Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 30 décembre 2019

La Meute du Phénix, Tome 8 : Dominic Black de Suzanne Wright



La Meute du Phénix,
Tome 8 : Dominic Black
de Suzanne Wright

Éditions Milady

Sortie le 27 novembre 2019
Format broché / 504 pages / 8,50 €


Présentation de l'éditeur :

L'âme sœur de Mila s'est unie à une autre femme, et Mila ne peut s'empêcher de le ressentir comme une trahison. Pour aller de l'avant, elle accepte de participer à une union arrangée. Sa rencontre avec Dominic – joueur, séducteur, et terriblement sexy – semble être le remède parfait.
Et Dominic, le coureur de jupons invétéré, pour la première fois ne désire plus qu'une seule femme. Mais tandis que des secrets de leurs passés respectifs menacent leur relation naissante, la passion suffira-t-elle à leur assurer un avenir ensemble ?


L'avis d'Idrilirith :

Je crois que je l’ai déjà dit mais Dominic est mon personnage préféré de La Meute du Phénix, alors dire que j’attendais cet opus avec impatience est un euphémisme !

Dominic est drôle, dragueur, fidèle en amitié, courageux, intelligent, complexe et charismatique. Il a mis du piquant dans les tomes précédents alors il devait forcément y en avoir dans son histoire. 

Mila est un chat de Pallas. Son âme sœur est uni à sa cousine. Pour atténuer sa douleur, elle a plus ou moins consentie à une union arrangée. Alors quand Dominic lui fait comprendre qu’il est intéressé, elle se montre un peu réticente, d’autant plus qu’elle ne ressemble pas aux précédentes conquêtes de notre Don Juan. 

Dom est plus complexe qu’il n’y paraît. Mila m’a irritée au début de l’histoire, heureusement que cela s’améliore par la suite. Après, on ne va pas se mentir, on retrouve les ingrédients déjà utilisés par l’auteur dans sa série : des extrémistes anti-métamorphe, quelqu’un qui veut tuer le couple de héros. Mais c’est bien fait, même si je m’attendais à plus. J’en voulais plus pour Dominic, que ce soit au niveau écriture ou intrigue. Je trouve que les garçons ont été plus gentillets dans leur vengeance par rapport au “plan drague des compagnes de mes potes” que Dominic leur a fait subir pendant sept tomes. J’ai toutefois pris plaisir à le lire. 

Le gros plus de cet opus est l’épilogue où l’on retrouve tous les personnages huit ans après la conclusion de l’intrigue de Mila et Dominic. 

À la fin du tome, Suzanne Wright nous informe écrire un spin off sur la troupe des chats de Pallas. Je dois avouer que cela m’inquiète un peu : on a eu La Meute du Phénix, puis La Meute Mercure qui utilise, on ne va pas se le cacher, les mêmes ingrédients et la même trame narrative. Alors une troisième série, cela ne va-t-il pas être une relecture, une paraphrase de ce que nous avons déjà lu, même si les chats de Pallas sont intéressants ?


dimanche 29 décembre 2019

A vos amours : Anthologie des auteurs de la RWA



A vos amours : Anthologie
des auteurs de la RWA

Éditions J'ai lu

Sortie le 20 novembre 2019
Format broché / 544 pages / 15,90 €


Présentation de l'éditeur :

Du premier amour au sortir du lycée à celui de la seconde chance, des relations passionnelles et sensuelles, des histoires aux confins d’un monde surnaturel, certaines sont teintées de suspense, d’autres encore font voyager sous la Régence… À travers de nombreuses nouvelles d’auteures reconnues du genre ou de plumes talentueuses, plongez dans l’univers de la romance sous ses mille et une formes !

Les plus grands noms de la romance sont au rendez-vous : Sylvia Day, Sabrina Jeffries, Cindy Gerard, Monica Murphy, Courtney Milan, Allison Brennan, Laura Kay et bien d’autres !


L'avis de Jm-les-Livres :

Ce recueil rassemble 18 nouvelles d’auteurs plus ou moins connus en France. Il y en a pour tous les goûts, de la romance contemporaine à la romance paranormale en passant par la romance M/M. Peu importe l’histoire, le format “nouvelle” est totalement maîtrisé puisque nous avons le droit à chaque fois à une histoire correctement finie. Vous ne resterez pas sur votre faim pour connaître le dénouement d’une romance.

Ce que j’ai apprécié avec ce livre, c’est que le format court permet de savourer notre lecture en la faisant durer plus longtemps. On peut lire une ou deux nouvelles, reposer le livre pour le reprendre plus tard. Vous pouvez aussi lire dans le désordre, en fonction des auteurs connus ou au contraire, ceux que vous souhaitez découvrir. J’ai préféré certaines histoires à d’autres, mais dans l’ensemble, j’ai passé un très bon moment avec ce recueil. Si vous aimez la romance sous toutes ses formes, ce recueil est fait pour vous.


samedi 28 décembre 2019

Agents très spéciaux de Julie James



Agents très spéciaux 
de Julie James

Éditions J'ai lu

Sortie le 2 octobre 2019
Format poche / 594 pages / 6,80 €


Présentation de l'éditeur :

Mon ange gardien
Un meurtre a eu lieu dans un palace de Chicago où Cameron Lynde, substitut du procureur, séjournait. L’enquête est confiée à Jack Pallas, le flic le plus revêche de toute la ville, que la jeune femme a eu la malchance de croiser par le passé. Pourtant, même si elle n’a vu que la silhouette de l’assassin, la vie de Cameron est menacée, et c’est à contrecœur qu’elle doit mettre sa sécurité entre les mains de ce fichu Jack Pallas...

Rendez-vous à risques
Xander Eckhart, riche propriétaire d’une cave à vin prestigieuse, dans laquelle sont organisés des rendez-vous très privés, est la cible d’une enquête du FBI. Comment s’introduire dans cet endroit ultra protégé ? Jordan Rhodes, directrice d’un bar réputé qui compte Xander parmi ses clients, le peut ! L’agent Nick McCall trouvera-t-il les bons arguments pour convaincre la jeune femme ?


L'avis de Jm-les-Livres :

Presque tous les livres de Julie James (ceux publiés en VF) ont été un coup de coeur pour moi. J’aime beaucoup la plume de l’auteure. Elle mélange une intrigue solide, une bonne dose d’humour et de la passion. La série FBI/US Attorney, dont Mon ange gardien et Rendez-vous à risques sont les premiers tomes, reprend ses ingrédients.

Nous suivons ici le bureau du procureur de Chicago et la branche du FBI qui en dépend. Les relations sont tendues entre les deux services depuis que l’agent Pallas a insulté la substitut du procureur, Cameron Lynde, sur une chaîne nationale. Muté dans une ville du Nebraska en punition, l’agent Pallas est de retour à Chicago pour se retrouver coincé dans une enquête dont Cameron est le témoin principal. Ils vont devoir coopérer pour retrouver un meurtrier, sans se sauter dessus.

Dans le second tome, l’agent du FBI Nick McCall fait une proposition à Jordan Rhodes, une proposition qu’elle ne peut refuser. En échange de son aide dans une enquête concernant un restaurateur qu’elle connaît, il fera libérer son frère jumeau. Malgré les étincelles qui fusent entre eux, il ne faudra pas oublier la mission.

Toutes les romances de l’auteure nous proposent des héroïnes fortes et indépendantes. Elles sont intelligentes et ne risquent pas leur vie stupidement malgré la situation dangereuse dans laquelle elles se trouvent. Elles ont aussi beaucoup de répondant, ce qui donne lieu à des échanges savoureux entre elles et les mâles qu’elles ont à côtoyer.

En face, nos agents du FBI ont un côté un peu brut de décoffrage, mais l’expérience de Julie James et ses connaissances du milieu juridique permettent de gommer rapidement ces défauts et de leur donner de la profondeur. Au début, ils restent bloqués sur leur opinion, mais ils évoluent suffisamment vite pour comprendre leurs erreurs. La passion entre eux et les héroïnes est bien amenée et aboutit sur une belle romance.
Mon ange gardien et Rendez-vous à risques ne vont pas révolutionner le genre, mais ces deux romances ont le mérite d’offrir une histoire qui tient la route et qui vous permettra de passer une bon moment. Personnellement, j’aime les relire de temps en temps.


vendredi 27 décembre 2019

Magik, Tome 1 : Double jeu de H.V. Gavriel



Magik, 
Tome 1 : Double jeu
de H.V. Gavriel

Éditions Milady

Sortie le 20 novembre 2019
Format broché / 504 pages / 8,20 €


Présentation de l'éditeur :

Par l'autrice des Loups de Riverdance, la révélation bit-lit slash
San Diego, 2020. Humains, Magiks et Modifiés cohabitent dans une paix relative, cherchant à oublier les blessures du passé. Richard rêvait de servir son pays mais lorsque ses dons Magik ont été révélés, ses espoirs ont pris fin. Sa jumelle Kathleen, bien qu'humaine, peine aussi à trouver sa place dans ce monde qu'elle étudie sans toujours le comprendre. À vingt-neuf ans, les jumeaux sont prêts à changer de vie pour intégrer l'AFPM, l'agence fédérale de police mutante. Leur première enquête sur la mort mystérieuse d'un voyant et d'une sorcière risque de les mener loin de leurs certitudes, et de les toucher d'une manière qu'ils n'auraient pu imaginer.


L'avis de Tsuki :

J'ai déjà pu lire et apprécier le début de la saga des Loups de Riverdance ainsi que Le journal d'une robe noire de cette auteure. J'étais donc curieuse de découvrir ce nouvel univers et c'est un pari réussi ! H.V Gavriel nous propose un monde où les mutants sont monnaie courante. Ils sont une « race » à part entière au milieu des humains de sang pur, mais n'ont pas les mêmes droits. En effet ils sont marqués d'un tatouage dans le cou en fonction de leur capacité et parqués dans des Ghettos, même s'ils n'y sont plus obligés depuis peu. C'est dans ce monde que nous rencontrons Richard et Kathleen Rutledge, des jumeaux hors du commun, l'un étant un modifié et l'autre atteint de troubles autistiques Asperger. Deux personnalités opposées mais qui se complètent, comme souvent dans les romans comptant 2 héros, néanmoins ce qui change de ce que l'on peut avoir l'habitude de lire, c'est le fait que nous suivons des frères et sœurs. J'ai apprécié cet aspect qui sort des sentiers battus.

Nos deux héros intègrent l'AFPM, une unité de police fédérale composée d'agents humains et mutants. Un nouveau départ pour ce duo qui souhaite avant tout s'intégrer et trouver sa place dans le monde car ils ont soif de justice et de « normalité ». Les débuts sont difficiles du fait que c'est une toute nouvelle unité, que les mutants sont généralement mal vus et que la population ne les connaît pas et donc ne leur accorde pas encore leur confiance. C'est donc plutôt tendu mais l'équipe est, dans l'ensemble, efficace. J'ai aimé suivre leurs interventions, le travail d'équipe, la découverte de leurs coéquipiers et de leur patron. L'enquête « principale » du roman est celle de deux personnes retrouvées mortes chez elles de manière identique alors que rien ne semble les lier. Si celle-ci trouve un dénouement à la fin de ce roman, ce que je retiens surtout c'est le développement de deux intrigues secondaires, qui nous donnent réellement envie de découvrir la suite. Je n'en dirai pas plus sur ces points, à vous de découvrir de quoi il retourne.

J'ai apprécié la plume de l'auteure qui, à l'instar de ses précédents romans, arrive à faire passer tout un panel d'émotion à travers ses mots : nous vivons le récit, les sentiments et le ressenti des personnages sont bien décrits. L'action n'est pas en reste, les descriptions ne viennent pas ralentir le rythme et elles nous entraînent volontiers au cœur des événements qui s'enchaînent tout en laissant la place quand il le faut à des temps « calmes », nous permettant d'en apprendre davantage sur les protagonistes. Le rythme est donc très adapté à la lecture d'un roman d'urban fantasy : des moments qui font monter les pulsations cardiaques, et pas uniquement dans des situations de missions fédérales... et d'autres plus calmes, plus doux, nous permettant de souffler.

Côté personnages, je m'attarderai sur Richard, dit Kit, le jumeau mutant. Quelles sont ses dispositions ? Haha je n'en dirai rien ! Je l'ai trouvé attachant avec cette excentricité qui cache une grande souffrance. Son exubérance est une bouffée d'air frais, il m'a souvent fait rire et donné chaud. Son rapport aux autres est particulier et j'ai parfois eu un peu de mal avec le langage utilisé.
Et Kathleen, dit Kat, une jeune femme atteinte de troubles autistiques Asperger. Les descriptions de ses réactions sont crédibles et souvent justes, c'est un personnage distant, assez froid mais tellement touchant, je suis très curieuse d'en apprendre davantage sur elle.

En bref, un premier tome qui plante parfaitement le décor, avec des personnages  attachants. J'ai aimé découvrir cet univers qui m'a rappelé celui des  X-men où les personnages sont complémentaires dans leurs différences. Concernant l'enquête, je l'ai trouvé très intéressante, même si j'avoue avoir vu arriver les choses à 100 kilomètres, mais je pense que ce n'est pas le but de l'auteure de nous surprendre, je crois qu'elle installe quelque chose de beaucoup plus grand, beaucoup plus sombre. Je suis très curieuse de découvrir la suite des aventures de Kit et Kat. Ce premier tome est très prenant, bien écrit et rythmé. Je vous le recommande si vous aimez le M/M, les enquêtes, les mutants et le paranormal. Un cocktail détonnant et plaisant ! 


jeudi 26 décembre 2019

L'année où je t'ai rencontré de Cecelia Ahern



L'année où je t'ai rencontré
de Cecelia Ahern

Éditions Milady

Sortie le 13 novembre 2019
Format broché / 360 pages / 7,90 €


Présentation de l'éditeur :

« La plupart des gens n'ont pas besoin de faire "quoi que ce soit" pour nous transformer, ils n'ont qu'à être "là". J'ai réagi à ta présence. Tu m'as aidée. J'ai toujours cru qu'être aidé revenait à perdre le contrôle mais il faut laisser quelqu'un nous secourir, et alors seulement la transformation peut avoir lieu. »

Jasmine a deux passions : sa soeur, Heather, et son travail. Lorsqu'elle est licenciée, elle est désorientée et s'aperçoit qu'elle ne sait pas qui elle est réellement.

Matt a deux passions : sa famille et l'alcool. Sans eux, il sombre.

Jasmine et Matt se rencontrent le soir du réveillon du nouvel an. Tous deux au chômage, avec du temps à ne savoir qu'en faire, ils se trouvent à la croisée des chemins et vont devoir faire des choix. À l'instar du jardin dont s'occupe Jasmine, leur amitié, aussi surprenante qu'inattendue, éclot au rythme des saisons et des fleurs. Parfois, il faut savoir s'arrêter pour mieux repartir...


Avis de Cassiopée :

Ce roman de Cecelia Ahern a de quoi dérouter ses plus fidèles lecteurs. L'auteur a choisi un style d'écriture très particulier. En effet, dans ce roman elle parle de son voisin à la deuxième personne du singulier. Ce tutoiement rend les choses plus intimes, plus personnelles. Au début même un peu malsain. Bien que l'auteur nous ait habitués à des styles différents, ce ton a de quoi perturber.

Jasmine est une femme d'affaire. Elle vit sa vie à deux cents à l'heure. Elle n'a de temps que pour son travail et sa sœur. C'est pourquoi le jour où elle se fait virer et doit rester un an en congé, elle ne sait plus quoi faire d'elle-même. C'est alors qu'elle commence à observer son voisin.
Ce qui au début est dérangeant, ce voyeurisme, cette façon de l'observer sans jamais admettre sa fascination pour ce qu'il se passe de l'autre côté de sa rue, fini par prendre une tournure plus raisonnable. Malgré une première moitié de roman assez étrange, l'auteur réussit encore une fois à écrire un livre qui parle avec succès de la vie. Sans stigmatiser, sans critiquer ou juger, elle nous montre qu'avec beaucoup d'effort et de la patience, on peut remettre de l'ordre dans son existence.

Lucide mais optimiste, elle nous montre que lorsque notre vie part de travers les choses ne s'arrangent pas toutes seules, que cela prend beaucoup de temps et d'énergie. Mais aussi et surtout qu'il ne faut pas hésiter à se faire accompagner. Néanmoins, en y mettant du sien et en s'accrochant, il est possible de remonter la pente et même d'aller encore mieux après.

L'auteur aborde aussi d'autres thèmes : le handicap, la famille, la liberté d'expression, l'alcoolisme, autant de sujets qui sont intéressants et bien traités. On en apprend beaucoup et l'auteur nous montre ainsi qu'il ne faut pas juger superficiellement les autres. Qu'au final, on ne connaît jamais vraiment bien les gens à moins de vraiment s'intéresser à eux.

C'est un beau roman, intimiste et touchant. Cecelia Ahern nous montre une fois de plus ses talents d'écrivain.

Ce roman a été réédité par Milady dans une édition collector. La couverture est en relief avec des parties dorées, sur du papier cartonné à la texture douce. Le tout pour un rendu simple mais superbe !




lundi 23 décembre 2019

L'inconnu d'Halloween de Marie Harte



L'inconnu d'Halloween
de Marie Harte

Éditions J'ai lu

Sortie le 17 octobre 2018
Format poche / 375 pages / 7,40 €



Présentation de l'éditeur :

«Tu es la reine des pantouflardes. Viens à cette fête, et trouve-toi un mec!» Défiée par son frère de quitter son canapé et son legging, Sadie décide de l’accompagner à la soirée d’Halloween et, quitte à se lâcher, de s’y lâcher vraiment. C’est en princesse viking, masquée, et sans aucune inhibition qu’elle se laisse séduire dans l’ombre par le plus hot des diables. Mais tout a une fin, et elle se sépare de l’inconnu sans même avoir vu son visage. Impossible de renoncer à lui si facilement. Seulement, comment et où retrouver celui dont on ne connaît que les mains brûlantes? Faudra-t-il attendre le prochain Halloween et compter sur le hasard pour croiser de nouveau l’inoubliable démon?

L'avis d'Elaura :

Voilà un livre qui aurait pu m'apporter tout ce que je souhaitais : de la romance et une ambiance halloweenesque. Force est de constater qu'à part le titre du bouquin et une soirée déguisée (le soir d'Halloween, je le concède.), il n'y a rien en lien avec cette fameuse fête, pas même un petit soupçon de peur ou de magie. Certes, il y a du sexe, du sexe, des mots crus échangés, puis du sexe. Y a-t-il une intrigue ? Personnellement, dès la fin du livre, je ne m'en rappelle déjà plus. Les personnages sont caricaturaux au possible et particulièrement agaçants. Le mot déception n'est même pas à la hauteur de ce que je ressens.

Il serait bon, parfois, d'arrêter de nous vendre des romances creuses et insipides sous prétexte qu'elles sont chaudes à souhait, sans aucune histoire ou intrigue intéressante. Les scènes de sexe ne suffisent pas à contenter un bon nombre de lectrices, quoi qu'en pensent certains auteurs ou éditeurs.


samedi 21 décembre 2019

Les Ravenel Tome 5 : Lady Phoebe de Lisa Kleypas



Les Ravenel
Tome 5 : Lady Phoebe

de Lisa Kleypas

Éditions J'ai lu

Sortie le 6 novembre 2019
Format poche / 384 pages / 7,60 €


Présentation de l'éditeur :

Après deux ans de veuvage, Phoebe devrait se réjouir de retourner dans le grand monde à l’occasion du mariage de son frère. C’est pourtant pleine d’appréhension qu’elle prend la route d’Eversby Priory où elle est sûre de rencontrer West Ravenel, l’homme qu’elle déteste le plus au monde.
Même si elle ne l’a jamais vu, Phoebe est sûre d’une chose : c’est une sale brute. Enfant, il a martyrisé son défunt mari, et elle ne le lui pardonnera jamais.
Or, lors des présentations, elle fait la connaissance d’un être charmant, galant, attentionné. En fait, West Ravenel n’a du diable que l’envoûtante beauté.
Est-il possible qu’un homme change autant ?
Et les désirs brûlants que ressent bientôt Phoebe ne sont-ils pas une trahison à ses valeurs les plus chères ?


L'avis de Jm-les-Livres :

Avec ce cinquième tome, l’auteure nous offre une belle histoire d’amour, avec en prime une surprise qui devrait ravir ceux qui connaissent ses livres. En effet, nous retrouvons un des couples de la série La ronde des saisons et surtout nous avons l’occasion de rencontrer leurs enfants, puisque l’héroïne, lady Phoebe, n’est autre que la fille du légendaire et scandaleux Duc Sebastian, lord Saint-Vincent.
En face, c’est West Ravenel, le frère du héros du premier tome de la série Les Ravenels, qui lui donne la réplique. Celui que nous avions découvert en parfait exemple du membre de l’aristocrate paresseux a bien changé. Son implication dans le développement du domaine de son frère l’a transformé. Aujourd’hui, il est respecté et même consulté pour connaître son opinion sur tel ou tel sujet, mais son passé pourrait bien le rattraper.

Si ce tome n’est pas un coup de coeur, j’ai retrouvé les ingrédients que j’aime chez Lisa Kleypas. C’est souvent drôle, parfois sensuel mais surtout, l’auteure nous offre de beaux passages avec des sentiments forts. Les personnages principaux sont attachants, surtout West. J’aime voir l’évolution d’un personnage dans une histoire et Lisa Kleypas nous prouve encore une fois que les anciens vauriens font les héros les plus intéressants. En ce qui concerne les personnages secondaires, ils apportent cette touche de folie qu’on aime tant retrouver dans un livre de Lisa Kleypas.

Encore un tome et nous quitterons la famille Ravenel. Heureusement, il reste la possibilité de relire leurs histoires encore et encore, comme toutes les autres séries de l’auteure. Je vais d’ailleurs aller relire la ronde des saisons, pour voir si cette série est toujours aussi bonne que dans ma mémoire.


vendredi 20 décembre 2019

Le Noël de toutes les promesses de Mary Balogh



Le Noël de toutes les promesses
de Mary Balogh

Éditions J'ai lu

Sortie le 5 décembre 2018
Format poche / 256 pages / 7,40 €



Présentation de l'éditeur :

Endetté, le comte de Falloden est contraint d’épouser la fille de son créancier, un vulgaire charbonnier. À peine marié à Ellie, il s’empresse de la cacher dans sa résidence à la campagne où la nouvelle comtesse le défie en invitant ses amis du bas peuple. Humilié, Randolph s’apprête à passer le pire Noël de sa vie au côté de cette roturière qui ose le traiter avec arrogance. Un véritable iceberg ! Mais ne dit-on pas que le feu couve sous la glace et que la magie de Noël fait fondre les cœurs les plus endurcis?

L'avis d'Elaura :

Les romances de Noël ont toujours ce petit quelque chose de magique et de féerique qui nous pousse à sortir notre bon vieux sourire niais de fin de lecture. 
Vous savez, ce fameux gloussement que vous n'osez généralement pas pousser en public, car il vous donne l'air d'avoir moins de 10 ans alors que vous en avez déjà 45. 
Eh bien, Le Noël de toutes les promesses ne fait pas exception. Déjà, parce que c'est Mary Balogh (les lectrices de romances me comprendront et n'auront pas besoin d’argument supplémentaire), ensuite, parce que c'est une jolie histoire d'amour après un mariage de convenance dont le seul attrait était, au premier abord, financier (et j'affectionne particulièrement ce genre d'histoire). Et enfin, parce que les personnages secondaires sont tout aussi attachants que nos deux héros. Que vous faut-il de plus ? 
Allez-y, faites-vous plaisir, sourire niais garanti.


jeudi 19 décembre 2019

Les Brumes de Cendrelune Tome 1 : Le jardin des âmes de Georgia Caldera



Les Brumes de Cendrelune
Tome 1 : Le jardin des âmes

de Georgia Caldera

Éditions J'ai lu

Sortie le 2 octobre 2019
Format broché / 349 pages / 13,90 €


Présentation de l'éditeur :

Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.
Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule…


L'avis de Tsuki :

Un nouveau roman signé Georgia Caldera dans ma bibliothèque. Point de romance contemporaine, ni de New adult cette fois, mais un roman fantastique, poétique et romantique. J'ai beaucoup aimé entrer dans cet univers dystopique empreint de mélancolie. Cendrelune est un royaume où les Dieux ne vous laissent aucun répit et espionnent la moindre de vos pensées. Orion, le Dieu des Dieux, compte sur son exécuteur, l'Ombre, pour mettre fin à tout mouvement ou pensée dissident. Céphise, 17 ans, évolue seule, amputée d'un bras, d'une jambe et orpheline à cause de l'exécuteur,  dans cet univers des plus sombre, à la recherche du moment parfait pour se venger de ses Dieux omnipotents, invasifs et intrusifs.

C'est une histoire sombre, pleine de mélancolie et de mystère que j'ai vraiment apprécié découvrir à travers le regard de Céphise mais pas seulement, nous rencontrons également un autre personnage, dont je ne pense pas pouvoir vous parler sans trop vous en dévoiler. Il est assez compliqué de vous donner un avis sur ce roman sans en vous en dire plus qu'il n'en faut, c'est à vous de découvrir cet univers plein de belles découvertes. Rien n'est rose dans la vie de nos héros et leur histoire l'est encore moins. Néanmoins, c'est une histoire addictive, nous tournons les pages avec avidité, à la recherche de réponse, mais tout ce que l'on arrive à trouver c'est davantage de questions. C'est un fait frustrant, mais qui rend le roman d'autant plus intéressant.

L'auteure nous offre une fois encore une plume douce, délicate, précise, pleine de poésie mais également cruelle. Elle réussit à mêler les moments d'une grande souffrance à vous tirer des larmes de chagrin, mais également de colère ou de frustration, tout en imposant des scènes magiques d'une grande douceur et poétique. C'est un très beau texte qu'il est difficile de quitter avant la dernière page.
En bref, un retour au fantastique des plus réussi pour L'auteure. Si vous aimez sa plume mais ne connaissez pas encore cet aspect de son écriture je ne peux que vous conseiller de vous procurer ce roman dont la suite sortira en mars. Merci à Georgia Caldera pour ce superbe roman, même si la fin est intenable et que mars me semble bien loin, c'est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle saga aussi bien écrite qui réussit à vous faire entrer dans un univers bien défini. J'ai vibré avec ce titre et j'ai réellement hâte de lire la suite.  

lundi 16 décembre 2019

Le corbeau d'Oxford de Faith Martin



Le corbeau d'Oxford
de Faith Martin

Éditions HarperCollins

Sortie le 13 novembre 2019
Format broché / 352 pages / 14,90 €


Présentation de l'éditeur :

Oxford, 1960. Lorsque Sir Marcus Deering, un riche industriel de la région, reçoit plusieurs lettres de menace anonymes, il prend le parti de ne pas s’en inquiéter.
Mais bientôt, un meurtre est commis, et les meilleurs éléments de la police d’Oxford sont mobilisés.
La toute jeune policière Trudy Loveday rêverait de participer à une affaire aussi importante, mais ses supérieurs coupent rapidement court à ses ambitions. Écartée de l’enquête et chargée d’assister le brillant mais peu amène Dr Clement Ryder, médecin légiste, sur une affaire classée, elle se retrouve pourtant très vite au cœur d’une énigme qui pourrait bien la mener sur la piste du mystérieux corbeau d’Oxford…

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Alexandra Herscovici-Schiller

À propos de l’auteure :
Faith Martin, également connue sous son véritable nom, Jacquie Walton, est l’auteure de nombreux romans policiers à succès. Née à Oxford et amoureuse de la campagne anglaise, elle situe nombre de ses romans dans le cadre bucolique de la région oxonienne.

L'avis d'Elaura :

Voilà un Mystery Cosy très agréable à lire et qui m’a offert quelques heures de lecture So British!

L'auteure nous propose une enquête policière dans laquelle Agatha Christie n'est jamais loin, rafraîchissante, bien écrite et sans ennui aucun. 
L'histoire se situe en 1960 à Oxford avec deux protagonistes très différents qui seront obligés de collaborer sur une affaire de meurtre. Notre héroïne, Trudy, est une jeune policière très futée et volontaire, mais qui, à cause de son genre, se retrouve souvent brimée et sous-estimée. Quant au Dr Clément Ryder, le légiste avec lequel elle se retrouve obligée de travailler, c'est un homme bourru, peu amène, mais perspicace. Un drôle de duo donc, mais qui fait de ce roman une vraie belle réussite. 
Une lecture idéale pour les vacances qui arrivent.


dimanche 15 décembre 2019

Nos réceptions de la semaine #130



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 9 au 15 décembre 2019 :


Réception de trois Service presse Milady

L’image contient peut-être : 1 personne, texte




Achats de mangas

L’image contient peut-être : 3 personnes




Réception d'un Service presse Milady

L’image contient peut-être : 1 personne



Deux achats

L’image contient peut-être : 1 personne, texte 

L’image contient peut-être : nourriture



Deux achats numériques

Les Virtuoses de la Cinquième Avenue par [Callaway, Joy]

L'Amant déchiré: La Confrérie de la dague noire, T17 par [Ward, J.R.]



Réception d'un Service presse Actu SF

Aucune description de photo disponible.



Achats lors d'un festival du livre

Aucune description de photo disponible.

L’image contient peut-être : 2 personnes, texte


Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

samedi 14 décembre 2019

Skin Trade de George R.R. Martin


Skin Trade
de George R.R. Martin

Éditions ActuSF

Sortie le 6 décembre 2019
Format numérique / 183 pages / 7,99 €


Présentation de l'éditeur :

Il fût un temps où cette ville était au centre du monde.
Un temps où sa puissance se nourrissait du sang et du fer. Mais aujourd'hui elle n'est plus que rouille et elle attend la ruine. C'est un territoire parfait pour Willie Flambeaux et Randi Wade. Lui est agent de recouvrement, elle, détective. Mais lorsqu'une série de meurtres particulièrement atroces ensanglante cette ville qu'ils croyaient si bien connaître, ce n'est plus dans dans le labyrinthe des rues qu'ils auront à mener l'enquête, mais dans les recoins les plus sombres de leurs propres passés.Là où se cachent leurs plus grandes peurs.


Avis de Lauryn :

Cette version de Skin Trade, une novella du désormais célèbre auteur du Trône de Fer, bénéficie d’une très belle présentation, avec couverture cartonnée, signet, et des bonus : une préface d’Emmanuel Chastellière, une biographie et un extrait de Nightflyers.

La novella (155 pages) est un savant mélange d’enquête policière, d’horreur, de fantastique et de drame social. Willie et Randi vivent dans une petite ville frappée par une démographie en forte baisse, un chômage galopant et un évident manque d’attractivité. L’un est un loup-garou asthmatique spécialisé dans le recouvrement de dettes, et l’autre une détective privée au caractère “entier”. L’un comme l’autre se contentent de la vie qu’ils mènent, surtout parce qu’ils sont incapables de faire le pas en avant qui les mènerait vers autre chose. Tiraillés par leur histoire personnelle, ils s’enferment eux-mêmes dans cette ville-mouroir particulièrement déprimante. Le jour où Willie se trouve impliqué dans une affaire de meurtre, toute la ville semble s’éveiller, avec, en toile de fond, une vieille histoire de disparition d’enfants. Willie et Randi se retrouvent alors en première ligne.

Comme d’habitude avec George R.R. Martin, l’histoire vit surtout à travers des personnages très fouillés, avec une fragilité évidente et un passif lourd à porter. Ici, c’est le cas pour tous les personnages, même secondaires, ce qui donne au récit une profondeur très prenante. La ville est d’ailleurs un personnage à part entière de Skin Trade. Oppressante, déprimante, inhospitalière et porteuse d’un passé sanglant, elle occupe une grande place dans l’histoire. Le lecteur se l’imagine immédiatement en noir et blanc, dans une ambiance de film noir où il frissonne à chaque instant, prêt à apercevoir du sang et des larmes à chaque coin de rue. C’est véritablement le tour de force de cette novella, car il n’est pas toujours évident de rendre quelque chose d’aussi bien construit en si peu de pages. Il y a juste un petit bémol à la fin : les dernières pages sont un peu fouilli. Destinées à laisser au lecteur l’opportunité de choisir le responsable de tout cela, elles laissent trop de flou, au point de ne pas savoir, à un moment précis, qui est l’assaillant. J’ai trouvé cela dommage, même si l’idée, sur le fond, est intéressante. À part cela, j’ai vraiment adoré cette novella, et je la conseille à ceux qui aimeraient découvrir Martin pour autre chose que de la Fantasy.

Je n’en dirai pas autant pour l’extrait de Nightflyers. Ce huis-clos dans un vaisseau spatial m’a laissée sur ma faim. Il y a un long passage sur les recherches de l’un des personnages que j’ai trouvé barbant au point de le lire en lecture rapide. L’idée générale est bonne, mais je n’ai pas aimé les personnages, très survolés par rapport à ce que fait d’habitude l’auteur.

Bref, je recommande ce livre avant tout pour Skin Trade, très prenant et oppressant.

Achat en numérique : ICI


vendredi 13 décembre 2019

La fourchette, la sorcière et le dragon de Christopher Paolini



La fourchette, la sorcière et le dragon
de Christopher Paolini

Éditions Bayard Jeunesse

Sortie le 18 septembre 2019
Format relié / 320 pages / 15,90 €


Présentation de l'éditeur :

Entrez dans le monde magique de l'Alagaësia...
et au-delà...

Un an s'est écoulé depuis qu'Eragon a quitté l'Alagaësia en quête du foyer parfait pour entraîner une nouvelle génération de Dragonniers. Aujourd'hui, il lutte contre un océan infini de tâches : construire un large refuge pour les dragons, négocier avec les fournisseurs, protéger les oeufs des dragons, et s'occuper des Urgals belliqueux et des Elfes hautains. Mais une vision créée par les Eldunarí, des visiteuses inattendues, et une captivante légende urgal vont lui procurer une distraction nécessaire et lui offrir une autre perspective.
Savourez l'imagination incomparable de Christopher Paolini dans ce palpitant recueil d'histoires se déroulant dans le monde du cycle de l'Héritage.


Avis de Idrilhirith

J’avais vaguement entendu parler du fait qu’une suite à la saga Eragon arriverait en France en 2019. Quand j’ai vu le livre à la Fnac, j’ai craqué. Le monde créé par Christopher Paolini m’avait clairement manqué. J’avais beaucoup aimé la tétralogie et je la relis à peu près tous les deux ans.

Le livre en lui-même est splendide. La couverture rigide avec un superbe dragon l'illustrant, la tranche dorée, le format semi-poche, la carte en couleur au début, tout me plait. Je précise que les tomes de la saga originale sont re-publiés dans ce format-là et sont également dorés sur la tranche. Cela va permettre à une nouvelle génération de se plonger dans le monde de l’Alagaësia.

L’histoire maintenant. Le gros point positif : le résumé de ce qui s’est passé avant. Le cycle de l’héritage, plus connu comme l’histoire d’Eragon, du titre du tome 1, est une tétralogie donc 4 tomes à résumer. L’auteur s’en est vraiment bien sorti. Je me suis rendu compte que cet univers m’avait marquée plus que ce que je ne le pensais. Je me souvenais de beaucoup de choses. Cependant pour comprendre ce qui va se passer dans cet opus, il vaut donc mieux avoir lu le Cycle de l’héritage avant.

Le titre en lui-même donne le découpage de l’histoire. Eragon croule sous le poids des responsabilités et du travail. Saphira l’oblige à faire une pause et à s’aérer. Mais cela lui est compliqué donc il va faire un tour pour vérifier que tout va bien et ainsi passer d’un conte à un autre.

La Fourchette est une histoire racontée par les Eldunaris, le cœur des cœurs des dragons. Ce sont des pierres qui contiennent l’âme et les souvenirs des dragons. Donc c’est très très précieux. Ils lui racontent une histoire impliquant un homme mystérieux, une auberge, une fillette et bien sûr une fourchette.

La Sorcière concerne Angela, l’herboriste qui vient lui rendre visite avec Elva et Solemblum. Angela a commencé à écrire ses mémoires et elle les fait lire à Eragon.

Le Dragon est une légende Urgal, racontée au son du tambour au coin du feu. Elle est racontée le soir à Eragon pour le faire réfléchir, relativiser mais aussi dans un souci de partage. Je dois dire que c’est l’histoire qui m’a le plus plu.

Ce livre est une suite sans vraiment en être une. Le récit étoffe la mythologie créée par Christopher Paolini. On a quelques nouvelles de certains personnages auxquels on s’est attaché dans le cycle original mais c’est trop peu. Comme dans le titre, il y a “livre I” j’ai très bon espoir qu’il y ait un livre II.

Comme d’habitude avec cet auteur, j’ai lu le livre vite. Son style est fluide, le lecteur plonge facilement dans l’histoire. Je visualisais très clairement le décor des histoires, comme si j’étais en immersion dedans.

Je recommande ce livre à tous ceux qui ont aimé les aventures d’Eragon. Et j’encourage ceux qui ne connaissent pas le Cycle de l’Héritage à lire les 5 livres à la suite.

jeudi 12 décembre 2019

J'apprends le yoga de André Van Lysebeth



J'apprends le yoga
de André Van Lysebeth

Éditions J'ai lu

Sortie le 19 avril 2004
Format poche / 340 pages / 7,20 €



Présentation de l'éditeur :

Découvrir le yoga pour agir en profondeur sur la santé et le mental Mal de dos, stress, nervosité ? Pratiquez le yoga ! A la fois maîtrise et abandon, le yoga a une influence bénéfique sur le quotidien. Ce livre précis et approfondi vous en apprendra la base, des techniques de respiration aux secrets de la souplesse. Grâce à des explications claires et de nombreuses photos des postures, vous découvrirez les bienfaits de vraies séances, dont l'ordre et la durée sont détaillés. En vous débarrassant de ces maux du monde moderne, le yoga vous aidera à retrouver le calme et la sérénité, la joie et le dynamisme.


L'avis d'Elaura :

André Van Lysebeth est une figure importante du yoga en occident et a été un des pionniers de l'introduction du Yoga en Europe. Si le contenu de ce livre est une vraie richesse, le format poche ne lui permet malheureusement pas de montrer tout son potentiel.

Les photos des différentes positions en noir et blanc sont bien trop sombres et perdues au milieu du texte, ce qui rend l'ensemble difficilement accessible.

C'est vraiment dommage, car l'auteur nous délivre des conseils précis et intéressants et surtout importants pour pratiquer une bonne séance de yoga (structure d'une séance, respiration, équilibre, etc.), mais il est difficile de mettre en pratique avec le livre comme guide à ses côtés.


mardi 10 décembre 2019

Nos réceptions de la semaine #129



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 1er au 8 décembre 2019 :




Aucune description de photo disponible.







Aucune description de photo disponible.







L’image contient peut-être : texte


L’image contient peut-être : 1 personne

L’image contient peut-être : 2 personnes

Aucune description de photo disponible.








Aucune description de photo disponible.

Aucune description de photo disponible.

L’image contient peut-être : 3 personnes


Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?