Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 30 juin 2020

La famille Wentworth, Tome 1 : Condamnés à s'aimer de Grace Burrowes



La famille Wentworth
Tome 1 : Condamnés à s'aimer

de Grace Burrowes

Éditions J'ai lu

Sortie le 3 juin 2020
Format poche / 405 pages / 7,60 €


Présentation de l'éditeur :

Le banquier Quinn Wentworth est tombé dans un piège. Accusé de meurtre, il attend la pendaison dans sa geôle de Newgate quand il fait la connaissance de Jane Winston, une visiteuse de prison. Enceinte, celle-ci vit sous la coupe de son père, un pasteur rigoriste. Perdu pour perdu, Quinn épouse Jane afin de lui assurer un avenir. Coup de théâtre, il obtient la grâce du roi et hérite en prime d'un titre ronflant ! Le voici duc de Walden, nanti d'une duchesse qui attend l'enfant d'un autre. Une femme qu'il ne connaît pas, mais qu'il a désirée au premier regard...


L'avis de Jm-les-Livres :

Grace Burrowes frappe fort avec son point de départ : un homme est accusé de meurtre alors qu’il est innocent, et, alors qu’il est dans la dernière ligne droite avant la potence, il propose d’aider une femme dans une situation délicate en lui offrant son nom par le mariage. S’il n’a plus aucun espoir pour lui-même, tout n’est pas perdu pour elle.

J’ai été séduite par l’histoire et les personnages. Ceux qui aiment les péripéties et l’action risquent d’être déçus, mais j’ai aimé ce rythme calme pour pouvoir faire tranquillement la connaissance de cette famille Wentworth pour le moins originale et surtout pour découvrir Quinn, un personnage assez dur et complexe. Quinn est un homme travailleur et déterminé qui est prêt à tout donner pour mettre sa famille à l’abri. Quand il est sauvé de la potence grâce à un titre de duc tombé du ciel, il est abasourdi, mais il ne perd pas de temps : il doit retrouver celui qui a essayé de le faire accuser à tort.

La romance n’est pas facile et belle. Ici, pas de coup de foudre, ni même de grande attirance entre Quinn et Jane. D’ailleurs, il n’y a pas une folle passion entre eux. Mais ça n’enlève rien à leur histoire, ils doivent juste apprendre à se connaître et à s’apprivoiser l’un l’autre, tous les deux ayant l’habitude de ne compter que sur eux-même pour avancer.
L’ambiance générale n’est pas aussi douce ou colorée que d’habitude. Les personnages ont un passé difficile et sombre, leur vie n’est pas facile. Jane vit presque dans la pauvreté et Quinn, qui l’a connu plus jeune, est déterminé à ne jamais y regoûter. L’auteure a mis plus l’accent sur l’intrigue et sur les personnages plutôt que sur la romance et au final, cela donne une histoire originale et intéressante. Je me suis laissée porter par la plume de Grace Burrowes. Elle a une façon bien à elle de nous raconter ses histoires. J’ai très envie de découvrir la suite de la série et de voir d’un peu plus près cette famille Wentworth.


dimanche 28 juin 2020

Nos réceptions de la semaine #146



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 22 au 28 juin 2020 :


Achats : entre fantasy, romance et contes gallois

 

 

Et réception d'un Service presse




Achat de la semaine



Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

samedi 27 juin 2020

THIRDS, Tome 1 : Contre vents et Marées de Charlie Cochet



Thirds, 
Tome 1 : Contre vents et marées
de Charlie Cochet

Éditions MxM Bookmark

Sortie le 15 juin 2020
Format broché / 380 pages / 18 €


Présentation de l'éditeur :

Le retour de la série à succès THIRDS, dans une édition revue et corrigée ! Découvrez LA série élue meilleure romance MM de tous les temps en 2017 sur Goodreads .

Quand le témoignage du détective Dexter D. Daley aide à envoyer son partenaire en prison pour meurtre, les conséquences - et la frénésie des médias- ne sont pas bien loin. Il se retrouve rapidement sans petit ami, sans amis, et, après une rencontre déplaisante dans un parking, il a de la chance de ne pas se retrouver sans ses dents.

Dex craint d'être transféré de la Sixième Division des Forces de Police Humaines, ou pire, d'être renvoyé. Au lieu de ça, son père adoptif - un sergent de l'Escadron de Défense et de Renseignements Therian-Humain plus connu sous le nom de THIRDS - tire quelques ficelles, et Dex est recruté comme Agent de Défense.

Déterminé à remettre sa vie dans le droit chemin,Dexa hâte de commencer ce nouveau travail. Mais sa première rencontre avec le Chef d'Equipe Sloane Brodie, qui se trouve être également son nouveau partenaire Therian Jaguar, tourne au désastre.

Quand l'équipe est appelée pour enquêter sur les meurtres de trois activistes Humani Therians, il devient vite évident pourDexque se faire accepter par son partenaire - et par le reste de son équipe soudée - sera plus difficile que de coincer le tueur... et tout aussi dangereux.

Attention la série contient de l'action, de l'humour, de la romance, de la bromance, des références aux années 80, des hommes sexy avec de gros fusils, mais aussi un lion, un tigre, un jaguar, sans oublier le guépard. Oh, et beaucoup - beaucoup - de romance sexy.


L'avis de Tsuki :

J'ai tellement entendu parler de ce titre que j'étais très curieuse et impatiente de le découvrir, tout en sachant que lorsque j'attends beaucoup d’un livre, je suis souvent déçue. Ici, point de déception, loin s'en faut, j'ai adoré ce titre. Il regroupe tout ce que j'aime dans un roman : de l'action, une véritable histoire, de la romance, un peu de caliente, de l'humour (beaucoup d'humour) et un mélange d'émotions. Voilà chronique terminée... Mais non je vais développer, un peu.


Dex est un inspecteur des Forces de Police Humaines aussi appelé FPH. Nous débutons l'histoire en sa compagnie, alors qu'il sort d'un procès contre son coéquipier accusé de meurtre. Notre jeune inspecteur l’ayant dénoncé, sa place au sein des forces de l'ordre est donc compromise, puisque ses collègues ne comprennent pas qu'il ait pu faire une chose pareille même si l'accusé était bien coupable. Heureusement pour lui, le THIRDS existe et le recrute. Il s'agit d'une police mixte, réunissant les humains et les Therians. Ah, mais qui sont les Therians ? Ce sont des personnes qui ont subi une mutation génétique faisant d’eux des métamorphes. Sauf qu'ici point de morsure, de pleine lune ni rien de tout cela, ce n'est pas un choix mais une conséquence de l'utilisation d'une arme biologique pendant la guerre du Vietnam... J'ai beaucoup aimé ce choix de l'auteur pour cette création d'un nouvel univers, il est bien expliqué dans le prologue et donne vraiment envie d'en savoir davantage. Mais revenons-en au THIRDS : cette police réunit le même nombre d'humains que de Therians dans une même équipe et celle dans laquelle débarque Dex ne manque pas d'intérêt, loin de là. Il atterrit dans l'équipe Destructive Delta qui fait partie de l'Unité Alpha, c'est-à-dire qu'ils s'occupent des missions les plus dangereuses. Le point positif pour lui est que l'équipe est dirigée par son père adoptif, Tony, et qu'il va travailler avec son frère, Cael. Le fait de travailler en famille lui plaît beaucoup, mais intégrer le bureau du THIRDS n'avait jamais été une option pour lui. Le voici néanmoins propulsé dans ce monde qu'il connaît si peu et se retrouve embarqué dans une enquête très sensible, de quoi le mettre tout de suite dans le bain au milieu de coéquipiers qui ne savent pas vraiment s'ils veulent de lui ou non...

Si on parlait des personnages ? Ils sont réellement la force de cette histoire. Non en fait, ce n'est pas seulement les personnages mais l'ensemble, néanmoins je ne sais pas comment vous parler de tout ce dont j'ai envie sans vous réécrire le roman, donc je vais essayer de faire concis ce qui n'est franchement pas gagné...

L'équipe se compose de quatre binômes. Si l’histoire se concentre sur Dex et Sloane il y a aussi Calvin et Hobbs (si si c'est voulu) qui sont les plus discrets. On sait qu'ils ont quasiment grandi ensemble et qu'ils s'entendent très bien. Ash et Julietta, surnommée Letty. On ne sait pas grand-chose sur elle, mais Ash est bien présent. Il fait le bonheur de Dex car c'est une « tête de pioche » réfractaire à son humour, notre héros s'en donnant à cœur joie pour le rendre chèvre. Cael et Rosa, une petite femme qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et le jeune frère adoptif de Dex qui subit les vannes de son aîné. Cael manque de confiance en lui mais il est très attachant. Il a trouvé sa place dans l'équipe Destructive Delta et s'y épanouit. Je suis très curieuse de suivre l'évolution et d'en découvrir plus sur chacun. Et pour finir Dex, ouvertement gay, et qui charme tout ce qui bouge. J'ai adoré son humour mais aussi sa façon de voir les choses et son empathie. Son partenaire Sloane, chef de l'équipe, est un leader né, mais aussi un homme brisé qui le cache. Il paraît froid de prime abord mais ce n'est pas étranger à son passé, lointain ou proche. Au fil des chapitres, il s'ouvre plus pour devenir abordable et totalement craquant. Il garde toutefois une part de mystère que l'on ne demande qu'à découvrir.

C'est donc cette bande de joyeux drilles que nous suivons dans une enquête à hauts risques, qui va les mener vers un épilogue inattendu, pour eux, car l'auteure nous livre des indices qui nous permettent de découvrir le fin mot de l'histoire avant le THIRDS, même si nous ne savons pas pourquoi. 


En bref, vivement la suite !!! Car ce premier tome clôture l'enquête mais s'ouvre sur une nouvelle, liée à la précédente. J'ai adoré l'univers créé par l'auteure, et je suis vraiment curieuse de voir où elle va mener ses personnages, et nous avec. Les émotions sont au rendez-vous, on ne s'ennuie pas une minute. Je ne peux que vous recommander de découvrir cette série !


mercredi 24 juin 2020

The Loop, Tome 1 de Ben Oliver


The Loop, Tome 1
de Ben Oliver

Éditions La Martinière Jeunesse
à partir de 13 ans


Sortie le 28 mai 2020
Format broché / 384 pages / 17,50 €

Présentation de l'éditeur :

Depuis que le monde est gouverné par une intelligence artificielle nommée Happy, les guerres ont disparu de la surface de la Terre.
Mais dans le Loop, la prison ultramoderne du District 86, les adolescents criminels sont soumis à une routine écrasante. Chaque jour, à l’heure de la Récolte, ils sont vidés de leur énergie afin d’alimenter le bâtiment en électricité. Et tous les six mois, lors des Reports, ils doivent faire un choix : servir de cobayes lors d’expériences scientifiques ou... mourir.
Jusqu’ici, Luka, Kina et Malachai ont eu de la chance : ils ont réchappé aux traitements expérimentaux qu’on leur a fait subir.
Cependant, les anomalies de fonctionnement du Loop se multiplient et on leur annonce un Report exceptionnel. Cette fois, leurs chances de survie seront minces... Très minces !
Alors Luka et ses amis décident de fuir.
Mais qu’est donc devenu le monde qu’ils connaissaient ? Happy a-t-elle perdu le contrôle ?
S’ils veulent retrouver leurs familles et sauver ce qui peut encore l’être, ils devront d’abord survivre au chaos qui semble avoir tout englouti...


L'avis de Tan :

Se lever, manger, lire, faire de l’exercice, manger, faire de l’exercice, lire, manger, souffrir intensément au moment de la récolte, regarder la pluie tomber, dormir. Se lever, manger, lire… Et ainsi de suite, jour après jour. C’est le rythme qu’impose l’auteur dès les premières pages dans ce Loop qui est non seulement le titre du livre, mais également le nom de la prison où va se dérouler une grande partie de l’action de ce premier tome sur les trois prévus. Luka y passe des journées répétitives, seul dans sa cellule avec une maigre permission d’une heure dans un couloir muré où il fait tout pour se vider de son énergie en courant, courant, courant. C’est le seul acte de rébellion possible qui lui reste. Les jours se suivent et se ressemblent beaucoup, jusqu’au jour où, on s’en doute, un grain de sable va venir se glisser dans un rouage quelque part. 

Tout commence donc dans un lieu clos, froid et sans pitié. Il y a bien des bruits de couloirs qui circulent au sujet d’une rébellion, mais les prisonniers n’ont strictement aucun moyen de communiquer avec l’extérieur pour en savoir plus. Et puis, à quoi bon entretenir le moindre espoir puisque s’ils sont là, c’est qu’ils ont été condamnés à mort et qu’ils peuvent juste espérer grappiller un sursis en acceptant les Reports, des expérimentations sur l’humain que Josef Mengele n’aurait pas reniées. De l’extérieur, le lecteur ne sait donc pas grand-chose au départ. Il est question d’humains modifiés, de drogués, de tours d’habitation gigantesques et d’une intelligence artificielle omniprésente. De bien maigres indices pour essayer de reconstituer un puzzle qui, de toute façon, n’aura rapidement plus aucun sens. C’est ce contraste entre le monde intérieur de la prison et le mystère du monde qui l’entoure qui tient vraiment le lecteur en haleine pendant une grande partie du roman. Jusqu’à l’évasion. À partir de ce moment-là, protagonistes et lecteurs se retrouvent confrontés ensemble à l’inconnu et au chaos. 

Ce qui est rapidement évident en lisant The Loop, c’est que Ben Oliver a le sens du rythme : celui auquel il révèle des informations essentielles d’une part et celui de l’action d’autre part. Il sait ralentir quand il faut pour créer une attente ou une tension et accélérer à d’autres moments pour emporter le lecteur dans une boulimie de pages frénétique. Même s’il se dévore en un rien de temps, le livre n’est cependant pas exempt de défauts. À l’exception de Luka qui est le fil conducteur de l’histoire, la surabondance de personnages sans visage au début noie un peu le lecteur. Ils ont du mal à prendre forme et vie à travers les murs de la prison, et donc à devenir attachants (ou pas). Il faudra attendre un peu avant de pouvoir visualiser qui est qui dans le grand nuage des prénoms, et même là, certains n’arriveront pas à gagner en substance pour que leur destin ait une réelle importance pour le lecteur. Il y a également trop de situations de climax où le héros est sauvé in extremis par un élément extérieur à lui-même, à la façon d’un Deus Ex Machina ; ce qui aurait pu passer comme une lettre à la poste si l’auteur n’avait pas un peu trop abusé du procédé. Et puis il y a la fin qui arrive avec son lot d’explications et de réponses très attendues, mais aussi de nouvelles questions pour tenter de provoquer une furieuse envie de découvrir la suite. Comprendre un peu mieux ce qu’il se passe vraiment aurait dû, à ce point de l’histoire, être un bouleversement pour le lecteur, un moment où la lumière se fait. En ce qui me concerne et, ce, même si je ne l’avais pas vu venir, l’histoire est finalement rentrée un peu trop dans les clous à ce moment-là. Ce qui ne m’empêchera certainement pas de lire la suite l’année prochaine. 

Nouvel arrivant sur le marché de la littérature dystopique pour jeunes adultes, The Loop n’échappe pas aux comparaisons : Hunger Games, Le Labyrinthe, Prison Break et même Walking Dead. En cours de lecture, les amateurs de mangas penseront peut-être aussi à I am a Hero et à la couverture du tome 3 de Scumbag Loser. La plus évidente commence peut-être à trop dater pour venir à l’esprit des plus jeunes, mais il y a indéniablement du Matrix dans l’âme de ce livre. Pourtant, malgré tout cela, The Loop a su trouver sa voix avec une intrigue qui mêle adroitement moments d’horreur pure, noirceur sans concession, scènes d’action tendues et rebondissements multiples. Autant dire que ce livre est particulièrement efficace et qu’il ferait une très bonne minisérie ou série de films. En espérant que la suite soit aussi surprenante.


lundi 22 juin 2020

Nos réceptions de la semaine #145



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 15 au 21 juin 2020 :


Des achats








Des achats









Achat d'un livre de coloriage,



De deux livres d'occasion,





et réception d'un Service presse






Achat de mangas




Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

dimanche 21 juin 2020

Buffy contre les vampires, Tome 1 : L'enfer du lycée de Jordie Bellaire et Dan Mora



Buffy contre les vampires Tome 1 : L'enfer du lycée
de Jordie Bellaire et Dan Mora

Éditions Panini

Sortie le 15 janvier 2020
Format broché / 128 pages / 16 €


Présentation de l'éditeur :

A chaque génération, il y a une élue ...

Comme tous les adolescents de son âge, Buffy Summers a envie de se faire des amis dans son nouveau lycée et de décrocher de bonnes notes. Mais elle souhaite également échapper à son destin de Tueuse de vampires, chargée de combattre les forces du mal. Retrouvez la célèbre héroïne dans un monde qui a bien évolué.

Jordie Balire (Batman, Redlands), lauréate d'un Einstein Award, et Dan Mora (Hulk, Go Go Power Ranger) s'associent au créateur de la série Joss Whedon (Atonishing X-Men, The Avengers) pour entraîner Buffy dans de nouvelles aventures. Ils la confrontent à des défis inédits, élargissent son cercle d'amis et l'opposent à des ennemis que vous reconnaîtrez peut-être. Mais rien de change jamais vraiment...

Bienvenue en enfer ... Pour la première fois ! 


Avis de Idril Hirith :

Buffy contre les vampires de Josh Whedon fait partie de l’une de mes séries favorites que je re-regarde régulièrement sans me lasser. J’avoue que je n’ai pas lu les BD qui ont poursuivi l’histoire à la fin de la série (saisons 8 à 12). Mais quand j’ai su qu’une BD sortait chez Panini Comics, j’ai foncé la précommander.

Comme le dit l’introduction, cette BD n’est pas une suite mais un reboot. On reprend l’histoire du début : Buffy arrive dans une nouvelle ville, Sunnydale, et dans un nouveau lycée. Il y a quelques différences avec la série : Willow est en couple avec Rose, Joyce vit avec son nouveau petit ami, Anya est là dès le départ… L’histoire a comme fait un lifting et se déroule en 2019. Les années 1990’s sont citées à leur dépends par Buffy et Drusilla. 

Une chose m’a frappée : les dessins sont vraiment fidèles aux acteurs de la série. Je me pose des questions sur le droit à l’image : ont-ils acceptés que leurs images soient utilisées pour la BD ? En dehors de cette digression juridique, c’est une chose que j’ai réellement appréciée. Giles, Willow, Buffy, Xander (Alex), Joyce, Spike,… quel plaisir de les retrouver et de les reconnaître au premier coup d’œil !

Les graphiques sont superbes. Et la galerie de couvertures à la fin est une pure merveille. L’histoire est bien et tient la route. 

J’avais un peu peur mais ce comic est une pépite. J’ai hâte de lire la suite ! Buffy est à jamais une de mes héroïnes préférées !!!

samedi 20 juin 2020

Joyaux Noirs, Tome 1 : Fille du sang d'Anne Bishop



Joyaux Noirs,
Tome 1 : Fille du sang
d'Anne Bishop

Éditions Milady

Sortie le 18 mars 2020
Format poche / 600 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Il y a sept cents ans, une Veuve Noire a vu une prophétie prendre vie dans sa toile de songes. Désormais, le Sombre Royaume se prépare à l'arrivée de sa Reine, la sorcière qui détiendra un pouvoir plus grand que celui du Sire d'Enfer lui-même. Mais, celle-ci est encore jeune, influençable et vulnérable face à ceux qui voudraient la pervertir. Or, quiconque la tient sous sa coupe contrôle la Ténèbre. Trois hommes, des ennemis jurés, le savent. Et ils connaissent la puissance que recèlent les yeux bleus de cette enfant innocente.
Ainsi commence un impitoyable jeu d'intrigues, de magie et de trahisons, dans lequel la haine et l'amour sont les armes... et dont le trophée est bien plus redoutable que tous l'imaginent.

Pour public averti, âmes sensibles s'abstenir...


L'avis de Jm-les-Livres :

Je crois qu’il n’est plus nécessaire de présenter Anne Bishop, ni de chanter des hymnes à sa gloire et à son talent (vous avez bien lu la série Meg Corbyn, n’est-ce pas ?). Nous sommes ici dans un univers de fantasy très original : le système en place est un matriarcat et on y parle de magie, de joyaux et de pleins d’autres choses assez sombres et intrigantes. Dès le prologue, l'auteure annonce la couleur et on sait que l'on va plonger dans une histoire grandiose. 

La première chose qu’il est important de signaler, c’est qu’Anne Bishop nous plonge directement dans son univers complexe et qu’elle ne nous explique pas tout. J’ai d’ailleurs fini le premier tome avec certains éléments encore un peu flous. Il ne faut pas lâcher le livre, continuez votre lecture sans essayer de tout comprendre tout de suite. Cette histoire en vaut clairement la peine.
Le deuxième point à relever, c’est que cet univers est sombre, plus que celui de Meg Corbyn. Ceux qui ont lu la série savent que certains personnages sont vraiment mauvais et capables de faire du mal sans sourcilier. Dans cette série, c’est la même chose mais en un peu plus poussé. Certains personnages sont vraiment mauvais et cruels, et personne n’est épargné, adulte comme enfant. Même si rien n’est expliqué en détail, mieux vaut être prévenu.

Maintenant que les mises en garde ont été faites, parlons de ce que j’ai aimé. C’est simple, tout. L’univers est incroyable, à l’opposé de ce que l’on peut lire en fantasy puisque ce sont les femmes qui dirigent, même si c’est un peu plus complexe qu’il n’y paraît et pas mal tordu aussi. Il y a des intrigues, des trahisons, des vengeances ; de quoi nous tenir en haleine tout au long du livre. Du côté des personnages, on a droit à du très lourd. Les personnages de son autre série m’avaient déjà montré le talent d’Anne Bishop, mais là on est bien servis aussi. Aucun personnage n’est tout blanc ou tout noir, impossible de l’être en évoluant dans cet univers, et ça c’est génial ! Nous avons une palette de protagonistes fascinants et complexes, maîtres de la fourberie et de l’intrigue. Qui sont-ils ? Quels sont leurs objectifs ? Qui sont leurs alliés ? Est-ce qu’ils en ont vraiment ? L’auteure ne leur épargne rien, les laisse au bord du désespoir (et nous avec). On arrive au bout de ces presque 600 pages avec le besoin de découvrir la suite, de ne pas quitter trop tôt ce monde froid, vicieux et pourtant si merveilleux. Maintenant, j’attends la suite.


vendredi 19 juin 2020

Triangle amoureux (ou pas) de Marisa Kanter



Triangle amoureux (ou pas)
de Marisa Kanter

Éditions Lumen

Sortie le 11 juin 2020
Format broché / 433 pages / 15 €


Présentation de l'éditeur :

Amis sur Internet, un peu plus dans la vie réelle...
Halle et son meilleur ami sur Internet, Nash, peuvent parler de tout... sauf de qui elle est vraiment – un secret qu'elle garde jalousement pour une raison mystérieuse. Sur les réseaux sociaux, elle s'est fait connaître sous le nom de Kels, l'énigmatique créatrice d'un bookstagram à qui ses coups de cœurs littéraires inspirent des recettes inédites de cupcakes. Kels a tout ce dont manque Halle : des amis par dizaines, une assurance inébranlable... et Nash.

Mais ça, c'était avant. Au détour d'un énième déménagement, Halle a la mauvaise surprise de découvrir, dans son rayon préféré à la bibliothèque, nul autre que Nash en chair et en os. Sauf que, quand vient l'instant de se présenter, dos au mur, elle choisit de mentir. Furieuse de devoir entretenir cette mascarade dans les couloirs de l'unique lycée de la petite ville, elle commence par battre froid le garçon à qui elle révèle pourtant presque tout d'elle chaque soir sur les réseaux sociaux. Car si elle franchit le pas et révèle qui elle est, c'en est fini de leur amitié et de sa notoriété en ligne...

Un triangle amoureux... à deux ! Voilà le casse-tête à vous rendre fou, le piège qui s'est refermé sur Halle. Tour à tour plein de suspense, émouvant et drôle, le roman explore les mystères et les complications de l'image qu'on peut donner, en ligne et dans la vie.


L'avis de Jm-les-Livres :

Hallie tient le blog littéraire Livres & Cupcakes, sous le pseudo de Kels. Sur ce blog (et sur ses réseaux), elle parle de livres Young Adult et propose des photos de cupcakes représentant les couvertures des livres chroniqués. Des livres et des cupcakes, voilà qui semble très appétissant.

Dès les premières pages, Hallie nous offre sa chronique d’un livre qui l’a beaucoup marquée et on peut dire qu’elle met la barre très haut niveau qualité. Il va falloir être à la hauteur !

On le sait, il est plus facile de déambuler sur le net, d’oser donner notre opinion ou de cacher certains détails de notre vie grâce à un pseudo. On peut devenir qui on veut, être plus libre, loin des angoisses qui pourraient nous retenir dans la vraie vie. C’est ce que recherchait Hallie quand elle a imaginé Kels : se détacher de la réputation de sa grand-mère, éditrice de livres Young Adult, et devenir une version d’elle plus cool. Au fil du temps, Kels a noué des amitiés sur le net quand Hallie n’y arrivait pas à cause de ses nombreux déménagements. Elle est notamment devenue proche de Nash, un blogueur qui parle de lecture, mais qui met surtout en avant la BD qu’il est en train de créer. Avec lui, Hallie peut presque tout dire, sauf qui elle est vraiment. Alors, le jour où elle emménage chez son grand-père pour finir le lycée et qu’elle tombe sur lui à la bibliothèque de la ville, Hallie est paralysée et n’arrive pas à dire à Nash qui elle est. Elle va alors s’enliser dans ses mensonges et se retrouver face à un dilemme : dire toute la vérité à Nash ou continuer à lui mentir.

J’ai vraiment aimé Hallie et Nash, ils sont attachants et intéressants. J’ai suivi l’évolution de leur relation IRL avec plaisir et j’ai tourné les pages avidement pour découvrir la suite, malgré les 400 pages du roman. L’auteure aborde des sujets importants et qui parleront à beaucoup de personnes. Tout d’abord, il y a le thème du deuil, dont elle parle de manière presque pudique. On ne tombe pas dans le pathos, les personnages traversent cette épreuve, chacun à leur manière. C’est souvent émouvant, toujours juste.

L’autre thème mis en avant est la vie sur les réseaux sociaux, et les travers que nous pouvons rencontrer. L’héroïne se retrouve face à des choix qui semblent de plus en plus difficiles à faire. Bien sûr que l’on aurait aimé que Hallie prenne immédiatement la bonne décision, mais c’est ce qui rend son histoire intéressante et qui montre son évolution tout au long du récit. Personnellement, je l’ai trouvée touchante et j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Je lirai avec plaisir un autre livre de Marisa Kanter, surtout s’il nous permet de faire à nouveau un tour dans le monde du livre.


jeudi 18 juin 2020

Les liens du sang, Tome 1 : Un tempérament de feu de Helen Harper



Les liens du sang, 
Tome 1 : Un tempérament de feu
de Helen Harper

Éditions Mxm Bookmark

Sortie le 25 mai 2020
Format broché / 320 pages / 17 €


Présentation de l'éditeur :

De prime abord, Mack est peut-être une humaine d'apparence ordinaire, mais elle vit avec une meute de métamorphes en Cornouailles, dans la province anglaise, après y avoir été abandonnée par sa mère quand elle était encore enfant. Elle souhaite désespérément être acceptée par sa famille adoptive, et pas seulement parce que beaucoup la détestent de n'être qu'une simple humaine : pour une raison inconnue, son sang n'accepte pas la transformation. Avec ses cheveux roux et son tempérament de feu, Mack est incroyablement douée en combat, et quand l'alpha de sa meute est brutalement assassiné, elle jure de le venger. Malheureusement, le meurtre attire l'attention des membres de la Fraternité (les dirigeants du monde des métamorphes) qui n'hésiteront pas à massacrer la petite meute provinciale de Mack s'ils découvrent qu'une humaine s'y cache depuis son enfance. Et malheureusement, Corrigan, Seigneur Alpha de la Fraternité, montagne de muscles aux yeux verts, n'est pas du genre à se laisser facilement duper...

L'avis d'Elaura :

Voilà une nouvelle saga d'urban fantasy qui pourrait intéresser les fans de loup-garous. Alors oui, il y a des histoires de meutes, de bêtes à poils qui hurlent à la lune, mais pas que. Si nous retrouvons, dans ce premier tome, les schémas quelque peu classiques du genre, l'ensemble se laisse lire agréablement, même si les personnages sont un peu trop survolé à mon goût.

L’héroïne, Mack est une humaine qui vit au sein d'une meute de loup-garous. Ce qui est formellement interdit par la loi. Mais, après le meurtre de son alpha, Mack ne pense qu'à la vengeance, quitte à mettre sa vie en péril ainsi que son secret.

Rebondissements, joutes verbales et actions sont présents dans ce premier tome qui pose les jalons de ce nouvel univers. Pas de grandes surprises, mais une lecture sympathique qui me laisse, tout de même, un peu sur ma faim. Comme je le soulignais plus haut, je trouve que les personnages manquent un peu de consistance. J'attendrais le second tome pour me faire une idée plus définitive sur la série.


mercredi 17 juin 2020

Les sorties Scrineo de Mai et Juin 2020


Voici la sélection de l'équipe RCS - Bit-lit.com pour les sorties des éditions Scrineo
pour les mois de Mai et Juin 2020.




Le fracas du silence
de Fabien Fernandez

Éditions Scrineo

Sortie le 4 juin 2020
Format broché / 320 pages / 17,90 €


Présentation de l'éditeur :

Bergen, de nos jours.
Tiril est atteinte d'aphasie partielle, depuis un accident de voiture avec sa mère. Incapable de s'exprimer comme elle le souhaite, elle ne supporte plus ses parents protecteurs, ni son ex petit-ami harceleur.
Au plus profond d'elle, l'aphasie ne cesse de lui rappeler qu'elle est incapable de redevenir celle qu'elle a été. Pourtant, elle trouve le courage d'envoyer l'une de ses chansons à un label de musique.
Coup de massue ! Sa création est attribuée à la nouvelle star de la pop, Freia. Tiril ne peut pas en rester-là, il faut qu'elle récupère ce qui lui renvient de droit, et pour cela, elle doit se remettre à vivre, à s'ouvrir aux autres...






Des oeillets pour Antigone
de Charlotte Bousquet

Éditions Scrineo

Sortie le 18 juin 2020
Format broché / 352 pages / 17,90 €


Présentation de l'éditeur :

1991, France. En triant les affaires de sa sœur disparue cinq ans plus tôt dans des circonstances tragiques, Luzia retrouve son vieux médaillon ainsi que son journal intime. À sa lecture, elle s'interroge : et si son suicide était lié à ce bijou et à la mort de leur tante vingt ans auparavant à Évora ?

Quand elle commence à être assaillie de cauchemars et d'hallucinations, la jeune femme se lance sur les traces de la vérité. Une quête qui la plongera dans le passé de sa famille, dans un Portugal déchiré par la dictature de Salazar...

Trois époques.
Trois femmes.
Trois destins.
Une volonté : être libre.

Les sorties Milady de Juin 2020





La Confrérie de la dague noire, 
Tome 17 : L'Amant déchiré
de J.R. Ward

Éditions Milady
Réédition le 17 juin 2020
Format poche / 600 pages / 9,90 €


Présentation de l'éditeur :

De toute la vénérable histoire de la Confrérie, un seul mâle a été banni - mais la folie de Mheurtre n'a laissé aucun choix à ses frères. Hanté par le souvenir de la femme qu'il n'a pas pu sauver, il est de retour à Caldwell pour redresser un tort ancien. Son chemin croise alors celui du docteur Sarah Watkins, qui doit elle-même faire face à une vérité difficile : l'homme qu'elle aimait et a perdu a mené à bien des expériences inhumaines et soumis des gens à la torture. Tandis que le désir s'empare d'eux, Mheurtre et Sarah pourront-ils construire un avenir malgré le gouffre entre leurs deux espèces ? Et Mheurtre reviendra-t-il auprès de ses frères... ou finira-t-il sa vie en solitaire ?






Hybrides, 
Tome 10 : Lune
de Laurann Dohner

Éditions Milady

Sortie le 17 juin 2020
Format poche / 360 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

Joyce n'a jamais rencontré personne d'aussi irrésistible que 466. Leurs séances de thérapie se font de plus en plus insoutenables tandis son agressivité augmente et qu'il refuse de parler d'autre chose que de son désir de la déshabiller. Joyce sait cependant qu'il lui est interdit de céder à la tentation, et s'oblige à mettre un terme à leur relation. Deux ans plus tard, Lune, drogué et amnésique, a désespérément besoin d'aide. Ses compagnons font alors appel à la seule femme qu'il ait jamais aimée. Il n'est plus celui qu'elle a connu autrefois. Mais si céder à ses avances l'aide à retrouver la mémoire et la lucidité, Joyce est prête à lui abandonner son corps, son âme... et jusqu'à sa vie, s'il le faut.






Redwood, 
Tome 6 : Logan
de CarrieAnn Ryan

Éditions Milady

Sortie le 17 juin 2020
Format poche / 288 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

En tant que seule fille de sa fratrie, et princesse des Redwood, Cailin Jamenson a toujours dû lutter contre les limites qu'on a voulu lui imposer. À présent, l'arrivée d'un nouveau loup parmi les siens menace tout ce pour quoi elle s'est battue. Logan a fui sa propre meute, et peine à faire confiance à ses nouveaux alliés, cherchant à tout prix à affirmer son indépendance. Mais lorsqu'une tragédie frappe la meute, ces deux âmes rebelles devront faire face ensemble à leur sort. Car la bataille qui s'annonce pourrait mettre fin à la guerre entre les loups... s'ils n'y laissent pas la vie.


mardi 16 juin 2020

Shanna de Kathleen E. Woodiwiss



Shanna
de Kathleen E. Woodiwiss

Éditions J'ai lu

Réédition le 8 janvier 2020
Format poche / 512 pages / 7,95 €



Présentation de l'éditeur :

La jeune et belle Shanna ne veut pas d'un mari imposé par son père. La solution ? Épouser Ruark Beauchamp, un condamné à mort qui croupit dans la prison de Newgate. Un mariage blanc qui fera d'elle une jeune veuve libre de son destin. En se rendant sur l'île que possède son père dans les Caraïbes, elle a la désagréable surprise d'y retrouver son époux, bien vivant et réclamant son dû ! Vendu comme esclave, il a échappé au bourreau et travaille à la plantation. La jeune femme engage alors une lutte acharnée contre les sentiments naissants qu'elle éprouve bien malgré elle pour le beau captif...


L'avis d'Elaura :

S'il y a un livre de Kathleen Woodiwiss qui a particulièrement marqué son lectorat, c'est bien Shanna, publié pour la première fois en 1977. Oui, cette histoire a 43 ans et des poussières, ce qui explique le style et les codes de l'époque. N'oublions pas que l'auteure fut une des pionnières de la romance historique moderne et que nous lui devons beaucoup, nous, les amatrices de ce genre.

Shanna, c'est l'histoire d'une jeune femme qui nous pousse bien souvent dans nos retranchements tellement elle est pénible, capricieuse et imbuvable pour une bonne moitié du roman. C'était à la mode, à l'époque, les héroïnes compliquées, un peu comme Scarlett O'Hara, un brin égocentrique. Et pourtant, nous n'arrivons pas totalement à la détester et c'est bien dans son couple que la magie opère. Une union totalement improbable, car nos deux héros sont à l'opposé l'un de l'autre, mais cela fonctionne. Ruark est un homme admirable qui, après avoir été trompé (ou plutôt dirons-nous manipulé) par Shanna, va se lancer dans une cour désopilante, nous offrant des dialogues comiques et pétillants, des scènes charnelles et romantiques et de l'aventure, car il y a un bon paquet de rebondissements dans cette drôle d'histoire.

En bref, ce classique de la romance historique est toujours agréable à lire et à relire. Même s'il n'est pas mon préféré de l'auteure, il n'en reste pas moins un must have pour qui aime les sagas romanesques.


lundi 15 juin 2020

Nos réceptions de la semaine #144



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 8 au 14 juin 2020 :


Des achats numériques :








Et des réceptions papier : un Service presse (celui tout à gauche) et des achats perso






Des achats, dont l'édition collector du tome 6 de L'atelier des sorciers.


Réception d'un Service presse





Pas mal d'achats cette semaine avec deux occasions :

 

Un cadeau de mon mari, a.k.a. Le Barbare


Des achats :

  

Le livre où le héros qui mène l'enquête est un mouton, c'était forcément fait pour moi 😁


Un road trip dans les Highlands avec un camion librairie, ça aussi c'était fait pour moi 😊



Et des Services presse

 
 



Réception numérique à minuit pile

Dans la tête de Dorian Murray: Bane Seed, T3.5 par [Fanny André]



Réception d'un Service presse




Réception d'un Service presse



Service presse numérique



Services presse papier



Et des achats







Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?