Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 1 mars 2018

Seduced in the dark, de CJ Roberts


Seduced in the dark 
The dark duet, Tome 2
 de CJ Roberts

Éditions J'ai lu

Sortie le 6 juillet 2017
Format poche / 570 pages / Prix 7,80 €

Présentation de l'éditeur :

« Je sais que l’on m’observe. Il y a toujours quelqu’un. Quelqu’un qui essaie de me faire manger. C’est une femme. Elle me dit son nom, mais ça m’est égal. Elle ne m’intéresse pas. Rien ni personne ne m’intéresse vraiment. Il y a toujours quelqu’un qui m’observe. Toujours. Je veux partir d’ici, Je ne suis pas malade. Si Caleb était là, je sortirais sur mes deux pieds, heureuse, souriante, complète. Mais il est parti. Et ils ne me laissent pas le pleurer. »
Livvie est aux mains du FBI. Caleb n’est plus là. Leur amour aura-t-il plus de prix que la vengeance ?







7,80 EUR
J'ai Lu


L'avis de Lila :

Malgré un thème particulièrement sombre et repoussant, le tome 1 avait su m'intriguer et me captiver d'un bout à l'autre en dépit des horreurs qui défilaient sous mes yeux. Je suis ressortie bien plus mitigée, et dérangée, de cette suite...

Commençons par les points positifs.

CJ Roberts est vraiment une excellente auteur. Son travail est fouillé et documenté, sa plume est précise et assurée, la trame du roman bien ficelée.
La psychologie des personnages était selon moi la véritable force du tome 1 et cette suite convainc encore.
L'apparition de nouveaux personnages permet d'approfondir l'histoire et d'apporter un nouveau souffle.
Ce tome prend un aspect plus thriller psychologique, puisque Livvie est internée à l'hôpital et qu'on suit, en parallèle de flashbacks du passé, à la fois ses séances avec sa psy et ses interrogatoires avec l'agent Reed qui est chargé de faire la lumière sur toute l'affaire. C'est l'enquête, très intéressante, qui m'aura poussée à finir cet énorme pavé. Entre les révélations sur le passé de Caleb et la traque des criminels derrière la traite d'êtres humains, il y avait d'excellents éléments.

Malheureusement, les points négatifs sont plus nombreux.

Déjà, c'est un roman énorme dont j'ai cru ne jamais voir la fin... Ensuite, entre la fin du tome 1 et le début du 2, plusieurs mois se sont écoulés, absolument tout a changé et c'est via une alternance de scènes passés et présentes que nous allons pouvoir combler les trous. Cette narration est assez déstabilisante au début, d'autant plus que l'inspecteur Reed a lui aussi droit à des scènes de son point de vue.

Dans le premier tome, l'auteur faisait preuve d'une certaine forme d'honnêteté : Caleb était avant tout une ordure et rien n'excusait son comportement, Livvie était clairement en plein syndrome de Stockholm et leur histoire était malsaine. Point. C'était clair et net. Non pas que dans le tome 2 son discours change véritablement sur le fond, mais comme sur la forme l'auteur essaie de faire basculer l'histoire du côté de la romance, forcément ça crée un décalage peu crédible et franchement dérangeant moralement. Je pense qu'on aurait pu en apprendre plus sur le passé de Caleb et ce qui l'a rendu ainsi, sans que ce soit fait pour préparer le terrain à une pseudo histoire d'amour.

Le premier tome était psychologique, j'étais totalement absorbée par Livvie et son récit. Je n'avais aucune envie de la lâcher avant de connaître la fin, l'attachement était très fort. Ici, elle m'a laissée indifférente la plupart du temps. C'était répétitif, moins bien amenée, moins touchant et le roman trop long.
D'une manière générale tout est d'ailleurs répétitif ici. Les personnages tournent en boucle sur leurs pensées comme des disques rayés et le tout se retrouve noyé dans une avalanche de scènes érotiques rarement justifiées. Dans le tome 1, il y en avait peu et elles avaient du sens. Ici, c'était le décor. Du sexe tout le temps, rarement consenti, et avec toujours l'idée d'aller plus loin que la scène d'avant. J'ai fini par les survoler, la plupart d'entre elles n'apportaient rien au récit en plus d'être insupportables à lire.

Pour dire à quel point le sexe est omniprésent, l'auteur finit par refiler des scènes de viol ou de BDSM à toutes les personnes croisées. À ce stade, ça ne m'aurait même plus étonnée que le facteur y ait le droit pendant sa tournée.

Je pourrais relever encore de nombreux points, mais cette chronique est bien assez longue. Je conclurai donc en disant que ce second tome n'a pas la force du premier : il est long, répétitif, noyé dans des scènes de sexe détestables et avec des personnages qui finissent par désintéresser. C'est dommage, ça reste bien écrit et l'aspect enquête était plaisant à suivre.