Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

dimanche 15 mars 2020

Nos réceptions de la semaine #141



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 9 au 15 mars 2020 :


Réception du magnifique livre L'étrange histoire de Benjamin Button aux éditions Tendances négatives. Une grosse partie du texte est écrit à l'envers et il y a une page marque page miroir pour lire. Et les pages "rajeunissent" avec les chapitres. Jaunâtres au départ, elles deviennent de plus en plus blanches par tranches d'une 30aine de pages.

Aucune description de photo disponible.

L’image contient peut-être : texteL’image contient peut-être : une personne ou plus et téléphone



Réception d'un Service Presse des éditions J'ai lu,

L’image contient peut-être : une personne ou plus, texte qui dit ’KELLY BOWEN Une valse à deux temps LES NUITS DE DOUVRES AVENTURES PASSIONS’

d'un Service Presse des éditions Bragelonne

Aucune description de photo disponible.

Et de deux Services Presse des éditions Vega

L’image contient peut-être : texte

Aucune description de photo disponible.



Réception d'un Service Presse Milady, la réédition de la série de fantasy d'Anne Bishop

L’image contient peut-être : 1 personne, texte



Réception de deux Services Presse Bragelonne 

L’image contient peut-être : texte



Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

Le Sixième Monde, Tome 1 : La Piste des éclairs de Rebecca Roanhorse



Le Sixième Monde, 
Tome 1 : La Piste des éclairs
de Rebecca Roanhorse

Éditions Milady

Sortie le 22 janvier 2020
Format broché / 320 pages / 14,90 €


Présentation de l'éditeur :

L'apocalypse climatique a englouti la majeure partie du monde, mais Dinétah, l'ancienne réserve navajo, a connu une véritable renaissance. Les dieux et les héros des légendes ont pris vie... tout comme les monstres.
Maggie Hoskie est une chasseuse de monstres et une tueuse aux dons surnaturels, le dernier espoir d'une famille qui fait appel à elle pour retrouver une fillette disparue. Cependant, la créature qui a enlevé l'enfant n'est que l'une des pièces d'un vaste et terrifiant puzzle que Maggie va devoir résoudre pour protéger les innocents. À contrecœur, elle accepte l'aide de Kai Arviso, un homme-médecine peu conventionnel. Sillonnant la réserve, ils déterrent de vieilles légendes, s'acoquinent avec un personnage des plus louches et affrontent une magie des plus noires dans un monde dévasté à la technologie mourante.
Pour survivre, et découvrir ce qui se trame derrière ces disparitions, Maggie devra affronter son douloureux passé.

L'avis d'Elaura :

Voilà une nouvelle série d'urban fantasy qui fait du bien à nos petits cœurs de fan du genre ! Rebecca Roanhorse, auteure amérindienne, nous offre un premier tome fort bien construit et nous présente un univers post apocalyptique fascinant. En effet, après un désastre écologique, le monde n'est plus totalement ce qu'il était. Aux États-Unis, ce cataclysme a eu un étrange impact, puisque les réserves Navajos ont vu leurs dieux et héros de légende reprendre vie, et bien évidemment, ils ne sont pas tous gentils.

Cet univers particulier est très riche et, pour ce premier opus, l'auteure a privilégié la construction de l'intrigue et des bases de ce qui s'annonce comme une grande saga. Nous ne comprenons pas tout facilement, nous sommes parfois un peu perdus, surtout au début, mais c'est un mal nécessaire quand on veut poser les jalons d'un monde complexe dont les références mythologiques ne sont pas connues de tous (à moins d'être un spécialiste en histoire amérindienne).

Maggie, est une héroïne comme je les aime. C'est-à-dire qu'elle n'est pas toujours héroïque. Elle se perçoit, bien souvent, comme un monstre, mais c'est ce qui la rend encore plus attachante. C'est un personnage fort que nous prenons beaucoup de plaisir à suivre.

Je n'en dis pas plus pour vous laisser un maximum de surprises, mais sachez qu'il serait idiot de passer à côté de cette nouvelle saga.

Et je ne peux terminer cette chronique sans parler du magnifique visuel de couverture qui est l’œuvre de l'illustrateur Jean-Sébastien Rossbach, c'est une vraie merveille qui nous rappelle le travail de Dos Santos sur la série Mercy Thompson. On aimerait voir ce genre de visuel bien plus souvent.