Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mardi 10 avril 2018

Les Rokesby, Tome 1 : A cause de Mlle Bridgerton de Julia Quinn


Les Rokesby 
Tome 1 : A cause de Mlle Bridgerton
de Julia Quinn

Éditions J'ai lu

Sortie le 6 décembre 2017
Format poche / 377 pages / 7,40 €


Présentation de l'éditeur :

Véritable garçon manqué, Sybilla Bridgerton a grandi avec les enfants du domaine voisin, consciente qu’un jour ou l’autre elle finirait par épouser un des fils Rokesby. Lequel ? Peu importe, ils sont tous charmants. Sauf George, l’aîné, ennuyeux comme la pluie. Cela tombe bien, car de son côté il la juge exaspérante. Or, suite à une série d’événements cocasses, elle se retrouve coincée sur un toit avec lui ! Cette situation rocambolesque va être le début d’une histoire que ni Sybilla ni George n’auraient imaginée dans leurs rêves les plus fous…


Avis de Jm-les-Livres :

Tous les fans de Julia Quinn connaissent la fameuse famille Bridgerton. Ils ont d'ailleurs longtemps attendu de connaître les aventures des enfants des héros de la saga originelle, mais ils risquent d'être déçus puisque ce tome a pour héroïne une des tantes Bridgerton (comprendre une des sœurs de leur père, Edmund Bridgerton).

Si vous espériez de grands événements ou de grandes péripéties, vous ne les trouverez pas ici. Dans ce premier tome, l'auteur met en place tout doucement son histoire. Les deux héros se connaissent depuis toujours, ils n'ont pas grand-chose à découvrir l'un sur l'autre (enfin, quand même un peu, sinon ils ne tomberaient pas amoureux), il n'y est donc pas question de découverte et de séduction, mais plutôt de la prise de conscience par chacun de son attachement pour l'autre. Le rythme est lent, peut-être un peu trop et se serait un des reproches à faire à ce livre. Mais les réparties entre Billie et George sont excellentes, ils se cherchent et se chamaillent avant de se rendre compte de ce qu'ils ressentent vraiment. On voit deux personnages qui n'avaient pas d'affinités particulières se découvrir du respect l'un pour l'autre et de l'affection. Mais ils ne font pas que tomber amoureux, chacun remet en cause son rôle que la société attend d'eux qu'ils occupent, en tant qu'héritier ou en tant que femme, et comment. Ils doutent, remettent en question qui ils sont, qui ils doivent être. C'est très intéressant de les voir s'interroger et trouver des réponses et une oreille compréhensive là où ils ne s'y attendaient pas.

Comme d'habitude dans les séries de l'auteur, les personnages secondaires sont aussi passionnants et drôles que les principaux. On rigole devant les piques que se lancent les personnages et devant l'ingéniosité des mères de tout ce petit monde. Julia Quinn a toujours su nous offrir des mamans qui savent tout, surtout ce qui est le mieux pour leur enfant. 

Au final, certains lecteurs pourraient trouver ce tome un peu plus mou que d'autres titres de l'auteur, mais cela reste du Julia Quinn et sa plume est toujours au service de personnages drôles et attachants. Au point qu'on finit par en redemander.

La duchesse de Bloomsbury Street de Helene Hanff



La duchesse de Bloomsbury Street
de Helene Hanff

Éditions Payot

Sortie le 14 octobre 2015
Format poche / 189 pages / Prix 7,10 €



Présentation de l'éditeur :

Imaginez un croisement entre Mme de Sévigné et Woody Allen : vous obtiendrez Helene Hanff, qui doit son passeport pour l'éternité à un talent unique d'épistolière joint à une perfusion d'humour juif new yorkais et à un amour immodéré pour la littérature anglaise. Son best-seller, 84, Charing Cross Road, est né de vingt ans de correspondance (1949-1969) avec le personnel d'une librairie londonienne spécialisée en livres rares. Ici, Helene arrive enfin à Londres en juin 1971. L'ami libraire, Frank Doe, est décédé sans qu'elle ne l'ait jamais rencontré, mais sa veuve, sa fille et une foule de personnages hauts en couleur l'accueillent lors de ce séjour, ses premières vacances à l'âge de cinquante-quatre ans.

Avis de Cassiopée :

La duchesse de Bloomsbury Street de Helene Hanff fait directement suite à 84 Charing Cross Road. Le lecteur perd tout l'intérêt du livre s'il n'a pas lu ce dernier avant.

En effet, après avoir correspondu pendant dix-neuf ans avec Frank Doel, libraire chez Marks & Co, librairie Londonienne, Helene a enfin la possibilité de venir rendre visite à ses amis. Elle avait dû annuler plusieurs fois sa venue suite à différents aléas de la vie.
Mais enfin, en 1971, la voilà dans l'avion qui la mène à Londres ! Elle en a rêvé toute sa vie. Plus encore ces dix-neuf dernières années où elle s'est fait de nouveaux amis là-bas grâce à sa correspondance.

Suite à la publication sous forme de roman de ses échanges avec Frank, sa maison d'édition anglaise lui offre l'opportunité de venir à Londres afin d'en faire la promotion. Ni une, ni deux, elle saute sur l'opportunité ! Ce second roman est le journal de bord de son voyage à Londres. Elle y raconte chaque journée passée là-bas : ses visites, ses rencontres, etc. Encore une fois, c'est son histoire qu'elle publie ici. Son journal.

Le début de ce roman est particulièrement touchant. Je ne nierai pas avoir versé ma petite larme en lisant les premiers chapitres. La fin de 84, Charing Cross Road est assez abrupte et le début de La duchesse de Bloomsbury Street, nous permet de panser notre chagrin qui ne nous a pas quitté depuis la fin du premier roman.

Lire Helene via ses lettres ou via son journal est tout aussi savoureux. Encore une fois on y retrouve son humour, son franc parlé, mais ici plus que sa passion pour les livres, on découvre sa passion pour l'Angleterre. C'est un pays qui a vu naître nombre d'auteurs et de grands hommes et femmes et elle est extrêmement touchée de pouvoir fouler des pieds les lieux où jadis ces personnes ont vécu. Sa passion et son enthousiasme sont communicatifs et on souhaiterait pourvoir se balader et visiter tous ces endroits avec elle !

C'est un joli roman qui fait parfaitement suite à ses lettres et qui comblera le lecteur qui souhaitait, tout autant qu'Helene, qu'elle puisse un jour se rendre au 84, Charing Cross Road.


84, Charing Cross Road de Helene Hanff



84, Charing Cross Road
de Helene Hanff

Éditions AUTREMENT

Sortie le 2 novembre 2016
Format broché / 144 pages / Prix 16,00 €



Présentation de l'éditeur :

"3 novembre 1949
Les livres me sont bien parvenus, le Stevenson est tellement beau qu’il fait honte à mes étagères bricolées avec des caisses à oranges. Moi qui ai toujours eu l’habitude du papier trop blanc et des couvertures raides et cartonnées des livres américains, je ne savais pas que toucher un livre pouvait donner autant de joie."

Livre culte depuis sa première publication en 1970, ce petit joyau de correspondance est une véritable déclaration d’amour aux livres et aux librairies.

Avis de Cassiopée : 

Voici un très joli roman épistolaire qui reprend la correspondance d'Helene Hanff, New-Yorkaise, avec Frank Doel libraire dans une librairie de livres d'occasion à Londres.

Helene aurait pu aller chercher ses livres dans une bibliothèque ou dans les multiples librairies établies à New-York, mais elle a choisi de faire affaire avec la librairie Marks & Co du 84 Charing Cross Road à Londres. Et c'est ainsi que commence une correspondance de dix-neuf années ! Dix-neuf années d'envois de livres, d'échanges, d'amitié... sans jamais se rencontrer.

La richesse de ces lettres provient principalement de l'humour et de la répartie de Helene Hanff. Elle a un franc parlé, elle aime taquiner, on se régale à la lire, réclamer des livres à Frank ou s'extasier devant le nouvel ouvrage qu'elle a reçu. Ce qui fait le charme du roman, c'est aussi la gentillesse d'Hélène qui n'hésite pas à envoyer des vivres à ses nouveaux amis libraires qui subissent le rationnement suite à la Seconde Guerre Mondiale.

C'est un roman plein de vie, plein de gentillesse et d'amour des livres. On se délecte à lire ces échanges et on les apprécie encore davantage en sachant que tout cela est une histoire vraie et que l'auteur a publié sa propre correspondance.

C'est un petit bijou qui se lit en un rien de temps, qui vous donnera le sourire et un peu de chaleur dans le cœur.

Attention, après ce roman, il faut lire La duchesse de Bloomsbury Street de Helene Hanff, qui fait directement suite à 84, Charing Cross Road et qui le complète parfaitement. Même si vous pouvez vous arrêter au premier, vous perdriez beaucoup à ne pas lire la suite !


Nouveaux contes traditionnels de Bretagne de Tristan Pichard



Nouveaux contes traditionnels de Bretagne
de Tristan Pichard

Éditions Locus Solus

Sortie le 21 février 2018
Format numérique / 160 pages / Prix 2,99 €



Présentation de l'éditeur :

Quand une princesse au sein d’or défend son honneur bafoué, quand ici un poisson d’or, là un chapeau enchanté permettent aux plus pauvres d’exaucer tous leurs souhaits, quand le Diable chevauche lla nuit sur la lande, c’est que le temps du conte a commencé. En voici 12 traditionnels de Bretagne, illustrés et modernisés, qui donnent au conteur un peu de répit face à l’Ankou faucheur d’âmes.

Avis de Cassiopée :

J'ai eu un petit coup de cœur pour ce recueil de nouvelles. J'ai beaucoup aimé le travail de l'auteur sur la mise en place des nouvelles et leur intégration dans une histoire plus grande encore. J'ai trouvé ça super original et une fois commencé, on a qu'une hâte : finir les douze nouvelles afin de revenir à l'histoire de départ. J'ai adoré l'idée !

Les nouvelles sont très sympathiques, se lisent facilement et avec beaucoup d'intérêt. Les illustrations à chaque début de chapitre apportent encore un plus à l'ensemble.

À travers ces différentes nouvelles, on se balade dans toute la Bretagne, on croise des êtres magiques ou féériques, on en prend plein les yeux. Mais au-delà, les contes sont là pour donner des leçons et pour apprendre. Ainsi, chaque nouvelle a sa morale qui est enseignée au travers de ses personnages : malins, bêtes, avides, bons, paresseux, etc. On retrouve là un des objectifs du conte : faire réfléchir le lecteur sur la vie.

C'est un recueil très sympathique aux histoires courtes mais intéressantes, le tout assemblé dans une construction originale. Je le recommande !