Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 30 avril 2018

Le Faiseur de rêves de Laini Taylor


Le Faiseur de rêves
de Laini Taylor

Éditions Lumen

Sortie le 19 avril 2018
Format broché / 670 pages / 16 €


Présentation de l'éditeur :

C'est le rêve qui choisit le rêveur, et non l'inverse...

Il est une ville, au centre du désert, où nul n'a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d'interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde... Pire encore, un soir d'hiver, le nom de ce lieu de légende s'évanouit en un clin d'œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.


Quinze ans plus tard, il travaille dans la plus grande bibliothèque du monde, à Zosma, en rêvant de fabuleuses découvertes quand, de la Cité oubliée, émerge tout à coup une curieuse expédition venue recruter les meilleurs scientifiques du continent. Pourquoi diable s'obstiner à réunir ces esprits éminents ? Mystère... Et pourquoi Lazlo voit-il donc ses songes se peupler de visions étranges – à commencer par une déesse à la peau bleue pourtant assassinée, des années plus tôt, par les habitants de la ville interdite ? Qui est-elle vraiment ? Comment le jeune homme, qui ignore tout de sa légende, peut-il bien la voir en rêve ?

Rien de tout cela n'est possible, bien sûr – mais pareil détail a-t-il jamais empêché un rêveur de rêver ? Songes, monstres, dieux, fantômes, alchimie et guerre totale : après quatre années d'attente, Laini Taylor, finaliste du National Book Award américain et auteure de séries multi-récompensées, nous livre enfin un aperçu de son nouvel univers, à la plus grande joie de ses nombreux fans.


L'avis de Chani :

Le résumé de l’éditeur en dit suffisamment long, je ne vais pas revenir sur l’histoire qui se traduit par une narration double entre Lazlo l’orphelin et Sarai la déesse. Tout l’enjeu de l’intrigue étant de savoir comment et pourquoi les deux arcs arriveront à être réunis. Et ça prend du temps pour en arriver là. Beaucoup de temps. 
Laini Taylor s’applique à créer un univers très riche avec force détails, et c’est peut-être trop lorsque l’on a des passages entiers qui nous décrivent la qualité de la vaisselle ou des étoffes. Et tout est ainsi, l’ensemble est très bavard, occasionnant de trop nombreuses longueurs et diluant l’intrigue. Le lecteur affectionnant une narration dynamique aura sans doute du mal à accrocher à l’intrigue en elle-même et c’est mon cas. J’ai eu beaucoup de mal à m’intéresser aux personnages et à leur histoire, les multiples détails et la profusion de protagonistes ayant eu raison de mon intérêt. 

Au final, Le faiseur de rêves est une jolie fable qui plaira aux lecteurs qui aiment prendre leur temps et découvrir le background dans les détails, mais risquera d’ennuyer ceux qui aiment quand il y a davantage de rythme.


Les Lionnes de Venise Tome 1 de Mireille Calmel


Les Lionnes de Venise
Tome 1 
de Mireille Calmel

Éditions XO

Sortie le 18 mai 2017
Format broché / 352 pages / 19,90 €


Présentation de l'éditeur :

Quand désir et pouvoir côtoient le plus intrigant des mystères.

Venise, campo Santa Fosca, octobre 1627.


Lucia, jeune et espiègle Vénitienne, se retrouve au milieu des flammes qui dévastent la modeste imprimerie familiale. Sous ses yeux, son père est enlevé par trois hommes armés. Qui donc se cache derrière ce crime ? La veille, la magnifique Isabella Rosselli, la plus rouée des espionnes de la cité des Doges, est venue faire reproduire une étrange gravure.

Lucia est décidée à percer cette énigme et à sauver son père. Dans une quête effrénée, elle s’immisce parmi les puissants, se mêle au bal des faux-semblants du carnaval, s’enfonce dans les arrière-cours des palais. Une Venise fascinante, oppressante, où le pouvoir se confond avec l’amour, où les étreintes succèdent aux duels et les baisers aux complots.

Dans ces bas-fonds de la cité lacustre, amis et ennemis avancent masqués. Lucia joue de ses charmes, de son épée, de son poignard aussi qu’elle porte au mollet. Elle ruse, croise le fer avec Giorgio Cornaro, le fils du doge, homme corrompu et dangereux, prête à tout pour découvrir la vérité sur cette gravure dont tous, à Venise, sont convaincus qu’elle recèle le secret du pouvoir absolu.

Après le succès de sa série sur Aliénor d’Aquitaine, Mireille Calmel nous plonge avec maestria dans la Venise trouble du XVIIe siècle.
Un formidable roman de cape et d’épée qui entraînera le lecteur de la cité des masques aux terres des mousquetaires.

L'avis de Vi :

Le résumé nous met déjà l’eau à la bouche avec quelques mots qui ressortent : Venise, 1627, la plus rouée des espionnes, le palais des Doges, énigme, gravure, bal des faux-semblants… Le ton est donné. Et en plus, c’est écrit par Mireille Calmel.
Ceux qui la connaissent et qui apprécient sa plume savent déjà qu’elle parvient à nous emporter en quelques paragraphes dans n’importe quelle époque de l’histoire. Ici, c’est donc dans la très belle mais non moins dangereuse Venise du XVIIème siècle qu’on va voyager, aux côtés d’une jeune Vénitienne du nom de Lucia, au modeste statut, et d’Isabella, une courtisane rompue à l’art de l’espionnage.
Après un incident tragique qui lui aura fait perdre tout ce à quoi elle tenait, Lucia va se lancer dans une quête qui la mènera vers des révélations qu’elle n’aurait jamais pensé devoir affronter.
Lucia, c’est l’héroïne aux sentiments nobles, à l’esprit vif et au courage indiscutable, quant à Isabella, son parcours est plus complexe et même un brin plus intéressant, selon moi.
C’est une duologie, il ne faut donc pas s’attendre à obtenir toutes les réponses dans ce tome-ci, mais les bases sont parfaitement posées et on est plongés dans une aventure de cape et d’épée, où l’on ne sait jamais à qui se fier.

La force de ce roman, comme tous ceux que Mireille Calmel nous livre, c’est que la plupart des personnages ont réellement existés. Elle en fait une brève description à la fin du roman, nous révélant que nombre d’entre eux ont eu des destins tragiques ou ont disparu sans laisser de trace. Elle compose ainsi ses intrigues entre réalité et légende, tout en nous immergeant au cœur des plus célèbres ruelles de Venise.