Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 9 mai 2019

Coup d'état, Tome 1 : La reine des esprits de Valérie Simon



Coup d'état
Tome 1 : La reine des esprits

de Valérie Simon

Éditions ACTUSF

Sortie le 21 mars 2019
Format broché / 448 pages / 16,90 €


Présentation de l'éditeur :

Après plusieurs années passées chez les "Initiés", un ordre de femmes très influentes dans le royaume d'Alsybeen, la princesse Alia est de retour dans son palais où l'attend son père. L'adolescente est d'ailleurs en colère contre lui, ne s'expliquant pas pourquoi il l'a envoyé loin de sa famille pendant plusieurs années après la mort de sa mère. La rancoeur va vite laisser la place à des enjeux bien plus grand. Les initiées en veulent à la vie de la jeune fille, pour des raisons économiques et politiques autour du "Cristal", une formidable source d'énergie...

Valérie Simon est une autrice française de science-fiction et de fantasy. Les légendes nourrissent ses riches univers qu’elle peuple des créatures dangereuses, de guerriers séduisants, de complots politiques et d’héroïnes hors-normes.

Elle propose avec Coup d’État le premier tome d’un diptyque de fantasy dans la collection Naos aux éditions ActuSF.


Avis de Lauryn :

Ce roman de Fantasy politique est d’abord paru aux défuntes éditions du Riez avant d’arriver chez Naos. 

Valérie Simon nous livre ici une histoire effectivement centrée sur des complots et des luttes de pouvoir intestines qui, bien entendu, vont déboucher sur une guerre. Son héroïne, Alia, possède un caractère de braise et bouillonne d’une colère mal contenue, héritée de son enfance malheureuse : après le meurtre de sa mère, la reine d’Alsybeen, son père l’a envoyée auprès des commanditaires de cet assassinat pour être éduquée selon des préceptes destinés à faire d’elle une spécialiste du jeu de pouvoir. Alia n’a ni apprécié, ni compris, et revient dans son royaume bien décidée à ne pas faire ce que le roi attend d’elle. 

Vous l’aurez deviné, son sale caractère va lui jouer des tours et peut-être lasser un peu les lecteurs qui n’apprécient pas ce genre de personnage, véritable girouette sentimentale aux effusions parfois disproportionnées. Personnellement, ce n’est pas ce qui m’a dérangée. Le côté désagréable, c’est que les Initiées dont fait partie Alia sont surtout des spécialistes du sport de chambre, du jeu sexuel qui peut distraire un homme même dans des situations où il devrait franchement songer à autre chose. Quels que soient ses sentiments vis-à-vis de l’Initiée qui le manipule, il se fait avoir. C’était un peu trop pour moi. Je m’attendais certes à des femmes manipulatrices, mais aussi à des guerrières et des stratèges militaires accomplies. Là, ce n’est pas le cas, le sexe pilote tout (féministes, vous risquez de crisser des dents à plusieurs reprises).

Côté personnages, l’ensemble est cohérent et plutôt agréable, même si le lecteur pourra regretter les passages systématiquement fleur bleue réservés aux petits jeunots de service. Les noms à rallonge pourront aussi perturber pour retenir qui est qui, surtout que leur manière de parler ne varie guère de l’un à l’autre, qu’il soit roi ou contrebandier. Le style général est assez soutenu, trop par moments, mais il est fluide et se laisse lire facilement. Les dialogues manquent parfois de tonicité, notamment pendant les échauffourées où les personnages pensent quand même à maintenir leur phrasé en bon ordre.

Si vous aimez la Fantasy politique et que le côté femmes-objets ne vous dérange pas, ce roman est une découverte intéressante, avec un monde qui change de la plupart des univers de Fantasy (oubliez la magie). Par contre, si vous êtes tatillons comme moi, une chose importante devrait vous choquer, une ficelle du scénario particulièrement grosse vers la fin du roman. Sans cette incohérence, j’aurai passé un meilleur moment même si, comme d’autres, je n’ai pas vraiment apprécié l’utilisation exclusive du sexe comme arme des Initiées.