Webzine Hors Série de Bit-Lit.com : Harry Potter

jeudi 27 avril 2017

Clash Tome 1 : Passion brûlante de Jay Crownover


Clash 
Tome 1 : Passion brûlante
de Jay Crownover

Editions Harlequin 

Collection &H

Sortie le 3 mai 2017
Format broché / 378 pages / 15 €


Présentation de l'éditeur :

Zeb pensait avoir pris la plus grosse claque de sa vie huit ans plus tôt, le jour où un juge l’a envoyé en prison pour trente interminables mois. Mais c’était compter sans la nouvelle qui vient de bouleverser son univers : il a un fils de cinq ans… qui n’a plus personne d’autre au monde et risque de passer son enfance en foyer d’accueil. Avec son passé, Zeb sait qu’obtenir la garde de son fils ne sera pas facile. Seule Sayer, l’avocate au visage d’ange et à la sophistication froide qui détonne tellement dans leur groupe d’amis tatoués et hauts en couleur, peut l’aider.

Et si ça veut dire qu’il n’aura jamais sa chance avec la belle avocate qui lui retourne la tête – et le sang – depuis des mois… tant pis ! A moins que cette collaboration forcée ne brise au contraire la barrière que la princesse des glaces s’acharne à ériger entre eux…


Avis de Jm-les-livres :

Ce premier tome est un spin-off de l'autre série de l'auteur, Marked men, qui est en train d'être rééditée chez J'ai lu en poche. Il "doit" être lu après le 6ème tome sur Asa. Personnellement, je l'ai lu avant et je pense qu'il peut être lu indépendamment de l'autre série car l'histoire est vraiment centrée sur les deux personnages principaux. L'auteur situe bien qui est l'héroïne et son lien avec les Marked men et, même si Zeb et Sayer se rencontrent dans un autre livre, ce n'est pas gênant en soi selon moi.

Venons-en à l'histoire. Zeb Fuller a complètement craqué sur la très classe et froide Sayer, avocate pour les affaires familiales. Lorsqu'il découvre qu'il a un fils et qu'il veut récupérer sa garde, c'est tout naturellement qu'il se tourne vers elle pour son aide juridique, mais aussi amicale. Il espère aussi secrètement faire craquer l'armure de glace qui l'entoure.

Le gros point fort de cette romance c'est Zeb Fuller. Si on passe sur son prénom (Zébulon, s'il vous plait !), ce monsieur est vraiment très sympathique. Déjà physiquement, monsieur est barbu et tatoué (c'est la mode en ce moment on dirait), plutôt costaud (taille ours) vu son métier d'entrepreneur. Ce qui m'a le plus séduit chez lui c'est que malgré le fait qu'il a autrefois fait une erreur et qu'il en a payé les conséquences en faisant de la prison, son passé ne le définit pas et il a réussi à se construire une situation professionnelle. D'ailleurs il aide d'autres personnes dans sa situation en leur donnant leur chance dans son entreprise. Monsieur est presque parfait quoi ! Alors oui il est autoritaire, mais aussi très patient avec Sayer et il m'a bien fait craqué. Les scènes de sexe entre eux sont chaudes mais cela est dû au style de l'auteur et c'est bien écrit donc cela passe tout seul.
En face de lui, il y a Sayer. Là, j'ai moins accroché. Sûrement parce qu'elle hésite trop longtemps (quasiment tout le livre) et que cela devient agaçant. Bien sûr que son enfance n'a pas été heureuse mais elle se complaît beaucoup dans son malheur sans avoir envie d'avancer, et ce n'est pas génial. Surtout qu'elle avait quand même fait un sacré pas en avant en déménageant pour retrouver son frère. En clair, l'héroïne gâche un peu l'histoire mais Zeb suffit à faire battre le cœur et relève l'impression générale du livre. Le prochain tome est prévu pour fin mai et concerne un couple croisé dans ce livre et qui a bien titillé mon intérêt. J'espère qu'il sera à la hauteur de mes attentes.

La horde du contrevent d'Alain Damasio


La horde du contrevent
d'Alain Damasio

Éditions Folio
Collection SF

Sortie le 5 mars 2015 (réédition)
Format poche / 736 pages / 11.10€

Présentation de l'éditeur :

Un groupe d'élite, formé dès l'enfance à faire face, part des confins d'une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l'origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d'un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou. Expérience de lecture unique, La Horde du Contrevent est un livre-univers qui fond d'un même feu l'aventure et la poésie des parcours, le combat nu et la quête d'un sens profond du vivant qui unirait le mouvement et le lien.

Avis de Cassiopée :

La horde du contrevent est un livre très très travaillé. L'auteur a réalisé une œuvre incroyable sur l'univers. En effet, il n'a rien laissé au hasard.
Dans ce monde où le vent souffle constamment, la population s'est adaptée : architecture, métiers, moyens de transport, modes de vie, mythes... Cependant, l'auteur a été au-delà, il a en plus créé des animaux et des créatures liés au vent, mais aussi un code constitué de ponctuations qui offre la possibilité de retranscrire le vent et permet ainsi son étude.

Les personnages, 23 traceurs, ont chacun leur voix, leur personnalité et leur place au sein de la horde. Chacun apporte un peu de son savoir-faire afin de faire avancer toujours plus loin ce groupe de personnes cherchant à percer le mystère des différentes formes du vent. Certaines voix étaient plus facilement reconnaissables que d'autres et le marque-page offert avec le livre rappelant l'ensemble des protagonistes et leurs fonctions était des plus utiles.

Malgré le fait qu'il soit un beau pavé et qu'il y ait beaucoup de choses à découvrir, l'action reste au rendez-vous. Il se passe beaucoup d'événements et souvent les situations sont hasardeuses voire dangereuses, ajoutant de la tension et du suspense au récit.

Le style d'écriture est assez incroyable et on sent que l'auteur s'est fait plaisir, particulièrement avec le personnage de Caracole. Il y a beaucoup d'exercices de style, certains passages sont exceptionnels et on ne peut qu'admirer le talent d'Alain Damasio.

Néanmoins, malgré tout cela, je ne me suis pas tellement attachée aux personnages. J'ai été peu surprise par les événements, car de nombreux éléments sont annoncés à l'avance, et enfin la fin m'a carrément déçue car prévisible. Ce roman aurait pu finir de nombreuses façons, mais celle que l'auteur a choisie ne m'a clairement pas satisfaite. De ce livre, je retiendrai le talent de l'auteur, la forme, tout ce travail extraordinaire réalisé par Alain Damasio, cependant La horde du contrevent, au-delà de sa structure, m'a peu passionnée.

Concours Pas de sexe le mardi