maître qu’il est. Il a soumis Mackayla a une horrible torture, une insatiable soif sexuelle qui la consume et la pousse vers deux hommes dangereux qu’elle désire mais en qui elle ne peut avoir confiance.

Alors que l’énigmatique Jericho Barrons et le sensuel prince Faë V’lane assiègent son corps et son âme, alors qu’elle découvre de mystérieuses annotations dans le journal de sa soeur et que le pouvoir du Livre qu’elle recherche sème l’anéantissement dans la ville, les ennemis de Mac lui propose un nouveau défi.

C’est une invitation que Mac ne peut pas refuser, qui la pousse chez elle, en Géorgie. Lorsque ses parents disparaissent et que la vie de ceux qu’elle aime est menacée, Mac est sur le point de découvrir une vérité qui pourrait la briser, à propos d’elle-même et de sa soeur, de Jericho Barrons aussi...et à propos du monde qu’elle pensait connaître.


Avis de Pauline22 :

Notre tourment de l’attente du quatrième tome des aventures de MacKayla Lane s’achève enfin par la sortie de ce nouvel opus qui est pour le moment et de loin le meilleur de la série.

Le supplice de MacKayla Lane reprend exactement là où nous avions été contraints de l’abandonner, c’est-à-dire entre les bras de quatre Princes Faës unseelies utilisant leurs facultés de volupté fatale pour faire d’elle une Pri-ya au service du Haut seigneur. Au milieu d’un Dublin dévasté par la terrible nuit de Samhain, cette créature ne vivant plus que pour les plaisirs charnels saura-t-elle poursuivre sa mission, sauver l’humanité en mettant la main sur le Sinsar Dubh et renvoyer les Faës unseelies dans leur monde pour venger sa sœur ?

Plus, vous n’en saurez pas, de peur de vous en dévoilez un peu trop et de réduire votre plaisir à l’avoir entre les mains, car dès le début, révélations et rebondissements inattendus sont à prévoir. Ce livre va de surprises en surprises, nous apportant toujours plus de réponses aux questions que l’on a pu se poser à la fin du troisième tome, mais ne nous laissant aucun répit et aucune idée de ce qui est à prévoir pour la suite des aventures de Mac toujours plus inattendues. Lorsqu’un voile du mystère se lève, dix autres interrogations sont soulevées, nous laissant toujours plus confus, dans un brouillard complet et déroutant. Saurons-nous avant la fin qui est réellement Barrons, quelles sont les vraies origines de Mac, va-t-elle un jour réussir à mettre la main sur le Sinsar Dubh, que s’est-il réellement passé la nuit de Samhain…

Karen Marie Moning a le don de nous emmener toujours plus loin dans l’intrigue, nous donnant une impression de toujours mieux connaître ce monde, mais à l'évidence, on ne sait presque rien. Les personnages commencent doucement à se dévoiler en restant toujours aussi mystérieux et de plus en plus sombres. Le nouveau Dublin est à l’image de l’œuvre, un savant mélange entre la réalité et le monde des Faes, débordant de la fabuleuse imagination de l’auteur et de son style d’écriture enivrant et addictif.

L’auteur manie sa plume avec brio, nous amenant à vivre, à subir et à souffrir avec Mac et nous laissant une fois de plus sur une fin des plus frustrante. Pour moi, cette série reste la meilleure de par son imprévisibilité, sa construction, son intégrité, mais aussi son côté sombre, déroutant et ses fins toujours plus frustrantes. Les sentiments de colère et d’euphorie suscités par la fin de ce nouveau tome, nous font espérer un dénouement à la hauteur de l’attente que l’auteur nous fait subir, qu’il soit catastrophique ou heureux.