Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

mercredi 4 avril 2018

La Confrérie de la dague noire tome 15 : L'Amant Rebelle


La Confrérie de la dague noire, T15 : L'Amant Rebelle
de J. R. Ward

Éditions Milady

Sortie le 21er février 2018
Format poche / 480 pages / Prix 25,00 €



Présentation de l'éditeur :

Une guerre fait rage à l’insu des humains.
Le traître Xcor a été condamné à mourir aux mains de la Confrérie de la dague noire. Pourtant, au terme d’une vie de crime et de malfaisance, un seul regret demeure : la perte de celle qui n’a jamais été sienne, l’Élue Layla. Celle-ci sait que la seule façon de sauver la vie de Xcor est de faire éclater la vérité sur ses origines. Mais cela signifie également s’exposer à perdre tout ce qui lui tient à cœur, y compris son rôle de mère... Déchirée entre l’amour et la loyauté, Layla doit trouver le courage d’affronter sa seule famille pour l’homme qu’elle aime. Et même si elle parvient à arracher le pardon de Xcor, un défi plus grand encore les attend : créer une alliance entre deux mondes que tout sépare...

L'avis d'Elaura :

Voici enfin l'épilogue tant attendu de la relation entre Xcor et Layla débutée il y a plusieurs tomes. Cet opus permet également un tournant dans l'histoire principale de la Confrérie, laissant partir certains schémas récurrents et offrant un certain nombre de possibilités intéressantes quant au devenir de nos combattants.
Il y a du changement dans l'univers de nos vampires et le visage d'un nouvel ennemi plus que prometteur apparait. Il était temps, car malgré tout l'amour que j'ai pour cette série, l'intrigue commençait à tourner en rond.
Pour en revenir à nos héros du moment, leur idylle ne sera pas de tout repos. Elle est empreinte de tristesse, de trahison et de culpabilité, et permet de mettre en lumière les faces les plus sombres de certains personnages, notamment Vhif dont la réaction d'une extrême violence nous prendra plus d'une fois au dépourvu. La trame principale n'en devient que plus sombre jusqu'au combat final qui, à son terme, laissera entrevoir un avenir bien plus lumineux pour les frères. Si ce tome fut encore une lecture fort agréable dans l'ensemble, il y a tout de même quelques éléments irritants et agaçants : une fin quelque peu bâclée par une résolution d'intrigue trop rapide, comme si l'auteure voulait se débarrasser au plus vite de ce pan de l'histoire ; des trames secondaires moins intéressantes qui comportent un bon nombre de facilités qui auraient pu être évitées.
En bref, L'Amant rebelle est un bon moment de lecture et l'on se réjouit de lire enfin l'histoire de Xcor et Layla, mais il y manque ce petit quelque chose qui nous faisait tant aimer les premiers tomes.



Une aventure de Lucifer Box tome 1 : Le club Vesuvius


Une aventure de Lucifer Box : Le Club Vesuvius
de Mark Gatiss

Éditions Bragelonne

Sortie le 14 février 2018
Format poche / 296 pages / Prix 9,90 €



Présentation de l'éditeur :

Portraitiste de talent, dandy, bel esprit, mauvais garçon... et le plus irrésistible des agents secrets de Sa Majesté. Lorsque les meilleurs scientifiques du royaume sont mystérieusement assassinés, Lucifer se lance dans une enquête trépidante, des clubs de gentlemen londoniens aux bas-fonds volcaniques de Naples, tout en déterminant la façon la plus seyante de porter un œillet blanc à sa boutonnière. Une immersion étourdissante dans les arcanes d’un ordre occulte aux pratiques décadentes – et de ses secrets les plus sulfureux.
« Imaginez Oscar Wilde installé dans une chaise longue avec, dans une main, une cigarette hors de prix, et dans l’autre, Le Club Vesuvius, plié de rire à la lecture de ce petit chef-d’œuvre. Tout est dit. » The Times Literary Supplement
« Impossible d’imaginer un début littéraire plus délicieux, plus décadent, plus macabre, plus inventif et plus hilarant que celui-ci. J’en redemande ! » Stephen Fry

L'avis d'Elaura :

Voici enfin la version poche (et donc à petit prix) de la première aventure de Lucifer Box de Mark Gatiss, déjà paru en grand format chez Bragelonne en février 2015.
Le livre en lui-même est toujours aussi beau et c'est plutôt agréable de voir un format poche avec un aussi joli travail d'édition : un visuel de couverture identique au grand format (et donc en relief et dorures), de chouettes illustrations parcourent le récit, seules les tranches dorées ont disparues (et ce n'est pas bien grave).

Concentrons-nous maintenant sur le contenu. Mark Gatiss est déjà bien connu pour ses talents d'acteur, moins pour sa plume, et c'est donc avec une grande curiosité que je me suis penchée sur ce récit quelque peu Vaudevillesque . Lucifer Box est un dandy qui tire plus vite que son ombre (au sens propre comme au figuré), peintre à ses heures perdues et agent secret pour Sa Majesté. Principalement gouverné par sa libido toujours à son paroxysme, Lucifer nous malmène dans ses diverses aventures rocambolesques d'où il se sortira toujours, on ne sait comment.

En bref, Lucifer est la progéniture illégitime de James Bond et de SAS et ne se prend jamais vraiment au sérieux.
Une lecture agréable, sans prise de tête, où l'on sourit souvent, si on arrive à surmonter le côté un peu too much de l'histoire. Un roman qui rempli parfaitement son office puisque l'ensemble est pétillant et très divertissant.



L'Apprenti Assassin, Tome 1 : L'apprenti assassin de Robin Hobb

L'Assassin Royal
Tome 1 : L'apprenti assassin
de Robin Hobb

Edition J'ai Lu

Réédition le 07 mars 2018
Format poche / 512 pages / 8,50 €


Présentation de l'éditeur :

Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyant - par tradition, le nom des seigneurs doit modeler leur caractère- décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l'existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l'égide du maître d'écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que FITZ reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L' enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu'à un fil : celui de sa lame...

Avis de Lauryn :


La série L'Apprenti Assassin de Robin Hobb est désormais une référence en Fantasy. Elle comporte treize tomes, sans compter les séries annexes, et l'ensemble remporte un vif succès auprès des lecteurs. Il est donc difficile de rédiger une énième chronique de cet ouvrage sans répéter ce qui a déjà été dit. Je vais donc être assez brève. 

La saga de cet assassin particulier débute avec son enfance, que l'on peut qualifier de compliquée. Bâtard non reconnu, même pas baptisé, le gamin se voit affublé du nom de Fitz, qui signifie tout simplement... bâtard. Remis au maître d'écurie Burrich, un fidèle de son père, l'enfant va grandir à ses côtés et apprendre à soigner chevaux, chiens et faucons. Mais le roi Subtil finit par envisager une utilité à ce gamin qui, tout d'abord, l'embêtait plus qu'autre chose : il veut en faire un assassin à sa solde. Il le confie donc à Umbre pour une éducation bien particulière et voilà que Fitz, à peine sorti de l'enfance, doit apprendre les secrets des poisons et autres méthodes discrètes pour se débarrasser des importuns. Le pauvre pourrait espérer s'en sortir sans trop de misères si plusieurs membres de la famille royale ne souhaitaient sa disparition pure et simple. Lorsque les Pirates Rouges menacent les Six Duchés, Fitz doit participer à la résistance, tout en surveillant ses arrières pour échapper à la mort. Sa tâche est rendue encore plus compliquée par le fait qu'il n'a que peu d'alliés. Même Burrich, écœuré par son don de communication avec les animaux, finit par s'éloigner de lui. Pourtant, le jeune garçon s'acharne et va tenter de mettre un terme aux multiples complots qui mettent en danger les Six Duchés.

L'auteure a choisi de s'intéresser à la carrière de son personnage principal dès son enfance, ce qui rend les premiers chapitres un peu lents, car l'action n'est pas présente durant ces années où l'on découvre le quotidien du gamin. Mais le style est efficace et le lecteur accroche tout de même, surtout qu'il apparaît vite évident que Fitz va avoir une destinée hors du commun. Le danger qui pointe le bout de son nez est perceptible, si bien que l'on tourne les pages dans l'attente de voir apparaître ce grain de sable qui va enrayer la machine royale. Et là, tout s'accélère. Le lecteur découvre les multiples menaces qui pèsent sur les Six Duchés et, en même temps, la quantité non négligeable d'ennemis redoutables qui souhaitent la mort de Fitz. Les ennuis s'accumulent, même lorsqu'il pense avoir trouvé une porte de sortie, et l'emportent dans une série d'événements qu'il ne peut arrêter. En bon héros, il s'acharne, parvient à jouer un rôle important, et le livre s'achève sur une situation ni idyllique, ni désespérée, qui donne envie au lecteur de se précipiter sur la suite.

Côté univers, pour moi, toute l'intelligence de l'auteure a été de ne pas bombarder le lecteur d'informations à un moment précis (ce qui, en règle générale, donne de nombreuses pages assommantes à souhait). Au contraire, elle dissémine l'organisation et les mœurs de son monde au fil des pages, avec des passages plus longs à chaque début de chapitre. Elle commence par le plus important, histoire de bien planter le décor, et progresse ensuite à petit rythme, pour ne pas dégoûter le lecteur. C'est très fin, et cela permet de mieux se concentrer sur l'histoire et les personnages. À noter que ces derniers sont eux aussi une réussite, avec des méchants vraiment sadiques, mais logiques dans leurs ambitions et leurs objectifs ; et des gentils qui ne sont pas exempts de défauts. L'ensemble offre une saga vraiment jouissive, que je m'empresse de vous conseiller si vous aimez la Fantasy.