Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 18 mai 2017

Les vauriens de Havisham Tome 2 : Et le comte rafle la belle de Lorraine Heath


Les vauriens de Havisham 
Tome 2 : Et le comte rafle la belle
de Lorraine Heath

Éditions J'ai lu

Sortie le 29 mars 2017
Format poche / 375 pages / 7,40 €



Présentation de l'éditeur :

Sur son lit de mort aux confins de l’Afrique, Albert, comte de Greyling, a fait promettre à son frère jumeau Edward d’échanger leur identité, au moins jusqu’à l’accouchement de son épouse adorée, Julia. Edward rentre en Angleterre auprès de sa belle-sœur qu’il a toujours désirée en secret. Il cherche à éviter toute intimité, mais Julia ne comprend pas pourquoi son mari a tellement changé et s’obstine à la tenir à distance. Bien résolue à sauver son couple, elle entreprend de ranimer sa passion avec toutes les armes dont dispose une femme amoureuse.


Avis de Jm-les-livres :

Je poursuis ma découverte de la plume de Lorraine Heath avec grand plaisir dans ce second tome des Vauriens de Havisham. On avait rencontré les deux héros principaux dans le livre précédent et avait pu remarquer qu'ils ne s'appréciaient guère. Edward, frère jumeau du comte de Greyling revient seul de leur expédition en Afrique avec une promesse faite à son frère mourant : ne rien dire à sa femme enceinte Julia afin d'éviter tout risque d'accouchement précoce. Edward promet et se présente donc comme le comte de Greyling, de retour chez lui avec le corps de son frère Edward décédé dans un tragique accident. Mais pas facile de jouer un rôle face à la seule femme qu'il a jamais aimée.

Ce n'est pas la première fois que le thème du héros remplaçant un époux aimé est traité en romance. Le livre Francesca de Julia Quinn parlait déjà de ce sujet difficile : comment remplacer un mari parfait contre le héros qui a tout du voyou au grand cœur. L'auteur s'en sort ici admirablement et nous restons scotché au récit sans pouvoir le lâcher. On sent bien la catastrophe arriver, il n'est pas possible que cela se passe autrement, que rien ne pourra empêcher l'héroïne de détester le héros. Mais le chemin emprunté par les personnages est génial, bien écrit et émouvant et on est pris dans les sentiments des protagonistes. Par dessus le marché, le héros est génial. Il a tout de l'être insouciant qui se moque des conséquences de ses actes, aventurier imprudent et pourtant il cache beaucoup plus. C'est vraiment un personnage réussi. On est aussi malgré tout déçu pour le frère décédé qui avait tout du héros de romance comme on les aime.

Et le comte rafle la belle est un excellent second tome, touchant et magnifique et qui donne très envie de lire le prochain livre.




Les fantômes de Maiden Lane Tome 10 : Le duc de Montgomery


Les fantômes de Maiden Lane 
Tome 10 : Le duc de Montgomery
de Elizabeth Hoyt

Éditions J'ai lu

Sortie le 1er mars 2017
Format poche / 380 pages / 7,40 €


Présentation de l'éditeur :

Désireuse de récupérer des lettres compromettantes chez le duc de Montgomery, Bridget Crumb s’est fait engager à son service comme gouvernante. Mais ce don juan sans scrupule va évidemment remarquer cette jeune femme sérieuse et distante, dont il devine la sensualité à fleur de peau sous sa sévère robe noire. Il décide donc de la séduire. Partagée entre la nécessité d’accomplir sa mission secrète et le trouble dangereux que le duc éveille en elle, Bridget se laisse entraîner dans une aventure voluptueuse dont elle est sûre de ne pas sortir indemne.


Avis de Jm-les-livres :

Depuis le début de sa série, Elizabeth Hoyt a développé un arc narratif par "trilogies". Pour les trois premiers tomes, c'était le quartier de St Giles et son orphelinat qui étaient au centre de l'action. Dans les trois suivants, le fantôme de St Giles, le sauveur déguisé en Arlequin, est à l'honneur puis, dans la troisième trilogie, c'est le théâtre des Folies Harte qui sert de toile de fond aux intrigues. Avec ce nouveau livre, l'auteur entame le dernier arc narratif de sa série.

L'originalité de cette histoire tient au héros : c'est un salaud, un vrai, que l'on a appris à détester dans les tomes précédents. C'est lui qui avait commandité l'enlèvement d'une des héroïnes et c'est d'ailleurs dans une situation qui résulte de cette tentative qu'on le retrouve : obligé de fuir l'Angleterre, ou presque. Le récit s'ouvre sur Bridget Crumb, la gouvernante du duc, qui déambule dans la maison de ce dernier à la recherche d'un objet capable de compromettre sa bienfaitrice. À travers le regard de l'héroïne, le lecteur va découvrir qui est vraiment le héros et apprendre à l'apprécier. C'est là le vrai tour de force de l'auteur, réussir à faire aimer un héros qui ne comprend pas la signification du bien et du mal. On a déjà croisé des personnages masculins voyous, sans cœur (en tout cas en apparence) mais jamais un comme celui-là. Il est vraiment à la frontière entre le héros et le méchant. À chaque page, on retient son souffle en se demandant s'il va passer de l'autre côté. Il est l'un des meilleurs personnages de romance jamais créé selon moi. La série Maiden Lane a toujours été une série assez sombre de par le décor choisi par l'auteur (St Giles n'est pas vraiment le quartier le plus sympa), mais aussi de par ses personnages qui ont toujours frôlé la limite de l'acceptable. On pensait les avoir vues, ces limites, mais l'auteur les repousse encore plus loin, sans jamais que l'on se dise :"là c'est trop".

C'est torturé, tordu aussi, comme on aime. Le duc de Montgomery est pour moi le meilleur tome de la série.