Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 11 janvier 2021

Les chroniques saxonnes, Tome 2 : Le quatrième cavalier de Bernard Cornwell



Les Chroniques saxonnes,
Tome 2 : Le Quatrième Cavalier
de Bernard Cornwell

Éditions Bragelonne

Réédition le 18 novembre 2020
Format poche / 360 pages / 8,90 €


Présentation de l'éditeur :

Une forteresse humide, surplombant des marais brumeux : voilà à quoi se résume le royaume d'Angleterre en cette année 878. Le Roi Alfred, sa suite, une étrange sorcière et quelques fidèles soldats se sont réfugiés là pour échapper aux Vikings qui contrôlent les routes et les mers.

Le souverain assiégé croit encore à la possibilité de sauver son pays, mais a bien besoin d'un guerrier intrépide : il convoque le comte Uthred, vingt ans à peine. Ce dernier, qui a grandi parmi les Vikings, parle leur langue et sait mener leurs drakkars. Réussira-t-il à défendre son souverain, puis à rassembler l'armée en déroute. 


Avis de Lauryn :

Le premier tome des Chroniques saxonnes fut, pour ma première tentative de lecture d’un roman historique, une déception. J’espérais une amélioration avec ce tome 2, où Uthred est adulte, marié et père d’un enfant. Même s’il n’a pas réussi à reprendre le domaine qui lui revient de droit, il possède des terres et une solide réputation de guerrier.

Dès le début du roman, la guerre est à nouveau à l’ordre du jour car les Danes n’ont pas abandonné l’idée d’envahir le pays. Uthred est partagé entre son amour des Danes et son serment envers Alfred, un homme qu’il déteste pour son côté “cul béni”. Je ne sais pas à quel point la réalité historique est respectée, je ne connais pas beaucoup cette période, mais l’ensemble semble cohérent et le lecteur comprend facilement les différentes intrigues politiques qui se cachent derrière toutes ces batailles.

C’est un tome où les combats occupent encore davantage d’espace que dans le précédent, et je pense que j’aurais dû y regarder de plus près avant de choisir cette série, puisque ce n’est pas ma tasse de thé. Mais ce n’est pas ce qui m’a gênée. En réalité, le personnage d’Uthred me sort par les yeux. Ce type est un abruti. Qu’il soit un bourrin, soit, mais pourquoi l’affubler d’un caractère aussi détestable ? (Il est d’ailleurs étonnant qu’il soit toujours en vie à la fin du livre). J’ai eu l’impression que l’auteur faisait le raccourci bourrin = crétin. Qu’il ait le sang chaud, soit, que ce soit un mufle avec les femmes, c’est logique vu la période, mais le point noir, c’est qu’il n’écoute jamais personne, y compris ses meilleurs amis, tout en sachant qu’ils ont raison et lui tort. Et, ce, quel que soit le risque pour lui ou pour les autres. Pour quelqu’un qui semble, par ailleurs, faire son maximum pour sa survie afin de reprendre son domaine, j’ai trouvé ça idiot.

Bref, j’arrête là cette série et j’y réfléchirai à deux fois pour un autre roman historique.