Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 17 janvier 2019

Sur ma liste de Rosie Blake


Sur ma liste
de Rosie Blake

Éditions J'ai Lu

Sortie le 7 novembre 2018
Format poche / 315 pages / Prix 12,90 €


Présentation de l'éditeur :

Depuis qu'elle a quitté son Danemark natal, Clara voyage là où l'envie la pousse. C'est ainsi qu'elle fait étape à Yulethorpe. Le petit village anglais est en plein émoi : on est à l'approche de Noël, et la boutique de jouets menace de fermer. Une catastrophe pour les habitants et les enfants... Touchée par le désarroi ambiant. Clara décide de redonner vie au magasin. Petit à petit, par la grâce de son art du bonheur à la danoise, elle transforme le quotidien des uns et des autres. C'en est trop pour Joe, le fils de la propriétaire de la boutique, financier londonien, radicalement différent de Clara, qui débarque à Yulethorpe avec l'idée de démasquer cette "aventurière" et de "remettre de l'ordre"...

Avis de Cassiopée :

Sur ma liste est un charmant petit livre feelgood qui vous rappellera aux petits plaisirs de la vie.

Clara est une jeune fille danoise qui, au fil de ses pérégrinations, se retrouve dans le petit village de Yulethorpe. Suite à une impulsion, elle se retrouve à gérer le dernier magasin de la ville, un magasin de jouets, pendant que sa propriétaire part en vacances ne supportant plus le manque de clients. C'est ainsi qu'elle va apporter un petit quelque chose en plus à ce village qui doucement sombrait dans la tristesse et l'oubli.
On pourrait croire que le personnage principal de l'histoire est Clara, mais au final, je trouve que c'est plutôt Joe, le fils de la propriétaire. Il souhaite venir reprendre les choses en main et protéger les intérêts de sa mère. L'auteur a réussi à créer un personnage à la fois antipathique et aussi très humain. Elle nous fait bien comprendre qu'il a un bon fond, mais que son travail l'a perverti et qu'il en a oublié l'essentiel, ce qui fait qu'on peut difficilement le détester, même si c'est tentant au début.

On s'attache vite à cette petite communauté, charmante et accueillante. Même si on voit venir de loin les différentes histoires, ce n'est pas grave, on se laisse porter par le charme ambiant, par l'envie de se détendre. L'auteur a créé une ambiance cosy, hygge, qui fait que les pages défilent à toute vitesse et on se surprend à rire, sourire, voire même à avoir une poussière dans l'œil.
L'auteur s'est bien amusée avec la nationalité de Clara et nous permet aussi de nous créer un petit répertoire de vocabulaire danois, qui est bien amusant.

C'est un très bon livre de détente surtout en cette période de l'année. Il nous rappelle que l'hiver est aussi synonyme de belles et bonnes choses et qu'il suffit tout simplement de se poser un peu pour les apprécier.



mercredi 16 janvier 2019

Comme toi, de Lisa Jewell



Comme toi
de Lisa Jewell

Éditions Milady

Sortie le 14 novembre 2018
Format broché / 382 pages / Prix 19,50 €


Présentation de l'éditeur :

Une troublante impression de déjà-vu...
Ellie a disparu à l’âge de quinze ans. Sa mère n’a jamais réussi à faire son deuil, d’autant plus que la police n’a retrouvé ni le coupable ni le corps. Dix ans plus tard, cette femme brisée doit pourtant se résoudre à tourner la page. C’est alors qu’elle fait la connaissance de Floyd, un homme charmant, père célibataire, auquel elle se lie peu à peu. Mais lorsqu’elle rencontre la fille de celui-ci, Poppy, âgée de neuf ans, le passé la rattrape brutalement : cette fillette est le portrait craché de sa fille disparue...

L'avis de Lila :

Ellie Mack, une jeune fille de 15 ans, heureuse et sans histoires, disparaît peu avant son anniversaire. Aucun témoin, aucun suspect, l'affaire est considérée comme une simple fugue. Dix années s’écoulent sans qu'aucun nouvel élément n'apparaisse ou que l'on retrouve une trace d'Ellie. Pendant ce temps, sa famille a explosé : son père a refait sa vie avec une autre femme, sa sœur et son frère se sont construits tant bien que mal, tandis que sa mère, Laurel, demeure inconsolable et incapable d'avancer. Puis cette dernière rencontre Floyd, un charmant quinquagénaire qui parvient à lui faire enfin reprendre goût à la vie. Rapidement après leur rencontre, Laurel fait la connaissance de Poppy, la fille de Floyd. À sa grande stupéfaction, la fillette de 9 ans est le portrait craché d'Ellie. La stupeur fait très vite place au doute, surtout quand les coïncidences s'accumulent...

La construction du roman est très réussie : la narration est partagée entre plusieurs personnages et époques sans jamais nous perdre. L'intrigue est intéressante et plaisante à suivre, la plume de l'auteur sert parfaitement le récit dans lequel on embarque sans difficulté. Plus que sombre, l'histoire est sordide et certains éléments mettent vraiment mal à l'aise, quelques passages sont même durs à lire, ce n'est donc pas un livre que l'on recommandera à tous les publics.

On comprend assez vite ce qu'il est advenu d'Ellie et les autres mystères qui entourent sa disparition peuvent aussi être facilement anticipés avant leur révélation, notamment car le plus gros du mystère se devine dès la lecture du résumé du roman. Il ne s'agit même pas d'un résumé qui dévoile trop l'intrigue, car les éléments qui y sont présentés arrivent dans les premiers chapitres, avant même d'entrer au cœur du récit. Des blancs restent à combler, bien sûr, mais la plupart seront vite devinés aussi par une partie des lecteurs. Difficile de dire si l'auteur manque de subtilité ou si c'est un choix conscient.
Plusieurs éléments paraissent tirés par les cheveux ou, au contraire, très simplistes, mais c'est peut-être parce que les personnages manquent un peu de substance, malgré une psychologie assez fouillée. Certains se révèlent touchants dans leur détresse, sans qu'on ne s'attache pourtant à eux plus que cela, à l'image de Poppy qui est franchement horripilante, même si on comprend bien que c'est le résultat de son éducation et de son histoire.

Si l'on devine aisément où veut nous emmener l'auteur, on se laisse pourtant prendre au jeu et les pages se tournent rapidement, on a réellement envie de connaître le dénouement de l'histoire. Malgré ses petits défauts, c'est un bon thriller psychologique. Rien de transcendant ou d'inoubliable, mais c'est une bonne lecture et un auteur à suivre.


lundi 14 janvier 2019

Roméo cherche Roméo de Justin Myers



Roméo cherche Roméo
de Justin Myers

Éditions J'ai lu

Sortie le 7 novembre 2018
Format poche / 320 pages / 13,90 €


Présentation de l'éditeur :

La vie de James n’est plus du tout gay-friendly à Londres. Il gâche son talent à écrire dans un journal à ragots, et tourne en rond dans son studio depuis qu’il s’est séparé d’Adam. Pour lui éviter de se laisser couler, sa meilleure amie le propulse d’un grand clic sur les sites de rencontres, et voilà James lancé dans des blind dates plus ou moins réussis, qu’il raconte sur son blog avec humour et romantisme, sous le mystérieux pseudo «Romeo». Et ce qui était destiné à tromper l’ennui lui apporte soudain la célébrité : sur la Toile, on ne parle plus que de Romeo! Qui est‑il? Comment le démasquer? Ravi mais dépassé, James perd carrément le contrôle quand son prince charmant 2.0 se présente enfin, sous les traits d’une star du sport qui ne peut se permettre de sortir du placard…

Une comédie gay d’aujourd’hui, qui parle d’amour, de romantisme et de sexe à l’ère des sites de rencontres et des réseaux sociaux. Subtilement drôle comme les Anglais savent l’être, acérée et pourtant tendre, sincère et pleine d’émotion!


L'avis de Tsuki :

Voici un roman tout ou rien, c'est à dire que soit vous allez adorer, soit vous allez vous demander pourquoi l'auteur s'est donné la peine de le rédiger. Certes, il est possible de se situer entre les deux, après tout il en faut pour tout les goûts et il n'est pas inintéressant de lire une comédie romantique d'une plume masculine. Pour ma part, ce n'est pas vraiment une première, étant adepte de lecture boy's love, je m'étais déjà penchée sur certains titres d'auteurs masculins français mais jamais étranger, de ce point de vue c'était donc une première. 
La lecture s'est déroulée dans le calme, pas de frénésie à tourner les pages pour savoir comment allaient se passer les événements. Peut-être cela est-ce dû au personnage principal que je n'ai pas trouvé spécialement attachant, nous sommes face à un trentenaire qui vient de rompre avec son compagnon après six ans et qui décide, pour remonter la pente et poussé par sa meilleure amie, à s'inscrire sur des sites de rencontres. Jusque là rien de très spécial, mais quand James, notre héros, décide d'ouvrir un blog afin d'y « lister » ses rencarts et de noter ses prétendants, notre vision de ce personnage banal prend une toute autre tournure.

Si l'idée de base est sympathique et aurait pu être amusante et prêtant à sourire, cela finit par se révéler lourd et quelque peu gênant. Au début James ne cherche que l'amour, son Roméo, mais au fil du temps son blog prend de l'ampleur, il gagne en popularité et le journaliste perd de vue son but et devient de moins en moins attendrissant. On passe d'un homme qui tient à ses amis, cherche l'amour de façon somme toute commune à un personnage égoïste, mesquin qui enchaîne les rencarts afin de faire toujours plus de billets sur son blog, en oubliant ceux qui étaient là pour lui, au point d'être irresponsable. Vous l'aurez compris l'évolution du personnage ne m'a pas plu, la soif de popularité le mène à devenir détestable, rend ses billets cruels plutôt que drôles.

Un roman qui aurait pu être original et plaisant, néanmoins le changement de situation le fait devenir lourd, un héros qui se « vend » pour faire le plus de clics possibles au détour de rendez-vous qui tournent court, parfois douteux et malaisants. La critique des sites de rencontre est bien présente mais mal tournée selon moi, il n'est pas utile d'aller trop loin avec quelqu'un surtout si l'on se rend compte qu'il n'est pas fait pour nous. Je suis un peu déçue malgré une fin « morale », le texte dans sa globalité m'a souvent rendue mal à l'aise vis à vis du comportement de James ; les personnages secondaires auraient pu relever le niveau mais ces derniers sont trop peu exploités malheureusement. Je trouve cela dommage, mais c'est ainsi fait, je n'ai pas adhéré même si l'écriture de l'auteur est fluide et rythmée ce qui rend malgré tout la lecture agréable. C'est sûrement pour cela que je me trouve désappointée par ce roman, j'ai aimé le style mais pas l'histoire.


dimanche 13 janvier 2019

Nos réceptions de la semaine #90



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaine du 7 au 13 janvier 2019 :







Plaisir personnel














Cadeau de Noël en retard






 Cadeau d'une amie


SP


Voici nos réceptions de la semaine. Et vous, qu'avez-vous reçu ?

samedi 12 janvier 2019

Les Héritiers de Chicago, tome 1 : La morsure dans la peau de Chloe Neill



Les Héritiers de Chicago
Tome 1 : La morsure dans la peau
de Chloe Neill

Éditions Milady

Sortie le 28 novembre 2018
Format poche / 432 pages / 8,20 €


Présentation de l'éditeur :

Les vampires de Chicago sont de retour, avec la suite des aventures de Merit et de sa fille ! Bon sang ne saurait mentir...
Elisa Sullivan est la seule enfant vampire au monde. Ce qui n’a pas que des avantages... La magie qui a permis sa naissance a fait d’elle la dépositaire d’un lourd secret. Seul son ami Connor Keene, fils de l’Apha de la Meute des Grandes Plaines, est au courant. Mais elle est une vampire, fille d’un Maître et d’une Sentinelle, et lui l’héritier et futur chef de la meute. Lorsque l’assassinat d’un diplomate ravive de vieilles querelles, Elisa et Connor devront choisir entre l’amour et la famille, entre l’honneur et le devoir, avant que Chicago ne disparaisse à jamais.

Avis de Cassiopée : 

C'est avec un grand frétillement des pieds que j'ai commencé cette lecture. Pas de crainte, ni de peur, je savais que j'étais entre de bonnes mains, celle de la génialissime auteur Chloe Neill qui nous régale ici avec un sequel des Vampires de Chicago.

Pour lire Les héritiers de Chicago, il est fortement conseillé d'avoir lu d'abord la série Les vampires de Chicago. En effet, on retrouve tous les personnages de la première saga, les protagonistes étant des surnaturels, leur espérance de vie varie de 300 ans à l'infini, c'est bien pratique pour nous lecteurs qui sommes plus que ravis de retrouver toute la clique de Chicago. De plus, l'intrigue et les futures intrigues que l'on devine de ce sequel sont énormément liées à la première saga et sont en fait les conséquences des événements s'étant déroulés il y a plus de 20 ans.

Nous suivons ici Elisa Sullivan, la fille de Mérit et Ethan, qui va faire honneur à ses parents en enquêtant sur des événements étranges et dangereux.
Avec elle, on découvre une toute nouvelle génération de surnats : Lulu, Connor et une nouvelle équipe pour le bureau du médiateur. Un groupe jeune, dynamique et qui nous promet de belles aventures !
On retrouve tout ce qui fonctionnait : des surnaturels, de l'action, des personnages extrêmement attachants mais aussi de la complicité, des échanges savoureux et des mâles alphas sexy à souhait.

L'auteur a introduit plusieurs éléments dans ce premier tome qu'elle va développer dans ce sequel, ce qui nous donne encore plus envie d'avoir la suite et d'en apprendre davantage sur cette nouvelle équipe qui promet rire, larmes et passion.

À tous les fans de Chloe Neill, jetez-vous sur cette suite qui est savoureuse à souhait !




vendredi 11 janvier 2019

Les filles de Roanoke, de Amy Engel


Les filles de Roanoke
de Amy Engel

Éditions J'ai lu

Sortie le 3 octobre 2018
Format poche / 379 pages / Prix 8,00 €


Présentation de l'éditeur :

Après le suicide de sa mère, Lane, 16 ans, est confiée à la garde de grands-parents dont elle ignorait l'existence. A son arrivée au domaine des Roanoke sous la chaleur étouffante du Kansas, au milieu des champs de blés, elle est à la fois fascinée et troublée. Car il plane sur le royaume des Roanoke une atmosphère morbide : toutes les filles de la lignée ont connu des fins tragiques. Quand la cousine de Lane disparaît dix ans plus tard, la jeune femme se lance à sa recherche, sans se douter un seul instant qu'elle va déterrer le plus terrible des secrets de famille. Dans ce roman d'une noirceur magistrale, Amy Engel distille avec talent le poison des non-dits.


L'avis de Lila :

Ce roman d'ambiance possède de nombreuses qualités, mais aussi quelques faiblesses.
Côté points forts, il faut d'abord relever la plume d'Amy Engel : directe, crue, incisive même. Lane, puisque c'est elle qui nous raconte l'histoire, est aussi intransigeante avec elle-même qu'elle l'est avec le lecteur. Sans jamais tomber dans le gratuit, elle ne nous épargne rien, nous prenant pour témoins des événements relatés. Tout comme elle, et d'autres personnages, on observe le poison se distiller progressivement dans Roanoke et chacun de ses habitants, avec un curieux mélange de fascination et de répulsion.
L'ambiance et les lieux sont extrêmement bien dépeints. Pendant la lecture, on perçoit presque la chaleur écrasante autour de nous, le bruit d'un climatiseur inutile qui bourdonne au loin. Pourtant, l'auteur ne nous embarrasse pas de descriptions à n'en plus finir, elle trouve toujours un mot ou une phrase suffisamment éloquents pour nous immerger dans le décor.

L'histoire se déroule sur plusieurs timelines, certaines concernant Lane à différentes époques de sa vie, tandis que d'autres nous présentent les autres femmes de la famille lors de moments clés à Roanoke. On découvre ainsi l'intrigue via plusieurs points de vue, mais celui de Lane est omniprésent, les autres permettent avant tout d'éclairer des éléments du passé, tel un puzzle répugnant dont les pièces s'imbriquent au fur et à mesure que l'on avance dans le récit.

C'est un roman qui nous happe et qu'on ne peut plus reposer avant de l'avoir fini. Pour autant, il n'est pas sans défauts.
Les personnages, et c'est sans aucun doute voulu par l'auteur, sont difficiles à apprécier. Les sentiments envers eux sont plutôt ambivalents, ce qui colle finalement bien à ce livre. Bien sûr, on est parfois ému par Allegra ou Lane, tout comme on peut comprendre leurs réactions et comportements, assez logiques. Mais est-ce que l'on s'attache à elles ? Dans mon cas, non. De même, si l'histoire, déroutante et malsaine, reste en tête longtemps après la lecture, on ne saurait en dire autant des personnages, moins marquants.

Quant à l'intrigue, il faut aussi reconnaître que l'on devine le plus gros dès les premiers chapitres. Les indices donnés par l'auteur sont suffisamment parlants pour qu'on comprenne immédiatement ce qu'il se passe réellement à Roanoke. Difficile de dire s'il s'agit d'un manque de subtilité ou d'un choix conscient de l'auteur... Pas de suspense de ce côté-là, même si le dénouement, celui qui concerne plus directement Allegra, réussira probablement à surprendre quelques lecteurs, car certains détails étaient moins aisés à deviner.

La lecture est prenante, on tourne les pages avec curiosité et fascination, mais les quelques défauts de ce livre ternissent légèrement l'histoire. Il n'en demeure pas moins que ce roman d'ambiance est excellent. Amy Engel nous embourbe dans la crasse et la chaleur suffocante de Roanoke avec talent et nous force à regarder l'horreur en face. Pendant la lecture, on se sent parfois comme ces automobilistes ralentissant pour observer une voiture accidentée, curieux d'en savoir plus, mais gênés malgré tout de céder à cette curiosité malsaine.


mardi 8 janvier 2019

Pretty Little Killers: The Truth Behind the Savage Murder of Skylar Neese, par Daleen Berry


Pretty Little Killers:
The Truth Behind the Savage Murder of Skylar Neese
de Daleen Berry et Geoffrey C. Fuller


Éditions
BenBella Books
(non dispo en VF)

Sortie le 8 juillet 2014
Format broché / 352 pages / Prix 15,62 €


Présentation  :

Le 7 juillet 2012, Dave et Mary Neese informent la police de Star City que leur fille unique, Skylar, âgée de 16 ans, a disparu. Ce même jour, on apprend, grâce à des caméras de surveillance installées à proximité du domicile des Neese que, durant la nuit, l'adolescente s'est faufilée dehors et est montée de son plein gré dans une voiture stationnée devant chez elle. Pour la police, il s'agit d'une simple fugue : l'alerte AMBER (équivalent américain du dispositif Alerte-Enlèvement en France) n'est donc pas lancée (les parents de Skylar Neese ont depuis contribué à faire modifier le fonctionnement de cette alerte, la rendant désormais systématique). On découvrira, au terme d'une longue enquête et de multiples rebondissements, que cette nuit-là, la jeune fille est partie en voiture avec ses deux meilleures amies, Rachel et Shelia, elles aussi âgées de 16 ans, et que celles-ci l'ont emmenée dans les bois pour la poignarder (une cinquantaine de fois !), puis ont dissimulé son corps sous des débris au bord d'une route avant de rentrer chez elles et de reprendre tranquillement le cours de leur vie.

L'enquête a permis de retrouver Skylar et de déterminer qui l'a assassinée et comment. Mais il reste une question à laquelle personne n'a su, ou voulu, répondre : pourquoi ? C'est à cette question que ce livre propose de répondre, en retraçant toute l'histoire et en l'éclairant de nombreux témoignages.

L'avis de Lila :

L'histoire de Skylar Neese est peu connue en France, mais elle a été largement médiatisée aux États-Unis. D'abord en raison de l'horreur et de la brutalité du meurtre, mais aussi de la personnalité de Skylar, une adolescente issue d'un milieu modeste dont tout le monde louait la gentillesse et la générosité. La seconde raison et que cette affaire a également contribué à modifier l'alerte AMBER.

Mais la raison principale qui a provoqué une telle médiatisation tient à la personnalité des deux meurtrières. Rachel, fervente catholique, était très populaire : belle, douce, riche et douée pour le chant, tout le monde l'adorait. Shelia était moins appréciée, mais elle aussi était riche et très jolie. Ce qui a le plus choqué le public, c'est de découvrir que ces deux jolies et riches adolescentes d'une petite ville sans histoire ont prémédité le meurtre de Skylar plusieurs mois avant de passer à l'acte et qu'elles ont ensuite continué leur vie comme si de rien n'était. Moins de 24 heures après avoir tué Skylar, on peut ainsi voir Rachel tout sourire en bikini sur un bateau. Les filles n'ont exprimé aucun remord et ont simplement continué leur vie, mentant à la police et à leur entourage pendant des mois. Rachel a finalement avoué avoir commis le meurtre avec Shelia et a indiqué à la police où trouver le corps de Skylar. À ce moment-là, les enquêteurs étaient déjà convaincus de leur culpabilité, beaucoup pensent ainsi que Rachel est passé aux aveux car elle savait que ce n'était plus qu'une question de temps, et uniquement pour négocier une peine moins lourde. Quant à Shelia, elle a continué à nier encore des mois après ça, exposant même des photos de Skylar sur les réseaux sociaux pour exprimer son chagrin. Pendant son procès, elle était souriante, détendue, mâchant du chewing-gum. Même si elle a finalement plaidé coupable, elle n'a jamais expliqué les raisons de son geste, ni présenté d'excuses à la famille de Skylar.

De nombreux experts en tout genre ont étudié le cas et avancent que Sheila et Rachel présentent des traits caractéristiques des sociopathes et/ou psychopathes. Mais ça n'explique toujours pas pourquoi elles ont tué Skylar. Ce livre avance plusieurs hypothèses à ce sujet, dévoilant les dessous de la relation entre les trois filles via des extraits de leurs contenus sur les réseaux sociaux et les témoignages de nombreux proches.

C'est une lecture absolument captivante, mais qui possède tout de même des points noirs : de nombreuses allégations sont présentées comme des faits, par exemple lorsqu'il est dit que Shelia et Rachel ont eu un rapport sexuel ensemble directement après avoir tué Skylar, sur les lieux du crime. Il s'agit en fait de la conviction personnelle d'une inspectrice et qui n'est appuyée par aucun élément. Les auteurs se permettent aussi d'inventer des dialogues et pensées « qu'auraient pu » avoir les jeunes filles. On ne sait donc jamais vraiment où s'arrêtent les faits et où commence la fiction.
Il y a aussi pas mal de parti pris. Les enquêteurs sont par exemple présentés comme totalement dévoués à l'affaire, alors qu'à cette époque, leur manque d'efficacité et d'implication était constamment dénoncé par l'entourage de Skylar. Les auteurs insistent aussi lourdement sur la personnalité de Shelia, la présentant comme la pire des deux, alors que rien ne le prouve et que les témoignages sont très contradictoires sur ce point.

C'est un livre très intéressant et qui explique bien toute l'affaire. Une fois la lecture commencée, c'est difficile de s'interrompre, mais cela tient plus à l'histoire en elle-même, à la fois horrifiante et intrigante, qu'à la plume des auteurs. Les informations données sont à peine plus nombreuses ou fouillées que ce que l'on trouve déjà sur Internet, mais ça a le mérite de les centraliser et les présenter de manière plus claire, notamment pour ceux qui ne connaissent pas déjà l'histoire de Skylar Neese. Une histoire qui fait froid dans le dos et que les parents de Skylar souhaitent, encore aujourd'hui, faire connaître au plus grand monde, espérant ainsi rendre les parents plus vigilants sur les fréquentations de leurs enfants.





lundi 7 janvier 2019

Sorcières, fées et princesses de Joseph Vernot



Sorcières, fées et princesses
Et de quelques charmes tour à tour envoûtants et malfaisants
de Joseph Vernot

Éditions Marmaille et compagnie

Sortie le 13 septembre 2018
Album / 120 pages / 20,00 €


Présentation de l'éditeur :

Après le succès de " Héros, princes et chevaliers ", le deuxième tome de la collection Sortilèges de Joseph Vernot
Un ouvrage précieux et grand format autour de 12 sorcières, fées et princesses les plus légendaires
Des illustrations vintage et enluminées qui font de ce livre un véritable objet de collection
Après un premier tome très remarqué sur les héros de l'histoire et de la mythologie, l'auteur et illustrateur Joseph Vernot propose un nouvel ouvrage centré cette fois sur les femmes remarquables de l'imaginaire collectif : sorcières, fées et princesses...
De Blanche-Neige à la sorcière d'Hansel et Gretel, de Tatiana la reine des Fées imaginée par Shakespeare à l'enchanteresse Circé, les lecteurs découvriront dans cet ouvrage les histoires de ces femmes, dans un livre très grand format avec des illustrations à l'aspect vintage, une couverture satinée et agrémentée de dorures.

Avis de Cassiopée :

Ce livre est un magnifique ouvrage, tant sur la forme que sur le contenu.

Commençons déjà par l'objet. La couverture est sublime : l'illustration, les couleurs et les parties dorées, font du livre un objet qui capture le regard. La texture de la couverture est très agréable au toucher, un peu douce. Les pages de l'ouvrage sont épaisses et agréables à tourner. La police d'écriture bien choisie et certains mots sont mêmes mis dans une autre police et couleur, pour mettre en avant les prénoms des personnages. Les illustrations sont magnifiques. Certaines sont petites, d'autres prennent une page entière, c'est un régal pour les yeux. Enfin, on a la chance d'avoir un sommaire, l'ouvrage est découpé en différentes parties.

Les histoires sont bien choisies et j'ai particulièrement aimé commencer par une histoire que je ne connaissais pas : un conte Russe, Vassilissa-la-très-belle.
Ce qui est intéressant dans cet ouvrage c'est le mélange hétérogène des histoires. On va avoir un conte classique tel que Blanche Neige ou La belle au bois dormant, puis nous allons avoir des extraits de pièces de théâtre, comme par exemple Songe d'une nuit d'été, enfin nous allons découvrir des femmes de la mythologie : Circé, Morgane... Entre sorcières, fées et princesses, il y en a pour tous les goûts.
Les histoires sont intéressantes et peu classiques. On a beaucoup de plaisir à lire les histoires et à profiter des magnifiques illustrations.

C'est un très bel ouvrage que je recommande autant pour l'objet que pour le contenu !




dimanche 6 janvier 2019

Nos réceptions des deux dernières semaines et cadeaux de Noel #89



Nous vous proposons de nous retrouver toutes les semaines pour vous présenter nos réceptions de la semaine passée.

Semaines du 17 décembre 2018 au 6 janvier 2019 :


On commence par un petit achat, mon calendrier 2019



Et on enchaîne avec les service-presses !

Aucune description de photo disponible.


Aucune description de photo disponible.

Aucune description de photo disponible.


On termine avec mes cadeaux de noël \o/


L’image contient peut-être : plante




Achat et c'est tout de la faute à Chani !

L’image contient peut-être : texte

Et mon livre cadeau de mon club de lecture où on fait un secret santa chaque année

Aucune description de photo disponible.

Service-presse 


Cadeaux de Noël


Aucune description de photo disponible.




L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes




Cadeaux de Noël


Aucune description de photo disponible.



Cadeaux de Noël


Aucune description de photo disponible.






Cadeaux de Noël


Aucune description de photo disponible.

L’image contient peut-être : 2 personnes