Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 12 avril 2020

Thin Air de Richard Morgan


Thin Air 
de Richard Morgan

Éditions Bragelonne 

Sortie le 11 mars 2020 
Broché / 640 pages / 17,90 €


Présentation de l’éditeur :

Hakan Veil est un ex-agent de sécurité haut de gamme, dont le corps équipé de technologies militaires fait de lui une véritable machine à tuer. Ses anciens employeurs l'ont abandonné sur une planète Mars troublée, où les institutions terriennes se battent pour l'argent et le pouvoir sur fond de luttes d'indépendance. Mais Veil rêve de retourner sur Terre - ce que lui offrent les autorités terriennes, s'il accepte d'assurer la protection de l'une de leurs employées. Une mission facile pour un expert comme lui... jusqu'à ce que tout bascule.

Lorsque sa cliente se met à enquêter sur la mystérieuse disparition d'un gagnant de la loterie, elle dévoile un nid d'intrigues et de meurtres. Veil reprend ces investigations à son compte, déterrant de terribles secrets enfouis sous la surface martienne. La machine à tuer devient alors la cible de puissants ennemis prêts à tout pour l'éliminer…


Avis de Lauryn :

Hakan Veil est un ancien nettoyeur - fonction dont on apprend peu de choses - coincé sur Mars avec une seule obsession : rentrer sur Terre. Pour cela, il est prêt à tout, et a tendance à accepter un peu n’importe quel boulot, pour peu que le salaire soit là. Et sur Mars, lieu de perdition, de magouilles en tous genres et d’affrontements parfois violents entre grandes entreprises, le travail ne manque pas pour un humain génétiquement modifié, formé au combat. Au détour d’une sale affaire que Veil pensait rapide à résoudre, il va mettre le doigt dans un engrenage qui va l’entraîner dans un maelstrom d’événements impossible à stopper.

L’auteur se focalise donc sur Mars, planète colonisée par les humains avec un succès tout relatif, tant la vie y semble désagréable. D’ailleurs, pour les Terriens qui y vivent, elle correspond davantage à une punition qu’autre chose. Voilà pourquoi nombre d’entre eux tentent de rentrer, que ce soit en prenant toutes sortes de risques professionnels, ou par le biais de la célèbre loterie qui ramène chaque année un Martien sur Terre. Il n’y a bien que les natifs de la planète rouge pour y trouver leur compte, et ils ont d’ailleurs développé une allergie certaine pour tout ce qui vient de la Terre. L’ambiance est donc sombre à souhait, voire déprimante, et l’auteur appuie bien sur le côté “société à la dérive” pour construire son histoire. J’ai bien aimé tout ce qu’il a construit sur Mars, mais j’ai juste regretté que pour nombre d’éléments (technologiques, sociaux, etc.), il se contente de balancer des noms sans autre explication. Cela donne certes un univers touffu, mais le lecteur s’y perd parfois en se posant des questions pourtant très légitimes. Par exemple, pour Pachamama, j’ai fini par en conclure, à force de le voir, qu’il s’agissait d’une sorte de divinité équivalente à Dieu pour les Terriens, mais sans en être sûre. Son nom n’apparaît que dans des jurons, et nulle part ailleurs. Et c’est comme ça pour de nombreux éléments. Je ne suis pas du genre à souhaiter une explication pour tout, mais j’ai trouvé ça trop marqué dans le roman.

Les personnages collent bien à l’univers : sombres, torturés, dépassés par leur situation, opportunistes, cupides… On a un large panel de caractères négatifs et le positif n’est là que par petite touche, juste histoire de ne pas sombrer totalement, y compris chez le “héros”. Ce choix se révèle efficace et sert beaucoup l’ambiance du roman. Même les personnages secondaires sont bien développés, et c’est vraiment très agréable. Le style de l’auteur est adapté à l’ensemble : tonique, ciselé, avec un langage de charretier qui correspond bien à l’atmosphère qu’il a souhaité rendre.

Côté histoire, attention, elle n’est pas si simple à suivre. De nombreux éléments s’entremêlent, toutes les factions - ou presque - de Mars finissent par y jouer un rôle, et vers la fin le lecteur peut être un peu perdu, avant les révélations finales qui éclaircissent brutalement l’ensemble. C’est parfois perturbant, mais cela fonctionne.

Au final, cela donne un roman de science-fiction riche et particulièrement touffu, qui plaira beaucoup à tous les amateurs de cyberpunk.