Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

lundi 8 janvier 2018

La petite sirène, de Finch et Mendonca


La petite sirène
de Finch et Mendonca

Éditions Graph Zeppelin

Sortie le 20 octobre 2017
Format album / 160 pages / Prix 16,00 €


Présentation de l'éditeur :

Ce comics est une réadaptation du célèbre conte d’Andersen, repris par Disney : la Petite Sirène. Erica, sirène du monde submergé d’Atlantis, est kidnappée par un scientifique humain qui cherche à créer un philtre qui donnerait à une armée humaine le pouvoir de conquérir l’Océan. Manipulés par la Sorcière des Mers, le prince Issoro et l’humaine Liz, parents d’Erica, viendront en aide à leur fille pour la libérer des griffes du scientifique…
Ce livre est le premier volume d’une série. Une histoire de sirènes moderne bien servie par un dessin de qualité !


L'avis de Lila :

Le mythe de la sirène ne date pas d'aujourd'hui et s'il a inspiré un grand nombre d'histoires, celle proposée par Disney est sans doute l'une des plus célèbres. C'est sur cette version que s'appuie ce comics, mais en y insufflant pas mal de nouveautés.

La Petite Sirène s'appelle ici Erica (rapport au prince Eric du dessin animé, je suppose). Elle est bien la fille du Roi de l'océan, mais c'est au fin fond d'un laboratoire qu'on la retrouve. Des scientifiques aux sombres desseins la gardent captive pour faire des expériences sur elle. Erica devra donc trouver un moyen pour se libérer, et c'est cela que le comics nous raconte dans ce premier tome.

Les auteurs apportent un joli coup de peinture neuve à une histoire déjà trop vue. En ce sens, c'est plutôt appréciable. L'apparition de personnages bien connus, comme la Sorcière des Mers (Ursula dans la version Disney) et de quelques clins d’œil au dessin animé ajoutent également de l'intérêt. Pour finir, les planches sont absolument magnifiques, foisonnantes de détails et superbement mises en couleurs. C'est un régal pour les yeux.

Malheureusement, l'histoire en elle-même souffre de quelques défauts, dont le plus important est sans doute le manque de détails et de profondeur. Tout va vite, on nous explique la vie d'Erica et de ses parents en 3 ou 4 cases et à peine plus pour les mobiles des méchants de service. Bon... C'est un comics, on sait donc bien qu'on ne va pas avoir droit à 50 pages d’éclaircissement, mais là ça donne vraiment un côté facile, inachevé, d'autant plus qu'il en va de même pour la résolution des problèmes : pouf, en deux cases tout est réglé.

Ce comics vaut tout de même le coup pour sa beauté et son originalité, et c'est toujours plaisant de redécouvrir une histoire avec un point de vue nouveau. En espérant tout de même que la suite sera plus passionnante.

Miroir, miroir, de Serena Valentino


Miroir, miroir
de Collectif Disney

Éditions Hachette Romans

Sortie le 24 août 2016
Format broché / 240 pages / Prix 13,90 €

Présentation de l'éditeur :

Il était une fois une jeune femme qui ignorait qu'elle était belle. Si belle qu'un roi en tomba éperdument amoureux. Il l'épousa et l'emmena vivre dans son royaume. Le roi avait une fille, Blanche Neige. Une vie de rêve commença faite de rires, de bals et de banquets. Tout était parfait. Jusqu'au jour où la guerre arriva, et qu'une ombre apparut dans le miroir de la reine. Une ombre qui allait déchaîner sa cruauté...


L'avis de Lila :

Qui ne connaît pas le célèbre conte Blanche Neige et les sept nains ? Probablement personne, tant sont nombreuses les adaptations au cinéma comme dans la littérature. Si l'on pensait tout savoir de l'histoire, Serena Valentino a choisi de nous détromper et de la raconter du point de vue de la Reine, aussi connue sous le nom de Méchante Reine (voilà qui pose le personnage !).

D'elle, on ignore tout, si ce n'est son obsession pour son miroir magique et ses envies de tuer la douce et trop jolie Blanche Neige. Mais qui est-elle vraiment ? C'est son histoire qui nous est racontée ici, de son enfance à son mariage avec le Roi, jusqu'au meurtre (presque réussi) de Blanche Neige et sa chute fatale d'une falaise.
L'histoire se suit avec pas mal d'intérêt. C'est amusant de la découvrir d'un point de vue inédit et d'en apprendre plus sur cette femme prête à tuer pour rester la plus belle du royaume. L'auteur lui invente un passé pour expliquer son comportement, et si l'aspect psycho n'est pas d'une grande subtilité, il a le mérite d'exister et d'apporter des réponses intéressantes.

On retrouve ici tous les personnages du conte Disney, même si certains sont à peine évoqués, étant donné qu'on suit la Reine, et non pas la vie de Blanche Neige entourée de sept nains auxquels elle prépare des tartes tout en rêvant du prince charmant en chantant avec des petits oiseaux. D'autres personnages ont été créés par l'auteur pour les besoins de l'histoire.

La plume est jolie et le style s'inscrit pleinement dans celui des contes de fées, rendant le tout agréable à lire. Sans être particulièrement sombre (certains passages, dont la fin, sont même pas loin du niais), il s'agit bien d'un conte à destination d'un public adolescent et adulte.

Une jolie découverte sur une idée originale, qui ne constitue pas une lecture indispensable, mais qui permet de passer un moment de lecture sympathique et de découvrir la terrifiante Reine sous un autre jour.